L’Homme est-il intrinsèquement bon ?

Aujourd’hui, j’aborde une question philosophique. Cela change un peu de la science.

L’Homme est-il intrinsèquement bon ? Qu’est-ce que le bien et le mal ?
C’est à rapprocher du concept de la normalité.Le bien et le normal, c’est lié à un ensemble de normes sociales qui varient selon les cultures.La définition du bien et de la normalité est déterminée par des règles subjectives, pas par rapport à des faits humains.

La normalité, c’est soit un dogme de conformité à une norme morale (dans une société donnée), soit c’est ce qui est statistiquement fréquent. Une norme morale est fixée par la société, c’est un dogme, un préjugé, tandis que la fréquence statistique des comportements naturels est un fait. Voila la différence.  

Obéir à son état naturel, voila une norme naturelle. Être ce que l’on est, voila qui est normal. Les normes sociales sont des codes artificiels, comme le célibat forcé quand on entre en religion par exemple… Même le mariage est une invention humaine, aussi.

C’est notre propre nature qui est la norme. La vraie morale est celle de la nature, la morale a des fondements biologiques. Puisque la morale peut ne pas être religieuse, elle peut être laïque, mais elle peut aussi être naturelle.

L’Homme est ce qu’il est. C’est normal. C’est la nature qui est ainsi. La nature est impartiale, elle n’est ni bonne ni mauvaise.

Théologiquement, c’est l’invention de la morale qui est le péché originel, le fruit défendu. L’arbre de la connaissance du bien et du mal. C’est ça le péché originel. Le péché originel n’est pas basé sur un interdit lié à la sexualité, contrairement à ce que croient certains bigots hypocrites… Le bien et le mal n’est qu’un prétexte pour juger et avoir du pouvoir, pour fondre les gens dans un même moule et les éloigner de leur état naturel animal, pour créer une identité qui n’existe pas, comme si l’Homme était un être sans corps et distinct de l’animal. Mettre des gens dans un moule comme si nous devrions tous être pareils, c’est nier les différences. La norme naturelle, c’est la diversité.

Puis pourquoi se raser la barbe ? Par honte d’être masculin ? La barbe, c’est naturel, c’est bien et c’est normal puisque c’est la nature qui est ainsi, autant la garder…  😉

Bref, ça rejoint un peu les idées de Jean-Jacques Rousseau et l’état de nature.

« Je suis un homme, je suis un homme,
Quoi de plus naturel en somme ! » (chanson de Polnareff)
Mais l’âme et la conscience, données aussi par la nature, ne devraient-elles pas nous élever au dessus des instincts primaires de la nature ? L’Homme est en ce sens mauvais.
Mais élever la conscience au-dessus des instincts naturels, c’est subjectif. Puis l’Homme reste un loup pour l’Homme. Au lieu d’avoir bénéficié de plus de 6000 ans de sagesse, l’humanité retombe en enfance à chaque génération… Élever l’âme au-dessus des instincts est vain.
© 2013 John Philip C. Manson
Publicités

Étude critique de l’éolien vu dans un JT

J’expose mon objectif explicitement : ma méthode repose sur la recherche critique de la vérité sur la base d’observations, je ne juge personne sur ce que j’ai observé.

Le contenu de l’article que vous allez lire est assez délicat, car je relève certains détails qui m’obligent à prendre la parole.

Il est vrai que les entreprises françaises d’éoliennes souffrent de la mauvaise image de leur secteur, à cause d’entreprises peu scrupuleuses qui entretiennent un mauvais amalgame. Il est vrai aussi que les entreprises ne sont pas toutes des escroqueries. Pareillement, il est vrai qu’il est préférable d’investir sur des produits français de qualité plutôt que prendre des risques avec des produits peu fiables issus de l’importation asiatique. J’atteste la qualité du travail des métalliers.

L’éolien est un secteur qui exige cependant des compétences dans le domaine de l’électricité. Les connaissances et l’expérience en électricité sont nécessaires. Il y a quelques semaines dans un documentaire de France 2 (« Envoyé spécial » diffusé le 9 février 2013), j’avais entendu dire qu’un installateur de panneaux solaires était un ancien pizzaïolo, n’ayant eu aucune formation professionnelle en qualité d’électricien…

D’un côté, on a les voyous sans scrupules, et de l’autre on a les idéalistes qui se lancent dans une aventure sans connaître les exigences de crédibilité d’un métier comme l’électricité, et puis dans l’autre côté on a les électriciens spécifiquement formés pour le secteur des énergies renouvelables (qui ?). Existe t-il des normes selon lesquelles les professionnels des énergies nouvelles doivent être agréés pour pouvoir exercer le métier ? Y a t-il des conditions à respecter ? Je me pose la question. Nous devrions tous nous poser la question.

Les formalités légales pour l’installation d’une éolienne : il faut juste un permis de construire pour les éoliennes dont la hauteur est supérieure ou égale à 12 mètres, et pas soumission à autorisation d’urbanisme pour une hauteur de moins de 12 mètres. Mais le métier est-il encadré ? N’importe qui peut le faire ?

Le point essentiel dans mon présent article, ce n’est pas de juger les professionnels, mais de soutenir le droit des consommateurs. J’ouvre des questions, je ne fixe pas des conclusions.

En regardant la vidéo du JT, un premier détail a éveillé mon attention : un oiseau est passé rapidement entre deux des onze pales de l’éolienne, le risque de blesser la faune aviaire est donc réel. En effet, les espèces aviaires sont répandues dans nos villes : moineaux, pinsons, merles, tourterelles turques… Il est important de préserver la faune.

Preuve en image ci-dessous (vous pouvez voir ceci à 1 min 22 s du début de la vidéo) :

tf1birdeolian

(Les crédits appartiennent à leurs auteurs respectifs ; image affichée à titre d’information ; merci au cameraman d’avoir filmé cette séquence)

Dans la vidéo, on constate la fluidité de la rotation de l’éolienne française quand son créateur l’actionne en la poussant avec sa main, c’est fonctionnel.

Toujours dans la vidéo, on apprend enfin des données quantitatives : un installateur décrit la production électrique de l’éolienne comme ayant une puissance de 1500 W délivrée sur 24 heures. Cela correspond donc à 36 kWh par jour, soient 13149 kWh par an, si le souffle du vent restait constant.

Anecdote : en tapant le nom de l’installateur d’éoliennes (celui qui a parlé des 1500 watts) sur Google, je découvre le même nom, sur Montpellier (Pyrénées orientales), mais dont le métier est architecte libéral… Il s’agit d’un homonyme, car j’ai finalement trouvé une autre piste, plus crédible : le nom du professionnel est en fait le nom de la ville (dans les Pyrénées orientales), le professionnel porte en réalité un autre nom : http://www.pagesjaunes.fr/pros/53549069

Ensuite, dans la vidéo, on voit l’écran d’un instrument de mesure qui ressemble à un anémomètre, d’après l’image ci-dessous :

chacon

(Les crédits appartiennent à leurs auteurs respectifs ; image affichée à titre éducatif)

Grâce aux indices contenu dans cette image, j’ai pu trouver quel est réellement ce type d’appareil. On peut acheter cet appareil auprès d’une entreprise dont j’ai été moi-même client : http://www.conrad.fr/ce/fr/product/083714/?utm_source=leguide&utm_medium=comparateur&utm_campaign=083714&WT.mc_id=comparateur-leguide-083714

Non, ce n’est pas un anémomètre qui mesure la puissance du vent à partir de sa vitesse. C’est un compteur de consommation électrique. Consommation, pas production. Nuance… À moins que cet appareil soit relié au câble électrique de l’éolienne (production électrique nette) ?

Sur l’écran, on observe des données, mais les journalistes n’ont pas trouvé utile de les expliquer. C’est dommage. Une énergie électrique de 17,26 kWh semble avoir été produite en l’espace de 13 heures. Je suppose que le nombre 13 sur l’écran exprime une durée en heures. Parce qu’une puissance de 1500 W, affirmée par l’installateur, correspond à 36 kWh par jour, et ça correspond aussi à 17,26 kWh en 11 heures et demie. Donc ce que l’appareil indique est cohérent par rapport à ce que l’installateur a déclaré. Mais tout dépend de la provenance de cette électricité. Électricité produite, ou consommée ?…

En ayant examiné attentivement l’éolienne pour en évaluer les dimensions, alors en me basant sur une puissance électrique nette produite de 1500 W (1,5 kW), la vitesse du vent devrait être de l’ordre de 16,5 m/s, soit environ 59 km/h. Ça, c’est d’après un calcul de mécanique des fluides sans tenir compte d’une moyenne sur une année. Mais si l’on tient compte du taux de charge (24%) qui équivaut à un rendement, il faudra un vent CONSTANT d’environ 26,6 m/s, soit environ 96 km/h, ce qui correspond à un vent généreux et sans interruption… (source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Limite_de_Betz)

La vidéo expliquait ensuite que l’éolienne était installée sur les côtes des Pyrénées orientales. Mais en ce moment, quelles sont les données anémométriques de la météo des Pyrénées orientales ?

Google nous le dit :

montpellierperpignan

(Les crédits appartiennent à leurs auteurs respectifs)

Un vent significativement inférieur à 59 km/h en ce début d’avril 2013. Mais c’est peut-être une moyenne sur 24 heures, pour chaque journée.

Pour finir, la vidéo conclut par cette info : les éoliennes sont garanties 15 ans, et validées par huissier de justice.

Mais je trouve que la meilleure validation, avec transparence et objectivité, c’est à travers une expertise scientifique réalisée par au moins deux organismes scientifiques indépendants, sur la base d’expériences en double aveugle, afin d’éviter au mieux tout biais cognitif ou expérimental. Il faudrait créer un label basé sur ce principe de rigueur. On fait bien contrôler métrologiquement les pompes à essence chaque année pour voir si c’est conforme.

Le client est roi, il a le droit à la vérité.

Je ne juge personne. Je suis certain de la qualité des produits français (et allemands) par rapport aux importations de Chine. Cependant, je suis insistant sur la nécessité de transparence et d’objectivité, les consommateurs ont droit à cela.

  • « On ne met pas au jour des vérités sans en offusquer d’autres. Toute découverte recouvre. » (Jean Rostand)
  • «Les idéologies, les meilleurs comme les pires, possèdent en commun la tendance à pervertir nos témoignages, à transformer l’homme de science en avocat.» (René Zazzo)

© 2013 John Philip C. Manson

Qu’est-ce que la normalité ?

 

  • Avant de lire cet article, veuillez lire l’avertissement en bas de page.
  • Cet article est publié ici le 28 janvier 2013, mais il a été publié originellement le 1er mai 2007 sur mon premier blog (désormais disparu en novembre 2012).
  • Cet article était l’un des plus populaires dans mon premier blog. Cet article avait disparu mais je l’ai restauré.

 

La normalité est une convention sociale, un fondement sur lequel repose toutes les civilisations. Le besoin de norme est-il justifié ?

A la fin de la Renaissance, les occidentaux se vantaient que Dieu a créé l’homme a son image, et que l’homme était au sommet de l’oeuvre divine, et que tout allait bien jusqu’au jour où l’on découvrit des indigènes en Amérique qui démontrèrent que l’homme blanc catholique était un mythe. Il existe donc d’autres hommes, d’autres civilisations de « race » différence, de religions différentes…

Est-ce parce qu’ils n’acceptèrent pas cette vérité que les occidentaux ont colonisé l’Amérique, massacré les amérindiens, et pris leurs richesse et jusqu’à leur dignité ?

La pensée unique selon laquelle l’homme créé par Dieu est blanc et catholique se justifie t-elle dans la violence et les conversions forcées au christianisme ?

Quand la pensée scientifique commença à émerger en Occident, les premiers penseurs remettaient les dogmes en question, mais l’obscurantisme répondit par la persécution et la mise à mort des penseurs par le bûcher. Encore la pensée unique de fanatiques qui s’opposent aux gens qui pensent différemment ou qui n’ont pas la même apparence qu’eux.

Une norme est en fait une convention sociale conformiste qui préfère donner crédit à un préjugé plutôt qu’à susciter la réflexion et la remise en question.

De nos jours, ne croyons pas que nous nous montrons plus civilisés que les voyous du passé. Le calvaire des homosexuels est un exemple retentissant. Pourquoi les gays sont-ils persécutés ? Parce que leur sexualité est différente, selon les hétérosexuels. Les gens appartenants aux minorités ne veulent pas qu’on les sentent différents, ils veulent vivre comme tout le monde et être acceptés. Mêmes les « surdoués » sont raillés, moqués, rejetés par leurs camarades d’école.
La normalité est un concept absurde qui cache une vérité sous-jacente : chaque individu est libre d’être ce qu’il est, et ce n’est pas à la société de lui dicter ce qu’elle veut qu’il soit.

La normalité est un concept arbitraire qui sert à cacher des mensonges, à imposer des préjugés injustes. Derrière le concept de normalité se cache souvent une grande hypocrisie. Si les homosexuels existent, c’est parce qu’en vérité l’hétérosexualité stricte est un mythe, parce qu’il existent plusieurs sexualités. Si les races humaines existent, c’est parce que l’homme blanc, qui se dit homme, est un fantasme absurde puisque nous sommes tous métis, la race pure est une illusion d’imbéciles. La religion aussi cache une mystification millénaire, la catholicité (synonyme d’universalité) est un dogme qui s’effondre face à l’existence de centaines d’autres religions à travers le monde, le catholicisme n’est qu’une foi parmi d’autres. Aucune religion ne peut prétendre être la vérité par rapport à d’autres croyances puisque c’est invérifiable de savoir laquelle avec certitude est la vérité. Parents, veuillez cesser de mentir à vos enfants en leur parlant de normalité car ils risquent de vous croire comme vous aviez cru vos propres parents qui vous ont menti.

La normalité, la moyenne, sont des barrières et des frontières à l’égalité, à l’identité et à la liberté.

N’écoutez pas la société, n’écoutez que vous-mêmes. Connais-toi toi-même. Ce n’est pas la moyenne qui compte, ce sont tous les genres. Toutes les différences, les diversités. Tous les hommes qui veulent être acceptés pour ce qu’ils sont. Mais quelles différences ? Parler de différences revient à mettre encore des barrières. Si chaque homme ou chaque femme attendait auprès des « bien-pensants » pour vivre comme « il faut », ça leur pourrirait leur vie. Tant pis pour ceux que ça dérange, ignorez-les, méprisez-les, vivez votre vie !

La normalité, c’est soit un dogme de conformité à une norme morale (dans une société donnée), soit c’est ce qui est statistiquement fréquent. Une norme morale est fixée par la société, c’est un dogme, un préjugé, tandis que la fréquence statistique des comportements naturels est un fait. Voila la différence.

 

Addendum du 20 mars 2011 :
Bien sûr, quand je parle de normalité, c’est dans le cadre du respect des libertés d’autrui. La normalité c’est comme la liberté, ça consiste à faire ce qui ne nuit pas à autrui. Être gay, par exemple, ça ne fait de tort à personne, puisque c’est une liberté qui appartient à la vie privée, une liberté mutuellement consentie. L’homosexualité est statistiquement fréquente, elle ne nuit à personne, elle est normale. Par contre, l’homophobie avec une intention d’agression par exemple, ou de harcèlement moral, c’est un abus contraire au respect d’autrui, c’est nuisible, donc c’est anormal.

 

06/06/11 : si certains pensent que ce texte appartient à la catégorie « Humour », d’après ce que j’ai constaté parmi les options de recherche de ce texte, ils n’ont rien compris, car c’était un sujet de réflexion philosophique…

 

  • « Nature consists of facts and of regularities, and is in itself neither moral nor immoral. It is we who impose our standards upon nature, and who in this way introduce morals into the natural world, in spite the fact that we are part of this world. » (La Nature se compose de faits et de régularités, et n’est en soi ni morale ni immorale. Ce sont nous qui imposons nos normes sur la Nature, et qui de cette manière introduisons la morale dans le monde naturel, malgré le fait que nous faisons partie de ce monde.)   (Karl Popper)

 

 

© 2007-2013 John Philip Manson — Reproduction interdite. 
17/03/2011 : Si vous voulez faire connaître ce texte, diffusez le lien URL (WordPress) mais ne recopiez pas le contenu de l’article.

Certains blogueurs ont plagié ce texte sans en mentionner l’origine, notamment sur Facebook et Skyrock. En tout, j’ai pu retrouver jusqu’à environ 39 pages de mon texte plagié. Fin 2011, je constate un plagiat même sur YouTube !
C’est mal de s’approprier le texte d’autrui ! Ces plagiaires ont été contactés…

Je possède deux preuves pour prouver l’antériorité de mes textes : l’archivage de Google avec recherche par période personnalisée, et WayBackMachine (du site web.archive.org). Ne copiez pas le texte d’autrui, citez toujours la source.

  • Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants droits ou ayant cause est illicite.