Un phénomène paranormal en Lozère ?

24/03/2013

Un phénomène paranormal de poltergeist en Lozère ?

J’aimerais avoir connaissance des conclusions du Dr Goulu sur cette affaire qui m’a tout l’air d’un canular. Merci à lui s’il accepte de se pencher sur cette affaire bizarre.

Mais d’abord, je présente ma propre analyse :

J’ai entendu un résumé de l’affaire hier sur la chaîne française de télévision M6.

Il semble que les experts consultés soient des radiesthésistes ou des géobiologistes. (voir Radiesthésie et Géobiologie_(radiesthésie) sur Wikipedia). Mais pas des scientifiques a priori.

Pour un sismologue, une faille sismique est un phénomène géophysique bien réel, mais quand on parle de faille tellurique dans le contexte de la radiesthésie et de la magie, ça concerne plutôt les ondes de forme, c’est-à-dire des ondes dont l’existence reste encore à prouver…

«Esprits frappeurs et autres revenants» : cela s’appelle poltergeist, mais à classer parmi le paranormal, les pseudo-sciences et les délires irrationnels.

L’histoire des géoglyphes «extraterrestres» dans les champs de blé en Angleterre, il y a quelques années, ça a servi de coup de pub marketing pour relancer le tourisme et le commerce dans des régions peu attractives.

La question à se poser en cas de buzz : à qui cela profite t-il ?

Faire appel à la science ? Là encore, il y a méprise. Les ohms désignent la résistance électrique, or pour mesurer des champs électriques, l’unité de mesure est en fait le volt par mètre. Ce n’est pas pareil ! À mon avis, ils n’ont fait appel à aucun physicien authentique…

600 ohms, c’est ce qu’on a avec un secteur à tension de 220 V et d’intensité 0,36 A. Or, plus la résistance est élevée, plus l’ampérage est faible (pour une tension constante). Mais à ampérage constant, il y a surtension. Par exemple, mon PC fonctionne à 3,15 A et 220 V, la résistance vaut 69,8 ohms (si courant continu), donc si la résistance est décuplée, et avec ampérage constant, on décuple aussi la tension. Puis aussi, en cas de courant électrique alternatif sinusoïdal, on ne dit pas résistance, on dit impédance.

Y avait-il un orage et la foudre dans la ville au moment des faits, simultanément avec un séisme de magnitude de 4 à 5 sur l’échelle de Richter ?

Les fusibles ont-ils sauté ? Les fils électriques ont-ils eu leur gaine brûlée ?

On a donc affaire à des témoignages, mais des éléments matériels demeurent assez évasifs, et des explications assez lacunaires incitent au doute.

Un champ électrique peut déplacer des masses chargées électriquement, comme des électrons ou des ions (c’est-à-dire des particules élémentaires), ou des objets légers ayant reçu une charge électrostatique importante.

Pour soulever un meuble de 50 kg à une hauteur de 1 mètre, par exemple, il faut 490,5 joules d’énergie. Mais il faudrait pouvoir transformer l’énergie électrostatique en énergie mécanique sous l’influence d’un champ électrique… Et il faudrait que le meuble soit chargé électriquement (comme quand on frotte une règle en verre ou en plastique, mais avec une charge proportionnellement bien plus élevée).

Mais les meubles et les objets déplacés doivent donc être très chargés électriquement, au point d’électriser ou électrocuter les gens. D’ailleurs, les gens aussi devraient avoir été chargés électriquement en même temps que les meubles. Si on ne déplore aucune victime, alors aucune charge électrostatique n’a intervenu dans l’affaire.

Comment charger électrostatiquement des meubles en bois, sachant que le bois est un matériau isolant ?… Et le problème majeur n’est pas l’action du champ électrique hypothétique sur des masses chargées électriquement, mais sur la question du comment des objets massifs aient pu se charger électrostatiquement avant leur mouvement.

La permittivité, plus précisément permittivité diélectrique, est une propriété physique qui décrit la réponse d‘un milieu donné à un champ électrique appliqué. Un examen prouve que le bois, le papier, l’air et le vide sont les milieux auxquels la permittivité (constante diélectrique) est la plus faible universellement. Un champ électrique aura un effet beaucoup plus significatif et crédible sur des matériaux comme la porcelaine, le sel de cuisine, le sélénium, le PVC (chlorure de polyvinyle), l’ardoise, mais surtout le dioxyde de titane et le titanate de baryum.

Autre chose : le principe de conservation de l’énergie. En effet, si l’on suppose que la résistance soit décuplée sans variation de la tension et de l’ampérage, la puissance électrique délivrée P = U×I = R×I² aura décuplé, ce qui signifiera une augmentation de l’énergie électrique de 900%. Ce qui oblige à se poser cette question : d’où provient l’énergie en excès si cela ne provient pas d’un séisme ni d’un emballement technique du réseau électrique ? L’énergie ne peut pas être créée ni détruite. En regard des lois de la physique, il y aurait dû y avoir un incendie, y en a t-il eu un ?

Histoire très peu crédible. Tout laisse suggérer un canular. Des plaisantins auront intentionnellement déplacé les meubles et autres bricoles (peut-être même à l’insu des propriétaires).
Ce qui est grave, c’est que certains confondent physique et radiesthésie… Ça c’est alarmant. La radiesthésie n’est pas une science.

Un expert qui mesure des ohms pour évaluer un champ électrique qui se mesure habituellement en V/m, n’est pas expert, ni électricien ou physicien…

En revanche, il pourrait y avoir des origines sismiques naturelles (mais absence d’origine électrique) car la ville est située aux alentours du Massif Central, mais cette région montagneuse est une chaîne de volcans éteints depuis longtemps…

Croire aux fantômes est une facilité qui dispense d’apprendre, de connaître et de comprendre les sciences. C’est atterrant.

Le sensationnalisme n’est pas faire de l’information. C’est journalistiquement antidéontologique.

Monter un canular et tromper les journalistes, c’est facile. Un canular est d’autant plus facile et durable tant que des scientifiques n’auront pas été consultés. Quand les scientifiques auront débunké (démystifié) le canular, les médias présenteront-ils leurs excuses pour le manque de recul critique ? Informer n’est pas seulement relayer l’information, mais surtout évaluer objectivement celle-ci.

Si des «experts» prétendent avoir trouvé des explications scientifiques pour légitimer le paranormal et le présenter comme une réalité, alors je les incite à présenter leurs conclusions à James Randi (http://fr.wikipedia.org/wiki/James_Randi).    🙂

Deux messages postés sur le site :

lozere

Informer, selon moi, c’est diffuser des connaissances objectives.

Informer, ce n’est pas vendre des salades, et ça ne sert à rien puisque c’est déjà fait par les astrologues et les gourous…

L’un des commentaires fait par un internaute sur le site 20minutes.fr est intéressant :

mazal

Un autre commentaire (entre guillemets) est, lui aussi, intéressant :

«Une résistance de terre élevée (c’est-à-dire 600 ohms au lieu de 50 ou 60) est une aberration en terme de sécurité car vous risquez l’électrisation ou l’électrocution au cas ou un appareil électrique est défectueux.»

J’ai réalisé une expérience : avec un ohm-mètre, j’ai mesuré la résistance électrique moyenne entre mes deux mains. Comme j’ai les mains sèches, j’ai mesuré une résistance de 5 mégaohms (5 millions de ohms). C’est bien plus élevé que les 600 ohms de la maison «hantée»… Cela veut-il dire que je suis un puissant médium, les puissances du Mal, l’Oeil maudit de Sauron, Belphégor ou Voldemort ? Non, pas du tout. Une résistance de 5 mégaohms signifie seulement que mon corps est un très mauvais conducteur de l’électricité. Comme la tension électrique moyenne entre mes mains est de 0,08 V, on en déduit d’après la résistance que l’intensité électrique moyenne entre mes mains est de 0,016 microampère (ce qui est très faible).

  • À mon avis, les plaisantins n’ont pas voulu attendre le 1er avril prochain (dans une semaine), peut-être pour rendre les internautes moins méfiants, pour lancer ce canular. Tsss…

  • Le matin du 30 mars 2013, je constate la disparition de l’article de Yahoo News sur la maison hantée en Lozère…

© 2013 John Philip C. Manson

Publicités

Comment détecter le New Age sur le web ?

Comment détecter le New Age sur le web ?

Google se présente comme le meilleur outil de recherche. La mouvance New Age possède un jargon très personnel qui tourne toujours des mêmes thèmes mythiques, mystiques, religieux, pseudo-scientifiques voire philosophiques.

À partir des mots-clés les plus utilisés chez le New Age, j’ai conçu une URL qui nous dirige vers les sites qui contiennent toutes les occurrences recherchées.

Voici cette URL : LIEN HYPERTEXTE

À la vue des résultats révélés par Google (des sites de New Age pur et dur ?), je crains d’y mettre mes doigts, j’ai peur de me salir… Néanmoins ces résultats sont intéressants.

Articles connexes dans mon blog :

Copyright © 2013 John Philip C. Manson

Qu’est-ce qu’un noeud tellurique ?

  • Ce présent article existait dans mon premier blog désormais disparu ; il est restauré ici le 5 février 2013.

Qu’est-ce qu’un nœud tellurique ?

Posté par John P. Manson le 21 février 2011

Dans Wikipedia, on trouve cette définition pour « nœud tellurique » : des lignes nord-sud et est-ouest d’ondes électromagnétiques qui, selon le docteur Hartmann, quadrillerait la surface terrestre. Elles seraient espacées de 2 m à 2,5 m voire moins. Leurs intersections seraient appelées les nœuds telluriques. Ces ondes n’ont jamais pu être scientifiquement mesurées.

En géophysique, jamais entendu parler de « nœud tellurique »… Ce terme est absent du vocabulaire en sciences.
Il ne faut pas confondre les croyances reliées à la radiesthésie, la religion New Age, la géomancie et la sourcellerie, avec les sciences de la Terre (géophysique, hydrologie, géologie…). Il faut bien distinguer les sciences des croyances.

Dans les faits, un nœud tellurique est un concept de croyant, il n’a pas de réalité observable ni quantifiable, ni même réfutable.

Je connais bien les domaines que j’ai énoncés. J’ai pratiqué la radiesthésie il y a une vingtaine d’années… jusqu’à ce que je remette tout en question avec la méthode scientifique. D’ailleurs, les noeuds ou courants ou réseaux telluriques sont synonymes de « lignes ley ».

Critères de la scientificité : réfutabilité, reproductibilité, quantifiabilité, prédictibilité. Bref, les noeuds telluriques sont une invention, un artefact imaginaire qui n’a aucune réalité. La science exige la présence de forces et de molécules. Des concepts sans l’appui de phénomènes observables et réfutables n’ont pas de caractère scientifique.

Les alignements mystérieux (lignes leys) plus ou moins parfaits entre les bâtiments, les sources d’eau ainsi que tout autre repère terrestre naturel ou artificiel sont le fait du hasard (cas le plus fréquent) ou de la volonté de l’homme (pour les constructions faites par l’homme). Cette affirmation est vérifiable sur une carte IGN à l’échelle 1/25000.

Remarques :

  • L’expression « nœud tellurique » se réfère à moins de 900 pages seulement dans une recherche Google. Ce terme est un néologisme francophone. L’équivalent anglophone « telluric node » est quasi-inexistant.
  • http://www.charlatans.info/ondes.php

—————————————————————————–

Exemple ci-dessous d’une « théorie » sur les noeuds telluriques vue dans un forum web :

En rouge le texte du forum, en italiques mes commentaires dessus.

  • Les lignes Ley ne sont pas des Champs magiques, ils sont en réalité des « sillons » tracés par le passage régulier de certains Champs, pour des raisons x.

Ainsi, on apprend ceci :

  • ce ne sont pas des champs magiques
  • ce sont des sillons tracés par certains champs

Mais alors ces champs, que sont-ils ? C’est bien vague…

  • Il s’avère que ces sillons ont un « poids magique » propre et que du coup, ils ont tendance à attirer les Champs magiques passant à proximité, lesquels s’engouffrent dedans et suivent donc un tracé préétabli.
  • Comment ces sillons peuvent-ils avoir un « poids magique » s’ils ne sont pas le fait de champs magiques ? Il y a contradiction.
  • Un poids qui attirent des champs, voila un mec qui n’a jamais lu un livre de physique et qui ne comprend donc pas la définition de ces mots.
  • En physique, ce sont plutôt des champs (magnétiques, gravitationnels…) qui attirent des charges électriques ou des masses… Pas le contraire.


  • Il est possible de détecter les lignes Ley, même vides, en Vision Ka, mais c’est plutôt difficile.

La vision Ka, c’est quoi ? L’effet de l’herbe du Maroc ? 😀

D’ailleurs, pas étonnant que c’est difficile de détecter des lignes leys, les instruments de mesure comme les magnétomètres ou les sismographes ne peuvent pas détecter ce qui n’existe pas.

  • De même, les Champs magiques engouffrés à l’intérieur possèdent une certaine richesse et une violence contenue qui peut les rendre parfois dangereux.

Tiens ? Pourtant, t’as défini les lignes comme étant des sillons qui ne sont pas magiques, c’est contradictoire.

  • Le maillage des lignes Ley n’est pas innocent, ces dernières reliant entre eux des hauts lieux occultes.

L’invention des lignes imaginaires ce n’est pas innocent non plus… Moi ce qui m’étonne c’est le déni du hasard : plus il existe de points correspondant à des lieux précis, plus la probabilité de trouver des alignements fortuits est grande, mais c’est du hasard, pas un miracle.

  • Difficile de dire si ce sont les lignes Ley qui naissent de l’attrait des Champs magiques pour ces lieux ou si lesdits lieux ont été construits à dessein pour profiter de la puissance régulière fournie par les lignes Ley. 

Autant avouer que cette difficulté s’explique par plusieurs critères :

  • les lignes leys sont le produit de l’imagination
  • la définition des lignes leys est absconse, floue, vague et utilise des mots contradictoires
  • l’emploi inutile de différents synonymes pour désigner un même truc : lignes leys, courant ou noeud tellurique…
  • aucun instrument de mesure ne peut détecter ces lignes ou courants
  • aucun instrument de mesure calibré ne peut fournir de données quantitatives sur ces lignes
  • l’hypothèse des lignes leys n’est pas réfutable, elle est donc dépourvue de scientificité, puisque les données quantitatives ne peuvent être mesurées
  • la physique et la chimie exigent formellement la présence de champs, de forces, d’énergie ou d’atomes afin de pouvoir avoir la possibilité de réaliser des observations reproductibles, mesurer des données quantifiables, et formuler des hypothèses scientifiques réfutables.

Suite de l’article ici : https://jpcmanson.wordpress.com/2011/12/05/les-ondes-de-forme-etude-des-faits/

 

© 2011-2015 John Philip C. Manson