Détection statistique de mots thématiques dans un texte à analyser

Plusieurs mois plus tôt, j’avais évoqué la détection du vocabulaire New Age dans divers textes.

Plus l’on utilise de mots-clés dans le détecteur, plus les résultats trouvés sur le web sont restreints. Les mot-clés que j’avais utilisé sont les suivants : amour ange ascension astral Atlantide atmique bioénergétique bouddhique causal chakras changement channelling christique conscience cristaux dualité électrosensibilité énergie entité ésotérisme esprit éthérique extraterrestre fin fraternité karma lâcher-prise lémurien lumière mayas méditation mental merkaba new age nouvel âge occultisme paix paradigme paranormal parapsychologie plan quantique réincarnation Septénaire subtil universel Verseau.

 

Mais on peut se contenter de 8 mots, qui sont les plus courants chez le New Age : ascension astral changement conscience énergie fraternité méditation paix. En anglais : ascent astral change awareness energy brotherhood meditation peace.

 

Résultats des analyses lexicologiques :

  • Première observation : l’existence du New Age est manifeste pour les langues occidentales (anglais, français) ; le New Age est marginal ou inexistant dans les Balkans et l’Europe orientale (les mêmes termes en langue albanaise n’ont donné aucun résultat probant).
  • Deuxième observation : dans les documents PDF du web francophone, 47,6% des PDF explicitement New Age contiennent le mot « climatique » ; dans tous les autres formats francophones (sauf PDF), ce taux est de 43,8%. Dans tout le web anglophone, 44 à 45% des pages New Age contiennent le mot « climatique ». Plus inquiétant, si on remplace le mot « climatique » par des mots relatifs aux mythes fondateurs du nazisme (ou l’appartenance/sympathie de membres New Age envers le mysticisme nazi), on trouve quelque chose reliant l’occultisme et le fascisme… A lire : https://fr.wikipedia.org/wiki/Paul_Le_Cour et https://fr.wikipedia.org/wiki/Wotanisme et https://fr.wikipedia.org/wiki/Shambhala_%28mythe%29#Dans_la_Th.C3.A9osophie.2C_le_New_Age_et_les_croyances_modernes_occidentales où Shambhala est un mythe commun du New Age et de l’occultisme nazi…
  • Troisième observation : le contenu de mon blog (avant le 6 octobre 2015) contient 95 mots New Age (sur les 8 mots-clés utilisés pour la détection) sur un total de 54523 mots (soit 0,17%).
  • Quatrième observation : le document à l’adresse http://www.maitrereikiquebec.com/wp-content/uploads/2011/11/REIKI-MULTIDIMENTIONNEL-DES-PLANS-DE-LUMIERE.doc contient 138 mots typiques du New Age sur un total de 922 mots (soit 14,97%).
  • Cinquième observation : le document à l’adresse k.dalton.free.fr/undercover/undercover11/undercover11.doc contient 272 mots typiques du New Age sur un total de 1464 mots (soit 18,58%).
  • Sixième observation : le dictionnaire à l’adresse http://www.authsecu.com/dictionnaire/francais-divers.php contient 11 mots New Age sur un total de 46821 mots (soit 0,023%). Ce dictionnaire peut servir d’étalon de comparaison par rapport aux textes à analyser.
  • Septième observation : un test a été réalisé sur tout le contenu de fr.wikipedia.org, et le résultat est positif pour les articles « New Age » (ce qui est évident), « Expérience de mort imminente », et dans une moindre mesure, « Omraam Mikhaël Aïvanhov » (où le mot « nazi » est présent dans l’article).

 

Bilan :

  • Les textes explicitement New Age contiennent au moins 1000 fois plus les mots du New Age (parmi 8 mots-clés) que dans un dictionnaire. Les textes résolument New Age contiennent au moins 100 fois en fréquence les mots New Age relatés dans mon propre blog. Il serait donc possible de distinguer de façon fiable un texte clairement adhérant au New Age et un texte parlant de New Age dans un but neutre et seulement journalistique, sceptique ou critique.

 

John Philip C. Manson

 

 

Publicités

Nibiru la cause du réchauffement climatique ?

Point par point, je donne une réponse à chaque affirmation :

  • Les comètes et météorites se multiplient au fur et à mesure que les années passent.

C’est faux, c’est même le contraire, selon une décroissance exponentielle. On peut même supposer que cela suit la loi exponentielle de la forme N(t) = k.e^(-k.t)  où N désigne le nombre de météorites en fonction du temps (t), et selon la constante k. Les météorites finissent un jour ou l’autre à tomber sur une planète ou sur le soleil : il y en a donc de moins en moins en mouvement dans l’espace, car une fois qu’une météorite se consume dans l’atmosphère d’une planète elle est détruite, ou bien la météorite forme un cratère au sol. Une fois tombée, chaque météorite reste là où elle est…

 

  • De plus , ce n’est pas une coïncidence si elle arrivent de la même direction. 

Il existe divers type de météorites selon leur origine : les perséides, les céphéides, les géminides, les léonides, et caetera… C’est souvent d’après le nom d’une constellation du zodiaque. Normal car les météorites ont une orbite autour du soleil, et en ce sens elles font partie du système solaire, et leur orbite peut faire intersection avec l’orbite terrestre circumsolaire. Et comme il s’agit d’une orbite, c’est évident que cela provienne en apparence de la même direction, ce que l’on appelle le radiant.

Une image montrant des orbites elliptiques qui coupent l’orbite de la Terre. Mais non pas une direction, mais plusieurs directions qui font la distinction entre les perséides, les céphéides, les géminides, les léonides, et caetera…

perseids

 

  • Les orbites irrégulières des planètes. Elles ont convaincu les astronomes de l’existence de la Planète X , tellement que le directeur de la NASA a déjà déclaré ceci : « Les astronomes sont tellement certains que la 10 ème planète existe qu’ils pensent qu’il ne reste plus qu’à lui donner un nom. »

La planète X, ou dixième planète, est une appellation obsolète… Après la découverte de Pluton (en 1930) et celle de sa lune Charon (en 1978), on a découverte des planètes naines transneptuniennes : Varuna (découvert en 2000), Ixion (2001), Quaoar (2002), Sedna (découvert en 2003), Orcus (2004), Eris et Makémaké (découverts en 2005).

Cependant, aucune trace de Nibiru. Cette pseudoplanète qui se dirigerait vers la Terre est une fiction.

La citation que l’auteur dans le site Wikistrike attribue au directeur de la NASA, si elle est authentique, doit probablement dater d’avant les années 2000… (En effet, elle date de 1992)

Il serait enfin temps de t’intéresser à la vraie astronomie plutôt que s’accrocher aveuglément à des mythes pseudoscientifiques… Non ?

  • Le symptômes sont tellement nombreux que la conclusion s’impose par elle-même.

Absolument pas. J’ai montré le contraire…

  • Augmentation de la quantité de volcans , tremblements de terre , météorites , etc. 

Le volcanisme et les séismes montrent que la Terre est durablement active. Mais en aucun cas ces mécanismes naturels sont en augmentation. Le noyau de la Terre refroidit même peu à peu, et l’activité tectonique ralentit : il y a de moins en moins de séismes et de volcanisme, mais cette décroissance est très lente, ça prend des milliards d’années.

  • On ne peut pas voir Nibiru à l’œil nu , tout simplement parce qu’il arrive de la direction d’ou se trouve le soleil.

Bin voyons ! Cela t’arrange bien, hein ? Mais alors, si on y réfléchit : si Nibiru vient vers nous, et que le soleil est sur son chemin, c’est le soleil qui sera percuté par Nibiru, donc la Terre sera épargnée.

Ensuite, la probabilité pour un astre de rayon r entre en collision avec un autre astre de taille similaire situé à une distance R est de P = (1/4) * arcsin ² (r/R). Grosso modo, il y a un risque de 1 sur 10 millions de  milliards pour qu’un tel événement survienne, parce que les distances entre les astres sont significativement plus grandes que la taille des astres.

 

  • Il y a aussi la possibilité souvent évoquée qu’il pourrait s’agir d’une naine brune.

Tiens ? Une naine brune ? D’autres versions du mythe affirment que c’est une planète. Ou un éléphant rose, ou une licorne en plastique…

Nibiru désigne en réalité une divinité secondaire de la mythologie babylonienne, Nibiru est un dieu parfois associé au dieu Marduk.

L’écrivain de science-fiction Zecharia Sitchin, autoproclamé « historien » a écrit en 1976 un livre de science-fiction dans lequel il fait l’amalgame entre le dieu babylonien Nibiru/Marduk et une planète fictive qu’il a inventée. Dans leur délire, les fans de Sitchin ont détourné la science-fiction de son contexte pour en construire un mythe moderne. Depuis l’émergence d’Internet, les versions de ce mythe se sont multipliées, selon les concepts subjectifs délirants de chaque internaute.

Certains ont fait du roman de Sitchin une sorte de théorie, laquelle a été reprise par plusieurs mouvements New Age (dont certains ont la caractéristique d’une secte) qui associent la succession des différentes « ères » au passage de la planète Nibiru près de la Terre, et pour lesquels l’avènement du « Nouvel âge » correspondra donc à un nouveau rapprochement entre notre planète et l’astre mythique. La date de décembre 2012, fut présenté comme une date-clé, mais le 21 décembre 2012 n’a rien à voir avec le mythe babylonien mais a plutôt un rapport avec l’un des différents calendriers de la civilisation maya, ce qui est complètement hors contexte.  Le New Age a tendance à tout mélanger pour faire monter la mayonnaise, sans crainte des contradictions par conséquent à travers des concepts entremêlés et complètement déconnectés de leur réel contexte.

Sur Google Trends on peut visualiser l’historique du mot Nibiru comme critère de recherche sur Google depuis 2004. En gros, le mythe se répand sur Internet au début des années 2000, puis le buzz démarre vers août 2008. Et ensuite les journalistes exploitent le buzz, pour vendre du vent évidemment. Et le buzz atteint son paroxysme fin 2012, pour ensuite choir soudain, parce qu’il ne s’est rien passé le jour de la fin du monde, faisait perdre définitivement toute crédibilité sur Nibiru… Un mythe peut mentir à beaucoup de monde, mais un mythe ne peut pas durer tout le temps.

La pièce de théâtre est terminée, tirez le rideau !

Au fait, quel rapport entre le volcanisme qui s’emballerait (ce qui est faux), l’accroissement présumé (mais faux) de la quantité de météorites et une naine brune (…fictive, ou une planète fictive aussi, selon les délires divergents) ? Aucun…

Mais continuons à lire l’auteur de Wikistrike :

  • Nibiru est un système solaire ( plus petit que le nôtre ) composé de 7 planètes. La taille de la planète principale – Nibiru – est indéterminée , certaines sources mentionnent 3 ou 4 fois la masse de Jupiter , d’autres 3 ou 4 fois la masse de la Terre. 

Les sources ne sont pas fiables, car il y a une contradiction : comment peut-on observer des détails sur Nibiru en temps que système planétaire si Nibiru arrive de la direction où se trouve le soleil ?

De plus, comme la Terre tourne autour du soleil en une année, la trajectoire de Nibiru doit nécessairement être spiralée et non rectiligne afin que Nibiru, le soleil et la Terre restent alignés ! Et une spirale comme trajectoire, ça implique de fournir une énergie au lieu d’une trajectoire rectiligne ou parabolique ou hyperbolique due à la seule inertie.

Autre contradiction : Nibiru est redevenue une planète, ce n’est déjà plus une naine brune ? Nibiru est le foyer du système ou n’est-il qu’une planète en orbite autour de sa propre étoile ? C’est à n’y plus rien comprendre !

 

  •  La magnétosphère – le bouclier magnétique de la terre qui nous protège contre les rayons du soleil – est de plus en plus faible.

Il n’y a que toi qui l’affirme… Mais il n’y a pas fallu attendre Nibiru pour qu’il y ai inversion des pôles magnétiques terrestres : le phénomène s’est produit des centaines de fois dans l’histoire géologique de la Terre, et il n’y a pas eu la fin du monde à cause de cela…

  • l’héliosphère – le bouclier magnétique qui protège non seulement le soleil , mais notre système solaire au complet contre les rayons cosmiques – est lui aussi en train de se modifier. 

L’héliosphère n’a rien d’un bouclier. Le vent solaire est un flux de particules dont la pression est très faible. En train de se modifier ? Pure invention…

Les rayons cosmiques atteignent la Terre quand même, rien ne les arrête. Mais les rayons cosmiques ne sont pas une menace.

  • le noyau de fer qui est au centre de la terre s’est mis à tourner plus vite. Le noyau de la terre a accéléré sa rotation , donc création de plus de chaleur au centre de la terre. Et puisque la chaleur monte … plus d’activité volcanique et sismique.

Friction, oui, mais quand les milieux sont solides. Mais le noyau est solide, et il tourne sur lui-même dans un milieu plus fluide. L’activité volcanique concerne le manteau supérieur et la croûte terrestre.

Personne n’a observé une augmentation de l’activité sismique et du volcanisme.

Il n’existe aucun rapport entre l’activité tectonique terrestre et l’arrivée (fictive) de Nibiru, cela n’a aucun sens…

  • Imaginez un nouvel arrivant dans notre système solaire qui serait bourré de force électromagnétique. 

En elle-même, l’expression semble remplie de mysticisme et de magie, dénotant une méconnaissance de la physique. Une planète et une étoile, c’est d’abord une masse dont la propriété principale est un champ de gravitation. Mais comme cela ne suffit pas pour les ignorants, il faut y introduire de la magie et du merveilleux : une force mystérieuse, des lumières bizarres, et pourquoi pas le bruissement des sabrolasers de Starwars ? « Rrr shhhh rrr shh (respiration de Dark Vador), Luke ! Je suis ton père ! »

 

  • En traversant la Ceinture de Kuiper et le Nuage d’Oort , 2 immenses zones de débris qui sont aux confins de notre système solaire, Nibiru a poussé devant lui quelques objets – comme Elenin et Lovejoy , ainsi que et la météorite qui est tombée en Russie – qui avaient la même polarité. (puissance électromagnétique) 

Mais combien de temps a t-il fallu pour Elenin et Lovejoy pour provenir du fond du système solaire jusqu’à nous ? Des millénaires.

Mais les comètes ne sont pas poussées vers nous en une trajectoire unique : elles ont une orbite, longue certes, mais elles vont et elles viennent, en tournant autour du soleil depuis des milliers d’années. Si Nibiru avait perturbé l’orbite des comètes, ça se serait produit il y a des milliers d’années, il y a longtemps. Elenin a déjà fait plusieurs fois le tour du soleil, sachant qu’il faut plus de 10000 ans pour faire un tour complet autour du soleil.

Ainsi, si Nibiru avait perturbé les comètes, cela aurait été le cas il y a bien longtemps, et Nibiru nous aurait déjà anéanti depuis longtemps…

Quant à la « polarité électromagnétique » est une foutaise. Pffff, comme si les comètes et les planètes étaient des bornes Wi-Fi ou des antennes relais des télécommunications… Si les comètes avaient des champs électromagnétiques, alors la comète Tchouri auraient grillé l’équipement électronique de la sonde Philae et la sonde Rosetta depuis longtemps…

 

Bon, on arrête maintenant, c’est l’indigestion…

 

John Philip C. Manson

Les lieux sacrés et les alignements entre eux

Je reviens sur un des paragraphes de mon article https://jpcmanson.wordpress.com/2015/07/08/silence-ca-pousse/ dans lequel était évoqué le Vercors, que certains qualifient de « haut lieu énergétique »… Expression étrange à prendre avec des pincettes, bien sûr. S’il y avait vraiment de hautes énergies, il y aurait longtemps que les prophètes du développement durable les auraient exploitées…

iconlol

Selon le site ci-contre http://reve-la-tion.over-blog.com/article-hauts-lieux-energetiques-118830803.html les lieux « énergétiques » se situeraient à l’intersection de lignes « d’énergie », un peu comme « les méridiens d’acupuncture ». J’ai connaissance que cela s’appelle aussi « lignes ley », et cela me fait penser au « réseau Hartmann ».

Bien évidemment, si je parle de ce sujet, c’est pour en faire une analyse critique, et certainement pas pour en proclamer une quelconque adhésion.

Examinons bien l’image : https://eurogrille.files.wordpress.com/2013/01/avebury-mont-saint-michel.jpg

Les lignes font des intersections et tracent des formes hexagonales.

Trois lieux ont retenu mon attention : Stonehenge, le Mont Saint-Michel et l’île d’Oléron. L’alignement de ces trois lieux est-il parfait ? Non ! Le Mont Saint-Michel est approximativement au sud de Stonehenge, avec une déviation angulaire vers l’est de 18,25 minute d’arc, et l’île d’Oléron est approximativement au sud du Mont Saint-Michel, avec une déviation angulaire vers l’ouest de 12,66 minutes d’arc. De plus, la distance entre Stonehenge et Saint-Michel est carrément différente de la distance entre Saint-Michel et Oléron : 283,64 km pour la première distance, et 302,81 km pour la deuxième. Tandis qu’avec des hexagones réguliers, les segments auraient dû avoir géométriquement la même longueur. Vu la grandeur des distances pour un hexagone, cette aire couvre la surface d’un ou de deux départements français, il est donc naturel de trouver fortuitement des villes importantes (au moins 1 préfecture et des sous-préfectures) à proximité des « noeuds » de convergence des lignes… De là à les considérer comme des lieux sacrés…

Un calcul m’indique que si l’on disperse 34 points aléatoirement sur un plan, alors la probabilité qu’il y ait au moins 3 points alignés (selon une déviation angulaire inférieure ou égale à 0,5°) est supérieure à 50%. Ainsi, sur une carte IGN présentant une trentaine de points étant des lieux historiques, touristiques ou culturels (qui sont aléatoirement placés sur la carte), il y a de fortes chances pour que l’on observe un alignement de 3 points parmi la trentaine de points existants. L’alignement alors observé est dû au hasard, il n’y a pas de déterminisme caché derrière ça.

On a vu avec Stonehenge, Saint-Michel et Oléron que ces lieux sont assez approximativement alignés à défaut d’un alignement parfait. De plus, les distances diffèrent (ce qui ne forme plus vraiment un hexagone régulier).

Concrètement, un hexagone ici a un côté dont la longueur est soit de 141,82 km, soit de 151,405 km. Ainsi, l’aire d’un hexagone ici est entre 52254,9 km² et 59556,9 km² (soit plus de 5 millions d’hectares). Ainsi, en gros, il y a 3500 à 4000 villes dans chaque hexagone, d’après l’image https://eurogrille.files.wordpress.com/2013/01/avebury-mont-saint-michel.jpg Ce qui implique qu’un alignement même approximatif est assez probable… Il ne faut que 90 points aléatoires environ pour avoir au moins un alignement certain à 100% entre 3 points dont la déviation est inférieure ou égale à 0,5°.

Et en réexaminant un de mes articles anciens : https://jpcmanson.wordpress.com/2014/07/11/topometrie-alignement-de-sites-statistiques-et-probabilites/ je dois apporter des éléments nouveaux.

Il est possible de déterminer le nombre d’alignements de 4 points en fonction du nombre de points aléatoires sur un plan. J’ai personnellement trouvé une fonction :  A(N) = 0,0000312543 N3 – 0,000018304 N² – 0,000163868 + 0,000150918.

  •  On a alors 80 alignements de 4 points avec 137 points aléatoires.
  • Et 607 alignements de 4 points avec 269 points aléatoires.
  • On aura a priori un alignement à partir de 31 ou 32 points aléatoires.

 

 

John Philip C. Manson

 

Détection de mots caractéristiques et statistiques : le cas du New Age

  • Ceci est la suite de https://jpcmanson.wordpress.com/2013/03/16/comment-detecter-le-new-age-sur-le-web/

La thématique de cet article : comment trouver à coup sûr des contenus du New Age sur le web ?

Les mots-clés les plus souvent rencontrés chez le New Age (sans ordre défini de prédominance) :

  1. ascension
  2. fin
  3. nouvel âge
  4. Verseau
  5. extraterrestres
  6. réincarnation
  7. karma
  8. lumière
  9. paix
  10. amour
  11. dualité
  12. quantique
  13. lâcher-prise
  14. merkaba
  15. fraternité
  16. universel
  17. conscience
  18. paradigme / changement
  19. énergie
  20. cristaux
  21. chakras
  22. méditation
  23. mayas
  24. Atlantide

On retrouve évidemment tous ces mots dans tous les dictionnaires contemporains (mais les dictionnaires recensent les mots, les dictionnaires ne sont pas le produit du New Age). On retrouve aussi ces mots-clés dans les sites qui dénoncent le New Age.

Dans le web francophone, il existe plus de 900 résultats via Google qui sont caractéristiques du New Age.

Cependant, à un degré moindre d’occurrence de ces mots-clés, il arrive que l’on rencontre des coïncidences surprenantes : certains promoteurs du développement durable emploient le vocabulaire du New Age, notamment les mots suivants : paradigme, nouvel âge, conscience. Les gens curieux pourront tester les mots-clés suivants sur Google : conscience « nouveau paradigme » « nouvel âge » « développement durable » et constater par eux-mêmes. J’ai trouvé : « le nouvel âge de l’écologie » et « le nouveau paradigme de la décroissance ». Développement durable ou New Age ?…

A partir de quel fréquence d’emploi de mots typiques du New Age pour qu’on la considère significative afin de dire si oui ou non un texte est représentatif du New Age ? Voila une question intéressante. Des partisans du New Age, aux intentions pas très claires, et qui ne veulent pas qu’on sache qu’ils font partie du New Age, peuvent se laisser trahir par leur propre vocabulaire…

Quelle est la probabilité, parmi 35000 mots communs du dictionnaire français, de sortir au hasard les 24 mots typiques du New Age énumérés dans la liste ci-dessus ? Une chance sur 1,826*10⁸⁵. Ce qui est très peu probable. Ainsi, quand ces 24 mots apparaissent certainement dans un texte, c’est très significatif, ce n’est pas un hasard !

Aussi, par exemple, sachant qu’un de mes articles de mon blog contient environ 1000 mots distincts, la probabilité pour que mon texte de 1000 mots contiennent un seul des 24 mots typiques du New Age serait a priori de 2,78% (mais je fournis une meilleure réponse plus bas avec un script Perl). Mais pour que les 24 mots y soient tous présents, c’est très peu probable, et que par conséquent ce n’est pas un hasard.

Ce qui peut devenir intéressant avec les statistiques, c’est d’établir un outil mathématique capable d’évaluer si un texte provient d’un adepte du New Age ou pas. On pourrait dire que le test est considéré comme positif quand le score est supérieur à ce que l’on obtient au hasard.

En réalisant un programme en langage Perl, j’ai pu constater qu’un texte de 1000 mots peut contenir entre 0 et 2 mots du New Age (0 à 2 mots, soit 1 ± 1 (prenant compte de l’écart-type) issus d’un choix parmi 24 mots), au hasard. Cela voudrait dire que si un texte de 1000 mots contient significativement plus de 2 mots du New Age (parmi un choix des 24 mots cités en exemple plus haut), alors ce ne sera pas un hasard. Au hasard, un texte de 1000 mots a une chance sur 1000 d’avoir un mot du New Age, et lorsque l’on rencontre un nombre supérieur de mots du New Age dans le texte de 1000 mots, on parle d’évidence forte. Dans la page Wikipedia sur la signification statistique, de nouvelles recherches montrent qu’un test statistiquement significatif ne correspond à une évidence forte que pour une p-value de 0,5 % ou même 0,1 %, c’est-à-dire une chance sur mille d’être dû au hasard.

Dans le même ordre d’idée, des tests statistiques peuvent aussi servir à détecter des textes implicitement liés à l’extrême-droite, d’après les mots du vocabulaire typique de l’extrême-droite. Quelque soit la mouvance, je pense que des militants se voulant discrets peuvent se trahir eux-mêmes par leur propre vocabulaire.

Mais plus un vocabulaire d’une mouvance quelconque s’enrichit en mots, plus la présence de ces mots parmi 1000 mots devient probable, ce qui risquerait de rendre la mouvance plus difficilement détectable. En revanche, un vocabulaire réduit, minimaliste, comme la « novlangue » du roman « 1984 » d’Orwell, est ce qui est le mieux détectable.

Lorsque je me risque à faire des calculs directement, je cours le risque de me tromper. Des tests aléatoires au moyen d’un script Perl réduit le risque de mauvais calculs. Ainsi, la simulation informatique me montre que pour un livre d’environ 90 000 mots (comme le livre « L’homme est-il le responsable du réchauffement climatique », 308 pages), on a la probabilité (au hasard) d’y trouver (en moyenne) 65 mots du New Age (parmi les 24 mots-clés, chaque mot pouvant se répéter au moins une fois par exemple). Et 75 mots New Age pour une liste de 28 mots au lieu de 24. Ainsi, si l’on trouve dans un livre composé de 90 000 mots, une quantité significativement supérieure en mots New Age (je dirais au moins 130 ou au moins 260 mots New Age), alors ledit bouquin sera typiquement New Age.

Maintenant, je réalise une expérience : voici la couverture d’un livre New Age sorti en 1989 en version française.

elecshock

J’ai ouvert la page 13 de ce livre :

page13

J’y ai trouvé 4 mots qui sont familiers au New Age, ce qui porte ma liste à 28 mots.

Les nouveaux mots trouvés : télépathiques, entités spirituelles, esprit, extrasensorielle.

Comme j’ai la flemme de compter tous les mots de la page 13, alors 34 lignes multiplié par 11 mots par ligne = environ 374 mots.

En moyenne, d’après mon script Perl, j’aurais dû trouver 0,295 mots New Age dans la page 13, or il y a 4 mots New Age. C’est la preuve que la page est typiquement New Age.

Ce livre diabolise complètement l’électricité et le confort électrique moderne. Il est vraisemblable que ce genre de littérature anti-électricité, courante dans le New Age, ait pu influencer les gens qui se sentent persécutés et irradiés par les antennes relais et la téléphonie mobile…

D’après vous, quel est l’intérêt du New Age dans leur idéal d’interdiction de l’électricité ? Sans électricité, pas de télévisions ni d’ordinateurs, pas de téléphones et surtout pas d’internet. Une façon extrême d’isoler, de manipuler et d’endoctriner des adeptes du New Age qui ne subiront d’influence que celle de leur secte, sans contacts extérieurs…

Ajout du 7 novembre 2014 :

  • Lorsque, pour un livre de 90 000 mots, la courbe suit une distribution de Poisson, alors avec une moyenne de 75 mots New Age (due au hasard), et en se basant sur une liste de 28 mots-clés, alors le livre est statistiquement significativement New Age (pour une p-value inférieure à 0,05) si on y trouve plus de 89 mots New Age sur 90 000 mots. Avec une p-value inférieure à 0,01, il faudra trouver plus de 95 mots New Age dans un livre de 90 000 mots pour que cela soit un résultat significatif.
  • Sur la base de tests aléatoires avec un script Perl, afin de déterminer l’écart-type de la distribution normale, le résultat est significatif (avec p-value inférieure à 0,05) lorsque le livre contient un nombre supérieur à cet intervalle : de 83 à 92 mots New Age. Ce qui implique qu’au-delà de 92 mots, c’est sûrement significatif.
  • Puis à propos de la page 13, avec une moyenne de 0.295 mot New Age si c’était dû au hasard, alors avec une distribution de Poisson, on a un résultat significatif (avec p-value inférieure à 0,05) quand il y a plus d’un mot New Age à la page 13. Et avec une p-value inférieure à 0,01, le résultat devient significatif quand il y a plus de 2 mots New Age. Or dans la page 13 du livre testé, on trouve 4 mots New Age, c’est fortement significatif. Mais ce genre d’analyse vaut plutôt pour des dizaines ou centaines de pages du livre, on ne doit pas se contenter d’une seule page. En statistiques, on doit utiliser un échantillon suffisamment large.

 

Ajout du 9 novembre 2014 :

  • L’équation qui exprime le nombre de mots-clés New Age dans un texte de 1000 mots en fonction du nombre de mots-clés New Age dans une liste non-exhaustive, est linéaire.
  • Cette équation est y = 0,0330602 x + 0,0301684 et est presque de la forme y = k(x + 1) où k est une constante.
  • Ainsi, sur la base d’un vocabulaire français de culture générale (30000 mots d’après les lexicologues), sur un texte de 90 000 mots, on devrait rencontrer au hasard 142,6 mots New Age en moyenne, sur la base d’une liste de 47 mots New Age distincts. Et qu’un score de 163 à 171 mots-clés trouvés (au moins) dans un texte de 90 000 mots est une preuve statistique significative que le texte est typique du New Age.

linefunction

 

  • La liste des 47 mot-clés du New Age : amour ange ascension astral Atlantide atmique bioénergétique bouddhique causal chakras changement channelling christique conscience cristaux dualité électrosensibilité énergie entité ésotérisme esprit éthérique extraterrestre fin fraternité karma lâcher-prise lémurien lumière mayas méditation mental merkaba new age nouvel âge occultisme paix paradigme paranormal parapsychologie plan quantique réincarnation Septénaire subtil universel Verseau

© 2014 John Philip C. Manson

Séries « documentaires » TV : le bêtisier continue…

D’une semaine à l’autre, en examinant le magazine TV, la farce continue…

DSC_0004

La pyramide de Gizeh aurait généré des ondes par un réseau sans fil ? N’importe quoi ! Cela me rappelle les fantasmes des partisans du New Age qui croient en l’existence des « ondes de forme » (notamment pour les pyramides) dont la réalité n’a jamais été démontrée objectivement. Mais s’il s’agissait d’ondes radio (comme celles du Wi-Fi), les appareils de détection nous les auraient révélées depuis l’invention de la TSF, mais pas qu’à partir de 2013… Concrètement, quels éléments factuels avons-nous ?

DSC_0005

En ce qui concerne le synopsis dans cette nouvelle image, il s’agit d’une authentique série documentaire et non de la pseudo-science. Cependant, dans le cas présent, cela n’est pas exempt d’erreur ou d’inexactitude.

On peut lire ceci : les nébuleuses se forment à partir du vide de l’espace.

Concrètement, les nébuleuses sont produites par l’explosion d’étoiles (c’est le cas des nébuleuses planétaires et des rémanents de supernovae). Et les nébuleuses peuvent former de nouvelles étoiles.

Les nébuleuses peuvent former des systèmes d’étoiles en s’effondrant gravitationnellement. Ainsi, le système solaire se serait formé à partir d’une nébuleuse solaire. Ce scénario a été évoqué pour la première fois au cours de la seconde moitié du XVIIIe siècle par Kant et Laplace.

L’élément hydrogène tirerait son origine du Big Bang à travers les subtilités du vide quantique, mais après le Big Bang les nébuleuses ne se forment pas continuellement ex nihilo.

Et les bouteilles d’alcool, se forment-elles à partir du vide ? Quand je regarde en vain ma bouteille vide, j’essaie d’espérer…

iconlol

Ajout du 13 octobre 2014 :

AlTh

Des hybrides humains/extraterrestres… N’importe quoi … L’hybridation n’est possible qu’entre deux espèces très proches génétiquement. Deux espèces trop éloignées génétiquement n’engendrent aucune descendance, elles sont stériles. Moi, je n’ai jamais vu d’hybride issu de l’accouplement entre un chat et un lapin… Alors, avec des extraterrestres, encore moins.

Puis en ce qui concerne des enfants à l’intelligence surhumaine et qui viennent des étoiles, cela me fait penser au cas douteux des enfants indigos, ce thème est typique de la secte Kryéon.

 

© 2014 John Philip C. Manson

Topométrie : alignement de sites, statistiques et probabilités

  • Aujourd’hui, le sujet d’étude est consacré aux alignements de sites (monuments, églises, calvaires, mégalithes, etc), et ce concept va être confronté à la géométrie sur le plan et les probabilités.

Beaucoup considèrent ce genre de thème explicité par cet article suivant http://fr.wikipedia.org/wiki/Alignement_de_sites selon le point de vue du sourcier ou du mystique. Ainsi, dans la mouvance New Age, certains croient que les sites topographiques (dûment cités plus haut) forment des alignements surprenants et vont jusqu’à donner des interprétations et explications farfelues.

Moi-même, sur une carte IGN, il y a plus de 20 ans, j’ai constaté en effet des alignements (plus ou moins approximatifs) en ce qui concernent des sites qui ont été construits par la main de l’homme. Ces alignements existent, c’est un fait. Mais quelle interprétation peut-on leur donner ?

L’hypothèse mystique, religieuse, spirituelle ? L’œuvre des dieux du paganisme ou celle des petits hommes verts ? Non, il y a plus simple. L’on doit considérer le sujet comme un thème des mathématiques, notamment la géométrie sur le plan et la statistique.

J’ouvre une carte IGN. Elle est à l’échelle 1:25000. C’est-à-dire que 1 cm sur la carte représente 25000 cm sur le terrain, soit 250 mètres sur le terrain. Donc 4 cm sur la carte, cela fait 1 km sur le terrain. Il y a plus de 20 ans, je constatais des alignements comme je l’ai raconté plus haut.

Mais à propos de ces alignements, il fallait apporter une explication scientifique. Les maths sont là pour nous venir en aide.

Donc, j’ai ouvert la carte. Je pose 1 mètre carré de la carte IGN (IGN est le sigle de l’Institut national de l’information géographique et forestière), voir ici : http://fr.wikipedia.org/wiki/Institut_national_de_l%27information_g%C3%A9ographique_et_foresti%C3%A8re  Franchement, ils font de très bonnes cartes. C’est très intéressant d’étudier des cartes topographiques, notamment quand on fait de la géologie.

En créant un programme informatique qui utilise la notion de vecteurs colinéaires, j’engendre 3 points aléatoires sur 1 m² de la carte. La précision du positionnement de chaque point est de l’ordre de 1 mm sur la carte, soit 25 m sur le terrain. Pour que les 3 points soient alignés entre eux, à 1 mm près, la probabilité est d’environ 0,001%, soit une chance sur 100 000. Et au mieux, une chance sur 60 000 environ.

Mais si on considère un alignement fortuit et assez approximatif, où la déviation peut atteindre 1 cm sur la carte (soit 250 m sur le terrain) et non plus 1 mm, la probabilité atteint environ 0,1%, c’est-à-dire 100 fois plus probable environ par rapport à la précision millimétrique. Soit environ une chance sur 1000.

Pour compliquer les alignements, j’ajoute un 4e point aléatoire : pour que 4 points soient alignés à 1 mm près sur la carte carrée de 1 m², la probabilité pour que cela arrive est entre 0 et 0,0003%. Puis à 1 cm près sur la carte, la probabilité atteint environ 0,01%.

Pour compliquer à nouveau les alignements, j’ajoute un 5e point aléatoire : pour que 5 points soient alignés à 1 mm près sur la carte, sur une aire carrée de 1 m², la probabilité pour que cela arrive est nulle ou presque. Puis à 1 cm près sur la carte, la probabilité atteint environ 0,0001% au mieux.

Mais plus on va ajouter de points, plus les alignements vont en fait devenir de plus en plus probables. Par exemple, supposons que je sature la carte avec une multitude de points, tous espacés quadratiquement entre eux de 1 mm : on obtient alors des alignements horizontaux et des lignes parallèles, et aussi des alignements verticaux et d’autres lignes parallèles, il y a aussi de nombreuses lignes perpendiculaires, sans oublier non plus des alignements en diagonales et à des angles divers et d’autres lignes parallèles entre elles. Il est donc clair qu’après un certain nombre de points aléatoires ajoutés sur la carte, les alignements fortuits deviennent plutôt probables. Avec une carte précise au millimètre près, on peut y mettre un million de points dessus, et cela peut engendrer des milliers d’alignements fortuits (horizontaux, verticaux, diagonales, etc). Avec une précision de 1 cm sur la carte, on peut placer 10 000 points aléatoires et former fortuitement des centaines d’alignements.

300px-Ley_lines.svg

Image ci-dessus : 80 alignements avec 4 points à partir de 137 points aléatoires.

 

Leylines

Ci-dessus : 607 alignements avec 4 points à partir de 269 points aléatoires.

Les alignements topographiques de sites n’ont rien de miraculeux ni rien de mystique. Ces alignements peuvent avoir le hasard comme cause. Ou même la volonté humaine comme cause, les bâtisseurs pouvant décider sciemment de créer des alignements voulus.

 

D’après mes propres recherches, il semblerait que la probabilité optimale d’obtenir un alignement de 3 points avec 3 points aléatoires avec une précision de l’ordre du millimètre au sein d’un carré de 1 mètre de côté serait égale à (0,001 pi / 3) × 3 × 2 = 0,0063, soit 0,63%.

Selon moi, il faut au moins 10 à 11 points aléatoires (avec une précision au mm près pour la position de chaque point) sur un carré de 1 m de côté pour que l’on rencontre au moins un alignement fortuit de 3 points à coup sûr.

 

© 2014 John Philip C. Manson

Sur certains documentaires actuels

Je me demande si la mission de la TV est d’informer ou de faire de l’audimat.

On voit beaucoup de sport, notamment le football en ce moment (normal c’est la coupe du monde). Du sport il en faut, bien sûr. Mais en ce qui concernent les «sports intellectuels», c’est le vide sidéral : je ne vois pas de tournois de jeu d’échecs à la TV par exemple. Les compétitions cérébrales, ça n’attire pas les téléspectateurs ?

Mais aujourd’hui, je vais parler des documentaires télévisés.

Ce matin, j’ai feuilleté les pages d’un magazine de programmes TV. J’ai relevé deux choses qu’il va falloir recadrer dans leur contexte.

alien-th

Des preuves de l’existence d’une civilisation extraterrestre venue sur Terre ? C’est faux. Il n’y a pas de preuves objectives à ce jour. Ce qui est raconté par les polémistes en ce qui concerne les tablettes sumériennes ne provient que d’interprétations subjectives, souvent sans même que les protagonistes (qui ne sont pas des historiens) n’aient examinés soigneusement eux-mêmes ces tablettes… La civilisation sumérienne possède beaucoup de mythes, c’est certain, mais les mythes sont l’ensemble des croyances et légendes d’un peuple. Les mythes ne sont pas la réalité. De là à faire l’amalgame entre les dieux antiques et les aliens, c’est fort de café… Les interprétations mystiques actuelles sur les sumériens et les extraterrestres, c’est en lien avec les Annunakis et Nibiru, souvent tirés des romans de Zecharia Sitchin, ces récits font fantasmer les adeptes du New Age qui nous annonçaient la fin du monde pour le 21/12/2012 qui n’a pas eu lieu…

Un aperçu d’une tablette sumérienne, en écriture cunéiforme : http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Table_de_division_et_de_conversion_des_fractions_-_Louvre_-_AO_6456.JPG L’écriture et le calcul sont des inventions humaines très importante lors de l’émergence de l’agriculture au Proche Orient.

Exemple de texte sumérien : http://fr.wikipedia.org/wiki/Sum%C3%A9rien#Exemple_de_texte  Ça parle de roi, des dieux, de guerriers, de sanctuaire.

Sitchin est l’auteur d’un livre («La douxième planète»), un livre truffé d’informations fausses (à moins que la fiction mise en scène est typique de ce que le livre est : un roman) sur la signification de certains mots en hébreu dans l’Ancien Testament. Ces mots étant notamment «Nephilim», «Giborim», «Elohim» et «Shem».

De plus, un sévère anachronisme et un amalgame : la fin du monde pour décembre 2012, ce fut annoncé par les sumériens ou les mayas ? Les mayas seulement (et à partir d’une seule phrase mal interprétée), mais pas les sumériens du tout. Ce sont deux mythes distincts que Sitchin avait trouvé bien de mélanger.

Maintenant, que dire sur la fin du monde pour 2012 qui fut prétendument une prédiction des mayas ?

Je cite Jean-Michel Hoppan, du centre d’études des langues indigènes d’Amérique :

“Cette date, toutefois (le 21 décembre 2012), n’apparaît que dans une seule et incomplète inscription maya datant de la seconde moitié du VIIe siècle, sur le monument 6 du site archéologique de Totuguero, dans l’état de Tabasco, au Mexique. Le long texte de cette stèle s’achève par une référence à la date du ’4 Ahau 3 Kankin’ mais juste pour signaler ‘qu’interviendra alors une divinité appelée Bolonyocte’. Rien d’autre. Surtout, la fin d’un cycle, dans l’esprit des mayas, ne signifiait nullement la fin DU monde, mais la fin D’UN monde, le début d’une nouvelle ère dédiée, comme les précédentes à des entités mythiques. Cela leur permettait en quelque sorte de remettre les compteurs zéro.” 

En d’autre termes, tout ce qui a été rajouté sur le 21 décembre 2012 n’est que pure affabulation. Car il n’existe aucune prophétie maya prétendant que la fin du monde arrivera à cette date.

Intéressant : http://www.sceptiques.qc.ca/dictionnaire/sitchin.html

Faites vos recherches et vous verrez que 100% de ceux qui parlent de la planète X portant le nom de Nibiru et ses habitants les Annunakis tirent leurs informations ou bien directement des livres de M. Sitchin, ou bien indirectement par autres livres ou sites web (forums et blogs) interposés.

De là à ce que la TV diffuse ces salades comme relevant de la réalité historique ou scientifique, c’est grave.

 

myst-univ

Autre synopsis de la même émission TV. Oui, selon les lois de la physique, la vitesse de la lumière dans le vide est ultime, et constante, et il est impossible de dépasser cette vitesse ni même de l’atteindre. Plus concrètement, la constance de la vitesse de la lumière est un des postulats de la théorie de la relativité. Et depuis plus d’un siècle, on n’a pas pu contredire la théorie de la relativité (mais ça ne veut pas dire forcément qu’une théorie est vraie, on dit plutôt qu’une théorie est potentiellement falsifiable (réfutable)).

Les scientifiques tentent-ils de franchir la barrière de la lumière ? Est-ce envisageable ? Sur papier, certains physiciens ont proposé l’hypothèse des tachyons, qui iraient plus vite que la lumière, d’autres ont imaginé une distorsion de l’espace-temps pour réduire la durée des voyages interstellaires (warpdriving d’Alcubierre). Dans les faits, rien n’indique que l’on puisse dépasser la vitesse de la lumière.

Cependant, contrairement à ce que raconte le synopsis ci-dessus, il n’existe aucune preuve de l’existence des univers parallèles. Tout ce que nous avons actuellement, ce sont des hypothèses, pas des faits… Des physiciens proposent des hypothèses, mais ils n’ont pas de preuves à propos des univers parallèles.

Des contre-vérités dans des émissions TV leur ôtent l’appellation de documentaires…

Concrètement, c’est quoi, un documentaire ? Un documentaire est soit artistique et créatif (ça peut être un reportage dans les musées du mouvement impressionniste ou expressionniste, par exemple), soit informatif ou didactique (historique, animalier, ou scientifique ; mais diffuser de la désinformation ce n’est pas faire du documentaire). Le genre documentaire étant construit à partir d’images du réel, il s’oppose au genre fiction. Néanmoins, la reconstruction historique avec des comédiens fait appel au docu-fiction. Le docu-fiction, c’est le cas particulier où on fait appel à la fiction pour évoquer des faits historiques que l’on reconstitue, mais des faits qui furent réels, évidemment.

Mais faire passer des mythes antiques ou contemporains pour la réalité, ce n’est pas faire du documentaire… Si on me dit que c’est une forme d’art, OK, il s’agit alors de science-fiction. Mais si c’est pour faire croire des balivernes, en faisant passer pour véridique ce qui est inepte, alors il s’agit d’une tromperie. On peut me raconter que c’était de bonne foi, qu’on croyait que c’était vrai, des faits que l’on croyait réels… Mais pourtant, internet regorge de ressources documentaires non négligeables pour s’informer et recouper les informations, c’est ce que j’avais fait en enquêtant sur le mythe de Nibiru et la secte New Age à propos du thème de la fin du monde et du calendrier maya. Quand on cherche bien, et sérieusement, on trouve !

 

 

© 2014 John Philip C. Manson