Des phénomènes que la science ne parvient pas à expliquer ?

Des phénomènes que la science ne parvient pas à expliquer ?

L’on devrait dire plutôt : des phénomènes que les journalistes ne parviennent pas à expliquer.

Est-ce que ce sont de vraies mystères, ou bien une façon de vendre du mystère en péchant par omission ?

Dans le lien ci-dessus, des lumières associées à des séismes ne trouveraient pas d’explication.

Personne n’a t-il entendu parler de l’effet piézoélectrique ? Lorsque des contraintes mécaniques sont exercées sur des minéraux (comme lors d’un séisme, et comme dans une montre à quartz), un courant électrique (avec parfois émission de lumière) est induit dans les roches. La première démonstration de l’effet piézoélectrique direct est due à Pierre et Jacques Curie en 1880. Les matériaux piézoélectriques sont très nombreux. Le plus connu est sans doute le quartz, toujours utilisé aujourd’hui dans les montres pour créer des impulsions d’horloge. Mais ce sont des céramiques synthétiques, les PZT qui sont le plus largement utilisées aujourd’hui dans l’industrie. Pour en savoir plus : http://fr.wikipedia.org/wiki/Pi%C3%A9zo%C3%A9lectricit%C3%A9

 

Dans le lien ci-dessus, l’on essaie d’attribuer des causes différentes pour le triangle des Bermudes par rapport à d’autres lieux, alors que les statistiques révèlent qu’on ne relève pas plus d’accidents dans cette zone qu’ailleurs. Ainsi, pourquoi imaginer des causes bizarres dans ce triangle par rapport au reste des accidents survenus dans le reste du globe ?

En 1975, le cabinet d’assurances Lloyd’s de Londres indiquait (à raison) que le « Triangle des Bermudes » n’était pas plus dangereux que d’autres routes maritimes internationales. En 2006, les compagnies d’assurances ne jugent pas utile de majorer leurs primes pour les navires ou avions amenés à traverser cette zone. Pour vous rafraîchir la mémoire : le triangle des Bermudes est une légende inventée par un journaliste. Il n’y a donc rien à expliquer autour d’un phénomène qui n’existe significativement pas…

 

Dans le lien ci-dessus, personne ne semble n’avoir trouvé d’explication pour un troublant signal venu de l’espace. Un signal envoyé par des extraterrestres intelligents ? Oh que non ! Des explications, il y en a…

En effet, les astronomes (via un autre radiotélescope) ont été mystifiés par le rayonnement d’un four à micro-ondes qui siégeait dans leurs locaux, ce qui produisit la détection d’un faux signal. Le signal fut émis du four à micro-ondes lorsque la porte était ouverte avant même l’arrêt du fonctionnement du four. Tsss, de là à aller jusqu’à croire aux aliens… Mieux vaut vérifier d’abord si ce ne sont pas des rayonnements parasites qui ont été produit par les activités humaines sur Terre… Pour en savoir plus : http://passeurdesciences.blog.lemonde.fr/2015/04/29/des-astronomes-mystifies-par-des-fours-a-micro-ondes/

Dans le lien ci-dessus, encore un retour médiatique du suaire de Turin. En 1988, une datation au carbone 14 mis définitivement fin aux espoirs d’authenticité du suaire. Celui-ci a été clairement fabriqué au Moyen-Âge et ne date donc pas de l’époque du Christ. Le suaire est un faux, il restera toujours un faux, même si pour certains c’est dur d’accepter ce fait. Malgré la conclusion livrée par la science, certains restent dans le déni, et l’objet continue d’être vénéré comme une sainte relique.


© 2015 John Philip C. Manson

 

Publicités

Albert Einstein tourné en dérision par un « documentaire » TV

N’importe quoi…

EinsteinAlien

Certains « documentaires » racontent des âneries. Ici, Einstein est considéré comme un extraterrestre, comme si les auteurs du « documentaire » rejetaient le fait que le cerveau humain est suffisant pour apprendre les mathématiques…

Les maths et les sciences, ce n’est pas insurmontable : il faut être motivé, intéressé par cela, et se mettre au travail. Il n’existe pas d’aptitude aux maths sans efforts.

Croire que les extraterrestres sont à l’origine des connaissances les plus complexes, c’est faire le déni de l’intelligence humaine, c’est insulter l’espèce humaine. Mais quand je vois le niveau polémique du synopsis de ce « documentaire », je crois plutôt à la connerie humaine, là…

La TV c’est de pire en pire…

(c) 2014 John Philip C. Manson

Analyse du synopsis d’une émission sur les OVNI

  • Ce présent article est l’épilogue du bêtisier scientifique de l’été.

Voici la photo d’une page d’un magazine TV :

DSC_0156

  • Le rédacteur du texte admet d’emblée l’existence de témoignages fantaisistes sur les OVNI…
  • … mais quand les témoins sont des personnages respectables, notables, experts, spécialistes, etc, ces témoignages deviennent par glissement sémantique des vérités irréfutables, des dogmes… Cette attitude étrange et malhonnête est typique de l’argument d’autorité. Ce procédé est une manipulation de l’opinion publique.

Ce n’est pas parce que des individus sont des spécialistes et des experts que le sujet étudié est forcément la vérité. Des scientifiques eux-mêmes (des « scientifiques » notoires, médiatiques et douteux, dont je ne divulguerai pas le nom) peuvent raconter des conneries énormes, personne ne fait exception. Même le célèbre astrophysicien Arthur Eddington, l’un des physiciens les plus importants du XXe siècle, spécialiste de la question des réactions thermonucléaires de l’hydrogène du soleil, a eu une période difficile dans sa vie à travers une crise mystique qui l’a conduit à écrire une forme de numérologie farfelue. Bref, il avait pété les plombs durant la dernière vingtaine d’années de sa vie, bien qu’auparavant ses travaux scientifiques aient beaucoup contribué à la science…

Ce qui crédibilise les connaissances scientifiques, ce sont les faits eux-mêmes, évalués avec rigueur et objectivité. Mais pas les experts eux-mêmes. Une astrologue célèbre, par exemple, ne rend pas l’astrologie plus vraie.

Suite à ce synopsis analysé, examinons l’avis mentionné : « des témoignages de qualité qui chamboulent les convictions des plus sceptiques »… La conviction est propre aux croyances. Les crédules sont convaincus de ce qu’ils croient. Les sceptiques, eux, n’ont aucune conviction, ils n’ont que des doutes. Les sceptiques demandent à observer des phénomènes et à examiner des preuves matérielles, sachant que les témoignages restent superficiels et ne constituent pas des preuves matérielles. Mais comment avoir une conviction s’il n’y a pas de preuves matérielles à examiner ? Des témoignages ne prouvent rien, même si les témoins sont des célébrités ou des spécialistes. Les faits seuls permettent d’établir l’existence d’un phénomène, pas des affirmations invérifiables.

Deuxième synopsis : « comment croire une personne qui affirme avoir vu des extraterrestres ». Le souci de «croire» revient souvent. Croire n’est pas une attitude rationnelle ni scientifique. De simples témoignages ne peuvent pas constituer des éléments de vérité. La méthode scientifique étudie des indices matériels (s’ils existent), en enquêtant sur le terrain. Des témoignages peuvent aider à orienter l’enquête, mais ils ne peuvent pas constituer l’unique maillon des recherches. Il faut nécessairement des preuves objectives indépendantes de la psychologie des individus. Plus clairement, les témoignages ont la nécessité de pouvoir être réfutables de façon à ce que l’on produise des hypothèses vérifiables auxquelles l’on puisse y répondre par des termes qualitatifs comme piste crédible ou hypothèse réfutée sur la base de données quantitatives objectives (ce que les témoignages ne sont pas). Si l’on ne se basait seulement que sur des témoignages sans prendre la peine de gratter le vernis en profondeur, ça ne servirait à rien, ce serait brasser de l’air et vendre du vent…

 

© 2013 John Philip C. Manson

 

Une découverte hors de notre portée technique est-elle une preuve indirecte d’une civilisation extraterrestre technique ?

Une chose qui est hors de notre portée ne peut pas être découverte…
Une preuve matérielle (atomes, molécules, champs, forces, spectre électromagnétique…) est ce qui est nécessairement à la portée de nos yeux ou de nos instruments de mesure (observations + expériences).«Une découverte hors de notre portée», dans le sens d’impossibilité de l’observer ou de l’expérimenter, est une contradiction.

Vivre dans la contradiction sans éprouver la moindre gêne, c’est une bizarrerie. Les contradictions incitent au doute.

Une chose qui existe doit nécessairement pouvoir être prouvée. On peut disposer des moyens d’observation pour cela, ou savoir comment faire mais ne pas pouvoir le faire, tout est question de temps et d’argent et de moyens parfois difficiles à mettre en œuvre.
Mais l’inexistence d’une chose ne peut pas être prouvée, c’est un non-sens. Mais quiconque affirme l’existence de X doit prouver lui-même que X existe. Ce n’est pas aux sceptiques de prouver que X n’existe pas, parce que c’est un non-sens logique.

L’exemple de l’étoile à neutrons a de particulier que celui-ci est un concept a priori crédible, mais techniquement on n’a aucune observation ni aucune expérimentation en ce qui concerne une masse compacte de neutrons à l’échelle macroscopique (techniquement on ne connaît que les neutrons individuels et très rapides, comme ceux émis par certains corps radioactifs). L’étoile à neutrons est un objet théorique mais on n’a aucune preuve de ce que c’est concrètement et de ce qui s’y passe. Donc je maintiens mes propos : une découverte repose nécessairement sur des preuves observationnelles ou expérimentales. Un concept crédible peut précéder une découverte, mais il n’y a de découverte que si le modèle est validé par des preuves. Autrement, ça ne reste qu’une hypothèse. Tout ce que nous avons actuellement au sujet des étoiles à neutrons, ce sont les «vues d’artiste», et l’on a d’observation que les rayons X que ces étoiles émettent… (exemple ici : http://www.techno-science.net/?onglet=news&news=4434 ) L’imaginaire ne doit pas remplacer la méthode scientifique.

Dans tout ce que je dis, je ne nie rien. Je ne nie pas par exemple l’existence des étoiles à neutrons. En science, les preuves se révèlent nécessaires, c’est tout. À propos de l’invisibilité, si ce phénomène paraissait impossible autrefois, et qu’il commence à devenir crédible techniquement, on commence alors à disposer de preuves que cela commence à devenir une réalité. Mais tant que les travaux sur l’invisibilité n’étaient pas encore développés, nous ne pouvions pas savoir d’avance si cela était possible ou pas. Une découverte ne se devine pas d’avance par télépathie ni par la voyance… Exiger des preuves et nier quelque chose, ce sont deux choses différentes. On ne peut pas deviner ce que sont les choses tant qu’on ne les aura pas encore observées ou expérimentées. Ce serait périlleux de croire que des modèles théoriques sont des faits.

  • «Toute connaissance accessible doit être atteinte par des méthodes scientifiques ; et ce que la science ne peut pas découvrir, l’humanité ne peut pas le connaître.»    (Bertrand Russell / 1872-1970 / Religion et Science / 1957)

Quel est le plus concevable entre l’existence ou l’inexistence d’autres vies dans l’univers ?

Quel est le plus concevable entre l’existence ou l’inexistence d’autres vies dans l’univers ?

La question de la vie extraterrestre en tant que concept, c’est de la masturbation intellectuelle de type métaphysique. En effet, je prends un exemple : il est plus facile de concevoir un bisounours rose ou multicolore comme l’arc-en-ciel plutôt qu’un bisounours noir, et pourtant les bisounours n’existent pas…

iconlol

Le fond du problème n’est pas conceptuel mais observationnel. Un concept peut paraître cohérent, il peut l’être complètement, (il peut cependant être archi-faux quand il se contredit lui-même ou quand il contredit les faits objectifs) mais la propre logique d’un concept ne s’applique qu’à l’abstraction de ce concept, cette logique s’applique seulement à lui-même et indépendamment des faits. Les sciences expérimentales ne s’appuient pas sur de pures abstractions conceptuelles, l’expérimentation consiste en des observations et des expériences afin de réunir des données quantitatives en vue d’établir des preuves matérielles. Par exemple, la transmission des caractères héréditaires ne serait restée qu’un concept s’il n’y avait pas la preuve de l’existence de l’ADN et des gènes, ainsi que l’absence des preuves de l’hérédité à travers des expériences d’hybridation de petits pois (cf. les travaux de Gregor Mendel).

En science, on construit des conclusions à partir de preuves matérielles.
Dans le débat contemporain, on n’a pas encore de preuves de la vie extraterrestre, les discussions tournent autour de concepts plus ou moins réalistes mais on n’a rien pour comparer…

Même si l’existence de la vie dans l’univers est une hypothèse crédible, elle reste difficile à vérifier.

Tant que les sondes spatiales n’ont rien découvert de neuf, il n’y a franchement rien à déclarer. On ne peut parler que de la vie sur Terre, c’est la seule vie que l’on connaît. Les fantasmes sur les extraterrestres, parfois jusqu’au mysticisme, ce n’est pas du tout mon truc… Mieux vaut savoir avec des preuves que croire sans preuves.

On peut émettre des hypothèses sur la vie extraterrestre, mais elles seront peut-être invérifiables pendant plusieurs décennies, voire quelques siècles… Que la prudence nous garde de changer ces hypothèses en dogmes religieux… Avec une telle extrémité, ce serait dénaturer la science, ce serait instituer l’obscurantisme.

L’existence de la vie ailleurs doit être établie par des preuves scientifiques, tandis que l’inexistence ne peut pas se démontrer (on peut prouver l’existence d’une chose, pas son inexistence, et l’exigence de preuves n’est pas un déni de l’existence puisque ce qui existe doit pouvoir nécessairement être prouvé), et tandis que des concepts seuls ne constituent pas des preuves, puisque ce sont les observations et les expériences qui sont le fondement des preuves.

Moi, quand je veux prouver, par exemple, l’existence d’une espèce animale très ancienne, je montre ma collection de fossiles, je ne m’autoriserai pas à spéculer ou imaginer ce qui aurait pu exister, car l’imaginaire est fertile en idées mais on peut lourdement se tromper. Des faits objectifs, eux, ne mentent pas…

 

© 2013 John Philip C. Manson

Reproduction intégrale ou partielle interdite – Tous droits réservés.

Arc-en-ciel le 21 avril 2012

Par chance, j’ai acheté des piles électriques rechargeables quelques jours plus tôt. En effet, un appareil photo se révèle utile lorsque des circonstances surviennent, un scoop, un événement rare.

J’ai photographié en urgence un arc-en-ciel. L’appareil photo était prêt pour servir.

Quand il pleut en même temps qu’il y a du soleil, l’arc-en-ciel se forme dans la direction opposée au soleil. Ainsi, au soleil couchant (à l’ouest), l’arc-en-ciel est situé à l’est.

J’ai découvert à ce jour que le zoom sur l’arc-en-ciel permet un meilleur rendu de l’image. Car d’habitude le zoom rend l’image plus floue.

Photo du 21/04/2012.

Voici le précédent arc-en-ciel, photographié le 13/12/2011 :

rainbow131211.png

Et le premier que j’ai pris en photo le 10/06/2011 :

rainbow.jpg

 

Prendre en photo des événements relativement peu fréquents dans l’immédiat, ce n’est pas très compliqué à faire. On met des piles au nickel-métal hydrure dans l’appareil photo numérique, on attend l’événement, et on sort dehors aussi vite que possible pour prendre des photos.

Dans notre époque dominée par la technologie, où les gens sont pathologiquement dépendants de leur téléphone mobile, de leur iphone ou de leur ipad, il est devenu impossible de rater le moindre événement sur notre planète où tout devient facilement médiatisé et relayé par le moindre appareil moderne (notamment dans des pays soulevés par la révolte populaire).

Si je dis tout cela, c’est parce que je me demande pourquoi il y a de moins en moins de photos et de vidéos de soucoupes volantes à notre époque, par rapport aux années 70, 80 voire 90 où les documents flous et confus suggéraient plus ou moins le débarquement imminent des aliens… Nous sommes équipés de téléphone avec appareil photo intégré, c’est l’ère magnifique du numérique, aucun événement ne peut plus nous échapper. Alors, pourquoi les OVNI se font plus rares ? Les extraterrestres ont-ils peur d’être pris en photo tellement ils sont hideux ? Non, je ne fais pas allusion aux frères B.   😉

L’ufologie est une supercherie, voila pourquoi peut-être les photos deviennent plus rares à ce sujet, car avec le numérique on ne peut plus se permettre d’avoir des images floues. De nos jours, le célèbre visage de Mars, dans la région de Cydonia sur la planète rouge, n’aurait jamais connu l’histoire abracadabrante chez les illuminés de l’ufologie si les images avaient été nettes dès les années 70…

© 2012 John Philip C. Manson

Un OVNI aperçu près de la planète Mercure ?

Critique de l’article : http://fr.news.yahoo.com/un-ovni-aper%C3%A7u-pr%C3%A8s-de-mercure.html
Le sensationnalisme n’a pas sa place dans les sciences.
L’hypothèse la plus probable, c’est un grain de poussière qui glisse sur le miroir du télescope. Mais si le point que l’on voit était vraiment dans l’espace près de Mercure, ce serait un objet bien trop gros pour être crédible, et ses mouvements saccadés correspondent à des accélérations incompatibles avec la survie des pilotes si l’objet était un vaisseau spatial extraterrestre. Des mouvements saccadés vus de loin, ça correspond à des accélérations brutales et à des freinages brutaux, ce qui est extrêmement consommateur en énergie… C’est un grain de poussière, volontaire ou accidentel, sur le télescope lui-même, je maintiens cette hypothèse. En science, on ne multiplie pas les hypothèses superflues, on garde l’hypothèse la plus probable et la plus simple (principe du rasoir d’Occam).
Franchement, Yahoo est tombé bien bas, avec des canulars grossiers comme l’OVNI de Mercure, la momie extraterrestre au crâne soi-disant non humain, et les astéroïdes annoncés comme devant tous s’écraser systématiquement sur Terre… Où est passée la déontologie du journalisme ?

 

 

© 2011 John Philip C. Manson