André Brahic nous a quitté

Cif6KSmW0AErSe5.jpg large

Terrible nouvelle. C’est avec une très profonde tristesse que je viens d’apprendre sur Twitter le décès de l’astrophysicien André Brahic, qui avait lui-même découvert les anneaux de la planète Neptune. Nous perdons un excellent vulgarisateur scientifique.

Avec son talent pour captiver l’attention de son auditoire, avec son éternel sourire, il parlait des étoiles et des planètes avec passion. Il figure parmi ceux qui ont contribué à ma vocation scientifique. Merci, André Brahic.

Décidément, 2016 est une année maudite, nous perdons régulièrement des personnalités que nous aimons.

Espérance de vie, probabilité de décès et statistiques

Ces derniers mois, je m’intéresse beaucoup aux statistiques. En particulier, j’avais parfois étudié l’âge moyen de décès dans certaines communes françaises.

Mais la question qui me turlupine depuis un bon moment : bien que l’on sache calculer l’âge moyen du décès des habitants d’une ville, quel peut bien être l’écart-type autour de la moyenne ?

J’ai trouvé une astuce. L’espérance de vie à la naissance correspond à l’âge moyen au décès quand celui-ci surviendra. Ainsi, en 1970, l’espérance de vie en 1970 était de 71.8 ans pour les habitants de l’Europe de l’ouest (source : http://books.google.fr/books?isbn=884700487X).

Et autre paramètre intéressant :

« Les démographes ont calculé qu’en 2000, 0,08 % des Français âgés de 30 ans sont décédés en cours d’année. »   (source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Esp%C3%A9rance_de_vie_humaine)

Par conséquent, on peut enfin calculer l’écart-type pour la population française en l’an 2000 (c’est facile à calculer pour les villes une par une, mais quand on entend parlr d’espérance de vie de tout un pays, on n’entend jamais parler d’écart-type…).

courbegauss

Alors, je trouve un écart-type tel que x = 15,927.

Donc, si je ne me trompe pas (je l’espère), il est possible d’établir la probabilité de mourir à un âge donné, sachant que l’âge moyen au décès est 71,8 ± 15,927 ans.

Par conséquent, en 2000, la probabilité de mourir avant l’âge de 50 ans était de 8,55%. Et la probabilité de mourir avant l’âge de 60 ans était de 22,9%. Evidemment, la moitié des français meurent avant l’âge moyen au décès, et l’autre moitié, après cet âge moyen.

A noter que j’obtiens un écart-type similaire d’une ville à l’autre, par rapport à l’écart-type national.

Là je vais évoquer quelque chose qui est peut-être inédit : sachant que les cartographes fabriquent des cartes précises avec des courbes d’altitude et de relief, ainsi que des couleurs représentant les strates géologiques, mon idée est que ce serait plutôt utile de créer des cartes qui indiquent l’âge moyen au décès, ville par ville, et ces cartes seront variables et comparables entre elles d’une année à l’autre. Ce genre de carte nécrologique permettrait de repérer par exemple les zones de surmortalité, indiquant l’existence d’une pollution plausible. Carte facile à faire quand il s’agit de villages voisins entre eux, mais difficile pour les grandes villes où il y a beaucoup de données à traiter (long à faire, mais plus il y a de monde, plus c’est précis).

 

© 2014 John Philip C. Manson