Médiumnité et ampoules électriques grillées

Supposons une émission télévisée avec un animateur populaire qui met un scène un « puissant médium » qui se prétend capable de griller par télékinésie les ampoules électriques à distance.

Supposons qu’il y ait un million de téléspectateurs qui regardent l’émission, ou plutôt 1 million de domiciles, et que dans chaque domicile il y ait en moyenne 16 ampoules électriques. L’émission est diffusée lors du début du crépuscule, au soir, pendant une durée de 2 heures.

Le médium se concentre (ou feint de se concentrer) sur sa capacité à agir à distance sur des ampoules électriques, prétendument par télékinésie. Soudain au cours de l’émission, le standard téléphonique explose : des milliers d’appels préviennent sur des phénomènes de grillage d’ampoules chez eux. Le médium a t-il donc un mystérieux pouvoir ?

Non ! Le hasard seul peut expliquer cela. Et le médium profite de ce hasard pour détourner l’attention des crédules.

En fait, le grillage des ampoules électriques c’est juste un problème statistique. Une ampoule électrique a une durée de vie limitée (vie de 1000 heures, donc probabilité de grillage de 1 sur 1000 lors de l’heure qui vient, soit une probabilité de 1 sur 501 environ pour qu’une ampoule qui dans un délai de 2 heures). Toutes les ampoules grillent naturellement, par usure normale. Ce qui fait que lorsqu’un charlatan prétend, lors d’une émission télévisée de grande audience, pouvoir faire griller des ampoules à distance juste en se concentrant pendant quelques instants, les quelques instants en question sont suffisants pour que sur le million de téléspectateurs regardant ladite émission, il y en aura 16 x 1000000 x (1/501) = presque 32000 qui verront en effet au moins une ampoule griller chez eux au moment d’allumer la lumière pendant le crépuscule.

Ensuite, les biais humains en matière d’expérimentation (crédulité, généralisation d’un exemple personnel, égoïsme et importance d’un cas personnel, et le fait qu’on ne retient que les exemples marquants) font le reste. Ainsi, ces 32000 personnes environ téléphonent toutes (ou presque) au même moment au standard téléphonique de l’émission qui est littéralement saturé : le charlatan devient crédible. Avec n’importe quel autre phénomène paranormal revendiqué, on peut réaliser n’importe quel autre trucage similaire. Dans la magie, il y a toujours un truc.

La crédulité n’engage que ceux qui se font fait piéger. Ce sont les pigeons qui entretiennent le charlatanisme et le business des escrocs.

Maintenant, voici un témoignage : http://forum.doctissimo.fr/psychologie/Paranormal/ampoules-grillees-semaine-sujet_15936_1.htm Une personne se dit troublée par ces coïncidences d’ampoules grillées les unes après les autres. Là encore, cela n’est qu’un phénomène statistique. Quand une maison possède 16 ampoules électriques, la probabilité de grillage d’une ampoule parmi les 16 est de 1-(1-(1/1000))^16 = 1 chance sur 63 dans un délai d’une heure. Il y a alors 1 chance sur 2 pour qu’au cours des prochaines 43 heures il y ait une ampoule parmi 16 qui grille. Au-delà de 197 heures d’utilisation des 16 ampoules, le grillage d’une ampoule devient probable à 95%. Et alors, en moyenne, parmi 16 ampoules en fonctionnement, on en remplace une toutes les 66 heures. Le délai n’est compté qu’à partir de l’instant où ces ampoules sont allumées. Quand on ne les allume pas, il n’y a pas d’usure. Bref, le grillage des ampoules électriques est statistique, ce n’est certainement pas une affaire de paranormal ni de psychologie (sauf quand on est aveuglément crédule à fond, ce qui peut être considéré soit comme une maladie mentale préoccupante, ou comme une grave paresse intellectuelle). Où est la liberté des personnes si celles-ci sont aveuglément crédules et croient absolument n’importe quoi ? Je pense que l’éducation et le recul critique doivent impérativement être un devoir. Un devoir qui garantit vraiment les libertés. Il n’y a pas de vraie liberté dans la croyance aveugle. S’informer est nécessaire.

Il faut toujours se méfier quand le hasard est caché, oublié ou nié par un charlatan ou un idéologue, comme dans le cas du créationnisme par exemple.

La science compare souvent un phénomène présumé avec le hasard, on essaie de voir alors si le phénomène se démarque significativement du hasard afin de juger de la crédibilité du phénomène. Mais à partir du moment duquel le hasard est oublié ou rejeté, on ne peut plus faire de comparaisons, et c’est la porte ouvertes aux impostures.

Cessons d’alimenter le business des charlatans, en doutant.

Publicités

Sur Facebook : le Feng Shui démenti par les maths

Vu sur Facebook :

10422179_383620058465310_5446547757834394170_n

En effet, le mois de mai 2015 aura 5 vendredis.

Mais est-ce que ce type d’événement est rare, se produirait-il tous les 623 ans ?

J’ai conçu un programme écrit en Perl :

silverbag

Ainsi, pour qu’il y ait 5 vendredis dans un mois, il faut que cela soit un mois de 31 jours. Cela commence toujours par un vendredi 1er (et ça finit toujours par un dimanche 31).

  • De l’an 2000 à l’an 2099 (soit sur 100 ans), l’événement des 5 vendredis se produit 98 fois en moyenne, soit presque 1 fois par an. Les mois ayant 5 vendredis ne concernent que les mois de 31 jours : janvier, mars, mai, juillet, août, octobre, décembre. Cela ne concerne jamais les autres mois : février, avril, juin, septembre, novembre.
  • Et si l’on prend en compte uniquement les mois de mai : l’événement se produit 14 fois par siècle. Voici la liste des années du 21e siècle pour lesquelles l’événement se produit au mois de mai : 2009, 2015, 2020, 2026, 2037, 2043, 2048, 2054, 2065, 2071, 2076, 2082, 2093, 2099.
  • En conséquence, il est donc absolument faux de déclarer que l’événement se produirait tous les 623 ans, c’est clairement réfuté par le calcul. L’événement est bien plus fréquent.
  • Avec cette histoire de 5 vendredis, cela implique forcément le calendrier grégorien, or celui-ci a été adopté par la Chine en 1912 : cela démontre que la croyance Feng Shui relative aux 5 vendredis date d’après 1912, et que cela n’est pas une vieille croyance traditionnelle. Le calendrier traditionnel chinois utilise des mois lunaires dont le premier jour de chaque mois commence par la phase de la nouvelle lune (or entre chaque nouvelle lune, il n’y a que 28 jours, ce qui rend impossible l’existence de 5 vendredis dans un mois lunaire quelconque).

Moralité : ne pas croire n’importe quelle fadaise sur Facebook (ni ailleurs)…

© 2015 John Philip C. Manson

Scientifiques croyants… ou non

 

Alors, à partir de cette page, je me renseigne sur la foi présumée de ces savants.

  • Thomas Edison était-il croyant ? Non, il était ouvertement agnostique, comme le montrent ces citations en anglais : http://atheism.about.com/library/quotes/bl_q_TAEdison.htm dont je cite «My mind is incapable of conceiving such a thing as a soul. I may be in error, and man may have a soul; but I simply do not believe it. [Thomas Edison, Do We Live Again?]» («Mon esprit est incapable de concevoir une chose comme une âme. Je peux être dans l’erreur, et l’homme pourrait avoir une âme ; mais je n’y crois simplement pas.») [Source : interview d’Edison, The Illustrated London News (3 May 1924)]. Voir aussi la note 16 de la page http://fr.wikipedia.org/wiki/Agnosticisme
  • Charles Darwin a en fait renié la religion depuis la mort de sa fille, morte d’une maladie. J’ai lu cela il y a environ 10 ans dans un magazine hors série de Pour la Science qui, à l’époque, avait sorti aussi d’intéressantes biographies sur Feynman et Gödel. Voir aussi les notes 20, 21 et 22 de la page http://fr.wikipedia.org/wiki/Agnosticisme La biographie de Darwin indique que sa fille Annie mourut en 1851 de longue maladie, et Darwin perd alors toute foi en un Dieu bienveillant. Ainsi, Charles Darwin fut athée pendant les 31 dernières années de sa vie. De plus, voici une citation authentique de Darwin : «Quand je pense à mes adorables orchidées, avec leurs cinq commencements d’anthères, avec leur unique pistil transformé en rostellum, avec toute la cohésion de leurs parties, il me semble incroyablement monstrueux de regarder une orchidée comme si elle avait été créée telle que nous la voyons aujourd’hui.» (Charles Darwin / 1809-1882 / Lettre à Asa Gray / octobre 1861). Et celle-ci aussi : «En fait, je ne parviens guère à voir comment quelqu’un pourrait souhaiter que le christianisme fût vrai; car s’il en est ainsi, le langage pur et simple du texte semble indiquer que les hommes qui ne croient pas, et cela inclurait mon père, seront éternellement punis. Et c’est là une doctrine condamnable.» (Charles Darwin / Autographie / 1876, publiée en 1888 / Cette phrase fut retirée de sa biographie par sa veuve pour ne pas nuire à la religion). Et surtout celle-là : «La science et le Christ n’ont rien à voir l’un avec l’autre, sinon dans la mesure où l’habitude de la recherche scientifique enseigne la prudence au moment d’accepter une preuve quelle qu’elle soit. En ce qui me concerne, je ne crois pas qu’une révélation ait été faite. Face à la question de l’au-delà, il appartient à chacun de tirer ses propres conclusions, à partir de probabilités vagues et contradictoires. » (Charles Darwin, juin 1879)
  • Albert Einstein n’évoquait Dieu que comme une métaphore, comme un concept (au sens du concept de Dieu par le philosophe Spinoza, mais non comme une croyance). Einstein écrivit une lettre à M. Berkowitz dans une lettre datée du 25 octobre 1950, dans laquelle il exprime sa pensée à propos de la religion : «Ma position concernant Dieu est celle d’un agnostique.» Voir ici : http://www.stephenjaygould.org/ctrl/quotes_einstein.html où on peut lire ceci : «My position concerning God is that of an agnostic. I am convinced that a vivid consciousness of the primary importance of moral principles for the betterment and ennoblement of life does not need the idea of a law-giver, especially a law-giver who works on the basis of reward and punishment.» («Ma position concernant Dieu est celle d’un agnostique. Je suis convaincu que la conscience de l’importance primordiale des principes moraux pour l’amélioration et l’ennoblissement de la vie n’a pas besoin de l’idée d’un législateur, en particulier un législateur qui fonctionne sur la base de récompense et de punition.») J’ajoute même que les livres écrits par Einstein résument bien ce qu’il croit… ou ne croit pas :  «Je ne peux pas imaginer un Dieu qui récompense et punit l’objet de sa création. Je ne peux pas me figurer un Dieu qui réglerait sa volonté sur l’expérience de la mienne. Je ne veux pas et je ne peux pas concevoir un être qui survivrait à la mort de son corps. Si de pareilles idées se développent en un esprit, je le juge faible, craintif et stupidement égoïste.» (Albert Einstein / 1879-1955 / Comment je vois le monde / 1934). À la fin de sa vie, Einstein se fâche : «Ce que vous avez lu sur mes convictions religieuses était un mensonge, bien sûr, un mensonge qui est répété systématiquement. Je ne crois pas en un Dieu personnel et je n’ai jamais dit le contraire de cela, je l’ai plutôt exprimé clairement. S’il y a quelque chose en moi que l’on puisse appeler « religieux » ce serait alors mon admiration sans bornes pour les structures de l’univers pour autant que notre science puisse le révéler.»  (Albert Einstein / 1879-1955 / « Albert Einstein : le côté humain » édité par Helen Dukas et Banesh Hoffman, lettre du 24 mars 1954). Cela a le mérite d’être très clair.

 

Les citations solennelles de personnalités (finalement agnostiques) qui exprimeraient leur foi (tout en étant d’éminents scientifiques (en fait, un argument d’autorité)) semblent donc n’être que des citations apocryphes… C’est même certain. This is not fair-play… Il est vrai que certains scientifiques ont été des croyants, c’est un fait, mais lorsqu’on met en exergue des scientifiques que l’on désigne comme croyants, il faut que cela soit authentique. Certains savants furent des croyants, d’autres pas.

Comment distinguer entre des citations apocryphes et des citations authentiques ? Les citations authentiques sont sourcées : lettres manuscrites de l’homme concerné, ou livres publiés par l’auteur concerné, ou sources biographiques vérifiables. Les citations apocryphes ne se citent qu’elles-mêmes.

  • En ce qui concerne Johannes Kepler, célèbre astronome allemand, je trouve seulement 5 pages dans Google à propos de sa présumée citation citée dans le premier lien ici. Parmi ces résultats, 4 pages citent elles-mêmes (en reprenant le même titre : « quand 25 savants/scientifiques illustres confessent leur foi ») la 5e page (en premier lien ici) qui est la source originelle. À ce jour, je n’ai pas trouvé de sources qui attestent l’authenticité de la citation attribuée à Kepler. https://www.google.fr/#filter=0&q=%22Qui+n%E2%80%99adorerait+pas+l%27architecte+de+toutes+choses+%3F%22 Il est cependant fort probable que Kepler était croyant : il est né dans une famille protestante luthérienne, il a fait des études de théologie à l’université de Tübingen (il voulait devenir ministre luthérien) avant d’enseigner ensuite les mathématiques dans l’école protestante de Graz. Mais rien n’atteste pour autant l’authenticité de sa présumée citation ici.
  • Même remarque que Kepler pour le cas de Nicolas Copernic, avec 6 résultats sur Google. Toujours ayant pour référence le thème des «25 savants». https://www.google.fr/#filter=0&q=%22plans+d%E2%80%99un+Etre+%C3%A9ternel+dou%C3%A9+de+sagesse+et+de+puissance.%22 Copernic était croyant, il était chanoine. Il fut un croyant authentique, certes, mais lui attribuer une citation à tort c’est maquiller la réalité historique.
  • Et aussi 5 résultats sur Google pour le cas de Linné : https://www.google.fr/#filter=0&q=%22J%E2%80%99ai+vu+passer+dans+la+cr%C3%A9ation,+tout+pr%C3%A8s,+le+Dieu+%C3%A9ternel,+infini+et+je+suis+tomb%C3%A9+%C3%A0+genoux+en+adoration.%22  On retrouve les mêmes sites qui se citent. Si, si !
  •   4 résultats pour Volta, même remarque que précédemment… https://www.google.fr/#filter=0&q=%22Je+confesse+la+foi+sainte,+apostolique,+catholique+et+romaine.+Je+remercie+Dieu+de+m%E2%80%99avoir+accord%C3%A9+cette+foi,+dans+laquelle+j%E2%80%99ai+la+ferme+intention+de+vivre+et+de+mourir%22
  • Cependant, avec la citation «Que Dieu est grand et que notre savoir n’est rien» (attribuée à Ampère), on trouve environ 2500 résultats sur Google. Peut-être que dans le cas d’Ampère, la citation serait authentique, ça reste à vérifier. Toutefois, lorsqu’on filtre les résultats en excluant les noms de domaines comme les adresses d’ISP, les blogs, les organisations, les domaines en dotCOM et ceux en dotNET, de façon à laisser apparaître des sites universitaires français (où l’on pourrait éventuellement trouver des références sur Ampère), Google ne montre plus que 6 maigres résultats.
  • 4 résultats sur Google pour Cauchy (mathématicien) : https://www.google.fr/#filter=0&q=%22divinit%C3%A9+du+Christ,+comme+tous+les+grands+astronomes,+tous+les+grands+math%C3%A9maticiens+du+pass%C3%A9%22
  • Dans le cas de Liebig, nombre de résultats comme pour Ampère, mais le filtrage sur Google afin de faire afficher des sources universitaires ne donne qu’une vingtaine de résultats. Je suis même tombé sur une page de créationnisme qui conteste la réalité de la datation radioactive par le carbone 14… Le fondamentalisme se contredit quand d’une part il rejette la science qui contredit elle-même (par l’appui des faits objectifs) ce que les croyants croient, et d’autre part quand il cautionne la science pour affirmer que des savants renommés cautionneraient la religion… En fait, la science et la foi existent indépendamment, elles font partie de l’esprit humain, mais elles sont distinctes et l’on ne peut faire aucun amalgame de part et d’autre, sous peine de s’égarer.
  • Pour terminer, à propos de l’anecdote sur Louis Pasteur, lequel aurait utilisé un chapelet (il était catholique pratiquant), je ne retrouve aucune trace bibliographique de cet éventuel fait historique d’après le dialogue mentionné dans le premier lien ici… En revanche, je connais une citation de Pasteur : «Quand j’entre dans mon laboratoire, je laisse mes convictions au vestiaire.» qui, je précise, fait l’objet de 1800 résultats sur Google, et qui est mentionnée même dans les sites spécialisés sur les citations : http://www.citations-francaises.fr, citations.ca. De plus, j’apprends via http://evene.lefigaro.fr/citations/louis-pasteur que Pasteur a dit ceci : «Ayez le culte de l’esprit critique». Et celui-ci aussi : «Ce sont les Grecs qui nous ont légué le plus beau mot de notre langue : le mot  » enthousiasme » – du grec “en théo”, un Dieu intérieur». Et aussi cette excellente citation : «Ce n’est pas la profession qui honore l’homme mais c’est l’homme qui honore la profession.». En effet, ce n’est pas le statut qui honore l’homme, c’est à l’homme d’honorer sa profession, ainsi un bon scientifique est intègre s’il respecte les critères de la scientificité. Rien n’empêche un croyant d’être un bon scientifique, comme Pasteur, Copernic et l’abbé Lemaître. En raccrochant les convictions au vestiaire.

 

En résumé, pour Edison, Darwin et Einstein, ce sont des citations apocryphes. Pour Copernic et Pasteur, je ne le sais pas, absence de preuve de l’authenticité de leur citation présumée, bien qu’ils étaient croyants. Pour les autres, aucune preuve non plus, il n’existe à ce jour aucune source pertinente pour étayer l’authenticité des citations.

Pourquoi ne retrouve t-on pas ces «confessions» de savants dans leurs propres écrits ? Le web n’aurait pas manqué de contenir des documents académiques de ce type, voire même dans les archives de la Bibliothèque Nationale. Peut-être parce que ces savants n’ont jamais proclamé eux-mêmes ces citations. Non ?

Les citations apocryphes se transmettent de bouche à oreille, comme une rumeur, sans que chaque vecteur qui relaie la citation ne daigne vérifier son authenticité… Étonnamment, tous les sites qui citent les citations religieuses attribuées à des scientifiques sont eux-mêmes unanimement des sites religieux. Allez, encore une allitération, pour le fun : je siffle, sidéré s’ils ne citent ni ne ciblent sciemment pas de sites scientifiques, silence systématique.

na_gif

 

Quelques citations (authentiques) de scientifiques athées ou agnostiques :

  • «Un scientifique qui croit en Dieu est un schizophrène.» (Jacques Monod, dans « L’Evénement du jeudi » le 24-12-1987)
  • «Jamais les dogmes religieux n’ont apporté aux hommes la découverte d’aucune vérité utile, ni concourus en rien à améliorer leur condition. Ce ne sont pas davantage les dogmes religieux qui ont institué le sentiment de la patrie et celui de l’honneur, aboli l’esclavage et la torture, proclamé le respect de la vie humaine, la tolérance et la liberté universelle, l’égalité et la solidarité des peuples.»  (Marcellin Berthelot, chimiste français)
  • «Je ne crois en aucun Dieu créateur, en aucun Dieu personnel s’intéressant ou non au sort des hommes.»  (Francis Perrin, 1901-1992, physicien français)
  • «On peut dire que, de toutes les œuvres de fiction, le Dieu de la Bible est le personnage le plus déplaisant : jaloux et fier de l’être, il est impitoyable, injuste et tracassier dans son obsession de tout régenter; adepte du nettoyage ethnique, c’est un revanchard assoifé de sang; tyran lunatique et malveillant, ce misogyne homophobe, raciste, pestilentiel, mégalomane et sadomasochiste pratique l’infanticide, le génocide et le « filicide ».» (Pour en finir avec Dieu (2006), Richard Dawkins, éd. Robert Laffont, 2008, p. 38)
  • «La religion est une insulte à la dignité humaine. Que ce soit avec ou sans elle, il y aura toujours des gens bien qui font de bonnes choses, et des mauvais qui font de mauvaises choses. Mais pour que des gens bien agissent mal, il faut la religion.» (Steven Weinberg, 1993, Dream of a final theory, dans Pour en finir avec Dieu, paru chez Robert Laffont, 2006, p.259, Richard Dawkins.)
  • «N’est-ce pas toujours une forme de maltraitance des enfants que de leur accoler des étiquettes de croyance auxquelles ils n’ont pas réfléchi parce qu’ils sont trop jeunes ? Pourtant, cette habitude persiste encore à ce jour, et elle n’est pratiquement jamais remise en question. […] Notre société, y compris le secteur non religieux, a admis l’idée grotesque qu’il est bien normal d’endoctriner les tout petits enfants dans la religion de leurs parents et de leur coller des étiquettes religieuse – « enfant catholique », « enfant protestant », « enfant juif », « enfant musulman », etc. – mais pas des étiquettes d’un autre ordre, pourtant comparables : pas d’enfants conservateurs, libéraux, républicains ou démocrates. […] Un enfant n’est pas un enfant chrétien, ce n’est pas un enfant musulman, mais un enfant de parents chrétiens ou un enfant de parents musulmans.»  (Pour en finir avec Dieu (2006), Richard Dawkins, éd. Robert Laffont, 2008, p. 327,353)

 

Intéressant non ?

Si un jour je découvrais sur le web une citation apocryphe de Richard Dawkins qui se vanterait de sa foi en Dieu, cela me ferait pleurer de rire.  :’-)

 

 

© 2014 John Philip C. Manson

 

Exemple d’évaluation de l’astrologie

Dans un magazine féminin, je tombe sur la dernière page qui parle d’astrologie. Ce qui y est décrit peut être comparé avec ce qui existe dans les faits réels.

Voici une image du paragraphe en question :

maxi-astro

 

Vérification avec le logiciel de planétarium Stellarium (des observations astronomiques directes c’est même mieux, mais faut avoir les moyens) :

  • Mercure rejoint Uranus : vrai, on appelle cela une conjonction, quand deux astres se réunissent dans une même zone du ciel terrestre.
  • Mercure et Uranus en conjonction dans la constellation du Bélier : faux, la conjonction se produit actuellement (en cette mi-avril 2014) dans la constellation des Poissons. L’astrologie commet l’erreur de ne pas prendre en compte le phénomène de précession des équinoxes, phénomène pourtant connu depuis l’antiquité grecque (Hipparque, il y a plus de 20 siècles)… Mais précession ou pas, l’astrologie reste invalide et subjective quelque soit la bidouille utilisée…
  • Une opposition formée entre Jupiter et Pluton : vrai.
  • Au 13e degré des signes cardinaux ? D’après la grille équatoriale, ce serait plutôt un angle d’environ 30°, et d’après la grille azimutale ce serait environ 5°.
  • Mars en opposition avec Mercure : approximativement vrai, l’alignement entre Mars, la Terre et Mercure est plutôt imparfait.
  • Éclipse totale de la pleine lune ce mardi : vrai, mais l’éclipse totale de lune est seulement visible depuis l’Amérique du Nord.
  • «Tout un programme qui ne s’annonce pas des plus sereins» : avec un S final à l’adjectif… Les événements n’ont aucun lien de causalité avec les alignements astronomiques (sauf bien-sûr lorsqu’un énorme astéroïde s’écrase fortuitement sur Terre). Et si les éclipses présageaient des changements, ça ce saurait, notamment les changements liés à la politique («le changement c’est maintenant» , disait le Président…). Les changements sont le fruit de la volonté humaine (ou des lois de la nature plus forte que nous), mais les changements n’ont jamais été initiés par des projections d’une ombre sur un support quelconque… Quand une mouche vole autour d’une ampoule électrique allumée, et que l’ombre de la mouche est projetée sur mon agenda posé sur mon bureau, cela présagerait-il une future promotion professionnelle ? L’astrologie c’est tout aussi absurde.
  • Pluton devient rétrograde pour 5 mois : je suppose que c’est quand la Terre et Pluton se rapproche au plus près puis la Terre s’éloigne ensuite de Pluton ; cela survient alors dans la période du 14 avril au 23 septembre 2014, c’est-à-dire approximativement d’un équinoxe à l’autre. Par exemple, la Terre se rapproche de Pluton jusqu’au 2 juillet 2014 à 03:49, puis s’en éloigne ensuite, puis après un délai d’environ 6 mois, la Terre en opposition avec Pluton se rapproche ensuite de Pluton. Qu’une planète avance ou recule, cela n’influence en rien nos destinés et nos habitudes, à moins d’être très crédules (ou hypocondriaques…).
  • Chiron en s’associant à Vénus ? En astronomie, Chiron désigne un astéroïde cométaire, il a sa propre orbite entre Saturne et Uranus (http://fr.wikipedia.org/wiki/%282060%29_Chiron). Le logiciel Stellarium n’a pas Chiron dans sa base de données, je ne peux pas vérifier la position de Chiron sur son orbite. Mais si l’astéroïde Chiron n’a rien à voir avec le thème astrologique présenté dans l’image ci-dessus, on doit rappeler qu’en astronomie, Chiron est une lune de Saturne que Hermann Goldschmidt crut détecter en 1861, mais qui s’avéra imaginaire, et son existence fut donc réfutée… De quel Chiron les astrologues parlent-ils ? Je dois préciser que l’astéroïde Chiron n’était absolument pas connu avant l’automne 1977, il y a seulement à peine 37 ans que cet astéroïde fut découvert, et donc les astrologues ne pouvaient pas en parler auparavant… Donc si les astrologues utilisent dans leurs «prédictions» la lune imaginaire de Saturne, Chiron, qui n’existe même pas, cela n’a aucun sens…
  • Il ne faut pas confondre Chiron (précédemment cité) avec Charon qui est une lune de Pluton, et Charon fut découvert en 1978, et de ce fait, Charon était inconnu avant cette date… http://fr.wikipedia.org/wiki/Charon_%28lune%29

 

On le constate, l’astrologie se décrédibilise, une fois de plus…

 

Voici un article sur l’éclipse de lune survenue récemment : http://tempsreel.nouvelobs.com/sciences/20140414.OBS3861/suivez-l-eclipse-totale-de-lune-en-direct.html

Cependant, dans ce journal, on peut lire une phrase intrigante :  «Le satellite de la Terre a viré au rouge au cours d’un phénomène astronomique rarissime.»  Rarissime ? Que définit-on par rarissime ?…

Si la lune était exactement sur le plan de l’écliptique en permanence, il se produirait des éclipses lunaires et solaires une fois par mois, soit 12 fois par an.

En ouvrant mon agenda d’astronomie daté de 1990, je constate qu’il y eut une éclipse lunaire le 6 août 1990, visible en Asie. Aussi, il y eut une éclipse solaire le 26 janvier 1990, visible en Antarctique, et une autre le 22 juillet 1990, visible en Finlande et dans l’ex-URSS.

Il y a au moins 1 à 2 éclipses de lune par an. http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89clipse_lunaire Ce n’est pas souvent, mais cela peut arriver plusieurs fois au cours d’une année. La chute d’un astéroïde de 10 km de diamètre sur la Terre, voila un phénomène franchement rarissime…

 

En 2014, il y a 2 éclipses lunaires : le 15 avril et le 8 octobre. Mais en 2013, il y en a eu 3. Rarissime, disent-ils ? Ils se sont renseignés au moins ?…

Il y a eu 23 éclipses de lune entre avril 2005 et octobre 2014, dont 8 éclipses totales.

En ce qui concerne les tétrades (4 éclipses consécutives), on doit penser au cycle du Saros, http://fr.wikipedia.org/wiki/Saros selon lequel le soleil, la Terre et la Lune retrouvent approximativement la même géométrie relative et une éclipse presque identique se produit selon une période de 223 mois synodiques ou lunaisons (environ 18 ans) qui peut être utilisée pour prédire les éclipses de Soleil et de Lune. Comme l’astrologie fait le déni de la précession des équinoxes depuis plus de deux millénaires, je présume qu’elle renie aussi l’existence du Saros… D’après moi, il y aurait en moyenne 5 tétrades par siècle.

 

 

© 2014 John Philip C. Manson

 

Commentaires épistolaires sur l’astrologie

Dans un vieux forum d’astronomie appartenant à un ami, j’ai reçu récemment un message privé d’une femme (l’orthographe est conservée telle quelle), en date du 15/03/2014 :

Sujet du message : [Contact] Merci !

Contenu du message :

J’adore votre article sur l’astrologie c’est pour cela que je vous écrit, ça ne repose sur rien de concret mais ayant grandi dans un milieu où il y en était question, j’ai tendance en cas de déprime, à m’y référer et ensuite je doute et je regrette ! Et puis comment une boule de gaz pourrait influencer notre destinée ?! De plus, le plan de l’écliptique sans cesse en mouvement, comment être sure de son signe ? Je veux bien croire aux phénomènes des marées mais encore faut-il qu’on me les explique. J’ai connu des vierges, des cancers et pourtant ça n’a pas marché en amour alors certes j’ai autour de moi des couples qui ont « des signes compatibles » mais est-ce bien cela qui fait que leur couple fonctionne ?! L’astrologie crée une dépendance, un doute c’est malsain et surtout devant le nombre d’articles, de charlatans, qui croire ? Dès que je rencontre une personne je veux savoir son signe, ça me prend la tête ! Vais-je m’entendre ou pas avec elle !  J’espère m’en défaire au plus vite !

Ma réponse publique :

L’habitude est une seconde nature. Et l’on peut avoir de mauvaises habitudes. La liberté de croyance consiste à avoir le droit de toujours croire, en connaissance des faits ou non. Une prise de conscience de se découvrir dans l’erreur implique une volonté de se corriger de ses propres erreurs. En parallèle à la liberté de croyance, il y a aussi celle de la liberté de douter.

Croire est une liberté, mais c’est aussi trop simpliste et réducteur. Croire dispense de réfléchir. Douter incite à la réflexion et au dialogue, à la remise en question, revoir à partir de bases objectives.

Connaître l’avenir est un très vieux fantasme humain. Vouloir connaître l’avenir est naturel. Vouloir connaître l’avenir est un réflexe normal de survie. Peut-on connaître l’avenir ? Peut-être, ou pas, ça dépend. Mais si on cherche des moyens de connaître le futur, mieux vaut se baser sur des moyens objectifs réellement fiables. L’astrologie est tout, sauf fiable. En astrologie, qui croire ? La question de la confiance, dépendant elle-même de la fiabilité, et qui implique une éventuelle crédibilité objective de l’astrologie, et l’astrologie n’a aucune crédibilité sur le plan scientifique. On ne peut donc croire à aucun astrologue. Il n’y a donc pas ni de bons astrologues ni de mauvais d’un autre côté, car l’astrologie n’est qu’une croyance qui repose sur du vent, l’astrologie ne se base sur aucune réalité.

Les pratiquants de l’astrologie méconnaissent eux-mêmes jusqu’aux connaissances de base de l’astronomie. De nombreux astrologues, par exemple, n’ont jamais entendu de précession des équinoxes, alors que ce phénomène est connu depuis le grec Hipparque il y a plus de 2000 ans… (voir ici : https://jpcmanson.wordpress.com/2011/12/03/lastrologie-decouvre-la-precession-des-equinoxes-connue-deja-depuis-2000-ans/L’astrologie n’est qu’un moyen facile de se faire de l’argent sur le dos des personnes crédules et influençables. L’astrologie n’apporte aucune connaissance pertinente.

La crédibilité d’un domaine ne se détermine pas par l’abondance de littérature sur ce sujet fortement médiatisé. La crédibilité d’un domaine se base sur la qualité objective des vérifications, de l’analyse par la comparaison avec les faits.

Dans les horoscopes, les profils selon les signes sont fréquemment évasifs et abscons. Si les thèmes étaient distribués au hasard, on trouverait encore des gens qui diront que l’horoscope leur correspond alors qu’il n’existe aucun lien de causalité. En ce qui concerne le hasard, rien ne colle à exactement 100% de corrélation, ni même 100% d’échec, c’est plus nuancé en terme de données. Je me cite moi-même à partir d’un de mes articles de mon blog : « On ne peut donc pas prédire (au hasard ou avec instrumentation scientifique) de façon absolument certaine, et en même temps on ne peut pas tout échouer, ainsi les réussites et les échecs sont nuancés. C’est pour cela que les astrologues et les voyantes ont du succès : parfois ça marche (grâce au hasard), mais rarement l’on réussit totalement comme l’on ne peut pas totalement foirer, car il est rarement probable de tout réussir comme de tout échouer. Le hasard n’implique donc pas 100% d’échec, car des succès moyens, mitigés, nuancés (donc des demi-réussites qui sont rarement totalement absentes) sont fréquemment des biais statistiques qui laisse croire à tort qu’il existe des pouvoirs occultes… » (source : https://jpcmanson.wordpress.com/2013/12/13/probabilites-et-applications/ )

Le doute se base sur un principe assez simple : découvrir une contradiction implique la preuve de la présence d’une affirmation fausse parmi au moins deux affirmations. Par exemple : «Socrate est mort» est la première affirmation. La seconde dit le contraire : «Socrate est mort». Ainsi, comme une chose ne peut être ni vraie et fausse simultanément (principe du tiers exclus), une contradiction indique qu’au moins une affirmation est fausse parmi au moins deux affirmations. Socrate est soit vivant, soit mort, mais pas les deux en même temps. Le principe de contradiction est la base de la démarche scientifique.

Il y a deux façons de lire un livre. Lire avec une attitude absorbée, en acceptant tout le contenu que l’on lit, sans s’efforcer à réfléchir ni prendre du recul. Ou lire avec une attitude sceptique, en mettant tout ce qui est émotionnel de côté.

Il y a une différence entre connaître et avoir confiance. Connaître implique un esprit critique. Sans le doute, il n’y aurait pas de connaissance, il n’y aurait qu’une croyance à laquelle on croit. La connaissance est le résultat d’observations ainsi que d’une évaluation de la connaissance elle-même. Croire n’est pas connaître.

Derrière les superstitions sur la prédiction de l’avenir se cache un autre problème que celui de la croyance, il y a l’angoisse de l’avenir. Souvent l’avenir échappe à notre contrôle : un accident, une maladie, une nouvelle opportunité de travail, ou un mariage. Mais concrètement, on ne subit pas l’avenir. L’avenir, on le fait. Et ce n’est certainement pas les astrologues qui vont décider le futur à notre place, puisque le futur n’est pas écrit d’avance. Un accident peut être évité par des comportements préventifs (ni drogue ni alcool au volant, respect strict du code de la route, méfiance envers les autres automobilistes qui peuvent se comporter en chauffards…), une maladie peut être évitée (notamment les MST, par le port de préservatifs), on peut éviter les accidents domestiques si on applique des règles de prudence, et les opportunités professionnelles sont majoritairement dues à nous-mêmes car personne ne viendra nous chercher à la maison pour nous proposer un emploi (on se déplace pour obtenir de meilleures chances d’obtenir un emploi, et mieux encore on crée soi-même son propre emploi en devenant entrepreneur et c’est justement mon cas actuellement).

L’avenir ne doit pas être une angoisse mais un défi. L’avenir est le résultat de ce qu’on aura préparé et planifié. Les astrologues, eux, parlent bien d’avenir mais ils ne le font pas venir. Pire encore, les astrologues pensent à votre place. La seule chose que les astrologues réussissent à vous soulager, c’est le poids de votre portefeuille… Les gens sont libres de croire à l’astrologie, mais ils sont libres aussi d’être informés en connaissance de cause : l’astrologie c’est du pipeau.

Croire est facile, et la facilité n’est pas vraiment un principe de liberté. Le doute implique un effort, un travail personnel, et parcourir ce chemin est une prise de conscience que l’on est libre. Douter c’est être libre. Et l’effort de douter est un mérite. La facilité, c’est au niveau des moutons qui broutent bêtement ce qu’on leur donne… Nous sommes des humains qui pensent, pas des moutons qui ont une panse, nuance…

Ou l’on s’adonne à des lectures d’idées préconçues que l’on absorbe comme une éponge, ou l’on apprend à lire en comparant les idées entre elles afin d’y déceler des contradictions qui sont l’indice de l’existence d’erreurs. Même des livres de sciences du niveau des écoles d’ingénieurs peuvent contenir des erreurs par accident, la preuve :  https://jpcmanson.wordpress.com/2012/12/28/une-erreur-dans-un-livre-de-thermodynamique-pour-ingenieurs/  L’absence absolue d’erreur dans tout système d’information est un mythe, c’est pourquoi le doute est la seule approche nécessaire quand on veut accéder à des connaissances. Question : pourquoi devrions-nous croire des erreurs, pourquoi accepterions-nous de croire pour vraies des choses fausses ? Où serait la liberté là-dedans ?

beee

Pour terminer, je vais répondre aussi à cette phrase : «J’ai connu des vierges, des cancers et pourtant ça n’a pas marché en amour alors certes j’ai autour de moi des couples qui ont « des signes compatibles » mais est-ce bien cela qui fait que leur couple fonctionne ?! »

L’attribution des signes astrologiques et la réussite des relations amoureuses sont deux choses indépendantes, sans lien de causalité. Quand les couples fonctionnent, c’est parce qu’ils sont des personnalités compatibles, parce qu’ils ont un vrai dialogue à deux, et parce qu’ils se font confiance, et parce qu’ils ont des projets durables communs. Et l’astrologie n’a rien à voir là dedans… Il suffit de comparer l’astrologie comme hypothèse possible avec d’autres hypothèses possibles, et c’est comme cela qu’on s’aperçoit que l’astrologie ne fait pas de scores meilleurs que ceux du hasard. Mieux vaut se concentrer sur les vraies causes des relations amoureuses durables, ça limiterait les déceptions… Mais les relations sentimentales sont-elles faites pour durer ? En général, les gens changent souvent avec le temps.

Autre phrase : «Je veux bien croire aux phénomènes des marées mais encore faut-il qu’on me les explique.»

Les marées sont dues à l’orbite de la lune autour de la Terre. L’école n’enseignerait-elle plus rien au vingt-et-unième siècle à propos de quelques phénomènes naturels élémentaires ? Des lacunes de niveau élémentaire c’est inquiétant. Quand j’étais écolier, nous allions dans les bois pour examiner des feuilles d’arbres afin d’identifier et distinguer les différentes espèces d’arbres. C’était pour l’éveil des enfants, dans une démarche de découverte de la nature. Cela ne se fait-il plus ? Il suffit de lire cet article ci-joint : https://jpcmanson.wordpress.com/2013/05/23/la-consternation/  pour se rendre compte qu’il existe un problème de culture assez grave actuellement. C’est inquiétant. Ce n’est pas étonnant si l’ignorance et la crédulité des uns attirent l’opportunisme des charlatans… La question qui revient souvent : la faute à qui ? L’indifférence à ce problème.

— « Il faut choisir, se reposer ou être libre » (Thucydide d’Athènes)
— « La bêtise, c’est de la paresse. La bêtise, c’est un mec qui vit et qui se dit, ça me suffit. Je vis, je vais bien, ça suffit. C’est celui qui ne se botte pas le cul tous les matins en se disant, c’est pas assez, tu ne sais pas assez de choses, tu ne vois pas assez de choses. Une espèce de graisse autour du coeur et autour du cerveau » (Jacques Brel)

© 2014 John Philip C. Manson

Feng Shui et affirmation mensongère

  • Bonjour à tous. Mon blog est actuellement en activité très réduite (plus de 30 fois moins actif), mais il n’est pas à l’abandon. Je suis très occupé à d’autres priorités assez différentes. De plus, la saison estivale rend l’internet beaucoup moins actif que le reste de l’année. Puis je n’avais plus beaucoup d’inspiration à écrire depuis un mois. Cependant, j’ai trouvé un petit sujet assez intéressant pour vous montrer l’intérêt de l’esprit critique. Le temps, voila un sujet intéressant. La gestion du temps. Je veux parler ici du calendrier. Il existe un lien entre les calendriers et les mathématiques, et c’est ce dont je vais parler ici dans ce présent article.

Quelques jours plus tôt, en explorant Facebook, j’ai découvert un statut publié par un homme qui s’intéresse au magnétisme animal (le mesmérisme) et au Feng Shui (croyance traditionnelle chinoise récupérée par le monde occidental). L’intérêt de ce que cet homme a publié, c’est le contenu de l’image, et cette image présente la particularité d’être vérifiable et réfutable, elle a donc un intérêt scientifique parce que l’on peut réaliser une comparaison quantitative entre une hypothèse et le résultat de l’analyse.

Voici l’image de Facebook :

601878_10201354429849035_170298220_n

Bref, une combinaison précise telle qu’il y ait 5 vendredis, 5 samedis et 5 dimanches dans le mois de juillet, est-ce que ça tombe tous les 623 ans comme cela est affirmé ? On peut réfuter ce que prétend cette croyance en présentant un contre-exemple quantitatif objectif.

Comme je suis un habitué du système GNU/Linux, il existe une fonction nommée CAL qui fonctionne en ligne de commande sous Linux. En développant mon propre programme, il est possible de vérifier combien il existe de mois de juillet correspondant à la condition évoquée ci-dessus dans un intervalle donné d’années. Pour les linuxiens n’ayant pas ce programme CAL, vous pouvez l’installer (sous distribution de type Debian) avec la commande suivante :  sudo apt-get install cal

Voici le code source de mon programme, en Bash :

#!/bin/bash

cmd=true
cyear=1900

while($cmd == true)
do
verif1=`cal Juillet $cyear | head -7 | tail -3 | wc -c`
verif2=`cal Juillet $cyear | head -7 | tail -3 | wc -w`
verif3=`cal Juillet $cyear | head -5 | tail -1 | cut -d’ ‘ -f1`

if [[ $verif1 == « 69 » ]]
then
if [[ $verif2 == « 21 » ]]
then
if [[ $verif3 == « 10 » ]]
then
echo « $cyear » >> calendrier.log
fi
fi
fi

cyear=$(($cyear + 1))

if [[ $cyear == « 2101 » ]]
then
cmd=false
fi

done

taux=`cat calendrier.log | wc -l`

echo $taux

Ce programme va créer un fichier journal qui liste les années entre 1900 et 2100 dont les mois de juillet qui ont 5 vendredis, 5 samedis et 5 dimanches. Puis lorsque le programme a terminé, il indique le nombre d’années qui correspondent à la condition définie.

Alors, cela arrive vraiment tous les 623 ans ? Non, pas du tout, c’est même bien plus fréquent.

Entre 1900 et 2100, il existe 28 années qui satisfont à la condition recherchée : 1904, 1910, 1921, 1927, 1932, 1938, 1949, 1955, 1960, 1966, 1977, 1983, 1988, 1994, 2005, 2011, 2016, 2022, 2033, 2039, 2044, 2050, 2061, 2067, 2072, 2078, 2089, 2095.

Il y a 14 années correspondantes pour le vingtième siècle, et autant pour le vingt-et-unième siècle.

D’après ce que dit le texte de l’image, avoir un mois de juillet avec 5 vendredis, 5 samedis et 5 dimanches c’était vrai pour l’an 2011 (il y a 2 ans), mais faux pour 2012 et 2013, et cela redeviendra vrai pour l’an 2016.

J’ai relancé le calcul informatique pour un intervalle de presque 10000 ans (entre l’an 1 de notre ère et l’an 9999 de notre ère, soit un total de 9999 années analysées). Il existe 1447 années qui satisfont à la condition (avoir un mois de juillet avec 5 vendredis, 5 samedis et 5 dimanches) sur 10000 ans. Le phénomène se produit donc en moyenne tous les 6,91 ans (presque tous les 7 ans), et certainement pas tous les 623 ans. Bref, en réalité, le phénomène est environ 90 fois plus fréquent que ce que raconte la croyance.

  • Ce constat soulève une question essentielle : à quoi sert-il de croire des choses certainement fausses alors qu’il est plus utile et plus pertinent de connaître ce qui est plus proche de la réalité ? Je n’inclus pas ici la croyance en Dieu, car l’existence de Dieu est une question indécidable par laquelle on ne peut conclure ni à l’existence ni à l’inexistence. L’indécidabilité conduit à deux choix : l’agnosticisme, ou la croyance. On est donc libre de croire ou de ne pas croire dans le cadre d’une question indécidable. L’enjeu ici avec le texte de l’image de Facebook est le suivant : lorsqu’une idée est quantitativement vérifiable et qu’elle se révèle fausse, ce qui est le cas du sujet étudié dans le présent article, il devient absurde de conserver cette idée quand on sait concrètement qu’elle est fausse, il faut donc la considérer comme une hypothèse réfutée et invalidée, et il faut donc la remplacer au mieux par un concept plus proche de la réalité si cela est possible, ou au pire on la remplace par une idée indécidable. Ainsi, l’équilibre vient de nos croyances qui doivent s’adapter à l’objectivité, et non le contraire. L’équilibre ne signifie pas équivalence entre subjectivité et objectivité, l’équilibre est donc plutôt l’adaptation de nos a prioris avec la réalité. Ce ne sont pas nos croyances qui fixent la réalité, mais la réalité qui s’impose à nous. Les Droits de l’Homme parlent de la liberté de croyance (article 18), mais ils parlent aussi du droit à l’éducation (article 26) au moins en ce qui concerne l’enseignement élémentaire et fondamental (dont l’aptitude au calcul). Que faire quand les résultats de calculs entrent en contradiction avec les croyances ? Libre à chacun de choisir, mais un choix est à faire pour lever la contradiction (principe du tiers exclu).

© 2013 John Philip C. Manson

Actuellement, quels sont les apports de l’alchimie ?

La théorie de l’atome ayant porté ses fruits, la chimie moderne s’est développée depuis la seconde moitié du dix-huitième siècle.

En revanche, l’alchimie n’est qu’une croyance basée sur des symbolismes et des aprioris, et ne repose pas sur des faits objectifs étayés par des données quantitatives vérifiable à travers des expériences reproductibles. L’alchimie est un mythe, un ensemble poétique et mystique de superstitions.

Je parle en connaissance de cause. Je suis chimiste de formation, et je m’étais jadis intéressé à l’alchimie. Donc je connais très bien les sujets concernés.

 

 

© 2013 John Philip C. Manson