Voici un exemple qui démontre qu’il ne faut pas se fier à l’intuition

Voici un exemple simple qui démontre qu’il ne faut pas se fier à l’intuition. Vous y réfléchirez à deux fois…

Baseball

Il paraîtrait que plus de la moitié des étudiants de Harvard se font avoir…
Notez comment la première réponse qui vous vient à l’esprit paraît évidente : 10 euros.
Pourtant, ce résultat est faux.

En effet, l’intuition est un biais, une illusion de « logique ».

La logique mathématique exige de la rigueur.

Soit A le prix de la balle, et B le prix de la batte. La batte est plus chère que la balle, donc B > A.

Selon l’énoncé dans l’image, nous avons donc A + B = 110 et B = 100 + A. La résolution de ce système de deux équations à deux inconnues, qui est très simple, indique que la batte vaut 105 euros, et la balle vaut 5 euros (et non pas 10).

Ce qui apparaît très clair, c’est que l’intuition n’est pas fiable pour quantifier les choses. Les journalistes et les gouvernements (ainsi que les adeptes des théories du complot) utilisent les biais de l’intuition, tous les jours, pour nous tromper et nous illusionner.

Ne croyez pas qu’une solution a l’air d’être ceci ou cela en apparence. Il ne faut pas avoir l’impression ou la sensation que le résultat est ceci ou cela, calculez un résultat avec rigueur, prenez votre temps. Même quand c’est simple. Avec l’intuition, se tromper est si facile à faire…

 

John Philip C. Manson

 

Publicités

Le visage du mal, ou le mythe de la «tête d’assassin»

Voici la question que l’on se pose : les visages de psychopathes seraient-ils « reconnaissables » de façon physiognomonique ? (Voir Physiognomonie sur Wikipedia)

Faire des statistiques, c’est louable, mais examinons le procédé de plus près.

Je cite : « Le visage de gauche a été créé par ordinateur en superposant le visage de 24 femmes présentant de forts scores de psychopathie. A droite, un visage composé de 24 femmes à faible score de psychopathie. La majorité des personnes sondées font la différence. »

24. Quantité bien trop faible pour faire des statistiques pertinentes. Les études statistiques les plus sérieuses se basent sur plusieurs centaines, ou mieux des dizaines ou centaines de milliers de données à tester. En-dessous de 100, c’est insuffisant.

De plus, les personnes (combien ?) questionnées sur la psychopathologie possible du visage observé peuvent avoir été indirectement influencées. Il faut donc que l’étude soit réalisée en double aveugle, je ne sais pas comment, mais il faut éviter tout biais subjectif.

Bref, ce genre d’étude est à prendre avec précaution.

Exemple de situation rendant les examinateurs influençables : on prend un acteur à l’apparence physique quelconque et on l’habille en officier nazi. Tout de suite, la tenue vestimentaire rend le personnage détestable. Parce que pour beaucoup d’individus, «l’habit fait le moine»… On vit dans un monde qui attache une importance démesurée aux apparences. Une fois, j’étais habillé en costume assez chic et on m’a pris pour un directeur. Dès lors, quand les apparences remplacent toute réflexion, il ne faut donc pas s’étonner de l’attrait des gens pour l’irrationnel.

Les apparences ne sont pas les faits eux-mêmes. Les apparences sont trompeuses.

À voir :  http://www.podcastscience.fm/emission/2011/03/25/podcast-science-29-%E2%80%93-les-biais-statistiques/

http://fr.wikipedia.org/wiki/Oscar_%28chat%29

 

© 2013 John Philip C. Manson

Prédire le QI à l’aide d’un test visuel ?

Cela paraît sérieux comme étude, mais il ne faut jamais se résigner à croire à l’infaillibilité des informations. Ne pas se fier aux apparences.

Le recul critique se fait par la recherche du moindre petit détail pouvant remettre l’étude en question.

  • D’une part, en lisant l’article, je remarque l’absence du nombre de volontaires testés. Ce paramètre est pourtant déterminant afin d’évaluer la crédibilité de l’étude. On ne sait pas si les volontaires sont nombreux (des milliers) ou s’ils sont en nombre restreint (quelques dizaines de personnes). Pour évaluation de l’étude, cette donnée est nécessaire. Son absence soulève des interrogations.
  • D’autre part, le concept de QI n’équivaut pas à des grandeurs physiques empiriques et objectives. Il n’existe pas vraiment de définition objective de l’intelligence. Le test de QI, à la base, est un outil statistique de dépistage des cas de retard scolaire par rapport à une moyenne.
  • Un phénomène sensoriel (test visuel) peut-il être lié au QI ? Une corrélation ne signifie pas systématiquement causalité. On devrait réaliser un test similaire avec (par exemple) la taille des individus (les nains, les moyens, les géants) pour voir s’il existe une pseudo-causalité avec le QI. N’importe quel autre paramètre pourrait conduire à des pseudo-découvertes.

Les tests de QI peuvent avoir de faux-positifs : https://jpcmanson.wordpress.com/2013/04/21/les-tests-de-qi-et-le-theoreme-de-bayes/

Sur un seul individu testé, une série de tests de QI peut présenter une marge d’erreur non négligeable : https://jpcmanson.wordpress.com/2012/05/24/experience-statistique-sur-9-tests-de-qi/ En effet, le résultat de 9 tests de QI montre que mon QI est de 126 plus ou moins 11 points de QI. Il existe une incertitude que l’on doit prendre en compte. De mon avis, le concept du QI n’est pas un outil fiable, sans réelle valeur. Au mieux, c’est un indicateur à prendre avec des pincettes (comme l’indice de masse corporelle, IMC, qui est lui-même inadapté aux personnes trapues, géantes, naines, amputées d’un membre ou sportif ayant une importante masse musculaire), et au pire c’est un produit marketing. Outil scientifique ? Je ne le crois pas… J’ai souvent émis un avis critique et acerbe sur le QI : https://jpcmanson.wordpress.com/?s=QI&submit=Rech.

 

  • Autre remarque : le taux de corrélation de plus de 71% (test visuel + QI) correspond justement à peu près au degré de fiabilité des tests de QI eux-mêmes. Ce qui suggèrerait un biais expérimental. De plus, peut-on prouver qu’un test de QI est faux pour un volontaire donné ? Le QI comme outil présente un défaut : il ne satisfait pas au critère de réfutabilité.
  • Dernière remarque : sachant que le QI individuel est défini par rapport à une moyenne statistique, le test visuel se base t-il sur des données quantitatives vérifiables ? En effet, des volontaires décrivent ce qu’ils ont vu lors du test visuel, mais il peut exister des volontaires qui peuvent mentir, mal voir ou répondre au hasard pour des raisons comme la mauvaise vue ou bien par farce.

 

 

Exemple de dérive idéologique et marketing du concept de QI (quand j’avais vu l’image je croyais que son auteur faisait de l’humour, mais en vérifiant il se prenait au sérieux…) :

dog-IQ

Quand je regarde un labrador blond dans les yeux, j’y lis de l’intelligence. Pas dans les yeux de certains idéologues…

Quel est le QI de l’égo d’un mouton ?

  • Et combien est-ce que ça a coûté ?
  • Bêêê !
  • Ah oui, quand même !

iconlol

beee

«Pour être intelligent, c’est facile ; il suffit de penser à une connerie et dire l’inverse.»  (Coluche)

 

© 2013 John Philip C. Manson