Comment détecter un faux profil / How to spot a fake profile

Voici un sujet plus léger, loin des articles scientifiques, mais dont la démarche reste rationnelle et scientifique : comment détecter un faux profil dans un site de rencontre / how to spot a fake profile in a meeting website.

 

Critères de suspicion :

  • Quand la photo présente une personne sensiblement plus belle que la moyenne, c’est louche (mais il peut arriver que la personne soit réellement belle et que ce soit vraiment elle). La photo proviendrait probablement d’internet : avec le navigateur Chrome, faites un clic droit puis «recherche une image sur Google», et vous verrez rapidement s’il s’agit d’une photo volée et usurpée, et le cas échéant l’image sera présente sur d’autres sites web.
  • S’il n’y a qu’une seule photo, souvent c’est mauvais signe. Méfiance confirmée si vous demandez à la personne de se prendre elle-même en photo en tirant la langue par exemple (pour un test), et qu’elle refuse fermement alors que ce test est facile à réaliser quand le profil est authentique.
  • Astuce de hackeur : récupérez la photo du profil en la téléchargeant, puis éditez ensuite celle-ci avec un éditeur hexadécimal gratuit (comme le logiciel HxD Hex Editor, disponible sur http://www.01net.com/telecharger/) puis examinez les métadonnées internes de la photo éditée. Si la photo a été volée à un photographe professionnel, alors attendez-vous à apercevoir les mentions de copyright du photographe. Si c’est le cas, alors c’est bien une photo volée et usurpée, c’est sûr et certain à 100%. En plus, ce vol est illégal : c’est une photo contrefaite. Dans un tel cas, vous pourriez être tenté de dénoncer le fautif au photographe identifié, juste pour faire chier le voleur de photo.  😉
  • Examinez aussi l’arrière-plan dans les photos, il y a parfois des indices sur le lieu (drapeau national, ou site touristique connu). Mais ces indices sont secondaires.
  • Dans un faux profil, il arrive que l’âge déclaré par la personne est assez différent que l’âge apparent (plus jeune) sur la photo. Là aussi, méfiance…
  •  Fréquemment, la description dans un faux profil est bourrée de fautes d’orthographe, et est fréquemment courte, voire même absente. Si la personne n’est pas française, il est assez courant de ne pas apercevoir des signes typiques, comme l’apostrophe par exemple.
  • Si la personne refuse de donner son numéro de téléphone ou de donner son pseudo de compte dans les réseaux sociaux, c’est louche. C’est louche évidemment aussi si la personne refuse de vous rencontrer en vrai.
  • Un faux profil a très souvent une date d’inscription récente.
  • Évitez de donner vos photos personnelles à des personnes inconnues sur internet, car vos photos pourraient se faire usurper…

 

Quelles sont les motivations des créateurs de faux profils dans les sites de rencontre ?

  • Cas n°1 : La personne enjolive la réalité, en mentant par des affirmations ou par des omissions. C’est une façon de se revaloriser aux yeux d’autrui, mais c’est malhonnête et ça tue finalement la confiance. Il paraîtrait que deux tiers des personnes enjolivent plus ou moins leur profil dans les réseaux sociaux… Pffff, ces gens sont superficiels…
  • Cas n°2 : La personne est un escroc dont le but est de soutirer de l’argent à ses victimes. Parfois il s’agit même d’escroquerie sentimentale, un abus de confiance. Parfois il s’agit de chantage.
  • Cas n°3 : Pire encore, je soupçonne certains sites de rencontre d’utiliser des algorithmes automatiques assez sophistiqués qui créent de faux profils à la volée (dont le pseudo contient souvent des chiffres à la fin du nom) et qui génèrent de pseudo-conversations : «Salut ça va ??», afin que les vrais inscrits appâtés tombent dans le panneau et finissent par acheter un abonnement premium… Là aussi, le procédé est malhonnête…

 

D’années en années, la situation empire… Et il n’y a pas que les sites de rencontre, il y a également les réseaux professionnels et les logiciels de messagerie instantanée (avec ou sans webcam) qui sont touchés par le phénomène de faux profils.

Personnellement, les sites de rencontre j’en suis dégoûté… Mais au moins j’ai découvert leurs combines…

 

© 2018 – John Philip C. Manson

 

Des victimes d’arnaques au photovoltaïque

Depuis le temps que je disais que l’énergie solaire est peu rentable (surtout comme moyen de production électrique chez les particuliers), les journalistes annoncent bien tardivement les mauvaises surprises, pourtant prévisibles par quelques calculs…

Certains pensaient investir grâce à l’énergie solaire… Ils se retrouvent avec 200 euros de coûts chaque mois…

On peut refaire le calcul :

  • Le rayonnement solaire incident est de 1367 W/m² au niveau de l’orbite terrestre (c’est la constante solaire).
  • Le rayonnement solaire incident reçu sur la surface terrestre (pendant le jour) sur une section de disque est de 342 W/m².
  • Le rendement habituel des panneaux solaires est compris entre 10% et 20%.
  • Par conséquent, dans le meilleur des cas (temps ensoleillé sans ombrage dans les régions tempérées), un mètre carré de panneau solaire produit environ 34 à 68 W maximum (25 à 50 W si on se base sur un rayonnement solaire incident de 1 kW/m²). De quoi faire fonctionner une ou deux ampoules électriques.

La plupart des installations photovoltaïques sur les toits, c’est 16 panneaux d’environ 1 m² chacun, soit 16 m². Dans les conditions d’ensoleillement les plus optimistes (et seulement durant les jours, et non les nuits), on peut espérer une production électrique atteignant 400 à 800 W maximum pendant le jour. Mais un temps ensoleillé continu, et constamment au zénith, ça n’existe pas. Ce sera donc toujours inférieur à 400 ou 800 W/m² en période diurne pour les 16 panneaux solaires. En effet, le temps peut être souvent nuageux, et l’angle des rayons solaires incidents forment souvent un angle qui fait que les rayons sont tangents par rapport à la surface des panneaux (comme au lever et au coucher de soleil). L’inclinaison des panneaux par rapport à la position changeante du soleil a des conséquences sur le rendement électrique.

La production d’énergie solaire photovoltaïque réalisée par un panneau solaire cristallin (dans la région de Lyon en France) est en moyenne de 100 kWh/m² par an. Ce qui correspond, calcul fait, à environ 11 W/m² en moyenne (cette valeur est inférieure à mes calculs précédents car là elle prend en compte les périodes d’ennuagement et les intempéries, car il n’y a pas tout le temps du soleil en journée).

En moyenne, avec 16 m² de panneaux solaires sur un toit de maison, on produit environ 176 W. C’est bien maigre comme production électrique. Grâce aux calculs aux conclusions explicites, je n’achèterai jamais ce bazar dont la publicité fait plus de bruit que les résultats réels…

En pédalant comme un athlète sur un vélo équipé d’une dynamo, on peut atteindre environ 600 watts. La force musculaire d’un homme produisant de l’électricité à l’aide d’une dynamo bon marché, ça donne un meilleur résultat que 16 m² de panneaux photovoltaïques, et mieux aussi qu’une petite éolienne domestique. Évidemment, on remplace le cycliste quand celui-ci est fatigué.  😉

La logique veut que l’on évalue et que l’on vérifie avant d’acheter. Non ? On ne doit pas acheter sous prétexte de croire qu’un vendeur dit la vérité quand il vous convainc qu’une 2-CV a un moteur dont la puissance dépasse de loin celle d’un Boeing 747… Quand vous achetez une bagnole, vous l’essayez avant de l’acheter.

iconlol

© 2014 John Philip C. Manson

Autopsie d’une arnaque publicitaire

Paranormal, voyance, numérologie. Voila le thème d’aujourd’hui que l’on va analyser.

Photo d’un tract publicitaire :

gourou

Bon c’est vrai, j’ai caricaturé l’image, en grossissant les yeux pour rigoler.

iconlol

Mais même l’image dans son état «normal» est déjà une caricature, avec des yeux phosphorescents, comme si les voyants étaient venus d’un autre monde. Ils sont plutôt aveuglés par l’illusion d’avoir des pouvoirs surnaturels. Ou plutôt, ils ne croient même pas eux-mêmes à ces fadaises.

Quand vous aurez lu ce tract grotesque, quelles sont les chances qu’un pigeon ordinaire ait une date de naissance qui contient l’un ou plusieurs des chiffres suivants (1, 6, 7, 9) ?

Voici le résultat :

  • 100% des personnes nées pendant le XXe siècle (du 01/01/1900 au 31/12/1999) auront leur date de naissance contenant le chiffre 1 (à cause du premier chiffre de l’année qui est celui du millénaire, c’est évident !).
  • Environ 93,8% des personnes nées au XXIe siècle (entre le 01/01/2000 et le 31/12/2013) auront leur date de naissance contenant un ou plusieurs chiffres «magiques» (1, 6, 7, 9).

Ainsi, une très forte majorité de gens pourrait croire à tort que ces 4 chiffres (1, 6, 7, 9) sont rares et privilégiés, alors qu’il y a une abondance de dates concordantes. L’inventeur de cette farce a adapté ces chiffres de façon à ce que cela touche le maximum de «clients».

Mais ce qui n’est pas drôle, c’est que l’arnaque est le fait d’une SARL qui gagne sa vie avec peu d’efforts (plus de 203000 euros de chiffre d’affaire net en 2012), et dont l’État perçoit la TVA… De plus, le nom du voyant est fictif, le gérant de la SARL (qui est aussi l’unique employé) porte une autre identité. Et pourtant, ce business est une tromperie. Scandaleux.

L’organisation «James Randi Educational Foundation» offre un prix d’un million de dollars US à toute personne en mesure de démontrer des pouvoirs surnaturels lors d’un test respectant les critères de l’expérimentation scientifique.  Aucun individu au monde à ce jour n’a pu prouver posséder un pouvoir surnaturel.  http://fr.wikipedia.org/wiki/James_Randi_Educational_Foundation

Ce que je trouve surnaturel, extraordinaire et si improbable, c’est la crédulité humaine. Comment peut-on facilement se faire berner par ces trucs-là ?… Pas étonnant que certains en profitent… La voyance est une escroquerie.

© 2013 John Philip C. Manson

Peut-on gagner 7 fois au Loto ?

Un américain aurait gagné pour la septième fois au Power Ball, le loto américain.

Pourtant, selon les spécialistes, les chances de gagner le gros lot sont de 1 sur 175 millions.
Très sceptique, on va évaluer ce phénomène douteux avec la théorie des probabilités. On va prendre l’exemple du jeu de dés pour bien illustrer les chances que l’on a pour sortir un chiffre précis.
  • Avec un seul dé à six faces, on a une chance sur 6 de sortir un 6.
  • Avec deux dés, on a une chance sur 6² = 36 de sortir un double 6.
  • Avec trois dés, on a une chance sur 6³ = 216 de sortir un triple 6.

La loi générale pour n’avoir que le chiffre 6 partout quand on lance N dés montre que la probabilité d’avoir le chiffre 6 partout est de 1 / 6^N  (l’accent circonflexe désigne l’élévation à la puissance).

Donc, avec le Loto américain, le PowerBall, la probabilité de remporter le gros lot est de 1 sur 175 millions. Cette information va se révéler importante.

Quelle est la probabilité pour qu’un homme précis gagne 7 fois le gros lot du Power Ball ?

P = (1 / 175 000 000)⁷ = 1 chance sur 5 026 507 568 359 375 000 000 000 000 000 000 000 000 000 000 000 000 000 000.

Je mets en valeur explicite le grand dénominateur de la fraction ci-dessus. Une chance sur environ 5 × 10⁵⁷.

La probabilité est quasiment nulle.

À titre de comparaison, prenons l’exemple d’une planète quelconque qui est éjectée de son orbite elliptique à cause de sa proximité d’un trou noir. Supposons que cette planète provienne d’aussi loin que le fond de l’univers observable (à des milliards d’années-lumière) et qu’elle se déplace presque à la vitesse de la lumière. Alors la probabilité pour qu’elle percute exactement la Terre au hasard par rapport à toutes les trajectoires possibles est de 1 / 4,2 × 10³⁸, ce qui est environ 12 milliards de milliards de fois PLUS PROBABLE que de gagner 7 fois le gros lot du PowerBall !!!

Si ce Loto est entièrement régi par le hasard, gagner 7 fois pour un seul homme est impossible, d’après la théorie des probabilités. En revanche, si ces 7 gains sont réels, alors ce n’est pas par hasard. Une piste pour une explication ? Voici cela : http://en.wikipedia.org/wiki/Powerball dans lequel on peut lire une suspicion de fraude. Dans une autre page : http://www.consumerfraudreporting.org/lotteryscam_Powerball2.php il y est question de mail frauduleux (un scam sur la loterie). Les arnaques sur des martingales ont toujours existé. Donc attention aux faux conseils. Une incitation à la prudence est publiée ici : http://fr.playitalianlotto.com/lottery-fraud-a-scams.html (en résumé : ne pas répondre aux scams, ne jamais envoyer d’argent, ne pas donner de coordonnées bancaires ou administratives, ne pas ouvrir des fichiers joints). Interpol s’occupe de ce type de fraude.

Dans une page, on peut lire la liste des probabilités de gain au PowerBall : http://fr.playitalianlotto.com/usa-powerball-lottery-lotto.html

Par exemple, on voit qu’avec 5 bons numéros, on a une chance sur 5 153 633 de gagner. Avec cette information, on peut calculer combien il y a de numéros au total.

x! / (5! × (x – 5)!) = 5 153 633                         je trouve une solution :  x = 59

Le nombre de numéros pour le jeu est donc de 59. C’est ce qui est dit dans la page, les numéros vont jusqu’à 59. Mon calcul se base sur un phénomène totalement aléatoire (l’analyse combinatoire), les numéros du PowerBall sortent donc vraiment au hasard. On ne peut donc pas trouver de méthode déterministe permettant de trouver les bons numéros pour remporter le gros lot. Dans ce contexte, une série inexpliquée de 7 jackpots éveille légitimement des suspicions…

DiplomeMartingale

iconlol

© 2013 John Philip C. Manson

L’imposture de la physique quantique travestie en pseudo-médecine (2e expérience statistique)

En date du 7 mars 2013, une recherche précise sur Google sur la dernière heure (de 17h05 à 18h05) révèle les résultats pour le mot-clé « quantique ».

Voici l’image du résultat, suivi de son analyse :

quantique-google

 

Bilan :

  • Seulement 30% des pages se dirigent vers des sites scientifiques ou technologiques alors que ceux-ci devraient être majoritaires.
  • 20% des pages sont pointées vers des sites artistiques (BD, poésie…). Dans l’art, la science est neutre.
  • Mais voila l’abomination : 50% des sites (en majorité absolue) pointent vers des pages consacrées au paranormal, à l’irrationnel, à la spiritualité, le New Age (à travers un jargon comme «le devenir quantique» ou «la conscience quantique» ou la «biologie quantique» ou «médecine quantique»). Dans cette imposture, le mysticisme contemporain usurpe ce qu’est vraiment la physique quantique.

En conséquence, je retrouve aujourd’hui des résultats statistiques assez équivalents à ceux de ma précédente analyse (https://jpcmanson.wordpress.com/2013/02/07/limposture-de-la-physique-quantique-travestie-en-pseudo-medecine/).

 

Lorsque l’ami Google délivre ses résultats quand vous lui indiquez le mot-clé «quantique», vous savez maintenant que la moitié de tous les résultats est un vaste ramassis de conneries en connivence avec la secte New Age (je pèse bien ces mots), tandis que les documents scientifiques liés à la physique quantique sont le fait de seulement 10% à 30% des résultats alors que ce sont eux qui devraient apparaître en priorité dans un moteur de recherche. Ainsi, un tri est toujours nécessaire quand vous voulez vous informer de façon pertinente et objective. L’esprit critique est une nécessité. Soyez en éveil rationnel.

 

© 2013 John Philip C. Manson

 

L’imposture de la physique quantique travestie en pseudo-médecine

L’imposture de la physique quantique travestie en pseudo-médecine

Le présent article est la continuité de ces articles plus anciens sur le même sujet :

Aujourd’hui, je réalise une intéressante expérience de statistiques. Le géant Google se révèle un outil précieux. En date du jeudi 7 février 2013, je lance une recherche sur Google avec le mot-clé «quantique» présent sur le web depuis la dernière heure (donc entre 10h15 et 11h15 du matin, heure de Paris).

Les résultats sont inquiétants. Je vais expliquer pourquoi.

Dans mes articles précédents à propos de la physique quantique, j’avais exposé l’imposture de l’usurpation de la physique quantique par les pseudo-médecines. Je constate que la mystification figure en place majoritaire sur le web actuel.

Voici une copie d’écran de la première page de résultats de Google :

quantique-google-lasthourCliquer sur l’image par clic droit et ouvrir dans une nouvelle fenêtre pour l’agrandir

Ainsi, en l’intervalle d’une heure, peu avant midi (à Paris), la première page de résultats de Google montre que la physique quantique est présentée telle quelle sans ambiguïté pour un seul lien hypertexte pour un ensemble de 10 liens…

  • Le site RTBF présente une conférence sur la physique quantique en tant que théorie scientifique (ce qui est le résultat le plus correct) : seulement 10% des liens…
  • La moitié des liens hypertextes, soit 50% des liens, présentent la physique quantique comme une médecine alternative (c’est en fait une mystification), à travers un vocabulaire mystique et psychologique teinté de pseudo-science, comme «plan quantique», «énergie quantique», «conscience quantique», «planète quantique». Ce vocabulaire est très proche de la mouvance New Age. Le New Age détourne abusivement la physique quantique pour la dénaturer et la sortir de son contexte scientifique pour l’intégrer dans les croyances New Age afin de chercher à les rendre plus attrayantes… Pour en savoir plus : https://jpcmanson.wordpress.com/?s=new+age&submit=Rech.
  • 10% des liens hypertextes font référence à une série TV américaine. Contenu anodin.
  • 20% des liens hypertextes désignent a priori un titre de morceau de musique. Contenu anodin.
  • 10% des liens : contenu indéterminé.

RAPPEL SUR LA PHYSIQUE QUANTIQUE :

La physique quantique n’est ni une médecine, ni une psychothérapie, ni une spiritualité, ni une religion, ni un mysticisme, ni un quelconque rapport avec des critères subjectifs qui impliquent la conscience ou l’être humain. La théorie quantique est une théorie scientifique de la physique. Elle décrit un monde paradoxal, mais elle ne prétend pas décrire un monde mystique. La physique quantique (également connue sous le nom de mécanique quantique) concerne les technologies (photovoltaïque, lasers…) et la recherche scientifique (chimie, informatique, ordinateurs quantiques, cryptologie…). La physique quantique est l’étude et la description du mouvement des particules à l’échelle subatomique, une théorie scientifique sur la discontinuité de la matière.

Depuis, une seconde expérience statistique a été réalisée : https://jpcmanson.wordpress.com/2013/03/07/limposture-de-la-physique-quantique-travestie-en-pseudo-medecine-2e-experience-statistique/

 

© 2013 John Philip C. Manson

Le QI, un produit marketing

Y a t-il des raisons de douter de l’intelligence, voire plutôt les tests qui prétendent la mesurer ?

Qu’est-ce que l’intelligence, qu’est-ce que la surdouance ?

Critique de l’article : http://fr.news.yahoo.com/augmenter-qi-090600989.html
Le talent c’est l’envie de faire quelque chose (citation de Jacques Brel), le plaisir de ce que l’on fait, le voir comme un jeu plutôt qu’une corvée. Le talent est une faculté acquise, pas innée. Le lien entre l’intellect et la génétique n’est pas prouvé, c’est comme le fameux «gène gay» qui est plus une idée préconçue qu’un fait.

Si la génétique est clairement définie, ce qu’on appelle intelligence n’a pas de définition objective claire. Ce qu’on appelle le QI est seulement un indicateur pour comparer quelques aptitudes (la mémoire, la logique, la culture générale…) par rapport à une moyenne, mais cela ne peut pas conduire à des certitudes.

 

En effet, plutôt qu’adhérer au concept de QI, il est plus utile d’en examiner les failles :

  • 1). Peut-on falsifier un test de QI, c’est-à-dire peut-on démontrer qu’un test de QI est faux ?

 

  • 2). Ensuite, l’absence de marge d’incertitude pour un test de QI n’en fait pas une donnée scientifique fiable.

 

  • 3). Et la définition du QI, selon laquelle l’intelligence d’un individu s’évalue par rapport à la moyenne d’un échantillon de la population, présente une faille : comment évaluer alors l’intelligence d’un homme s’il n’existe plus aucun autre humain dans le monde par exemple ?

 

  • 4). Le QI ne prend pas en compte l’esprit critique, afin d’évaluer le degré de crédulité ou de recul critique, ça c’est pourtant un critère pouvant avoir un rapport avec l’intelligence : en effet, un crédule n’est pas forcément un génie quand il est porté à croire n’importe quoi…

 

  • 5). De plus, le QI à l’origine fut conçu pour dépister le retard scolaire d’enfants scolarisés par rapport à la moyenne d’un échantillon d’enfants : faut-il en conclure que si une classe est majoritairement composée d’une moyenne de cancres il serait juste de dire qu’un QI de 100 est “normal” ? Faut-il conclure qu’être cancre est “normal” ? Ce serait une norme factuelle, une constatation passive, et non d’après une norme fondée sur des objectifs scolaires : avoir une classe d’élèves qui progressent.

 

  • 6). Ensuite, le QI perd tout son sens légitime et originel lorsque le marketing a conçu les tests de QI pour adultes à partir des années 50. En ce sens, le QI est devenu un produit marketing, surtout dans la presse grand public et le web. Certains attribuent un QI de 160 à Einstein, Newton, Goethe et Descartes alors que ces célébrités ont vécu à une époque où ces tests n’existaient pas encore, ainsi leur QI n’a jamais été mesuré… En ce sens, le QI est dépourvu de scientificité. Le QI est désormais une invention marketing qui a récupéré et dénaturé le concept de QI du docteur Binet.

 

Plus on mesure l’intelligence, moins il y en a…

 

© 2011 John Philip C. Manson

Analyse critique d’un site web sur les champs électromagnétiques

 

L’étude porte sur la page d’index d’un site web suisse : http://www.ateliersante.ch/electromagnetique.htm

  • Je cite : L’électricité est à la base de l’activité de toutes les fonctions vitales

En partie, oui, notamment pour le fonctionnement du coeur, mais les mécanismes de la vie sont essentiellement le fait de réactions biochimiques complexes faisant intervenir les glucides, les lipides et les protéines ainsi que les enzymes.

  • Je cite : Chaque cellule […], possède une ou plusieurs petites “piles électriques” que l’on appelle des “mitochondries”. Ce sont les impulsions électriques fournies par ces mitochondries qui sont à la base même de la VIE.

C’est incorrect de comparer les mitochondries à des piles électriques, l’analogie est une maladresse. Les mitochondries sont des organites dans lesquels l’énergie fournie par les molécules organiques est récupérée sous forme d’ATP (énergie contenue dans la liaison phosphate-phosphate), la source principale d’énergie pour la cellule eucaryote, par le processus de phosphorylation oxydative. C’est une réaction chimique, et l’électricité n’intervient pas dans ces mécanismes.

  • Je cite : Au cours du dernier siècle écoulé, suite au développement de la technologie humaine, tous les champs électriques et magnétiques ont été multipliés sur la planète, selon les endroits, par des centaines, voire des milliers de fois. Notre organisme n’y est pas préparé, et n’a pas eu le temps de s’adapter à ces nouvelles données.

Il est vrai que le développement de l’électricité dans notre mode de vie est devenu très important. On ne sait pas si l’organisme doit “s’adapter” à un nouvel environnement envahi par les champs électromagnétiques, le danger dépendrait des champs les plus intenses, comme ceux des postes à haute tension. Je ne connais pas de preuve des dangers supposés des appareils électriques courants, du rasoir électrique à l’ordinateur. Les champs infimes générés par le corps humain sont une conséquence des mouvements des molécules ioniques qui circulent dans le corps, et non pas leur cause : qu’est-ce qui justifie que des champs extérieurs au corps puisse influencer le corps ?

 

  • Je cite : Notre environnement électromagnétique saturé modifie dangereusement les informations électriques naturelles intervenant dans le fonctionnement des organismes vivants.

A t-on des preuves entre l’existence de champs électromagnétiques et le fonctionnement des organismes vivants ?Il faut citer des publications scientifiques à comité de lecture pour appuyer l’argument selon lequel il existe un danger. Des références seraient bienvenues et nous informeraient mieux.

Ensuite, l’index du site web étudié présente d’autres explications didactiques à propos des champs :

  • Je cite : Les champs électriques (CE) : Ils sont émis par tout fil parcouru par un courant. Les champs magnétiques (CM) : Ils sont émis par les moteurs électriques, les transformateurs, radio-réveils, sèche cheveux, tous les écrans, ordinateurs, imprimantes, fours à micro-onde, fers à repasser, téléphones mobiles, etc… Ils sont beaucoup plus dangereux que les champs électriques.

 

En réalité, les champs électriques n’ont pas besoin de faire circuler un courant électrique pour exister : un appareil branché mais non allumé peut avoir un champ électrique. L’existence même de charges électriques, même immobiles, génèrent toujours un champ électrique. C’est lorsque le courant électrique circule dans un conducteur que le champ magnétique est généré, tandis que des charges électriques sans mouvement ne génèrent pas un champ magnétique. De plus, quelle est l’argument qui étaie la remarque selon laquelle un champ magnétique serait plus dangereux qu’un champ électrique ? Un champ électrique lui-même, sans champ magnétique, peut être redoutable, il suffit de s’aventurer trop près d’un poste électrique à haute tension, ou se promener illicitement près des rails de trains électriques : il n’y a même pas besoin de contact, l’électrocution soudaine agit à distance à cause d’une différence de potentiel électrique en deux points différents, par exemple entre la tête et les pieds. Bref, un champ électrique suffisamment important peut être dangereux (ça ne concerne pas les appareils électroménagers, évidemment).

 

  • Je cite : Dans le cas d’expositions à des champs très intenses (ligne à haute tension, émetteurs TV de forte puissance) une étude américaine de 1990 conduite pendant 15 ans a signalé parmi les conséquences possibles sur le corps humain : leucémie et destruction partielle du système nerveux central.

Quelle étude précisément ? Quelles sont les références exactes ? À ce jour, le lien entre champs et cancers n’est pas prouvé expérimentalement, c’est seulement une hypothèse crédible, que je ne nie évidemment pas, mais il n’existe pas de preuves avérées certaines.

Effet des champs magnétostatiques : Les différentes espèces connues ne sont pas identiquement sensibles aux champs électromagnétiques. Les données concernant les êtres humains sont encore sporadiques. Les champs statiques inférieurs à 8 teslas n’ont vraisemblablement pas d’effets physiologiques notables. L’organisation mondiale de la santé mène encore aujourd’hui des études sur les risques potentiels.

 

 

  • Je cite : Raccorder TOUS les appareils électriques à la terre (câble 3 conducteurs).

Cette précaution n’empêche pas les champs électriques ni les champs magnétiques d’exister…

 

  • Je cite : Après avoir été exposé à des champs électromagnétiques (TV, ordinateur, proximité immédiate d’appareils électriques ou de points d’éclairage, surtout halogènes ou fluorescents) on peut évacuer la charge accumulée dans le corps très simplement : la douche est le moyen le plus efficace, mais encore passer les mains sous l’eau pendant 1 minute, se mettre en contact avec une terre (partie métallique apparente d’un radiateur, borne de terre d’une prise) ou, à l’extérieur, mettre les mains dans l’herbe pendant 1 minute.

Ne pas confondre une exposition à des champs à une électrisation. Être exposé à un champ et accumuler sur soi des charges électrostatiques ce n’est pas le même phénomène, il y a une différence. C’est comme être matraqué par une lampe torche, ce n’est pas pareil qu’être éclairé par la lumière de la lampe, à distance… Ne pas confondre la cause et l’effet.
Quelle prévention utile peut-on faire sur la base des connaissances scientifiques ? Je vais vous le dire :

  • Pour se prémunir contre les champs électriques, il existe deux solutions : soit on débranche les appareils électriques, soit on s’isole toute notre vie dans une cage de Faraday (cette cage est de même type de protection que les paratonnerres) et ce n’est guère confortable car les appareils électriques sont eux-mêmes dans l’habitat.
  • Contre les champs magnétiques, aucun remède physique existant, sauf simplement de débrancher les appareils électriques.
  • En règle générale, mieux vaut s’assurer d’abord que les champs électromagnétiques des appareils de la vie courante sont dangereux avant de prendre des mesures radicales fondée sur la paranoïa du principe de précaution…

L'expérience de la cage de Faraday  L’expérience de la cage de Faraday au palais de la découverte. La personne dans la cage ne ressent pas l’arc électrique : elle y est protégée

 

Deux remarques à faire :

  1. La lumière elle-même est un champ électromagnétique dans la gamme de 375 à 750 térahertz. La lumière ordinaire d’intensité normale ne présente aucun danger, sinon nous serions tous déjà morts d’un cancer…
  2. La Terre tourne sur elle-même et elle a un champ magnétique faible, de ce fait la Terre génère un champ électrique naturel : ce champ existe et y remédier serait vain et irrationnel, pareil en cas d’orages avec la foudre.

 

Concernant l’apparition des cancers : seuls les rayonnements X et gamma (rayonnements ionisants) peuvent rompre les liaisons moléculaires et être à l’origine d’ionisations, facteur cancérigène.

 

Pour bien expliquer des thèmes scientifiques, il prévaut mieux de donner des informations suffisamment conformes aux faits, et avoir au préalable des connaissances scientifiques suffisantes. Une simplification et des analogies ça ne peut qu’introduire des incohérences.
L’erreur est humaine, c’est normal et naturel, cela peut m’arriver aussi, surtout autrefois, et si j’ai tant de zèle dans la rigueur c’est parce que je n’aime pas me tromper moi-même par rapport aux faits. J’ai tellement soif de recherche critique de la vérité que j’en ai même abandonné jadis mes croyances et mes certitudes pour m’appuyer enfin sur le critère de réfutabilité ainsi que l’acceptation des incertitudes lorsque les choses sont inconnaissables. Pourquoi ne s’assurerait-on de rien ?

 

 

Ensuite, dans un forum, je trouve un sujet sur les champs électriques et les champs magnétiques. Ce post présente des incohérences que je vais décrire ci-dessous : http://forum.doctissimo.fr/sante/medecine-futur/electromagnetiques-recherche-appareil-sujet_126779_1.htm#t3632

Je cite : Effectivement à 1 m du transfo j’ai 600nT ca qui fait beaucoup.

Pour rappel, 600 nanoteslas c’est un champ magnétique, cela correspond à 0,0000006 tesla. Mais le champ magnétique naturel terrestre vaut 47 µT en moyenne, soit 0,000047 tesla, ce qui est plus de 78 fois plus important que le champ magnétique du transfo… Comment 600 nT peut-il être beaucoup alors que c’est une grandeur significativement plus faible que le champ magnétique terrestre ? D’ailleurs, comment réussir à mesurer un champ plus faible qu’un champ environnant ? Je suis dubitatif.

Je cite (même page) : J’ai cru voir sur internet [qu’un mesureur de champ] coûtait dans les 5000 euros…

Moi, avec un simple volt-mètre ordinaire, j’ai réussi par hasard à détecter et mesurer (de façon approximative mais appréciable) les champs électriques de mon pc, de ma télévision et du transformateur de mon modem. Hier, j’ai découvert par exemple au moyen de mon volt-mètre réglé sur courant continu que mon pc branché mais éteint génère un champ électrique alternatif de l’ordre de plus ou moins 5 mV/m avec une période d’environ 3 secondes (ce champ à basse fréquence m’a fortement intrigué et fasciné à la fois), tandis qu’avec la TV le phénomène est plus important, de 35 à 50 mV/m à ras de l’écran. Lorsque le volt-mètre est réglé sur courant alternatif, grosse surprise, je constate un champ électrique de l’ordre de 50 mV/m quelque soit l’endroit, lorsque les bornes du volt-mètre sont espacées verticalement, je suppose qu’il s’agit du champ électrique terrestre naturel. Le lendemain, je détecte un champ électrique alternatif dont la grandeur maxi vaut environ 0,14 V/m, l’intensité du champ étant maximal lorsque les deux bornes sont à la verticale, et minimal lorsque les bornes sont à l’horizontale. Ensuite, en mesurant près de mon pc éteint, volt-mètre réglé sur alternatif cette fois, je mesure un champ voisin de 1,5 V/m.

 

Je présume que le champ électrique terrestre est continu. Comme je détecte un champ alternatif, j’ai une autre hypothèse : l’éolienne la plus proche est à 3,03 km, c’est probablement ça qui génère ce champ détectable à distance. Faites des mesures, constatez la pollution électromagnétique des éoliennes…

Dans la page du forum, je cite aussi : Où ça se corse c’est que dans ma maison les valeurs sont plus élevées. Le champ magnétique reste à des valeurs autour de 20nT.

Examinons ça : 20 nT = 20 nanoteslas = 0,00000002 T = 2350 fois plus faible que le champ magnétique terrestre naturel moyen. À mon avis, le gars a dû vraisemblablement se tromper d’unité de mesure, probablement au niveau du choix d’un sous-multiple du tesla… Même les aimants qui servent de jouets ont un champ magnétique très nettement supérieur au champ magnétique terrestre à bout portant…

 

 

Pour terminer, je cite : Ils m’avaient fait un devis de 700 euros pour se déplacer, effectuer les mesures et rédiger un rapport.

Ah ah ah ! L’arnaque… Je fais pareil, gratuitement, avec un simple volt-mètre avec les électrodes distantes entre elles de 1 mètre !  iconlol.gif

 

 

© 2011 John Philip C. Manson

L’homéopathie, ce pieux mensonge

L’homéopathie, ce pieux mensonge  Article 39 du code de déontologie médicale : les médecins ne peuvent proposer aux malades ou à leur entourage comme salutaire ou sans danger un remède ou un procédé illusoire ou insuffisamment éprouvé.

Qu’est-ce que l’homéopathie ? C’est un «principe» énoncé par le médecin allemand Samuel Hahnemann (1755-1843),
à l’époque où la chimie était mal connue, avant le concept scientifique d’atomes.

 

L’homéopathie est une croyance qui repose sur des conclusions fragiles :


1). Le principe de similitude, selon lequel «les semblables sont guéris par les semblables»,
en bon latiniste : «simila similibus curantur».Ce principe prétend que les troubles provoqués par
certaines substances sont traités par ces substances.Cette doctrine se base sur l’analogie suivante :
le quinquina provoque de la fièvre qui ressemble au paludisme, alors le quinquina soigne le paludisme.

2). Afin de rendre les produits toxiques accessibles à son commerce, Hahnemann imagina le principe
de dilution pour ainsi éviter tout risque toxique, mais en réduisant d’autant les effets des produits.
Hahnemann prétend que plus c’est dilué, plus les effets sont importants (en fait, les faits prouvent que
c’est le contraire qui se produit).

L’homéopathie n’est qu’une profession de foi, et qui repose sur des postulats qui tiennent plus
des fantasmes de magiciens que de la science.

Que sont les dilutions homéopathiques ? Une dilution «1 CH» (centésimale hahnemannienne) est une «dynamisation»
d’une unité d’un produit dans 99 unités de solvant.Et si on prend une unité de dilution «1 CH» dans 99 autres
unités de solvant (ou diluant), on obtient donc une nouvelle dilution «2 CH», ce qui revient à dire que
«2 CH» est 100 fois plus dilué que «1 CH» qui est lui-même 100 fois plus dilué que le produit non dilué.
Que faut-il conclure lorsque certaines dilutions atteignent ainsi «30 CH» ? Avec «30 CH», le produit est dilué
10030 fois, c’est-à-dire 1060 fois. Une telle dilution, c’est comme prendre une particule
de 1 picomètre de rayon (soit 0,000000000001 mètre) que l’on dilue dans le volume des océans de la Terre.

Tout chimiste sait parfaitement (mais aucun homéopathe apparemment) qu’à partir d’une certaine limite,
un produit actif dilué dans un corps est considéré comme absent tout simplement de par le nombre de ses molécules
dans la substance étudiée. Le nombre d’Avogadro, qui est le nombre de molécules dans une mole de substance pure,
est de l’ordre de 6×1023.
Or un médicament homéopathique en dilution 30CH a une dilution de l’ordre de 1060 de la substance d’origine.
Il est donc impossible que le médicament contienne ne serait-ce qu’une seule molécule du produit d’origine.
La limite pour qu’une substance puisse avoir quelque effet est de l’ordre de 12CH maximum, limite au-delà de laquelle
plus une seule molécule de la substance diluée n’est présente. Les molécules n’étant pas sécables, nous en arrivons,
lors d’une dilution pour un centigramme d’une substance «active» contenant 1020 molécules (dont la masse
molaire originale serait d’environ 60 grammes), pour 10CH : à 100 flacons contenant chacun 1 molécule, pour 11CH :
à 1 seul flacon ayant une seule molécule et 99 ne contenant que du vide, et à 15CH : à 10 milliards de flacons
dont 1 seul contiendrait une seule molécule de principe actif et 9.999.999.999 flacons ne contenant que du RIEN !
Ou plutôt si … du solvant seulement.

 

Pour se faire une idée, voici un petit tableau des équivalences qui permettra de mieux situer les choses en ce qui
concerne les dilutions vendues sur le marché par les laboratoires homéopathiques, et censés guérir vos maux :

 

  • 4 CH = une goutte de la substance de produit actif initial dans une piscine de jardin,
  • 5 CH = une goutte de cette même substance dans une piscine olympique,
  • 6 CH = une goutte dans un étang de 250 m de diamètre,
  • 7 CH = une goutte dans un petit lac,
  • 8 CH = une goutte dans un grand lac de 10 km² par 20 m de profondeur,
  • 9 CH = une goutte dans un très grand lac de 200 km² par 50 m de profondeur,
  • 10 CH = une goutte dans la Baie d’Hudson,
  • 11 CH = une goutte dans la mer Méditerranée,
  • 12 CH = une goutte dans tous les océans de la planète,
  • 30 CH = une goutte dans un milliard de milliard de milliard de milliard de fois toute l’eau de tous les océans de la planète.

Une remarque sur la situation actuelle : la doctrine homéopathe est bien ancrée dans la société, car
une simple recherche avec le moteur de recherche Google montre, en 2005, que près de 37 sites sur 40, soit plus de 92%,
font l’apologie et l’éloge de l’homéopathie. En 2011, ce taux est de 36 sur 40, soit 90%, cela n’a quasiment pas changé.

Pour plus d’informations sur l’homéopathie, cliquer ici : l’imposture homéopathe

En ce qui concerne l’efficacité de l’homéopathie, le taux de guérisons ne dépasse pas les lois du hasard.

 

Si l’homéopathie était efficace, elle répondrait à ces deux conditions :
1). Le taux de guérisons serait statistiquement supérieur aux résultats obtenus avec l’effet placebo.
2). L’homéopathie serait confirmée et expliquée scientifiquement à travers des faits réellement observés.

Or, rien n’accrédite malheureusement pas cette croyance vieille de deux siècles, et la pratique de cette
pseudo-médecine n’est pas conforme à la scientificité.

Contrairement à ce que des personnes prétendent, des études scientifiques très sérieuses ont été faites dans ce domaine.

Jame Randi offrira 1 million de dollars à ceux qui réussiront à lui prouver que l’homéopathie fonctionne très bien, au-delà du seul effet placebo.

Personne n’a réussi jusqu’à présent à lui prouver l’efficacité de cette prétendue «médecine».

Aussi, les partisans de l’homéopathie soutiennent que ça «marche» avec une supposée «mémoire de l’eau» dans la dilution,
or un tel phénomène n’a jamais pu être reproduit.


 

Les scientifiques :
– n’ont pas constaté la réalité du phénomène “homéopathie”.
– ont invalidé la théorie proposée, qui est en contradiction avec nos connaissances actuelles.

La raison essentielle de se méfier a priori de la théorie homéopathique est qu’elle a pris
au départ sa légitimité du fait de l’existence de la vaccination dont ont constatait qu’elle
était efficace, et que personne ne savait alors expliquer.
Comme le mécanisme de la vaccination est à présent connu et que son mode d’action ne s’applique
pas du tout à l’homéopathie, il est logique jusqu’à preuve du contraire de suspecter celle-ci
de constituer une forme particulière de “culte du cargo”.
Tous les médecins savent qu’un rhume soigné guérit en 7 jours et qu’un rhume non soigné guérit en 7 jours.

Les liens qui prouvent que l’homéopathie est une croyance sans fondement scientifique : CONTROVERSE : faut-il brûler l’homéopathie? Les médicaments homéopathiques ne sont pas efficaces au plan
scientifique, tel est le verdict d’une étude publiée dans la revue médicale The Lancet.
Le débat sur l’évaluation de cette thérapeutique est relancé. L’Académie française des sciences contre l’homéopathie

Enfin la vérité sur l’homéopathie

L’homéopathie comme système de croyance

Encore des difficultés pour être convaincus ?
Les bases de l’homéopathie ont été posées en 1796 par un seul médecin saxon Samuel Hahnemann (1755-1843).
Comme repère chronologique, indiquons que Mendeleev, chimiste russe qui fit une classification des éléments chimiques,est né le 8 février 1834. L’homéopathie est donc née avant la chimie moderne, à une époque où on ignorait tout sur les atomes.Nous savons que la chimie moderne a fait d’énormes progrès en deux siècles, mais l’homéopathie est pratiquement et idéologiquement restée au même stade, comme toute pseudo-science.
Les remèdes homéopathiques sont des “médicaments” devant obtenir comme les autres une autorisation de mise sur le marché, bien qu’ils puissent être dispensés de l’étude clinique préalable.

 

Pourquoi un tel oubli volontaire ? C’est contraire à la démarche scientifique.
Essais cliniques :
Actuellement, la réglementation impose que l’efficacité d’un médicament soit prouvée par des essais cliniques réalisés en double aveugle : l’effet du médicament est comparé à celui de son placebo ou d’un médicament existant, sans que le médecin ou le patient ne sachent lequel est prescrit. Pendant longtemps, arguant du principe d’adaptation au patient, les homéopathes ont rejeté la méthodologie ordinaire de test d’efficacité (en effet, le test en double aveugle est basé sur la constitution d’un groupe de patients présentant la même maladie, alors que l’homéopathie entend soigner des patients et non traiter des maladies).

Voici le communiqué de l’académie nationale de Médecine : cliquer ICI.

Mais aussi, un groupe de huit chercheurs de nationalités suisse et britannique dirigé par le docteur Aijing Shang  (département de médecine sociale et préventive, université de Berne) a effectué une analyse des publications médicales de 19 banques électroniques, comparant l’effet placebo à l’homéopathie et l’effet placebo à la médecine conventionnelle ;
Les études portaient en moyenne sur 65 patients. Les résultats de cette étude, publiés dans The Lancet (27 août 2005) n’ont mis en évidence aucune supériorité de l’homéopathie sur l’effet placebo, contrairement à l’allopathie.
Pour conclure :

Retenons que les dilutions homéopathiques sont composées d’une substance diluée à l’extrême dans un solvant, tout homéopathe érudit vous le dira, mais on oubliera certainement que le solvant n’est pas pur car les impuretés présentes mêmes à l’état de traces infimes sont en nombre très supérieur à la substance homéopathique hyperdiluée. Donc les impuretés du solvant auraient un effet parasite par rapport à l’effet homéopathique recherché, mais cela, aucun homéopathe n’en discutera…