Citation du jour

  • Trois bougies repoussent les ténèbres : la vérité, la connaissance et les lois de la nature.   (proverbe celtique)

Amnistie ou innocentiation ?

Si on y réfléchit, un gouvernement qui accorde l’amnistie aux homosexuels, c’est un peu comme si l’Allemagne d’aujourd’hui prétendait amnistier les Juifs assassinés par les Nazis à Auschwitz…

En quoi le Royaume-Uni est-il choquant ?

Seuls les individus qui ont été légitimement condamnés peuvent prétendre avoir droit à une amnistie ou à recevoir un pardon.

La discrimination homophobe et des traitements inhumains, c’est une injustice, cela n’a rien à voir avec la justice, ni avec l’amnistie, ni le pardon.

Car prononcer l’amnistie revient à encore accorder une valeur à une « loi » injuste. C’est le comble.

Ce n’est pas à une amnistie que Alan Turing ou Oscar Wilde (et des dizaines de milliers d’autres victimes) ont droit, mais à une réhabilitation totale, par une annulation d’une « loi » injuste.

Amnistier les gays condamnés, c’est s’attribuer abusivement encore quelque pouvoir légitime pour juger de la sexualité d’autrui.

Une amnistie ne contredit pas la décision judiciaire et elle n’efface pas l’historique pénal d’une personne. Il aurait mieux valu d’innocenter les gays injustement condamnés.

  • C’est au Royaume-Uni de demander pardon à genou auprès des homosexuels, ce n’est pas aux homosexuels de s’excuser d’être ce qu’ils sont afin de recevoir un « pardon »…
  • Amnistier quelqu’un, c’est lui pardonner sa « faute », mais c’est toujours le définir comme fautif, alors que ce sont plutôt les autorités de l’époque qui sont entièrement responsables de ces traitements inhumains contre les gays…
  • Le Royaume-Uni avait condamné Alan Turing, cela a poussé celui-ci au suicide. Les responsables des mauvais traitements et de la mort de Turing sont impardonnables…

Théorie du genre

Sa sainteté le pape accuse les manuels scolaires de propager la théorie du genre.
Il dit que « c’est contre nature, un endoctrinement, une colonisation idéologique »

Mais le catholicisme, qu’est-ce que c’est ?
C’est une doctrine qui interdit aux curés de se marier et de fonder une famille. Sans oublier non plus les scandales de crimes sexuels. C’est contre-nature

Et les peuples des Amériques et d’Afrique qui ont été convertis de force ces derniers siècles dans la violence et la peur ? Et le dogme de l’infaillibilité du pape ? N’est-ce pas là une colonisation idéologique ?

Le catholicisme est mal placé pour donner des leçons.

Retire la poutre que tu as dans ton œil avant de retirer la paille qui est dans l’œil de ton prochain…

La théorie du genre, c’est quoi concrètement ? C’est un champ d’études universitaires né dans les années 1960, en parallèle du développement du féminisme. Son propos : étudier la manière dont la société associe des rôles à chaque sexe. Exemples : « pourquoi les hommes font moins le ménage », « pourquoi une femme mécanicienne ou un homme sage-femme paraissent insolites », etc. C’est donc l’étude de la hiérarchie entre les sexes afin de dénoncer des inégalités et les stéréotypes entre genres.

Mais il n’existe pas de « théorie » au sens idéologique ou scientifique du terme, pas de programme secret ou caché visant à « manipuler » les enfants, ni de situations où l’école chercherait à habiller les garçons en filles…

L’« idéologie du genre » est une rumeur venue des Etats-Unis et des groupes ultraconservateurs, ainsi que l’extrême-droite, qui ont inspiré leurs homologues en Europe.

Dans la réalité, la loi française prévoit l’enseignement de l’égalité homme-femme à l’école depuis 1989, et des cours d’éducation sexuelle sont prévus à l’école depuis une loi de 2001. On n’observe donc aucune « théorie du genre » dans les écoles, les réflexions sont plutôt menées autour des questions sur l’égalité entre les hommes et les femmes.

  • Réédition : encore pire que le pape lui-même, Sarko soutient ce dernier : http://www.bfmtv.com/politique/sarkozy-soutient-le-pape-francois-najat-vallaud-belkacem-nous-fait-honte-1044778.html

Année la plus chaude

L’auteur de l’article en lien ci-dessus a raison de faire la distinction suivante : les évolutions du climat sont évaluées sur plusieurs décennies, pas sur un record de température ponctuel. 

Le réchauffement climatique, qui est une réalité, est basé sur l’évolution de la moyenne des températures sur des décennies, pas sur des températures maximales à un instant donné.