Citations de Cédric Villani

Citations de Cédric Villani, mathématicien français, médaille Fields 2010

  • Le grand mathématicien n’est pas celui qui est plus rigoureux, c’est celui qui voit plus loin.
  • Vous pouvez avoir le cerveau le plus puissant du monde, si vous restez toujours sur votre problème ce n’est pas ça qui fera avancer les choses. (en insistant sur l’importance d’une vie sociale dans la vie d’un chercheur)
  • La petite frustration qui va avec la recherche est un élément moteur, le fait de ne pas être satisfait de ce que l’on fait, fait avancer dans la vie.
  • Je crois beaucoup au pouvoir des exercices, les exercices permettent d’explorer de nouvelles choses, de comprendre le cours et d’assurer les bases.
  • En mathématique, c’est comme dans un roman policier ou un épisode de Columbo: le raisonnement par lequel le détective confond l’assassin est au moins aussi important que la solution du mystère elle-même.  (Théorème vivant, Cédric Villani, éd. Grasset, 2012 (ISBN 9782246798828), p. 40)
  • Le talent de la transmission ne vient pas forcément de la connaissance, mais du charisme.
  • Beaucoup sont persuadés de ne pas aimer les maths et ne pas avoir de prédispositions pour cette matière, mais je pense qu’ils en auraient si on prenait le temps de bien les leur enseigner. On a eu le tort, pour rendre les maths attractives, d’en simplifier les concepts et d’en réduire le volume d’enseignement. Tout ce qu’il ne fallait pas! Car du même coup, on donne moins de temps aux élèves pour se mettre en confiance avec ce langage, on ne leur permet pas de se forger des raisonnements, et en réduisant la quantité d’exercices, on a supprimé l’entraînement, qui est la seule chance qu’on a de s’immerger là-dedans.
  • Il est très difficile de prédire l’avenir, même à l’horizon 2030. La prédiction est difficile, surtout quand il s’agit de l’avenir.
  • Les idées sont une richesse qui se crée, s’échange, se monnaye ; certaines idées valent des milliards, certaines changent la vie, certaines permettent de gagner une guerre.
  • L’imagination et la rigueur sont deux des trois qualités essentielles d’un mathématicien. La troisième est la ténacité.
  • Le plus difficile n’est pas de trouver la solution mais de se poser la bonne question. « Savoir trouver le bon problème, c’est déjà une grande partie du boulot ».
  • Mieux vaut le désordre et l’information que l’ordre et la désinformation.  (humour)
  • « Ne croyez aucune autorité. Vérifiez par vous-même. C’est aussi une chose fondamentale en mathématiques. Vous ne pouvez pas vous contenter d’un résultat, vous devez vérifier par vous-même. Réfléchissez, pensez, utilisez votre tête. Ne répétez pas des formules apprises par coeur, mais développez vos propres idées. N’arrêtez jamais. »
  • « Je vous invite à nous suivre dans l’exploration de ce monde mathématique qui n’est autre que notre monde à nous tous ».
  • La matière et l’énergie noires, je n’y crois pas !
  • Le métier de chercheur est un métier dans lequel l’espoir et la frustration sont toujours mêlés, surtout en mathématiques. Il y a la joie de la découverte mais il y a toujours la frustration de l’attente. Un de mes premiers collaborateurs me disait souvent que nous avions besoin de cette insatisfaction pour avancer. Ce sont les insatisfaits qui font avancer le monde.
  • En premier lieu, il faut apprendre à coder et à programmer. Tout le monde devrait apprendre à coder.En le faisant, on comprend ce qui se passe, quelles forces dirigent le monde. On apprend aussi à prendre des initiatives, à réfléchir en numérique. Il ne faut pas hésiter à se lancer, ne pas avoir peur de faire des erreurs.      (C. Villani, dans Le Figaro, 9 juillet 2014)
Publicités