Auto-entrepreneurs en 2013

Je m’appuie sur quelques rares données auxquelles j’applique mes calculs que personne ne fait, c’est pourtant intéressant à faire.

Le chiffre d’affaire fait à partir des auto-entrepreneurs n’est pas extraordinaire : en février 2013, les 894681 auto-entrepreneurs comptabilisés en France ont généré 1,43 milliards d’euros.

  • Remarque n°1 : 51,2% des auto-entrepreneurs ne font pas d’argent du tout, zéro euro. Au terme de 2 ans sans CA, ils seront radiés.
  • Remarque n°2 : les 48,8% restants, supposés faire un chiffre d’affaire (CA) non nul, c’est-à-dire 409760 auto-entrepreneurs, font une moyenne de 3500 euros par trimestre.
  • 51220 AE gagnent plus de 7500 € par trimestre, dont 26030 AE qui touchent plus de 10000 € par trimestre.
  • Donc 25190 AE gagnent entre 7500 et 10000 € par trimestre.
  • Et 358540 AE gagnent moins de 7500 € par trimestre.

En me basant avec la loi exponentielle sur un CA moyen de 3606,74 € par trimestre pour les AE actifs, on retrouve sensiblement assez bien le nombre d’AE correspondant à un intervalle de CA donné, avec une bonne approximation, à partir des données précédentes un peu plus haut.

  • N = 839672 * 0,488 * intégrale de x=0 à 7500 de (1/3606,74)*e^(-x/3606,74) dx = 358540.
  • Il y aurait entre 39000 et 42000 AE seulement qui dépasseraient le seuil plafonné de 32900 € de CA, impliquant un changement de statut entrepreneurial. Sur plus de 800000 AE, ce n’est pas beaucoup.
  • Environ un tiers des AE actifs gagneraient environ 3900 € par trimestre au moins (donc un bénéfice net de 1000 € par mois après déduction de 23% de cotisations si on est une profession libérale), donc les deux tiers des AE actifs sont en-dessous du seuil du gain de 1000 € nets par mois. Une auto-entreprise est une activité majoritairement précaire.

Les médias présentent trop souvent une image idéaliste et irréaliste de l’activité auto-entrepreneuriale, en vantant la liberté et l’esprit d’entreprendre et la « facilité » de rebondir professionnellement. La réalité montre un visage plus cruel, avec des difficultés à surmonter au quotidien.

 

Publicités

Santé et WiFi (vu dans un magazine de jeux)

Les ondes électromagnétiques du WiFi sont-elles néfastes ?

  • L’encart du texte raconte que le corps humain est composé de 75% d’eau. FAUX ! Le corps humain adulte est composé de 66% d’eau. Nous ne sommes pas plein d’eau comme les méduses, tout de même…   
  • Concernant la fréquence de 2,4 GHz du WiFi c’est correct. Mais parlons de ce qui concerne la puissance du signal WiFi : à bout portant de la box ADSL, j’ai constaté une valeur maximum de -12 dBm (sachant que 0 dBm équivaut à 1 millième de watt, et que la puissance décroît de moitié si on diminue de 3 dBm). -12 dBm équivaut à seulement 62,5 millionième de watt, c’est une puissance électromagnétique très faible, sans conséquence sur la santé.
  • En comparaison, une ampoule de 40 W émet 640 000 fois plus de rayonnement qu’une box WiFi.
  • Et un four à micro-ondes de 600 W a une puissance 9,6 millions de fois plus intense que celle d’une box WiFi.
  • Il est rigoureusement impossible que le WiFi ou un téléphone mobile puissent aboutir à une cuisson ou un réchauffement, à cause de leur faible puissance par rapport à celle de l’électroménager spécialement conçu dans ce but.
  • Le CMBR (rayonnement fossile du Big Bang) a un flux du même ordre de grandeur que celui de la WiFi d’une box ADSL dans un bureau, mais possède une fréquence plus élevée. C’est quand même marrant ça, des « électrosensibles » se plaignent de la WiFi (sans omettre de diaboliser aussi tous les autres appareils électriques), mais ne disent absolument rien (et ne s’en plaignent pas) sur le rayonnement fossile qui a la même nature (et la même intensité de flux) que la WiFi. Plus précisément, les longueurs d’onde et fréquence typiques du rayonnement fossile sont respectivement 1,06 mm et 100 GHz.
  • Seuls les rayonnements ionisants (UV, rayons X, rayons gamma) sont nocifs et dangereux, à ce jour. Concernant les ondes radio, on n’a jamais pu le prouver.

 

Je commence à en avoir marre de ces journaleux qui entretiennent les peurs et les psychoses (sous prétexte de principe de précaution complètement irrationnel) sur des sujets qu’ils ne maîtrisent pas eux-mêmes, sans même avancer des chiffres concrets… Et les lecteurs se comportent en moutons, en croyant tout ce qu’ils lisent… Faites des maths pour comprendre !!! Vérifiez ! Ce n’est pas sorcier.

Une super Lune, encore ?…

Une vidéo YouTube de AstronoGeek :

AstronoGeek a raison.

  • La Lune passe à son périgée une fois par mois.
  • La différence entre une pleine lune de super Lune et une lune moyenne est négligeable et imperceptible à l’œil nu.

  • La super lune du 19 mars 2011 (à droite), comparée à une lune plus moyenne du 20 décembre 2010 (à gauche), vue de la Terre, ci-dessus.
  • Des spéculations ont affirmé que la super Lune aurait une influence sur l’augmentation de l’activité sismique terrestre mais aucune corrélation n’a été prouvée, notamment avec les séismes les plus importants.
  • La super Lune n’est pas vraiment de l’information, elle a seulement une justification médiatique, mais elle n’est pas un terme astronomique et ne recouvre pas de définition précise.
  • En 2012, je doutais déjà de la super Lune dans mon blog : par calcul j’avais pu établir la différence entre la super Lune et une lune ordinaire moyenne. Par rapport à la moyenne, le diamètre angulaire de la lune lors du périhélie n’augmente que de 5,7% à 7,9% environ, c’est relativement faible. Et par conséquent, la luminosité de la pleine lune nocturne lors du périhélie est 11,7% à 16,4% plus forte que lors d’une pleine lune moyenne. Ces différences sont imperceptibles à l’œil nu.

AstronoGeek a raison de pousser un coup de gueule contre les journaleux qui écrivent de la merde. Moi aussi, j’en ai marre. On a de moins en moins d’information de qualité au quotidien, c’est inquiétant. Cela devient de la malbouffe intellectuelle. Par paresse intellectuelle, les journaleux ne prennent plus soin de vérifier leurs sources, de se relire ; et les lecteurs influencés par ce qu’ils lisent ont de moins en moins d’esprit critique. Il faut réagir, on ne peut pas se résigner à cette décadence, sinon on court à la catastrophe…

Médiumnité et ampoules électriques grillées

Supposons une émission télévisée avec un animateur populaire qui met un scène un « puissant médium » qui se prétend capable de griller par télékinésie les ampoules électriques à distance.

Supposons qu’il y ait un million de téléspectateurs qui regardent l’émission, ou plutôt 1 million de domiciles, et que dans chaque domicile il y ait en moyenne 16 ampoules électriques. L’émission est diffusée lors du début du crépuscule, au soir, pendant une durée de 2 heures.

Le médium se concentre (ou feint de se concentrer) sur sa capacité à agir à distance sur des ampoules électriques, prétendument par télékinésie. Soudain au cours de l’émission, le standard téléphonique explose : des milliers d’appels préviennent sur des phénomènes de grillage d’ampoules chez eux. Le médium a t-il donc un mystérieux pouvoir ?

Non ! Le hasard seul peut expliquer cela. Et le médium profite de ce hasard pour détourner l’attention des crédules.

En fait, le grillage des ampoules électriques c’est juste un problème statistique. Une ampoule électrique a une durée de vie limitée (vie de 1000 heures, donc probabilité de grillage de 1 sur 1000 lors de l’heure qui vient, soit une probabilité de 1 sur 501 environ pour qu’une ampoule qui dans un délai de 2 heures). Toutes les ampoules grillent naturellement, par usure normale. Ce qui fait que lorsqu’un charlatan prétend, lors d’une émission télévisée de grande audience, pouvoir faire griller des ampoules à distance juste en se concentrant pendant quelques instants, les quelques instants en question sont suffisants pour que sur le million de téléspectateurs regardant ladite émission, il y en aura 16 x 1000000 x (1/501) = presque 32000 qui verront en effet au moins une ampoule griller chez eux au moment d’allumer la lumière pendant le crépuscule.

Ensuite, les biais humains en matière d’expérimentation (crédulité, généralisation d’un exemple personnel, égoïsme et importance d’un cas personnel, et le fait qu’on ne retient que les exemples marquants) font le reste. Ainsi, ces 32000 personnes environ téléphonent toutes (ou presque) au même moment au standard téléphonique de l’émission qui est littéralement saturé : le charlatan devient crédible. Avec n’importe quel autre phénomène paranormal revendiqué, on peut réaliser n’importe quel autre trucage similaire. Dans la magie, il y a toujours un truc.

La crédulité n’engage que ceux qui se font fait piéger. Ce sont les pigeons qui entretiennent le charlatanisme et le business des escrocs.

Maintenant, voici un témoignage : http://forum.doctissimo.fr/psychologie/Paranormal/ampoules-grillees-semaine-sujet_15936_1.htm Une personne se dit troublée par ces coïncidences d’ampoules grillées les unes après les autres. Là encore, cela n’est qu’un phénomène statistique. Quand une maison possède 16 ampoules électriques, la probabilité de grillage d’une ampoule parmi les 16 est de 1-(1-(1/1000))^16 = 1 chance sur 63 dans un délai d’une heure. Il y a alors 1 chance sur 2 pour qu’au cours des prochaines 43 heures il y ait une ampoule parmi 16 qui grille. Au-delà de 197 heures d’utilisation des 16 ampoules, le grillage d’une ampoule devient probable à 95%. Et alors, en moyenne, parmi 16 ampoules en fonctionnement, on en remplace une toutes les 66 heures. Le délai n’est compté qu’à partir de l’instant où ces ampoules sont allumées. Quand on ne les allume pas, il n’y a pas d’usure. Bref, le grillage des ampoules électriques est statistique, ce n’est certainement pas une affaire de paranormal ni de psychologie (sauf quand on est aveuglément crédule à fond, ce qui peut être considéré soit comme une maladie mentale préoccupante, ou comme une grave paresse intellectuelle). Où est la liberté des personnes si celles-ci sont aveuglément crédules et croient absolument n’importe quoi ? Je pense que l’éducation et le recul critique doivent impérativement être un devoir. Un devoir qui garantit vraiment les libertés. Il n’y a pas de vraie liberté dans la croyance aveugle. S’informer est nécessaire.

Il faut toujours se méfier quand le hasard est caché, oublié ou nié par un charlatan ou un idéologue, comme dans le cas du créationnisme par exemple.

La science compare souvent un phénomène présumé avec le hasard, on essaie de voir alors si le phénomène se démarque significativement du hasard afin de juger de la crédibilité du phénomène. Mais à partir du moment duquel le hasard est oublié ou rejeté, on ne peut plus faire de comparaisons, et c’est la porte ouvertes aux impostures.

Cessons d’alimenter le business des charlatans, en doutant.

L’imposture des QI de célébrités dans les médias

Voici un exemple d’article (parmi de nombreux autres) qui relate les QI de célébrités : http://www.sympatico.ca/actualites/decouvertes/plus-grands-qi-1.1484724

Je vais montrer pourquoi souvent les médias racontent n’importe quoi en s’emmêlant les pinceaux…

Nous connaissons tous les fameux tests de QI. Cependant, il existe deux échelles différentes de mesure du QI : celle de Wechsler (la plus utilisée), et celle de Cattell. L’échelle de Wechsler est basée sur un QI moyen de 100 avec un écart-type de 15 points. L’échelle de Cattell est basée aussi sur un QI moyen de 100, mais avec un écart-type de 24 (ce qui n’est pas du tout pareil ni équivalent).

Or, dans l’article cité en lien ci-dessus, je cite : « la majorité de la population se retrouve dans la zone de 85 à 115 points de QI ». Remarque : c’est seulement vrai pour le test de Wechsler, mais faux pour le test de Cattell (car entre 76 et 124).

Ensuite, en regardant le QI des personnalités citées, on voit que les QI dépassent la valeur 175, et vont même jusqu’à 225. Or, le test de Wechsler s’échelonne jusqu’à 175 points (jusqu’à 195 ou 200 selon d’autres sources), tandis que l’échelle de Cattell va jusqu’à 220. On peut vérifier ça en examinant l’intéressante page du site Douance via un tableau de conversion : http://www.douance.org/qi/tabqi.html

Visiblement, quand on lit sur le web de nombreux sites relatif au QI, les journalistes s’embrouillent en mélangeant le test de Wechsler et celui de Cattell. Et s’arrangent même pour dépasser le QI maximum possible, mais bon…

Après avoir examiné le tableau de conversion du site Douance : http://www.douance.org/qi/tabqi.html
j’ai pu établir que le calcul de conversion d’un test de QI à l’autre suit une loi linéaire, si on considère que le tableau est exact. En effet, si on pose W = QI de Wechsler et C = QI de Cattell, je trouve que :  C = 1,6 W – 60. Par conséquent, W = (C+60) / 1,6.

Bref, lorsque les médias ne précisent pas si les QI mentionnés sont de l’échelle de Wechsler ou celle de Cattell, les infos sont donc à prendre prudemment avec des pincettes, surtout quand ils mélangent à tort les deux concepts (une marge normale de Wechsler [68,2% de la population] par-ci, puis des QI de Cattell par-là…)

Car sans référentiel, les chiffres égarés ne veulent rien dire du tout et n’ont pas de sens !

Pareil quand les médias évoquent le QI d’Albert Einstein ou celui de Newton ou Galilée. C’est n’importe quoi. Les premiers tests psychométriques de QI furent inventés en 1905 (pas avant !!!) par Alfred Binet pour détecter les retards du développement cérébral par rapport à une moyenne d’âge d’enfants scolarisés. Mais les tests de QI contemporains pour adultes sont postérieurs (de peu) à la mort d’Einstein (1955) ! Einstein n’a jamais passé de test de QI. Quant à Isaac Newton et Galilée (17e siècle), c’était longtemps avant que le concept de QI soit inventé ! On ne connaît PAS le QI d’Einstein ni ceux de Newton et Galilée, on ne le saura jamais, il est donc impossible de faire des comparaisons. On ne connaîtra jamais non plus le QI du génial mathématicien Ramanujan, mort en 1920.

Les médias racontent souvent des inexactitudes, et dans de nombreux domaines, pas seulement sur le concept de QI… Soyez sceptiques, soyez critiques, soyez analytiques.

 

 

Enseignement et nivellement par le bas

L’école fabrique des crétins. Avant on faisait des maths, maintenant on parle de people et de sport, et de slogans publicitaires… C’est ça l’école actuelle ?

Le QI baisse. Pour moi, le QI n’est pas inné, la baisse du QI est l’indice d’un manque de travail, de réflexion et d’effort. Certains attribuent la baisse du QI à des facteurs fatalistes, comme par exemple les perturbateurs endocriniens. Il faut arrêter de s’inventer des excuses pour se dédouaner d’un sérieux problème… Le problème c’est l’enseignement.

La preuve : la Chine est polluée comme nous par les pesticides (peut-être même pire en l’absence de normes environnementales), mais le QI des chinois a augmenté !

Bref, les journalistes publient encore et toujours des torchons politiquement corrects. Le niveau des programmes à l’école, et l’influence abrutissantes de la TV sont des causes évidentes d’altération de l’intelligence.

Le niveau ne baisse pas, il s’effondre. Monsieur Brighelli a raison :

L’intelligence des arbres, encore un mythe

Vu sur un magazine TV :

Je cite : « Les arbres sont dotés d’une véritable forme d’intelligence ».

Cela m’étonnerait… Les arbres n’ont aucun système nerveux… Les arbres émettent des odeurs peut-être mais ils ne sont pas intelligents, ils sont biologiquement incapables de raisonner.

Je cite : « Indispensables à notre survie, ils sont aussi nos meilleurs alliés face au réchauffement climatique ».

Ah ! La phrase discrète que les médias ne manque pas de glisser systématiquement. Encore le réchauffement climatique… Et la pollution, et l’épuisement des ressources naturelles, ça ne compte pas ?…