Radiofréquences et tumeurs cérébrales

Dans le magazine Paris-Match du 12 au 18 février 2015, je constate un article qui parle du danger des radiofréquences sur la santé.

Je cite : « Pour la première fois en France, une loi est adoptée sur l’encadrement de l’exposition aux ondes électromagnétiques. C’est le début d’une reconnaissance du danger des radiofréquences sur la santé. Parmi les études publiées récemment, celle de l’INSERM confirme bien le lien entre l’utilisation intensive du téléphone portable et l’apparition de tumeurs cérébrales. Mais où commence l’utilisation intensive ? Et pour quels consommateurs ? Les réponses sont inquiétantes. »

Et en sous-titre : « Un danger qui pourrait guetter des milliards de gens, pire que l’amiante. »  Rien que ça, ça incite au doute…

J’ai trouvé l’étude de l’INSERM : http://presse-inserm.fr/utilisation-massive-du-telephone-portable-tumeurs-cerebrales/12519/

Si Paris-Match cite l’étude de l’INSERM comme présentant une CERTITUDE, un danger irréfutable, ce que dit l’INSERM lui-même est sensiblement plus modéré :

« Nous montrons que l’utilisation massive du téléphone portable, supérieure ou égale à 896 heures d’appels dans une vie serait associée au développement de tumeurs cérébrales. Chez ces personnes, le risque d’avoir une association positive entre l’utilisation du téléphone et le développement de tumeurs cérébrales est augmentée pour celles qui téléphonent plus de 15h par mois. explique Isabelle Baldi, coauteur de ces travaux. Cependant, il est important de souligner qu’il s’agit d’une association et non d’un lien de cause à effet. Cela ne signifie donc pas qu’une personne utilisant massivement son téléphone portable développera une tumeur au cerveau »

En examinant l’étude de l’INSERM, on s’aperçoit que parmi l’échantillon de 1339 personnes, il y en a 18,89% qui développent un gliome, et 14,49% qui développent un méningiome, tandis que 66,62% ne développent pas de tumeurs cérébrales. Ce qui faut savoir, c’est que les gliomes représentent habituellement 5 cas pour 100 000 dans la population (tous âges confondus). Et là on a 253 cas de gliomes pour un échantillon de 1339 personnes. Pourquoi cette surreprésentation de gliomes ? A cause d’un biais : l’âge moyen des personnes lors de l’étude est de 59 ans. Et l’on doit savoir que le pic de fréquence des cas de gliomes se situe justement entre 50 et 60 ans, d’où un nombre proportionnellement plus élevé de cas… Ce qui laisse croire à certains que c’est dû aux téléphones mobiles.

Mieux vaudrait un échantillon composé d’un plus grand nombre de personnes, des personnes de tous les âges (représentatifs de la population, mais pas exclusivement des seniors), et subdiviser l’échantillon en deux groupes : les utilisateurs de téléphones portables, et l’échantillon témoin composé de personnes n’utilisant pas de téléphones portables.

Parmi les facteurs de risques pour le méningiome : les facteurs hormonaux. Et pour le méningiome et le gliome : les facteurs génétiques et les rayonnements électromagnétiques ionisants.

On voit que des facteurs autres que les rayons électromagnétiques peuvent être la cause de ces tumeurs : les  causes génétiques, les causes hormonales.

Qu’est-ce qu’un rayonnement ionisant ? C’est un rayonnement électromagnétique très énergétique, donc à grande fréquence hertzienne, cela inclut les  rayons ultraviolets, les rayons X et les rayons gamma. Mais cela exclut complètement les autres rayonnements électromagnétiques comme les micro-ondes, la lumière visible, les infrarouges, et les ondes radio. Seuls les rayons ionisants peuvent endommager la molécule d’ADN, ce que les ondes radio ne peuvent pas faire.

L’on me dira que « mais si, c’est dangereux, et prouvé ! ».

Hé bien non.

Car d’après cette étude épidémiologique d’Oxford : http://ije.oxfordjournals.org/content/39/3/675  il n’y a aucune augmentation significative du risque de tumeurs cérébrales avec l’utilisation des téléphones mobiles. Et pour cause, puisque les radiofréquences ne sont pas des rayons ionisants. Dans cette étude, on voit bien un critère fondamental qui accompagne les résultats statistiques : l’intervalle de confiance à 95%, qui évalue si c’est significatif ou pas.

  • Bref, respectons les faits tels qu’ils se révèlent tels quels, et abstenons nous de sensationnalisme en exagérant les croyances préconçues… La paranoïa soulevée par le « principe de précaution » peut faire plus de mal que de bien, par les idéologies irrationnelles qu’il laisse naître…
  • Des études scientifiques sont publiées via un comité de lecture pour leur évaluation. C’est elles qu’il faut lire attentivement. Tandis que des lobbies (des associations loi 1901, mais pas des instituts scientifiques) utilisent la presse grand public (mais pas forcément l’objectivité) comme moyen de pression pour y distiller des angoisses pas toujours fondées.
  • N’oublions pas que des peurs infondées peut être à l’origine de la promulgation de nouvelles normes parfois très contraignantes…

John Philip C. Manson

La gématrie, la Bible et les mathématiques

INTRODUCTION

Aujourd’hui, j’ai essayé une phrase-clé dans Google afin de chercher quelque chose d’intéressant.

La phrase-clé est la suivante : « la probabilité pour que cela soit dû au hasard ».

Je m’attendais à tomber sur des résultats de niveau universitaire dans le domaine des maths.

 

NUMEROLOGIE BIBLIQUE

Mais une page a néanmoins retenu mon attention, car elle traite de numérologie biblique. Pour certains, la gématrie a un sens mystique. Pour moi, la gématrie était plutôt une forme de stéganographie afin de garantir l’authenticité d’un texte et de confondre les éventuels copies inventées par des faussaires, ce qui est plutôt un outil utile et ingénieux quand l’on sait qu’il fut appliqué dès l’invention de l’écriture. Parmi les premiers alphabets (hébreu et grec notamment), les lettres et les chiffres étaient équivalents. Le premier verset du livre de la Genèse, en hébreu, commence même (quand on lit de droite à gauche) par la lettre Aleph (première lettre de l’alphabet hébreu), qui signifie 1, chaque lettre servant à la numérotation des versets consécutifs.

Voici la page en question : https://www.cai.org/fr/tracts/bible-les-mathematiques

L’auteur de la page de cai.org s’extasie en constatant que le tout premier verset de la Bible comporte des preuves de l’existence de multiples de 7 en langue hébraïque : « Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre. » GENESE 1:1

En hébreu, le verset contient 7 mots. Et la somme des lettres vaut 28 qui est un multiple de 7.

 

VERIFICATION DU TEXTE HEBREU DANS LA TORAH

J’ai vérifié sur la première page de la Torah : http://www.mechon-mamre.org/p/pt/pt0101.htm

בְּרֵאשִׁית, בָּרָא אֱלֹהִים, אֵת הַשָּׁמַיִם, וְאֵת הָאָרֶץ

Il y a bien 7 mots, et 28 lettres au total.

Ensuite, l’auteur affirme que : « il y a 3 noms : Dieu, cieux et terre. En additionnant la valeur numérique de chacune des lettres de ces trois noms hébreux, nous obtenons exactement 777 (111×7). »

Hé bien, on va vérifier ça. Depuis que je suis collégien, il se trouve que je me suis beaucoup intéressé aux alphabets différents de l’alphabet latin.

Ici dans le verset en hébreu, Dieu est désigné sous le nom : אֱלֹהִים  et cela se prononce Alohim, qui est parfois écrit Elohim dans la Bible française. Ce mot signifie « Dieu », lorsque Dieu n’est pas directement nommé Yahweh.

Ensuite, les cieux s’écrivent en hébreu : הַשָּׁמַיִם

Tandis que la terre s’écrit en hébreu : הָאָרֶץ

Et le groupe de 3 mots suivant signifie « les cieux et la terre » : הַשָּׁמַיִם וְאֵת הָאָרֶץ et cela se prononce (je suppose) « heshmim iat herez ».

J’ai additionné les mots Alohim + héshmit + harz sous leur forme hébraïque, et la somme donne bien 777 le multiple de 7.

Concernant le verset entier, il se prononcerait : « Bereshit bara Alohim at heshmim iat herez ». Prononciation d’autant difficile à trouver que les voyelles sont absentes (excepté en début de mot).

Il est raconté dans la page de l’auteur que « La probabilité que cela soit dû au hasard est pratiquement impossible ». Oui, si on définit comme non aléatoire une probabilité inférieure à 5%, voire 1%.

Quand il existe réellement des multiples de 7, il est normal que cela ne soit pas dû au hasard, puisque les hommes qui ont écrit la Bible l’ont fait intentionnellement afin de protéger le manuscrit contre les faussaires, c’est une sécurité arithmétique conçue délibérément afin de garantir (autant que possible) l’authenticité des textes. Authenticité des textes au sens où il faut comprendre qu’il s’agit de l’oeuvre originale écrite de mains d’hommes, et non au sens que c’est Dieu qui a écrit lui-même les textes…

Je vous montre un exemple de phrase de 7 mots, et dont la somme des lettres (28) est un multiple de 7 (28 = 4 x 7) :

  • Le président nous a déçu, virons-le.
  • 7 mots, et 28 lettres ! Cela me fut facile, j’ai pratiqué la poésie dans ma jeunesse. ;)

Je pense que des faussaires, qui connaissent l’existence d’une protection textuelle et mathématique de base, peuvent falsifier un texte tout en respectant l’existence de multiples de 7 de façon à laisser croire que le texte est toujours sauf donc authentique, alors qu’il ne l’est plus. Voila où je veux en venir.

De plus, on peut parier que dans un livre quelconque, on rencontre de nombreuses phrases de 7 lettres et dont la quantité de lettres est un multiple de 7, ces phrases n’existant que par le seul hasard, sans que l’écrivain quelconque n’ait écrit ces phrases délibérément.

 

QUAND LES HOMMES ONT CREE DIEU A LEUR IMAGE

Dans la page, l’auteur affirme ceci : « Vous rassembleriez ensuite les réflexions de 40 auteurs sur ces différents sujets sur une période de 1500 ans et, pour terminer, vous compileriez tout cela en un seul livre. A votre avis, qu’en ressortirait-il ? Ce serait certainement le mélange le plus invraisemblable que vous auriez jamais vu de votre vie. Les contradictions entre les différents auteurs seraient évidentes. »

Justement c’est vrai, et cela vaut aussi pour la Bible. quand on dresse l’inventaire des contradictions dans la Bible on est vite débordé.

Enfin, l’auteur de la page citée en lien au début du présent article affirme ceci : « Aucun livre jamais écrit par l’homme, quelle qu’en soit la langue, ne met aussi bien en évidence le modèle logiquement structuré, et extrêmement complexe, des 66 livres constituant les Saintes Ecritures. Cela ne fait aucun doute que seule une intelligence supérieure a pu concevoir ce Livre suprême. »

C’est sous-estimer les hommes que de les croire incapables d’être faussaires et d’être aptes à bidouiller mathématiquement les textes. L’explication, ce sont les hommes, nul besoin de l’hypothèse d’une intelligence supérieure… Le principe du rasoir d’Occam est justement d’éviter de multiplier les hypothèses superflues.

Mais ce livre ne peut être écrit que par des hommes, quand l’on voit dans les textes cette haine acharnée contre les femmes, les ennemis, les gays et tout ceux qui représentent une menace sociale, politique et religieuse… L’intolérance, les inégalités, le totalitarisme, c’est un comportement typiquement masculin… Les hommes ont conçu Dieu à leur image…

 

SUR LA FACILITE D’ECRIRE DES PHRASES DONT LE NOMBRE DE LETTRES EST UN MULTIPLE

Bon, allez, encore un exemple de phrases à 7 mots dont la somme des lettres est multiple de 7, ce n’est pas sorcier, j’y arrive c’est facile :

  • Il est sain de stériliser les cons.
  • « Heureux sont les cons qui appliquent ce supplice à eux-mêmes », dit Jésus.
  • iconlol

Il se peut que pour une phrase de 7 mots, la probabilité que le nombre de lettres dans la phrase soit multiple de 7 serait de 1/7, ce qui est plutôt courant… Je vais approfondir cette question.

Par exemple, voici un vers qui est extrait d’un poème traduit en français depuis un poème allemand (Mondnacht, de Joseph von Eichendorff) :

  • Pour que dans la clarté des fleurs
  • 7 mots, 28 lettres

J’ai réalisé un programme en langage Perl : il montre de façon certaine que la probabilité que le nombre de lettres dans une phrase de 7 mots est de 1 sur 7, ce qui n’est pas rare pour un pur hasard. Et ce hasard s’applique aussi à la Bible. Mais certains voient dans les coïncidences un sens mystique qui n’existe pas…

Vrai ou faux, de toute façon, la gématrie ça fait jaser les croyants via les forums et les réseaux sociaux selon le mécanisme de la rumeur et de la foi, les gens croient sans réfléchir, c’est une étrange alchimie mentale qui dispense les gens de rechercher les choses de façon objective et désintéressée… Pfff…

 

 CALCULS DE PROBABILITE

Pour entrer dans les détails, l’auteur de la page de cai.org a mis en évidence 8 combinaisons de multiples parmi lesquelles les deux premières sont valides : un verset de 7 mots composé d’un nombre de lettres qui est un multiple de 7, la somme de 3 mots principaux dont la somme gématrique est un multiple de 7, et le verbe « créa » en hébreux a une valeur gématrique qui est effectivement un multiple de 7.

S’il n’y avait eu qu’une seule combinaison de multiple de 7 (un verset de 7 mots dont le nombre de lettres sont un multiple de 7), il y aurait eu une chance sur 7 (donc 14,29%) que cela soit dû au hasard. Et on a vu que cela peut être un événement courant.

C’est à partir de 2 combinaisons de multiples de 7 que le hasard peut être significativement être écarté afin de soupçonner un quelconque déterminisme.

Avec 8 combinaisons de multiples de 7, la probabilité devient une chance sur 5 764 801. Et avec 11 combinaisons, la probabilité est d’une chance sur 1 977 326 743. Dans ce contexte, il est clair que ce n’est plus du hasard, ça a été voulu délibérément. Sur ce point, l’auteur de la page sur la gématrie a raison. Mais il s’égare quand il attribue ce « miracle » à une intelligence supérieure… Nous ne devons pas oublier que les mathématiques se sont développées à peu près en même temps que l’agriculture, la sédentarisation, la construction des villes, l’invention de l’écriture et l’apparition de la monnaie. Il y a plus de 3 millénaires, n’oublions pas que l’Egypte antique a fait construire des pyramides qui sont un exercice remarquable de mathématiques. Les hommes de l’époque étaient déjà d’habiles ingénieurs. C’est nul de considérer les hommes trop bêtes, et incapables de faire des maths, et de préférer suggérer qu’un dieu pense mieux à notre place… Dans le monde antique, les hommes étaient autant intelligents que les hommes d’aujourd’hui, on a tort de sous-estimer les hommes d’autrefois.

Assembler un certain nombre de combinaisons de multiples de 7 dans un seul verset est un exploit difficile, j’en conviens, mais ce n’est pas impossible. Ce sont des hommes qui ont inventé la stéganographie. Mais protéger le contenu de textes sacrés est un art difficile : des faussaires peuvent contrefaire des textes s’ils maîtrisent suffisamment les maths.

Mais même si des textes sont stéganographiés afin de limiter l’apparition de versions divergentes, les textes originaux souffrent de l’existence de contradictions dont la proportion n’est pas négligeable. Bref, un texte peut être numérologiquement parfait, mais il peut ne plus avoir de cohérence par rapport à d’autres textes de la Bible.

Un texte à la fois cohérent et mathématiquement bien stéganographié, c’est très difficile à construire.

 

John Philip C. Manson

 

Hexagone inscrit dans un cube

  • Dans un vieil article, j’avais évoqué des polygônes dans le cas du cube tranché lors des défis mathématiques du journal Le Monde :  https://jpcmanson.wordpress.com/2013/04/05/les-defis-mathematiques-du-monde-le-cube-tranche/

Je vais donner davantage de détails pour le cas de l’hexagone inscrit dans un cube. On peut voir une vidéo à ce sujet ici : http://www.lemonde.fr/sciences/video/2013/04/19/les-defis-mathematiques-du-monde-reponse-de-l-episode-2-le-cube-tranche_3163253_1650684.html

De plus, vous constaterez en bas de la vidéo un commentaire désobligeant écrit par un imbécile qui s’est permis de critiquer Cédric Villani sans raison valable…

Bon, revenons au sujet.

Soit un cube de côté 1. Dont voici les coordonnées des sommets :

  • A (0;0;1)    B(1;0;1)  C(1;0;0)   D(0;0;0)
  • E(0;1;1)   F(1;1;1)   G(1;1;0)   H(0;1;0)

Ensuite, les coordonnées des milieux d’arêtes :

  • I(1/2;0;1)    J(1;0;1/2)    K(1;1/2;0)
  • L(1/2;1;0)     M(0;1;1/2)   N(0;1/2;1)

Un plan coupe de cube de façon à ce que les intersections soient les sommets d’un hexagone régulier.

On a alors un hexagone régulier de côté 1/√2.

L’équation paramétrique du plan, par lequel sont les points de l’hexagone, est :   x + y+ z + 3/2 = 0.

Cela démontre qu’il est possible d’obtenir un hexagone en tranchant un cube de façon oblique.

 

John Philip C. Manson

 

 

L’obsolescence programmée est désormais un délit en France

D’une part, rien ne prouve qu’il existe une préprogrammation malhonnête qui réduit délibérément la durée de vie des appareils électriques. L’usure normale aléatoire des composants électroniques est une explication suffisante. Voir ici :  https://jpcmanson.wordpress.com/2014/12/26/obsolescence-programmee-et-loi-exponentielle/

Promulguer une loi qui interdit des programmes électroniques soupçonnés de provoquer la panne d’équipements électriques, quand ceux-ci n’existent même pas a priori, c’est ballot…

Cependant, l’obsolescence est bien réelle quand la technologie a évolué entre-temps. Par exemple, j’ai appris quelques jours plus tôt que les prises péritel cesseront d’exister (merde… ma console Nintendo des années 90 deviendra inutilisable, je ne pourrai plus la connecter sur une nouvelle TV dès 2016…).

D’autre part, examinons le dernier paragraphe de l’article du Figaro. Je cite : « Le renouvellement de 25 millions d’appareils électroménagers de plus de dix ans par des appareils plus récents permettrait d’économiser alors 5,7 milliards de Kilowatts, soit la consommation annuelle des Parisiens. » Je suppose qu’il fallait lire kilowatts-heure au lieu de kilowatts… Cette erreur est fréquente. Une quantité d’énergie s’exprime en joules, et par extension en kilowatts-heure. La puissance électrique, elle, s’exprime en watts, c’est-à-dire en joules par seconde, et concrètement c’est un débit d’énergie.

Je vais faire un calcul, en me basant sur le photovoltaïque. On sait qu’au bout de 20 ans, un panneau solaire ne délivre plus que 80% de sa puissance électrique. Alors, au bout de dix ans, la puissance ne sera plus que de 90% de celle du matériel neuf. A 100% de puissance, le panneau solaire produit 18 watts nets, et à 90% c’est 16,2 W, soit une différence de 1,8 W par panneau, et donc 45 MW pour 25 millions de panneaux solaires vieux de 10 ans. Et 45 MW débités sur une année, ça équivaut à 394,47 milliards de watts-heure, donc 394,47 millions de kWh. Si l’on suppose que l’usure chronologique des appareils électroménagers est similaire à celle d’un panneau solaire, alors cela laisse présumer qu’un appareil électroménager de plus de 10 ans a une puissance électrique moyenne de 260 W. Résultat plutôt cohérent. Donc le nombre « 5,7 milliards » c’est bien en kWh et non en kilowatts, il y avait bien une erreur dans le paragraphe cité.

 

 

John Philip C. Manson

Kepler-452b, une exoplanète la plus semblable à la Terre à ce jour

On apprend que l’exoplanète Kepler-452b, nouvellement découverte, tourne autour d’une étoile en 385 jours, dont les caractéristiques sont très similaires à celles du Soleil. Cette étoile est seulement 4% plus massive et 10% plus brillante que notre Soleil.

Ces données peuvent permettre d’en déduire d’autres informations.

Avec la loi de Kepler, où la masse de l’étoile par rapport à celle du soleil est proportionnelle au cube de la distance en unités astronomiques par rapport à l’étoile et inversement proportionnelle au carré de la période orbitale en années, j’en déduis que la distance de l’exoplanète par rapport à son étoile est de 1,05 UA.

Ensuite, avec la loi de Stefan-Boltzmann, en émettant l’hypothèse que l’atmosphère de Kepler-452b est semblable à celle de la Terre, j’en déduis que la température atmosphérique moyenne de l’exoplanète est d’environ 14,8°C, si l’on part du principe que la température moyenne actuelle de la Terre est de 15°C.

En effet, c’est peu fréquent de découvrir une exoplanète qui soit autant favorable à l’habitabilité de la vie de type terrestre.

Espérons que la découverte soit authentique, et qu’un démenti ne soit pas publié par la suite pour dire que c’était une fausse alerte…

John Philip C. Manson

 

Nibiru la cause du réchauffement climatique ?

Point par point, je donne une réponse à chaque affirmation :

  • Les comètes et météorites se multiplient au fur et à mesure que les années passent.

C’est faux, c’est même le contraire, selon une décroissance exponentielle. On peut même supposer que cela suit la loi exponentielle de la forme N(t) = k.e^(-k.t)  où N désigne le nombre de météorites en fonction du temps (t), et selon la constante k. Les météorites finissent un jour ou l’autre à tomber sur une planète ou sur le soleil : il y en a donc de moins en moins en mouvement dans l’espace, car une fois qu’une météorite se consume dans l’atmosphère d’une planète elle est détruite, ou bien la météorite forme un cratère au sol. Une fois tombée, chaque météorite reste là où elle est…

 

  • De plus , ce n’est pas une coïncidence si elle arrivent de la même direction. 

Il existe divers type de météorites selon leur origine : les perséides, les céphéides, les géminides, les léonides, et caetera… C’est souvent d’après le nom d’une constellation du zodiaque. Normal car les météorites ont une orbite autour du soleil, et en ce sens elles font partie du système solaire, et leur orbite peut faire intersection avec l’orbite terrestre circumsolaire. Et comme il s’agit d’une orbite, c’est évident que cela provienne en apparence de la même direction, ce que l’on appelle le radiant.

Une image montrant des orbites elliptiques qui coupent l’orbite de la Terre. Mais non pas une direction, mais plusieurs directions qui font la distinction entre les perséides, les céphéides, les géminides, les léonides, et caetera…

perseids

 

  • Les orbites irrégulières des planètes. Elles ont convaincu les astronomes de l’existence de la Planète X , tellement que le directeur de la NASA a déjà déclaré ceci : « Les astronomes sont tellement certains que la 10 ème planète existe qu’ils pensent qu’il ne reste plus qu’à lui donner un nom. »

La planète X, ou dixième planète, est une appellation obsolète… Après la découverte de Pluton (en 1930) et celle de sa lune Charon (en 1978), on a découverte des planètes naines transneptuniennes : Varuna (découvert en 2000), Ixion (2001), Quaoar (2002), Sedna (découvert en 2003), Orcus (2004), Eris et Makémaké (découverts en 2005).

Cependant, aucune trace de Nibiru. Cette pseudoplanète qui se dirigerait vers la Terre est une fiction.

La citation que l’auteur dans le site Wikistrike attribue au directeur de la NASA, si elle est authentique, doit probablement dater d’avant les années 2000… (En effet, elle date de 1992)

Il serait enfin temps de t’intéresser à la vraie astronomie plutôt que s’accrocher aveuglément à des mythes pseudoscientifiques… Non ?

  • Le symptômes sont tellement nombreux que la conclusion s’impose par elle-même.

Absolument pas. J’ai montré le contraire…

  • Augmentation de la quantité de volcans , tremblements de terre , météorites , etc. 

Le volcanisme et les séismes montrent que la Terre est durablement active. Mais en aucun cas ces mécanismes naturels sont en augmentation. Le noyau de la Terre refroidit même peu à peu, et l’activité tectonique ralentit : il y a de moins en moins de séismes et de volcanisme, mais cette décroissance est très lente, ça prend des milliards d’années.

  • On ne peut pas voir Nibiru à l’œil nu , tout simplement parce qu’il arrive de la direction d’ou se trouve le soleil.

Bin voyons ! Cela t’arrange bien, hein ? Mais alors, si on y réfléchit : si Nibiru vient vers nous, et que le soleil est sur son chemin, c’est le soleil qui sera percuté par Nibiru, donc la Terre sera épargnée.

Ensuite, la probabilité pour un astre de rayon r entre en collision avec un autre astre de taille similaire situé à une distance R est de P = (1/4) * arcsin ² (r/R). Grosso modo, il y a un risque de 1 sur 10 millions de  milliards pour qu’un tel événement survienne, parce que les distances entre les astres sont significativement plus grandes que la taille des astres.

 

  • Il y a aussi la possibilité souvent évoquée qu’il pourrait s’agir d’une naine brune.

Tiens ? Une naine brune ? D’autres versions du mythe affirment que c’est une planète. Ou un éléphant rose, ou une licorne en plastique…

Nibiru désigne en réalité une divinité secondaire de la mythologie babylonienne, Nibiru est un dieu parfois associé au dieu Marduk.

L’écrivain de science-fiction Zecharia Sitchin, autoproclamé « historien » a écrit en 1976 un livre de science-fiction dans lequel il fait l’amalgame entre le dieu babylonien Nibiru/Marduk et une planète fictive qu’il a inventée. Dans leur délire, les fans de Sitchin ont détourné la science-fiction de son contexte pour en construire un mythe moderne. Depuis l’émergence d’Internet, les versions de ce mythe se sont multipliées, selon les concepts subjectifs délirants de chaque internaute.

Certains ont fait du roman de Sitchin une sorte de théorie, laquelle a été reprise par plusieurs mouvements New Age (dont certains ont la caractéristique d’une secte) qui associent la succession des différentes « ères » au passage de la planète Nibiru près de la Terre, et pour lesquels l’avènement du « Nouvel âge » correspondra donc à un nouveau rapprochement entre notre planète et l’astre mythique. La date de décembre 2012, fut présenté comme une date-clé, mais le 21 décembre 2012 n’a rien à voir avec le mythe babylonien mais a plutôt un rapport avec l’un des différents calendriers de la civilisation maya, ce qui est complètement hors contexte.  Le New Age a tendance à tout mélanger pour faire monter la mayonnaise, sans crainte des contradictions par conséquent à travers des concepts entremêlés et complètement déconnectés de leur réel contexte.

Sur Google Trends on peut visualiser l’historique du mot Nibiru comme critère de recherche sur Google depuis 2004. En gros, le mythe se répand sur Internet au début des années 2000, puis le buzz démarre vers août 2008. Et ensuite les journalistes exploitent le buzz, pour vendre du vent évidemment. Et le buzz atteint son paroxysme fin 2012, pour ensuite choir soudain, parce qu’il ne s’est rien passé le jour de la fin du monde, faisait perdre définitivement toute crédibilité sur Nibiru… Un mythe peut mentir à beaucoup de monde, mais un mythe ne peut pas durer tout le temps.

La pièce de théâtre est terminée, tirez le rideau !

Au fait, quel rapport entre le volcanisme qui s’emballerait (ce qui est faux), l’accroissement présumé (mais faux) de la quantité de météorites et une naine brune (…fictive, ou une planète fictive aussi, selon les délires divergents) ? Aucun…

Mais continuons à lire l’auteur de Wikistrike :

  • Nibiru est un système solaire ( plus petit que le nôtre ) composé de 7 planètes. La taille de la planète principale – Nibiru – est indéterminée , certaines sources mentionnent 3 ou 4 fois la masse de Jupiter , d’autres 3 ou 4 fois la masse de la Terre. 

Les sources ne sont pas fiables, car il y a une contradiction : comment peut-on observer des détails sur Nibiru en temps que système planétaire si Nibiru arrive de la direction où se trouve le soleil ?

De plus, comme la Terre tourne autour du soleil en une année, la trajectoire de Nibiru doit nécessairement être spiralée et non rectiligne afin que Nibiru, le soleil et la Terre restent alignés ! Et une spirale comme trajectoire, ça implique de fournir une énergie au lieu d’une trajectoire rectiligne ou parabolique ou hyperbolique due à la seule inertie.

Autre contradiction : Nibiru est redevenue une planète, ce n’est déjà plus une naine brune ? Nibiru est le foyer du système ou n’est-il qu’une planète en orbite autour de sa propre étoile ? C’est à n’y plus rien comprendre !

 

  •  La magnétosphère – le bouclier magnétique de la terre qui nous protège contre les rayons du soleil – est de plus en plus faible.

Il n’y a que toi qui l’affirme… Mais il n’y a pas fallu attendre Nibiru pour qu’il y ai inversion des pôles magnétiques terrestres : le phénomène s’est produit des centaines de fois dans l’histoire géologique de la Terre, et il n’y a pas eu la fin du monde à cause de cela…

  • l’héliosphère – le bouclier magnétique qui protège non seulement le soleil , mais notre système solaire au complet contre les rayons cosmiques – est lui aussi en train de se modifier. 

L’héliosphère n’a rien d’un bouclier. Le vent solaire est un flux de particules dont la pression est très faible. En train de se modifier ? Pure invention…

Les rayons cosmiques atteignent la Terre quand même, rien ne les arrête. Mais les rayons cosmiques ne sont pas une menace.

  • le noyau de fer qui est au centre de la terre s’est mis à tourner plus vite. Le noyau de la terre a accéléré sa rotation , donc création de plus de chaleur au centre de la terre. Et puisque la chaleur monte … plus d’activité volcanique et sismique.

Friction, oui, mais quand les milieux sont solides. Mais le noyau est solide, et il tourne sur lui-même dans un milieu plus fluide. L’activité volcanique concerne le manteau supérieur et la croûte terrestre.

Personne n’a observé une augmentation de l’activité sismique et du volcanisme.

Il n’existe aucun rapport entre l’activité tectonique terrestre et l’arrivée (fictive) de Nibiru, cela n’a aucun sens…

  • Imaginez un nouvel arrivant dans notre système solaire qui serait bourré de force électromagnétique. 

En elle-même, l’expression semble remplie de mysticisme et de magie, dénotant une méconnaissance de la physique. Une planète et une étoile, c’est d’abord une masse dont la propriété principale est un champ de gravitation. Mais comme cela ne suffit pas pour les ignorants, il faut y introduire de la magie et du merveilleux : une force mystérieuse, des lumières bizarres, et pourquoi pas le bruissement des sabrolasers de Starwars ? « Rrr shhhh rrr shh (respiration de Dark Vador), Luke ! Je suis ton père ! »

 

  • En traversant la Ceinture de Kuiper et le Nuage d’Oort , 2 immenses zones de débris qui sont aux confins de notre système solaire, Nibiru a poussé devant lui quelques objets – comme Elenin et Lovejoy , ainsi que et la météorite qui est tombée en Russie – qui avaient la même polarité. (puissance électromagnétique) 

Mais combien de temps a t-il fallu pour Elenin et Lovejoy pour provenir du fond du système solaire jusqu’à nous ? Des millénaires.

Mais les comètes ne sont pas poussées vers nous en une trajectoire unique : elles ont une orbite, longue certes, mais elles vont et elles viennent, en tournant autour du soleil depuis des milliers d’années. Si Nibiru avait perturbé l’orbite des comètes, ça se serait produit il y a des milliers d’années, il y a longtemps. Elenin a déjà fait plusieurs fois le tour du soleil, sachant qu’il faut plus de 10000 ans pour faire un tour complet autour du soleil.

Ainsi, si Nibiru avait perturbé les comètes, cela aurait été le cas il y a bien longtemps, et Nibiru nous aurait déjà anéanti depuis longtemps…

Quant à la « polarité électromagnétique » est une foutaise. Pffff, comme si les comètes et les planètes étaient des bornes Wi-Fi ou des antennes relais des télécommunications… Si les comètes avaient des champs électromagnétiques, alors la comète Tchouri auraient grillé l’équipement électronique de la sonde Philae et la sonde Rosetta depuis longtemps…

 

Bon, on arrête maintenant, c’est l’indigestion…

 

John Philip C. Manson

Canada : un garde-chasse sauve 2 oursons de la mort

Un garde-chasse a refusé d’euthanasier deux jeunes plantigrades orphelins. Il a été suspendu. Les Canadiens se mobilisent pour le défendre.

 

Ce que j’en pense est très clair : rien ne justifie la barbarie.

Le danger ? Il vient de l’espèce humaine, envahissante et destructrice.

Que sait-on des ours noirs ? C’est une espèce d’Amérique du nord, les ours noirs ont une préférence pour les forêts et les montagnes. De nos jours, cette espèce est protégée et on estime qu’il existe entre 500 000 et 750 000 ours noirs sur ce continent. C’est peu, comparé aux 7 milliards d’humains qui envahissent peu à peu les espaces naturels de la faune. L’ours noir est omnivore, même si son régime alimentaire est dominé par les végétaux. Longtemps chassé pour sa fourrure, l’ours noir subit aujourd’hui la réduction de son milieu naturel par l’Homme.

C’est clair, selon un point de vue non anthropocentriste : c’est l’Homme qui représente un danger majeur.

Contrairement aux idées reçues, les attaques d’ours noirs contre les hommes sont rares : moins de 36 attaques mortelles ont été recensées tout au long du XXe siècle. Si la femelle grizzly n’hésite pas à défendre ses petits, l’ourse noire ne s’en prend pas aux hommes pour protéger sa progéniture. Les hippopotames, eux, tuent des hommes en plus grand nombre que ne le feraient les requins et les ours. En effet, les ours bruns ne tuent que 0,36 humain par an, les requins ne font que 10 morts par an, les loups autant, les lions et les éléphants tuent chacun 100 humains par an, les hippopotames tuent 500 humains par an (on a tort de les croire gentils), les crocodiles tuent 1000 humains par an, le ver solitaire et l’ascaris tuent 2000 à 2500 humains par an, et les escargots d’eau douce tuent 10000 humains par an (étonnant, non ?), la mouche tsé-tsé : 10000 morts par an, les chiens enragés tuent 25000 humains par an, nos amis les serpents zigouillent 50000 humains par an (ah… ça fait de la place ^^), et l’Homme est vachement dangereux : les hommes tuent plus de 475 000 de leurs semblables chaque année. Seul un cas dépasse l’Homme : le paludisme qui fauche plus de 2 millions d’humains par an, soit un mort toutes les 30 secondes…

Ainsi, prétendre que les ours noirs sont systématiquement dangereux et que donc il faut les abattre, c’est vraiment de l’ignorance et de la mauvaise foi… Et depuis quand se permet-on d’euthanasier un animal faisant partie d’une espèce protégée ? En refusant de procéder à l’euthanasie, le garde-chasse n’a fait que respecter la loi : l’ours noir est une espèce protégée.

Que penser du comportement de l’espèce humaine ? La fourrure des ours est utilisée pour fabriquer les couvre-chef des soldats rouges de l’Armée britannique, cela est critiqué par des associations de protection des animaux comme PETA. Ensuite, les pattes et la bile des ours sont aujourd’hui encore très recherchées en Asie : un gramme de bile, utilisée dans la pharmacopée chinoise, coûte 155 dollars. Les poils d’ours comme trophée, ou la bile qui sert à entretenir des croyances stupides, décidément les humains sont malades…

Avant les ours, c’était les amérindiens qui étaient dépossédés de leurs territoires par les colons européens. Et quand les hommes viendront à la rencontre avec des extraterrestres, les hommes vont-ils tuer les extraterrestres pour s’emparer de leur planète ?

Cessez le massacre !

 

Je viens de signer officiellement la pétition : https://www.facebook.com/jphmanson/posts/876170839130843

John