Les appareils « écolos », un vrai désastre écologique

  • À lire :  http://www.01net.com/actualites/clavier-logitech-k750-symbole-de-l-obsolescence-programmee-et-vrai-desastre-ecologique-1281770.html et lire aussi les commentaires en bas de page.

Un clavier d’ordinateur, sans fil, à l’énergie solaire, ça paraît cool comme solution alternative à la consommation de masse bouffeuse d’énergie. Une solution propre ? Pas du tout… En effet, au bout de 5 ans, ça ne fonctionne plus, et la batterie n’est pas remplaçable.

Pire quand il s’agit de voitures électriques : après de nombreux rechargements il y a perte d’autonomie, près de 30 à 40% de perte après 4 années d’usage…

L’écologie, ça va nous coûter plus cher que les énergies classiques, et ça se révèle finalement plus polluant quand on balance le matériel obsolète à la poubelle…

C’est quand même ironique. Je possède un vieux radio-réveil, daté de 1984 ou 1985, fabriqué au Japon, et il fonctionne toujours. Et aussi un simple petit réveil à aiguilles : âgé de plus de 32 années il fonctionne encore très bien.

L’idéologie écologique, polluante, menteuse et marchande d’illusions, est une arnaque méprisable.

 

Publicités

Les voitures électriques en France, une utopie ?

Est-il réaliste de produire des millions de voitures électriques en France dans le contexte de la production électrique totale annuelle française ?

  • En moyenne, une voiture parcoure 15 000 km par an. (source = http://www.linternaute.com/auto/magazine/enquete-en-ligne/enquete-en-ligne-vous-et-votre-voiture/une-moyenne-de-15-000-km-an.shtml)
  • Une voiture Peugeot 308, la plus sobre par exemple, consomme 6,7 L d’essence (octane) par 100 km. (source = http://www.fiches-auto.fr/essai-peugeot/motorisations-449-moteurs-consommation-peugeot-308.php)
  • La combustion de l’octane correspond à 44,307 MJ/kg, soit 31,15 MJ par litre d’octane, sachant que 1 kWh = 3,6 MJ. (source = https://jpcmanson.wordpress.com/2011/12/06/thermochimie-etude-de-divers-combustibles/)
  • Par conséquent, une voiture (comme la Peugeot 308 la plus sobre) consomme 31350 MJ d’énergie par an.
  • Il y a actuellement 38,4 millions de voitures en circulation en France, donc si nous remplacions toutes ces voitures à combustion par des voitures électriques, il faudrait pouvoir les alimenter en électricité avec une production électrique suffisante d’environ 334,4 milliards de kWh. Or la production électrique totale en France (en 2015) est de 416,8 milliards de kWh. Il faudra donc doubler la production électrique totale actuelle afin de pouvoir assurer l’alimentation électrique des batteries de toutes ces automobiles, tout en continuant aussi de fournir l’électricité nécessaire aux autres besoins… Mais certains veulent diminuer la part du nucléaire de moitié d’ici 2025. (source = http://www.leparisien.fr/environnement/nucleaire-valls-confirme-la-reduction-de-moitie-en-2025-12-02-2015-4527471.php)

 

Ni la filière éolienne ni la filière photovoltaïque ne pourront pas assurer les besoins des voitures électriques, c’est irréaliste… N’importe quoi…

Critique de Charon

Il est louable d’associer science et philosophie. Il est cependant dangereux de mêler la science avec la pseudoscience et le mysticisme.

Jean Charon disait que le monde n’est pas inerte et que l’Univers est entièrement vivant. « Je crois que l’Univers est sacré, mais je sens que l’objectif de cet Univers est de se faire connaître d’abord ». Sa priorité était d’expliquer comment est faite la Matière, qu’il appelait  » la psychomatière « , considérant qu’elle est à la fois matière et esprit. Pour cela, il a proposé un modèle représentant à la fois la partie Matière et la partie Esprit, l’éon, un élément matériel qui serait porteur de l’Esprit et de la conscience. On est alors là dans le domaine de la croyance, pas dans celui de la science. On est alors dans le déni de la réfutabilité, à travers une dénaturation de la physique quantique.

La vie se manifeste à travers des structures matérielles appelées organismes vivants, ou êtres vivants, reconnaissables par la grande complexité de leur structure interne et leur activité autonome ainsi que la capacité de se reproduire. Ce que ne sont pas les planètes, les gaz, les métaux… Le mythe du fluide vital s’est effondré lorsqu’on a découvert comment synthétiser des molécules biochimiques, comme l’urée.

L’hylozooïsme est un concept philosophique (la matière dotée de vie), mais dans les faits, l’univers n’est pas omni-vivant. Il n’y a pas de but dans l’évolution et la cosmologie.

La vie et la conscience émergent de la matière inerte, par l’organisation de matière complexe (neurones, tissus cellulaires différenciés).
Il est hasardeux de philosopher sur le vivant avec la méconnaissance de la biochimie par exemple.

Il y a une différence entre l’expérimentation du réel, et élever un concept philosophique irréfutable comme dogme.

Que penser de Charon ? La « relativité complexe » dont il est le pionnier, et surtout les conséquences qu’il en tire, doit bien faire hurler de rire les gens compétents sur le sujet. Quand il s’est mis à expliquer, après des dizaines de pages de calculs, que tout cela démontrait que l’électron avait des propriétés « psychiques », on se dit qu’on perd son temps en pareilles élucubrations mystiques. Charon voulait donner une base physique aux idées de Teilhard de Chardin, mais c’est foiré… Pierre Teilhard de Chardin (qui fut un philosophe, théologien et paléontologue français ; il avait une conception spiritualiste du cosmos ; il a récupéré des sciences hors de leur contexte comme la théorie de l’évolution pour inventer le concept de point Oméga qui serait le but ultime de l’évolution à travers les concepts de noosphère et de Christ cosmique, mais la théorie de l’évolution n’a aucun déterminisme car chaque étape évolutive des espèces est imprévisible ; il s’agit d’un cas criant d’amalgame idéologique entre la science et la religion).

Pour revenir à la relativité complexe, Charon postule le doublement du nombre de dimensions de l’espace-temps de Minkowski utilisé par Einstein (soit 2 x 4 = 8 dimensions) en ajoutant aux 4 dimensions réelles (3 d’espace et 1 de temps), 4 dimensions supplémentaires affublées de i, l’unité imaginaire qui donne -1 élevée au carré, à l’instar du plan complexe, en maths, qui possède deux fois plus de dimensions qu’une simple droite matérialisant l’ensemble des nombres réels. L’espace réel, visible, est donc d’un seul coup doublé d’un espace qu’il qualifie d’« imaginaire », invisible, dont il démontre certaines propriétés (à défaut d’en démontrer l’existence).
Tout d’abord, les lois de l’entropie s’inversent, et cet espace devient « négentropique » (à entropie négative). Dans notre monde – pour donner une interprétation imagée la deuxième loi de la thermodynamique – c’est le bordel et le désordre va croissant, alors que dans le monde imaginaire, l’ordre s’organise tout seul et va croissant. Charon annonce que les particules élémentaires ont leur reflet dans ce monde imaginaire, qu’il appelle des éons. Il n’en faut pas plus pour en déduire que ces éons, générateurs d’ordre et en liaison constante depuis le big-bang avec le reste de l’Univers, sont le siège de la conscience, de la mémoire et de l’Esprit, cette chose invisible. On reste confondu devant un tel ramassis de new age. Tout le discours est enjolivé de jolies courbes et équations relativistes supposées apporter de la crédibilité, via un bagage mathématique sérieux, à ce tissu d’âneries.

C’est donc à prendre avec des pincettes : ce n’est scientifiquement pas crédible, et je croyais que, parallèlement, la philo était l’art de raisonner.

Du côté de la vulgarisation scientifique, je conseillerais plutôt Feynman et Stephen Hawking comme critère de crédibilité.

Amnistie ou innocentiation ?

Si on y réfléchit, un gouvernement qui accorde l’amnistie aux homosexuels, c’est un peu comme si l’Allemagne d’aujourd’hui prétendait amnistier les Juifs assassinés par les Nazis à Auschwitz…

En quoi le Royaume-Uni est-il choquant ?

Seuls les individus qui ont été légitimement condamnés peuvent prétendre avoir droit à une amnistie ou à recevoir un pardon.

La discrimination homophobe et des traitements inhumains, c’est une injustice, cela n’a rien à voir avec la justice, ni avec l’amnistie, ni le pardon.

Car prononcer l’amnistie revient à encore accorder une valeur à une « loi » injuste. C’est le comble.

Ce n’est pas à une amnistie que Alan Turing ou Oscar Wilde (et des dizaines de milliers d’autres victimes) ont droit, mais à une réhabilitation totale, par une annulation d’une « loi » injuste.

Amnistier les gays condamnés, c’est s’attribuer abusivement encore quelque pouvoir légitime pour juger de la sexualité d’autrui.

Une amnistie ne contredit pas la décision judiciaire et elle n’efface pas l’historique pénal d’une personne. Il aurait mieux valu d’innocenter les gays injustement condamnés.

  • C’est au Royaume-Uni de demander pardon à genou auprès des homosexuels, ce n’est pas aux homosexuels de s’excuser d’être ce qu’ils sont afin de recevoir un « pardon »…
  • Amnistier quelqu’un, c’est lui pardonner sa « faute », mais c’est toujours le définir comme fautif, alors que ce sont plutôt les autorités de l’époque qui sont entièrement responsables de ces traitements inhumains contre les gays…
  • Le Royaume-Uni avait condamné Alan Turing, cela a poussé celui-ci au suicide. Les responsables des mauvais traitements et de la mort de Turing sont impardonnables…

Encore une erreur dans le synopsis d’un documentaire

 

VoieLactee

Ce documentaire est rediffusé sur la chaîne ARTE le 6 août 2016.

Mais l’erreur présente dans le synopsis ci-dessus n’a toujours pas été corrigée… J’en ai déjà parlé plusieurs mois plus tôt dans mon blog.

La Voie Lactée contient environ 200 milliards d’étoiles, pas 200 millions.

Mais la chaîne ARTE n’est pas en tort. En fait, c’est le journaliste du magazine TV qui n’est pas capable de recopier soigneusement le texte de Arte, et qui n’a pas consciencieusement corrigé cette erreur qui persiste…

 

L’activité solaire monte t-elle en puissance ?

Synopsis d’un documentaire vu dans un programme TV :

soleil

  • Je cite : « Selon les scientifiques, l’activité à la surface de notre soleil est montée en puissance ces dernières années. Mais quelles conséquences ces phénomènes naturels peuvent-ils engendrer pour notre planète ? De gigantesques éruptions solaires pourraient ainsi projeter des milliards de tonnes de plasma en direction de notre planète ».

 

Sur le web, on peut trouver des textes qui contredisent la prétendue augmentation de l’activité solaire.

Comment une telle erreur de pourcentage est-elle possible ?

CmwodTyXYAQy_Hk.jpg-large

J’ai aperçu récemment cette image sur Twitter.

L’image est un extrait du JT de France 2, diffusé le 19 février 2013, dans lequel un économiste diplômé de l’Ecole supérieure de commerce raconte qu’une succession d’une élévation de 6% par an consécutive sur 5 ans est égale à 30% en 5 ans, selon une simple multiplication.

Mais c’est faux !

En effet, quand on parle de pourcentages, ils ne s’additionnent pas de façon linéaire, car ils suivent une courbe parabolique.

  • Une valeur qui augmente de 30% (donc x = 0,3) en 5 ans, ça équivaut à multiplier la valeur initiale par 1,3, puisque (1 + x)^1 = 1,3.
  • Mais une valeur augmenté de 6% par an (donc x = 0,06), sur 5 années, ça équivaut à multiplier la valeur initiale par 1,33822, puisque (1 + x)^5 = 1,33822.
  • En mathématiques : 5 hausses successives de 6% ne donnent pas une hausse de 30%. En réalité ce sont 5 hausses de 5,39% par an qui correspondent à 30% sur 5 ans.

En France, la notion de pourcentage est étudiée en classe de 4e, au collège.

Comment est-il possible qu’une bourde pareille se soit glissée dans le JT, alors que l’économiste (de niveau universitaire) est présumé maîtriser les notions de pourcentages ?

  • Peut-être pour simplifier au maximum pour le public, mais même avec une erreur de 3% environ, cette différence existe. En maths, comme la hâte, la simplification maximum est l’ennemie de l’exactitude.
  • C’était peut-être un test délibéré, afin de voir si ça passe ou pas. C’est passé à l’antenne, et c’est passé (presque) inaperçu. Il est donc possible de raconter n’importe quoi sans conséquence, du moins à la télévision… Ce n’est pas rassurant.