L’esprit critique, utile partout, même pour les entreprises

L’esprit critique est utile partout. Surtout dans les sciences. Mais même aussi quand on est entrepreneur…

C’est l’occasion de montrer à travers le présent article que l’esprit critique est une nécessité.

Je reçois un courrier : un formulaire d’adhésion qui m’invite à payer plus de 430 euros (plus de 518 francs suisses). Les entrepreneurs naïfs se laisseront prendre au piège… Il n’y a absolument rien à payer quand on devient auto-entrepreneur, c’est l’Etat français lui-même qui le dit !

Souvent, le piège épistolaire est structuré sur la base d’une confusion : l’organisme qui demande le règlement du paiement se fait passer plus ou moins pour une institution publique, en prenant un nom prêtant à confusion.

Il suffit de lire en bas la présence de cette ligne : « Offre facultative commercialisée par (blablabla) ». Le paiement n’est pas obligatoire.

Comme tous les entrepreneurs français le savent, lorsqu’on démarre une activité professionnelle, on obtient (via l’INSEE) un numéro SIRET et SIREN, et aussi un code APE. Or, la confusion du courrier qui demande le paiement vient de là. Le code APE, du point de vue de l’administration française, signifie très clairement ceci : « Activité principale exercée« . Mais le nom de l’organisme demandant le paiement (en fait, une entreprise privée sans rapport avec les organismes publics), qui utilise le même acronyme, se décline selon cette appellation : « Annuaire pro des entreprises ». Ce qui n’a rien à voir avec le code APE administratif, d’après le nom complet du code APE, d’autant plus que les auto-entrepreneurs n’ont pas à s’inscrire puisqu’ils possèdent déjà un n° SIRET/SIREN et un code APE dès leur inscription auprès de l’URSSAF (www.lautoentrepreneur.fr).

Une arnaque ? Hmm, une forme de marketing, oui, mais ce n’est pas très fairplay pour les professionnels qui auront été piégés… Après tout, la technique est légale, hélas… Il suffit juste de faire attention au porte-monnaie et ne pas faire n’importe quoi quand on croit à n’importe quoi.

Ce genre de pratique marketing n’est pas un cas isolé, d’autres malins ont leur propre structure, certains se font passer plus ou moins pour le vrai RSI (Régime Social des Indépendants) tandis que leur nom signifie tout autre chose (Registre des….), qui est un service d’annuaire.

Il est évident que le recul critique est une nécessité, et pas seulement dans des contextes reliés aux sciences. Il faut toujours lire attentivement les documents administratifs (ou ce qui y ressemble).

Quand une entreprise est dans l’attente d’un paiement de la part d’un « client », le document doit comporter des informations obligatoires : le n° SIRET (présent dans le courrier que j’ai reçu), mais aussi l’adresse postale (présente aussi) et surtout le n° de téléphone (totalement absent, cependant, bizarre).

© 2014 John Philip C. Manson

Astuce pour mieux contribuer à Wikipedia

Même si vous n’êtes pas  spécialistes dans le domaine des sciences, vous pouvez contribuer activement aux connaissances et à la culture. Nous pouvons tous être utiles.

Wikipedia est une encyclopédie libre en ligne. Les plus habiles y rédigent du contenu pertinent, d’autres peuvent aussi contribuer en signalant des lacunes ou des incohérences, comme par exemple les articles qui ne sont pas sourcés, ou les articles qui n’ont pas un format encyclopédique.

Comment détecter des articles non sourcés ?

Voici un exemple :

  • Je choisis des articles cibles ayant une thématique scientifique.
  • Je recherche les articles exempts de sources et de références.
  • J’élimine de la liste les articles dûment sourcés et référencés et ceux qui ne sont pas des articles (portail, catégorie, pages de wikipédiens…)

La recherche est alors lancée sur Google avec ces mots-clés :

site:fr.wikipedia.org -« Notes et références » (science|physique) -intitle:(Projet|Discussion|Catégorie|Portail|Utilisateur)

La requête envoyée à Google conduit à l’examen du site Wikipedia francophone, en mettant en évidence les articles de physique ou de science et qui ne contiennent pas le paragraphe « Notes et références». Sont exclues les pages qui ne sont pas des articles.

Lorsque vous trouverez des articles qui ne contiennent aucune source, ce sera à cause des raisons suivantes : l’article est récent et donc à l’état d’ébauche, l’article est un travail inédit personnel (interprétation personnelle conçue entièrement par un internaute lambda), propagande ou désinformation, etc…

Pour contribuer à Wikipedia, avec ou sans compte de wikipédien, il suffit d’éditer le code source du début de la page (cliquez sur l’onglet « Modifier le code »), et y ajouter ce bandeau :  {{À sourcer}}

Ensuite, enregistrez la modification en cliquant sur le bouton en bas de la page d’édition.

Le bandeau suivant apparaîtra alors en début d’article :

Si vous disposez d’ouvrages ou d’articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l’article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références ». (Modifier l’article)

De cette manière, même si vous n’y écrivez pas de contenu dans la page, vous attirerez bien l’attention de spécialistes qui s’intéresseront à la page.

Les internautes utilisent fréquemment Wikipedia parce que c’est un site assez vaste, et accessible rapidement. Mais la vitesse n’équivaut pas à l’exactitude. Avec prudence, il faut toujours conserver une attitude critique sur ce que l’on lit ou entend. Des documents totalement exempts d’erreurs ou de lacunes sont un mythe.

En explorant quelques articles suggérés par les résultats de la requête sur Google, je suis tombé sur un contenu laissant dubitatif : https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Science_du_Disque-monde faisant référence à un livre dont la structure est particulière. Ce livre est à la fois un roman et une vulgarisation scientifique. C’est un amalgame qui peut causer des malentendus. Parmi les thèmes abordés dans ce livre, certains nécessitent une analyse critique approfondie :  le rapport entre Science et magie, l’avenir de l’univers et de la Grande A’Tuin, l’ascenseur spatial et l’extelligence (mieux connue sous le nom de noosphère, concept métaphysique popularisé par Pierre Teilhard de Chardin)…

La vulgarisation scientifique devrait plutôt aborder le questionnement suivant : quels sont les critères de la méthode scientifique ? Si la science au goût romancé peut paraître séduisante, plus attractive, on ne doit pas s’éloigner de ce qui définit précisément la science. Dériver vers la littérature, l’imaginaire ou la métaphysique, c’est s’éloigner des principes de la vulgarisation scientifique.

En effet, qu’est-ce qui définit une bonne vulgarisation scientifique ? Une bonne qualité de rédaction, de la rigueur scientifique, le souci de vulgarisation et de l’originalité  et aussi susciter un intérêt sans dénaturer l’information scientifique (surtout), être compréhensible à la fois par des adultes et des enfants, simplifier sans basculer dans le simplisme et le réductionnisme, mettre les faits en valeur plutôt que des opinions. La vulgarisation scientifique doit éviter de présenter des théories et des hypothèses comme des vérités immuables ou définitives, puisque les «savoirs» procèdent par élimination des hypothèses superflues et non par la construction de «vérités».

Pour parler de l’ascenseur spatial évoqué plus haut, il faut dire que ce projet n’est pas crédible : risque de rupture du câble (sur sa longueur ou ses points d’attache) à cause de la tension mécanique, problème d’induction électrique dans le câble à cause d’une différence de potentiel électrique entre les extrémités, risque de collision du câble avec des météorites ou des satellites, etc. Pour le moment, ce n’est guère réaliste.

Ensuite, l’examen du lien wiki vers A’Tuin conduit au bestiaire de personnages du roman, où la supposée vulgarisation est mêlée de mythologie, avec des dieux parodiques de l’Égypte antique… Il y a un danger à faire un amalgame entre science et mysticisme, même si on croit bien faire… On peut faire de la science et du roman, mais il faut bien préciser la démarcation nécessaire entre les critères de la science et la fiction littéraire.

Ce n’est pas parce que je suis un sceptique très remonté que cela veuille dire que je ne m’intéresse pas aux œuvres de fiction. Par exemple, j’ai vu tous les épisodes de la série «X Files» avec les agents Mulder et Scully, je n’en ai pas raté un seul. On peut apprécier le cinéma et les séries de science-fiction, mais c’est pour se distraire, mais pas pour en faire des Vérités.  😉

© 2013 John Philip C. Manson

L’ère numérique et les statistiques

J’ai le temps d’écrire un article aujourd’hui. C’est sur l’informatique. Oui, je sais, c’est inhabituel.

Le sujet présentement concerne Internet et le multimédia. Qui ne s’est pas demandé si une photographie vue dans le web est truquée ou pas ? C’est ce que je vais décrire, et c’est assez intéressant.

Les images téléchargées depuis le web sont des fichiers binaires. Un éditeur hexadécimal peut permettre de visualiser le contenu binaire. Des fichiers binaires, comme les photos, peuvent contenir des métadonnées. Je me suis intéressé à certains mots-clés précis. En général, quand les petits malins truquent des photos, généralement pour enlever la « graisse » des guiboles des femmes ou pour effacer la cellulite (la cellulite n’est pourtant pas une maladie…) pour les rendre trop décharnées (ils sont bizarres les canons de la beauté au XXIe siècle…), ils le font au moyen d’un logiciel de traitement d’image. C’est le cas de Adobe Photoshop ® (sur un système Windows). C’est aussi le cas de GIMP (équivalent à Photoshop ®, mais pour GNU/Linux).

Ainsi, les fichiers images qui contiennent le mot Photoshop ® ou GIMP correspondent à des images qui ont été retraitées numériquement.

En réalisant une expérience d’administration système sous GNU/Linux avec une ligne de commande Bash, j’ai pu établir qu’il existe environ 11 à 13% de photos qui ont été retravaillées avec le logiciel Photoshop ®, et environ 0,76% de photos qui ont été retravaillées avec le logiciel GIMP. Les autres photos (environ 87% du total), sont majoritairement naturelles, mais il peut néanmoins exister d’autres logiciels éditeurs d’images mais ils sont probablement minoritaires.

Mais il arrive que les petits malins suppriment les métadonnées pour cacher le fait que leurs photos ont été truquées. On peut cependant détecter les anomalies d’une photo qui a l’air normale, et cette astuce ne coûte rien, nul besoin d’acheter un logiciel cher pour cela. Je révèle ce secret : je me suis aperçu que, en éditant une image avec GIMP (logiciel libre et gratuit), on peut voir si l’image a été retraitée numériquement, et pour cela, il faut activer la commande « Égaliser » via le menu « Couleurs » puis « Auto ». Ainsi j’ai découvert qu’une photo récente de la chanteuse Miley Cyrus, présentée comme la femme la plus sexy par un magazine, révélait une anomalie qui indiquait qu’il lui manquait environ 1,5 ou 2 cm de chair sur sa frêle anatomie truquée… L’apologie de l’anorexie en amaigrissant artificiellement les « people » avec Photoshop ou GIMP, c’est stupide… Amaigrir les models en vrai l’est encore plus… J’aime les vraies femmes, comme par exemple Jennie Runk (une nouvelle modèle aux belles formes épanouies) dont les photos ne sont pas truquées, elles. Cent pour cent naturelle. Hé hé hé…

na_gif

© 2013 John Philip C. Manson

Astuce de navigation web pour leboncoin.fr

Voici un article inhabituel dans lequel je je parle pas de science. Par la même occasion, je crée la catégorie Astuce dans mon blog.

Voici une astuce de navigation web pour faire des trouvailles intéressantes quand on voudrait avoir une vue globale des annonces récentes sur le site internet http://www.leboncoin.fr

Par exemple, on recherche les annonces récentes de vente d’une unité centrale dans les département des Yvelines et de l’Essonne. Donc on va sur Google et on utilise comme texte de recherche ceci : site:leboncoin.fr « unité centrale » intitle: »yvelines » | intitle: »essonne »

Mieux, cette commande de recherche peut être utilisée pour créer une alerte Google : on recevra donc toutes les annonces récentes par e-mail. On gagne ainsi du temps pour faire du shopping, et trouver des produits d’occasion sans effort.  😉

 

© 2013 John Philip C. Manson