L’habit fait le moine, dans notre monde névrosé

S’il fallait surveiller nos moindres propres gestes, nous ne vivrions plus, la vie serait impossible…

Une certaine littérature me fait sortir littéralement de mes gonds. Comme le texte de la page citée en lien ci-dessus.

On détermine nos qualités, nos compétences et notre intelligence sur la base de nos résultats. Seuls les résultats comptent. Mais notre univers social est construit sur la dictature des apparences. La société n’est pas intelligente, elle est superficielle, elle porte des jugements hâtifs et arbitraires sur des apparences ou des impressions, voir des préjugés.

La société dans laquelle nous vivons se permet de juger autrui, avec hypocrisie. Nous vivons dans un monde de faux-culs. Pire encore, quand notre société glisse peu à peu vers un certain modèle : celui de la secte…

Contrôler ce que l’on fait soi-même afin d’éviter d’être jugé socialement, ce n’est pas être naturel, ce n’est pas être librement soi-même. Osons être nous-mêmes.

Pourquoi tenir une boisson alcoolisée à la main nous ferait passer pour quelqu’un de moins intelligent, voire pour un alcoolique ? Soyons honnêtes, tout le monde picole !!! Un diplômé qui se présente à un entretien d’embauche, et qui au cours de la discussion, déclare ne jamais boire d’alcool, voila plutôt une déclaration peu anodine, c’est cela qui va paraître suspect. Dire ne jamais picoler, ça cache des choses, c’est suspect. Ne dit-on pas que les hommes qui portent une barbe ont des choses à cacher ? Lol…

Bref, tout le monde picole, même les gens intelligents. J’irai même penser que les surdoués sont prédisposés à l’alcool, parce qu’ils s’emmerdent dans ce monde si banal, morne, merdique où les autres sont si bêtes…  😉

 

A part la consommation d’alcool, marcher lentement ou rapidement laisserait l’impression d’être moins intelligent et moins compétent. Qu’est-ce que c’est que cette connerie de psychologue psychopathe ? Donc marcher au pas, une deux une deux, comme les militaires, ça rendrait les soldats plus intelligents ? Je pense plutôt que marcher à la même vitesse que le troupeau, c’est vivre avec les moutons et être soi-même un mouton.

C’est très superficiel d’évaluer de juger les gens d’après leurs gestes.

 

Mais aussi, éviter le contact visuel, qu’est-ce que ça peut foutre, franchement ? Cela dépend aussi des cultures. Par exemple, au Japon, fixer les japonais droit dans les yeux c’est considéré comme une offense ou une intimidation. Mais d’après certains, regarder un interlocuteur dans les yeux vous fera paraître automatiquement plus intelligent. Mais c’est une impression, une illusion.

Les interprétations des gestes c’est très subjectif, c’est de l’intuition, mais cela peut être lourd de conséquence car le risque d’erreur est élevé. Ce n’est pas fiable pour évaluer les gens. L’intelligence des gens, on l’observe selon des résultats concrets et objectifs.

Jurer sur son lieu de travail ferait paraître moins intelligent ? Je pense plutôt que ne pas exprimer un désaccord, fermer sa gueule, c’est accepter d’être un mouton docile et obéissant…

Froncer les sourcils donnerait l’impression d’être bête ? Froncer des sourcils est une attitude naturelle : quand on lit des conneries, je fronce des sourcils ; quand je découvre un truc louche, je fronce des sourcils. Et si froncer des sourcils fait chier les autres, on n’a plus qu’à se raser les sourcils, comme ça tout le monde sera content…

Être plus expressif dans la voix en évitant d’avoir un ton monotone pour seulement paraître plus intelligent, c’est débile et absurde… Ce n’est pas parce qu’on a été opéré de la thyroïde ou d’un kyste des cordes vocales que cela signifie que votre voix monotone fait de vous quelqu’un de moins intelligent…

L’intelligence est de ne pas écouter certains codes sociaux, surtout les codes sociaux créés de toute pièce par des psys du dimanche. On s’en branle. Il ne faut pas confondre nos compétences avec les apparences, tout comme on ne doit pas confondre ce qui relève de l’INFORMATION avec la COMMUNICATION. En effet, l’information délivre des connaissances utiles, des résultats concrets et factuels, tandis que la communication ne fait qu’entretenir une image fausse, illusoire et superficielle complètement inutile, une image construite sur du mensonge.

Notre monde est bizarre : la communication prédomine la valeur de l’information naturelle, les gens remuent les mains comme le font les politiciens, où les gestes viennent appuyer un message verbal, comme si ce dernier avait moins de valeur que ce montage superficiel que sont les apparences.

C’est comme les recruteurs, il y a malaise. Ils s’en foutent complètement de ce qu’on leur raconte, ils examinent seulement les gestes et l’apparence, et notamment le mouvement des mains. Le culte du superficiel. L’apologie du paraître plutôt qu’être… Tout ça à cause de nouveaux gourous. Un monde absurde où le superficiel a de la valeur. A ce moment-là, si on poussait le raisonnement jusqu’au bout, alors les diplômes ne servent plus à rien, les compétences réelles non plus, on n’a plus qu’à créer une image biaisée de soi pour plaire en société. Franchement, je ne comprends pas notre société et les conseils bidons et stupides de certains.

 

Personne n’est obligé de baisser son froc. Ne laissons pas aux gourous malveillants le soin de fixer les règles. Citoyens, vous devriez lire ce bouquin intéressant, il résume tout à propos de notre monde social malade à la dérive :

 

 

Les dessous obscurs de l’escrologie

Quand je disais depuis quelques années que la taxe sur les quotas du CO2 était une infâme arnaque, qu’il fallait se méfier.

Voila que la vérité éclate :

En résumé : une vingtaine de dossiers sont entre les mains de la justice, essentiellement au parquet national financier.

 

Thalassa

MOON

Il est très compréhensible d’être indignés contre la reprogrammation abusive du magazine TV Thalassa, cette émission qui dure depuis près de 40 ans ne sera désormais diffusé qu’une fois par mois. La culture est peu à peu raccourcie, sacrifiée, pour ne laisser place qu’à du vide dans le paysage audiovisuel. Nous avions déjà perdu le magazine « C’est pas sorcier », la série noire continue…

Mais examinons plus près le texte descriptif de l’émission qui sera diffusée le vendredi 13 mai 2016 sur France 3.

Vendredi 13, comme par hasard…

On y lit le « pouvoir » de la lune, sans que soit désignée explicitement la gravitation. La gravitation existe comme théorie scientifique depuis les travaux d’Isaac Newton, au dix-septième siècle.

Il y est même question de « magie », d’après le texte. Avouons que les mots comme « pouvoir », « magie » et « mystère » n’appartiennent pas au vocabulaire scientifique, et leur présence dans le texte est suspecte. Les tentatives de réenchantement surnaturel du monde par une certaine forme de journalisme sont préoccupantes. Le choix des mots n’est pas anodin.

Et puis, les phénomènes naturels ne sont plus des mystères s’ils sont déjà connus.

Exemple de véritable mystère actuel : il y aurait (selon des indices crédibles) une planète de masse supérieure à la Terre au-delà de la ceinture de Kuyper, et dont on ne connaît rien.

Le journalisme, surtout quand celui-ci mêle un peu de la science, doit toujours consister à informer, pas à distraire et faire rêver de choses qui n’existent pas. Je ne crois pas que l’émission TV se risquerait à évoquer l’astrologie ou l’influence fantasmée de la lune sur les gens, ce ne sont que des croyances.

Il faut resituer les choses dans leur contexte quand on perçoit un risque possible de dérive ou une mésinterprétation du texte..

Ecologisme

Vu sur Twitter :

climatoskeptics

Mettre les climatosceptiques en prison revient à nier le principe démocratique de la liberté d’expression. Et nier la liberté d’expression, c’est se mettre au niveau des totalitarismes. Ce n’est pas avec cette méthode fasciste que l’on construira une société sur la base de faits objectifs, d’arguments rationnels, on ne fera que creuser le fossé entre la science et l’idéologie et désorienter davantage le débat public.

Pourquoi devrait-on intimider des gens qui ne pensent pas comme tout le monde, alors que le meilleur moyen de convaincre un sceptique est de présenter des faits, de montrer des réalités, plutôt que servir une pseudo-écologie fortement politisée et élevée au rang de doctrine irréfutable et autoritaire ?

Le réchauffement climatique est fondé sur une réalité au long des dernières décennies, mais les moyens déployés par certains coreligionnaires, aux arguments moins motivés par la science que par une ambition de conquête, desservent inévitablement une véritable écologie scientifique.

Il est utile de rappeler l’existence d’un livre intéressant écrit par Philippe Verdier : « Climat Investigation », dans lequel le journaliste dénonce la situation actuelle.

 

C’était il y a 30 ans : Tchernobyl

C’est toujours intéressant de déterrer les documents vidéo de la télévision.

 

Le gros mensonge : « l’anticyclone des Açores, une barrière puissante pour repousser le nuage de Tchernobyl » (Antenne2, 30 avril 1986)

 

Et ce qui s’est vraiment passé :

http://www.lemonde.fr/planete/video/2016/04/20/la-progression-du-nuage-de-tchernobyl-en-une-minute_4905544_3244.html

  • On remarquera que le nuage radioactif a pénétré la région PACA en France le jour du 30 avril 1986, soit le même jour auquel le journal météo a été diffusé…

Il aurait été plus utile de dire la vérité, et de distribuer des pastilles d’iode…

Sur la discrimination à l’embauche

 

La discrimination existe, c’est un fait indéniable.

Cependant, dans le contenu du texte du lien cité ci-dessus, on peut lire ceci : « Aujourd’hui en France, à compétence égale, le nom et l’origine peuvent obliger à envoyer 4 fois plus de CV pour décrocher un entretien, d’après une étude […] ».

Question : comment a t-on obtenu cette estimation sachant que les statistiques ethniques et raciales sont interdites en France ? En effet, la loi Informatique et Libertés du 6 janvier 1978 punit de 5 ans de prison et 300 000 d’amende le fait de recueillir et d’enregistrer des informations relatives aux origines ethniques ou à l’appartenance religieuses des personnes interrogées.

Vérification d’un calcul

Via Google Plus, quelqu’un me fait remarquer qu’une erreur se serait glissée dans mon calcul, concernant mon article précédent.

On va vérifier ça, en reprenant le sujet ci-dessous.

  • AXA et Altran Group n’ont pas à rougir. Le groupe spécialisé dans l’assurance a posé la question suivante: « Une corde, plaquée au sol, permet de faire le tour de la Terre autour de l’équateur. On ajoute 1 mètre à cette corde. On obtient donc un cercle un peu plus grand. Une souris pourrait-elle passer sous la corde ? ».

 

Initialement, la Terre a un rayon constant R, et la circonférence de la corde est égale à celle de la Terre, soit 2 pi R.

La différence entre le rayon circulaire de la corde et le rayon terrestre est calculable selon l’égalité suivante :   2*pi*(6378000+x) – 2*pi*6378000 = 1. Après allongement de la corde de 1 mètre, la corde passe à x = 1 /(2*pi) mètre au-dessus de la surface du globe, soit environ 15,92 centimètres. Oui, une souris peut passer sous la corde, et même un gros rat aussi. Un collégien est capable de résoudre ce problème et peut répondre à ce type de question.

  • Bref, la circonférence initiale est : C = 2 pi R. La longueur de la corde est égale à la circonférence terrestre.
  • La nouvelle circonférence est : C’ = 2 pi R’, où R’ est le nouveau rayon de la corde.
  • C’ – C = 1 mètre. Ainsi la corde a maintenant 1 m de plus que la circonférence de la Terre. Ce n’est pas le rayon R auquel l’on aurait ajouté 1 m, c’est la circonférence qui augmente de 1 m, ce qui n’est pas pareil.
  • Puisque C’ – C = 1 m, alors 2 pi R’ – 2 pi R = 2*pi*(6378000+x) – 2*pi*6378000 = 1.
  • En conséquence : R’ – R = 1 / (2 pi) = environ 0,1592 mètre. Le rayon a varié d’à peine 16 cm, comme je l’avais déclaré. Il n’y avait pas d’erreur dans la conclusion. Cependant, j’avais écrit que la circonférence de la corde devient (2 pi (R + 1)), il fallait lire plutôt 2 pi R + 1 car c’est la circonférence qui croît de 1 m, pas le rayon. Malgré cette erreur d’inattention au début (parce que d’une part les techniques farfelues de recrutement, qui étaient le thème examiné, sont des conneries qui m’ont particulièrement énervé, ces foutaises-là ne devraient jamais exister, mais aussi d’autre part parce que le thème de la corde est connu sous une autre version selon laquelle la corde est à un mètre au-dessus du sol), cela n’a pas affecté la suite de mon raisonnement au moment duquel j’étais mieux concentré.

Merci à Patrice C. pour m’avoir signalé l’erreur. C’est bon d’apprendre que j’ai des lecteurs attentifs. 😉

John Philip C. Manson