L’imposture des QI de célébrités dans les médias

Voici un exemple d’article (parmi de nombreux autres) qui relate les QI de célébrités : http://www.sympatico.ca/actualites/decouvertes/plus-grands-qi-1.1484724

Je vais montrer pourquoi souvent les médias racontent n’importe quoi en s’emmêlant les pinceaux…

Nous connaissons tous les fameux tests de QI. Cependant, il existe deux échelles différentes de mesure du QI : celle de Wechsler (la plus utilisée), et celle de Cattell. L’échelle de Wechsler est basée sur un QI moyen de 100 avec un écart-type de 15 points. L’échelle de Cattell est basée aussi sur un QI moyen de 100, mais avec un écart-type de 24 (ce qui n’est pas du tout pareil ni équivalent).

Or, dans l’article cité en lien ci-dessus, je cite : « la majorité de la population se retrouve dans la zone de 85 à 115 points de QI ». Remarque : c’est seulement vrai pour le test de Wechsler, mais faux pour le test de Cattell (car entre 76 et 124).

Ensuite, en regardant le QI des personnalités citées, on voit que les QI dépassent la valeur 175, et vont même jusqu’à 225. Or, le test de Wechsler s’échelonne jusqu’à 175 points (jusqu’à 195 ou 200 selon d’autres sources), tandis que l’échelle de Cattell va jusqu’à 220. On peut vérifier ça en examinant l’intéressante page du site Douance via un tableau de conversion : http://www.douance.org/qi/tabqi.html

Visiblement, quand on lit sur le web de nombreux sites relatif au QI, les journalistes s’embrouillent en mélangeant le test de Wechsler et celui de Cattell. Et s’arrangent même pour dépasser le QI maximum possible, mais bon…

Après avoir examiné le tableau de conversion du site Douance : http://www.douance.org/qi/tabqi.html
j’ai pu établir que le calcul de conversion d’un test de QI à l’autre suit une loi linéaire, si on considère que le tableau est exact. En effet, si on pose W = QI de Wechsler et C = QI de Cattell, je trouve que :  C = 1,6 W – 60. Par conséquent, W = (C+60) / 1,6.

Bref, lorsque les médias ne précisent pas si les QI mentionnés sont de l’échelle de Wechsler ou celle de Cattell, les infos sont donc à prendre prudemment avec des pincettes, surtout quand ils mélangent à tort les deux concepts (une marge normale de Wechsler [68,2% de la population] par-ci, puis des QI de Cattell par-là…)

Car sans référentiel, les chiffres égarés ne veulent rien dire du tout et n’ont pas de sens !

Pareil quand les médias évoquent le QI d’Albert Einstein ou celui de Newton ou Galilée. C’est n’importe quoi. Les premiers tests psychométriques de QI furent inventés en 1905 (pas avant !!!) par Alfred Binet pour détecter les retards du développement cérébral par rapport à une moyenne d’âge d’enfants scolarisés. Mais les tests de QI contemporains pour adultes sont postérieurs (de peu) à la mort d’Einstein (1955) ! Einstein n’a jamais passé de test de QI. Quant à Isaac Newton et Galilée (17e siècle), c’était longtemps avant que le concept de QI soit inventé ! On ne connaît PAS le QI d’Einstein ni ceux de Newton et Galilée, on ne le saura jamais, il est donc impossible de faire des comparaisons. On ne connaîtra jamais non plus le QI du génial mathématicien Ramanujan, mort en 1920.

Les médias racontent souvent des inexactitudes, et dans de nombreux domaines, pas seulement sur le concept de QI… Soyez sceptiques, soyez critiques, soyez analytiques.

 

 

Publicité