Une planète habitable près de Proxima Centauri ?

  • On vient de me montrer cette page et me demander ce que j’en pense : http://www.msn.com/fr-fr/actualite/technologie-et-sciences/exoplan%C3%A8te-une-jumelle-de-la-terre-d%C3%A9couverte-dans-le-syst%C3%A8me-solaire-voisin/ar-BBvFL7R?li=BBoJIji&ocid=UE12DHP

 

En résumé : selon le quotidien allemand Der Spiegel , cette planète « rocheuse comme la Terre » serait en orbite autour de Proxima Centauri, l’étoile la plus proche de notre système solaire.

 

Si l’étoile Proxima était à la place de notre soleil, notre température serait de -250°C sur Terre, en basant les calculs sur les différences de magnitudes stellaires et sur la loi de Stefan-Boltzmann.

Il faut placer une exoplanète à environ 897 000 km de Proxima pour avoir conditions thermiques comme sur Terre, d’une part c’est une distance trop proche, et d’autre part Proxima est une étoile éruptive (luminosité variable) qui projette du plasma, rendant probablement la planète stérile à cause des rayons X dus aux mouvements de convections rapides du gaz de Proxima. Alors, peut-être que la planète (si elle existe) a de l’eau liquide à 15°C a priori, mais cette planète est irradiée et stérilisée par Proxima (l’Etoile de la Mort ?…)

En effet, imaginez le contexte : des protubérances de plasma dont la grosseur est plusieurs fois la distance Terre-Lune, si cela croise l’orbite d’une planète proche de l’étoile, cette planète subit quelque chose de bien pire qu’un vent solaire. Des irradiations mortelles.

Et ça, personne n’en parle.

 

Avant de risquer de prétendre que la vie est possible sur une planète, on doit voir quels indices peuvent réfuter l’hypothèse de la vie sur une planète. Par exemple, la planète Mars est dans une zone thermique d’habitabilité, mais le sol martien contient des sels comme les perchlorates qui sont des oxydants hostiles contre la vie.

 

Mais en relisant l’article de MSN, on peut lire ce paragraphe :

« Un porte-parole de l’ESO, Richard Hook, a indiqué avoir pris connaissance de l’article, mais s’est refusé à confirmer ou démentir. « Nous ne faisons pas de commentaires », a-t-il déclaré, alors que l’annonce officielle pourrait intervenir fin août.Mais d’autres, eux, ont été plus bavards. « Trouver ce corps spatial était un travail très difficile », a déclaré un astrophysicien à l’hebdomadaire, sous couvert d’anonymat. « Nous étions aux limites de ce qui est techniquement possible de mesurer », a-t-il ajouté. »

  • Une révélation, un scoop, avant une annonce officielle.
  • Une publication dans un hebdomadaire, via un astrophysicien sous couvert d’anonymat.
  • Exploiter des mesures aux limites des capacités techniques de mesure, c’est augmenter les chances d’avoir un biais statistique qui conduit à une conclusion fausse.

Donc à prendre avec des pincettes, pour le moment…

Dernièrement, les journalistes connurent d’abord l’extase avec la découverte de la particule X au LHC, mais après, on a appris le démenti : la particule X n’existe pas, erreur statistique, avait-on entendu dire…