La sophrologie caycédienne, c’est quoi ?

Certains praticiens s’installent en ville. Des coiffeurs, des boulangers, des artisans ou des commerçants, et aussi les médecins et les dentistes.

Mais ici je vais parler du cas des sophrologues caycédiens. Quand un nouveau s’installe en ville, on est en droit de se demander légitimement : c’est quoi ? c’est fiable ?

Qu’est-ce que la sophrologie caycédienne ? Il existe des pratiquants de cette discipline qui affirme être des thérapeutes ou des psys, une médecine douce, ou des rééducateurs… Surtout, ils font passer leur sophrologie caycédienne pour une science (comme la médecine), ce qu’elle n’est pas.

La sophrologie caycédienne est présentée comme une méthode de développement personnel qualifiée tour à tour de psychothérapie, de méthode de relaxation, voire de médecine alternative, une sorte de thérapie de la conscience. Elle n’est pas une science, cette pratique n’a fait l’objet d’aucune étude validée scientifiquement.

Il faut également savoir que la profession de sophrologue caycédien n’est pas réglementée, son exercice est libre en France, accessible sans diplôme particulier. Toutefois, aucun praticien se déclarant de cette profession ne peut légalement procéder à aucun acte médical, tel que le diagnostic, la thérapie ni la prescription de médicaments, et encourt le cas échéant des poursuites pour exercice illégal de la médecine.

Selon le journal officiel du ministère de la santé, le 21 septembre 2004, la sophrologie n’est pas une discipline définie ni reconnue dans le cadre du code de la santé publique.

Il faut aussi souligner les risques de dérives.

Il y a très peu d’études cliniques scientifiques sur la sophrologie caycédienne. Les prétendues publications « scientifiques » sur la sophrologie sont principalement le fruits de praticiens faisant la promotion de leur discipline par des études non scientifiques, publiées généralement en marge des canaux scientifiques, mais régulièrement brandies comme arguments « authentiques » par les sophrologues.

La sophrologie est aujourd’hui une tradition principalement française, quasiment inexistante dans les autres pays.

La sophrologie fait régulièrement polémique en raison de l’existence avérées de dérives sectaires ou d’abus de faiblesse, selon la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (MIVILUDES).

Souvent la sophrologie se situe aux confins du New Age (hypnose, training autogène, yoga) et de la  psychothérapie (psychologie, psychosomatique), la sophrologie n’a aucune base solide. C’est une méthode basée sur les expériences subjectives des personnes, sans aucun moyen objectif d’évaluation. On glisse alors vers des offres proposant  des « thérapies libératrices » dont les doctrines se réclament de la sophrologie, la parapsychologie, le mysticisme, l’orientalisme et aussi la voyance ou la médiumnité… Ces nouveaux « marchands de bonheur » prolifèrent un peu partout et une bataille idéologique est déclarée entre les diverses doctrines faisant scission, entre néo-sophrologues et sophrologues orthodoxes.

Quand vous recevez de la pub ou des tracts faisant la promotion de techniques douteuses, ayez du recul…