L’habit fait le moine, dans notre monde névrosé

S’il fallait surveiller nos moindres propres gestes, nous ne vivrions plus, la vie serait impossible…

Une certaine littérature me fait sortir littéralement de mes gonds. Comme le texte de la page citée en lien ci-dessus.

On détermine nos qualités, nos compétences et notre intelligence sur la base de nos résultats. Seuls les résultats comptent. Mais notre univers social est construit sur la dictature des apparences. La société n’est pas intelligente, elle est superficielle, elle porte des jugements hâtifs et arbitraires sur des apparences ou des impressions, voir des préjugés.

La société dans laquelle nous vivons se permet de juger autrui, avec hypocrisie. Nous vivons dans un monde de faux-culs. Pire encore, quand notre société glisse peu à peu vers un certain modèle : celui de la secte…

Contrôler ce que l’on fait soi-même afin d’éviter d’être jugé socialement, ce n’est pas être naturel, ce n’est pas être librement soi-même. Osons être nous-mêmes.

Pourquoi tenir une boisson alcoolisée à la main nous ferait passer pour quelqu’un de moins intelligent, voire pour un alcoolique ? Soyons honnêtes, tout le monde picole !!! Un diplômé qui se présente à un entretien d’embauche, et qui au cours de la discussion, déclare ne jamais boire d’alcool, voila plutôt une déclaration peu anodine, c’est cela qui va paraître suspect. Dire ne jamais picoler, ça cache des choses, c’est suspect. Ne dit-on pas que les hommes qui portent une barbe ont des choses à cacher ? Lol…

Bref, tout le monde picole, même les gens intelligents. J’irai même penser que les surdoués sont prédisposés à l’alcool, parce qu’ils s’emmerdent dans ce monde si banal, morne, merdique où les autres sont si bêtes…  😉

 

A part la consommation d’alcool, marcher lentement ou rapidement laisserait l’impression d’être moins intelligent et moins compétent. Qu’est-ce que c’est que cette connerie de psychologue psychopathe ? Donc marcher au pas, une deux une deux, comme les militaires, ça rendrait les soldats plus intelligents ? Je pense plutôt que marcher à la même vitesse que le troupeau, c’est vivre avec les moutons et être soi-même un mouton.

C’est très superficiel d’évaluer de juger les gens d’après leurs gestes.

 

Mais aussi, éviter le contact visuel, qu’est-ce que ça peut foutre, franchement ? Cela dépend aussi des cultures. Par exemple, au Japon, fixer les japonais droit dans les yeux c’est considéré comme une offense ou une intimidation. Mais d’après certains, regarder un interlocuteur dans les yeux vous fera paraître automatiquement plus intelligent. Mais c’est une impression, une illusion.

Les interprétations des gestes c’est très subjectif, c’est de l’intuition, mais cela peut être lourd de conséquence car le risque d’erreur est élevé. Ce n’est pas fiable pour évaluer les gens. L’intelligence des gens, on l’observe selon des résultats concrets et objectifs.

Jurer sur son lieu de travail ferait paraître moins intelligent ? Je pense plutôt que ne pas exprimer un désaccord, fermer sa gueule, c’est accepter d’être un mouton docile et obéissant…

Froncer les sourcils donnerait l’impression d’être bête ? Froncer des sourcils est une attitude naturelle : quand on lit des conneries, je fronce des sourcils ; quand je découvre un truc louche, je fronce des sourcils. Et si froncer des sourcils fait chier les autres, on n’a plus qu’à se raser les sourcils, comme ça tout le monde sera content…

Être plus expressif dans la voix en évitant d’avoir un ton monotone pour seulement paraître plus intelligent, c’est débile et absurde… Ce n’est pas parce qu’on a été opéré de la thyroïde ou d’un kyste des cordes vocales que cela signifie que votre voix monotone fait de vous quelqu’un de moins intelligent…

L’intelligence est de ne pas écouter certains codes sociaux, surtout les codes sociaux créés de toute pièce par des psys du dimanche. On s’en branle. Il ne faut pas confondre nos compétences avec les apparences, tout comme on ne doit pas confondre ce qui relève de l’INFORMATION avec la COMMUNICATION. En effet, l’information délivre des connaissances utiles, des résultats concrets et factuels, tandis que la communication ne fait qu’entretenir une image fausse, illusoire et superficielle complètement inutile, une image construite sur du mensonge.

Notre monde est bizarre : la communication prédomine la valeur de l’information naturelle, les gens remuent les mains comme le font les politiciens, où les gestes viennent appuyer un message verbal, comme si ce dernier avait moins de valeur que ce montage superficiel que sont les apparences.

C’est comme les recruteurs, il y a malaise. Ils s’en foutent complètement de ce qu’on leur raconte, ils examinent seulement les gestes et l’apparence, et notamment le mouvement des mains. Le culte du superficiel. L’apologie du paraître plutôt qu’être… Tout ça à cause de nouveaux gourous. Un monde absurde où le superficiel a de la valeur. A ce moment-là, si on poussait le raisonnement jusqu’au bout, alors les diplômes ne servent plus à rien, les compétences réelles non plus, on n’a plus qu’à créer une image biaisée de soi pour plaire en société. Franchement, je ne comprends pas notre société et les conseils bidons et stupides de certains.

 

Personne n’est obligé de baisser son froc. Ne laissons pas aux gourous malveillants le soin de fixer les règles. Citoyens, vous devriez lire ce bouquin intéressant, il résume tout à propos de notre monde social malade à la dérive :