Les biais dans l’étude du climat global

L’étude de l’évolution du climat global consiste à relever des températures dans le monde en couvrant sur un peu plus de 85% de la surface du globe par seulement 5500 stations météo, et en laissant les régions manquant de stations météo en dehors de ces analyses.

Ces stations sont nombreuses à la surface des terres, mais de gros trous persistent dans la collecte des données pour les océans, les régions polaires et même des zones d’Afrique et d’Amérique du Sud qui ne sont pas couvertes par des stations météo.

Les stations météo attestent d’un changement climatique depuis un siècle, mais leur nombre insuffisant laisse une incertitude sur la prévision du climat global futur des prochaines décennies.

 

J’ai ensuite examiné cette page : http://www.un.org/ fr / climatechange/ glance.shtml

Voici ce qu’on y apprend sur la prédiction de l’effet de serre futur :

  • 278 ppm de CO2 (ère pré-industrielle) : 0°C de réchauffement.
  • 550 ppm : 2 à 4,5°C, optimisé à 3°C de réchauffement.
  • 650 ppm : 3.6°C de réchauffement.
  • 750 ppm : 4,3°C de réchauffement

Avec ces points, j’ai pu établir que cela correspond à cette équation :

dT = 4,30643 * ln (0,00360342 C)

avec C la concentration en CO2 (en ppm) et dT l’augmentation de température (en °C).

En adaptant cela à la loi de Stefan-Boltzmann, on peut alors calculer le coefficient ‘k’ du forçage radiatif :

(1367/4) + k . ln (C / 278) = s * (T + dT)⁴

On devrait trouver normalement 5,35 ln (C/Co) dans la formule de G. Myhre d’après https://fr.wikipedia.org/wiki/For%C3%A7age_radiatif

mais le calcul montre une valeur k = 76,4 pour C = 650 ppm et dT = 3,6°C et k = 69,3 pour C = 750 ppm et dT = 4,3°C.

What the fuck ?…