Scandaleux !

Le JT de 13 heures de TF1 du lundi 19 octobre 2015 a osé faire des déclarations erronées. A été constatée une « manip » concernant la climatologie, que les scientifiques n’affirment pas eux-mêmes, allégation sans doute pour des raisons politiques à l’approche de la COP21. Lorsque la vidéo du JT sera disponible en ligne, j’ajouterai le lien hypertexte ici. Voila, la vidéo est en ligne :

TF1 affirme que les côtes normandes, comme à Étretat, et le littoral de Seine Maritime, sont de plus en plus rongées par l’érosion à cause du réchauffement climatique.

Il y a un problème de crédibilité. Si le réchauffement a des conséquences diverses bien réelles, qui sont souvent négatives, mais ayant aussi des conséquences positives (je peux le prouver : la mortalité liée à la grippe hivernale est moindre quand le climat est plus doux), certaines idées reçues circulent à tort et à travers !

L’érosion des falaises par les eaux. Le réchauffement climatique en cause ? Rappel selon les rapports du GIEC : l’élévation moyenne du niveau de la mer est de 3 dizièmes de millimètre par an. Soit près de 3 cm par siècle. Au niveau des latitudes tempérées, la dilatation thermique est moindre par rapport aux tropiques. Le réchauffement ne peut pas être actuellement la cause de l’érosion des côtes normandes, car l’érosion du littoral normand a toujours existé.

Comme j’ai étudié la géologie à l’université, je peux ici expliquer brièvement les faits. De quoi sont constituées les falaises normandes ? C’est de la marne : un mélange de calcaire et d’argile. C’est un matériau naturel très friable. La marne est sensible à l’eau et elle favorise les instabilités de pente. Le fluage des marnes ou des formations marno-calcaires, le glissement de terrain et le ravinement sont à l’origine de catastrophes. Donc rien à voir avec le réchauffement climatique !!!! L’humidification et la cadence des vagues, c’est amplement suffisant, même sans élévation du niveau de la mer, qu’il fasse chaud ou froid.

Dans ce cas, à notre époque, bâtir des maisons en haut de falaises composées de marne est une attitude irresponsable. Dans la nuit du 24 au 25 novembre 1248, un gigantesque glissement de terrain au Mont Granier, en Savoie, a fait disparaître une partie de la montagne, et a englouti plusieurs villages, en faisant environ 5000 victimes… Une partie de la corniche du Mont Granier, calcaire, avait cédé, et tomba sur un terrain composé de strates de marnes valanginiennes, gorgées d’eau des pluies abondantes de l’automne. Cette chute a déclenché un glissement du terrain marneux. Pas besoin du réchauffement climatique pour expliquer cela, non plus.

Faite des expériences ! Un bloc de marne (on simule une falaise) dont la façade est trempée dans de l’eau (dont le niveau est constant, et à température constante) finit par s’imprégner d’eau et gonfler, le matériau sédimentaire finit par se détacher soudain sous son propre poids, et un dépôt de marne se forme peu à peu dans l’eau, ça prend cependant du temps.

L’érosion existe, même sans réchauffement climatique, et ceci depuis des millénaires, des millions d’années…

 

Honte à vous, journalistes, pour détourner la vérité scientifique et surenchérir sur la politico-climatologie onusienne pour des raisons politiques… C’est inadmissible.

John Philip C. Manson