Acidification des océans et pourcentages

Les chiffres et les calculs sur le web sont-ils crédibles et fiables ?

Je cite :

  • « Les mers absorbent 25 milliards de kilos de C02 par an ce qui cause une acidité croissante de l’eau avec un ph qui est passé de 8,16 au milieu du 19ème siècle à 8,05 aujourd’hui, ce qui correspond à une acidité accrue de 10%. »

On ne dit pas kilos tout court, ici on doit dire kilogrammes. Une acidité croissante ? Non, car à pH = 8,05 c’est toujours alcalin. Mieux vaut dire : une acidification croissante.

Ensuite, parlons de la variation du pH et celle de la concentration aqueuse en CO2.

Passer d’un pH 8,16 vers un pH 8,05 correspond à un abaissement du pH de 1,35%. Mais si on se base sur une équation logarithme de l’acide faible qu’est le CO2 : alors pH = Pka + log [HCO3⁻]/[CO2]. Et plus précisément : pH = 6,37 + log [HCO3⁻]/[CO2]. Ainsi, passer du pH 8,16 au pH 8,05 équivaut à faire diminuer la concentration de l’hydrogénocarbonate par rapport à celle du CO2 (celle du CO2 étant en augmentation), donc une diminution de l’alcalinité (et donc une acidification) où la variation de concentration est une diminution de 22,4% environ. Mais nulle part les prétendus 10% affirmés par le site…

Et dire que le pH océanique était de 8,16 au milieu du XIXe siècle est mensonger : en effet, le pH fut introduit en chimie pour la première fois par le chimiste danois Sørensen en 1893, et certainement pas avant… Mais en paléohydrologie, on pourrait quand même deviner avec une précision suffisante le pH d’une mer à une époque ancienne aujourd’hui révolue ? Hé non, il n’existe pas d’autres moyens d’évaluation du pH que celui de la mesure pH-métrique directe.

Alors, un pH de 8,16 prétendument obtenu au milieu du XIXe siècle, d’où est-ce que ça sort ? Une donnée fantaisiste inventée ? C’est probable… Comme les 10% d’accidité accrue, on ne sait pas d’où sort ce chiffre…

 

Comme le disait Albert Einstein, « Ne croyez pas tout ce que vous lisez sur le web ». Citation apocryphe, évidemment !

iconlol

John Philip C. Manson