Climatologie ultrapolitisée vs climatologie scientifique

Quelques questions dont on aimerait avoir des réponses :

  • L’humanité émet du CO2 anthropique, oui, et probable à plus de 90%, entend-on dire (tsss, c’est comme entendre dire qu’une femme est légèrement enceinte, soit elle l’est, soit elle ne l’est pas…). Mais en quelle proportion dans l’effet de serre global qui inclue le volcanisme, la vapeur d’eau atmosphérique, les émissions des hydrates de méthane qui se libèrent des glaces ?
  • Quel est l’impact des déforestations massives, qui ne sont pas seulement imputables qu’aux pays industrialisés ? Les arbres sont des régulateurs de CO2 naturels, est-ce que l’on a comparé l’évolution de l’effet de serre avec l’évolution de la déforestation depuis un siècle ?
  • Pourquoi ne parler que des sujets à la mode ? Les trous dans la couche d’ozone étaient fortement médiatisés dans les années 1990, on n’en entend plus parler, ni non plus des pluies acides qui étaient le sujet d’inquiétude dans les années 1980.

 

  • Le thème actuel est celui du CO2, tout est concentré sur le carbone. Cette focalisation, comme de la pensée unique, est un moyen pour certains pour créer de nouvelles taxes et de nouveaux impôts pour s’enrichir, pour spéculer, pour auto-financer leurs administrations.
  • Bien des sujets restent tabous. Personne ne semble s’occuper des vrais problèmes de pollution :  les pesticides, le continent de plastiques qui flottent dans les océans, le problème de l’eau potable, la qualité de l’air, la surexploitation des ressources océanique par les excès de la pêche industrielle.
  • Il paraît qu’il y aura près de 50 000 individus qui participeront à la conférence du COP21 : chapeau, leur empreinte carbone… Une conférence qui n’aboutira sur rien de concret, comme les conférences précédentes. Hypocrisie, foutage de gueule. Propagande et matraquage médiatique à la con ! Tout ce cirque de politicards coûte cher aux contribuables.
  • Quand les donneurs de leçons ne se comportent pas en écologistes :  http://www.leparisien.fr/paris-75/quand-greenpeace-gaspille-l-electricite-08-04-2011-1399587.php

 

 

Interdire les pesticides tueurs d’abeilles et planter des millions d’arbres (pour lutter contre la déforestation) serait une démarche plus concrète et plus utile que l’invention de collecte d’argent (soi-disant pour « sauver » le climat) qui ne sert que la politique (qui détourne la science de son contexte et à son avantage, via des discours punitifs et anxiogènes sur l’avenir climatique).

 

John Philip C. Manson