Relevés météorologiques d’une ville sur 49 années

Cherchant à mettre en évidence le réchauffement climatique localement en m’appuyant sur les données thermiques d’une ville française située à environ 48 degrés de latitude nord, près de Chartres, sur une période allant de 1965 à 2014, j’ai obtenu ce tracé :

9_octobre-1965-2014

Chaque année, à la date du 9 octobre à chaque fois, on relève la température maximum de la journée concernée.

Le tracé montre qu’il a existé des 9 octobre relativement frais, et aussi des 9 octobre doux. Cependant, on ne remarque aucune tendance à un réchauffement significatif, ni non plus un refroidissement. La fluctuation des températures maximales semblerait aléatoire.

Ce tracé ne remet pas en question le réchauffement climatique global. Peut-être qu’on observerait un tracé différent si l’on prend en compte la température moyenne annuelle de la ville étudiée. J’ai ici la possibilité de comparer l’année 1999 et l’année 2014, mais cet intervalle est trop court pour observer une tendance.

MaxT1999-2014

Là on voit que les deux courbes sont à peu près équivalentes. A part peut-être des automnes légèrement plus souvent doux.

Même constat pour les températures minimales :

MinT1999-2014

 

Et en ce qui concerne les records météorologiques :

Records-climat

Les records de chaleur et de froid n’ont pas sensiblement évolué dans la ville étudiée, entre 1999 et 2014. On peut cependant noter que les records de précipitations sont moindres en 2014 par rapport à ceux de 1999, et le record de vitesse du vent a diminué en 2014 par rapport à 1999. On ne peut pas vraiment spéculer sur le climat ici, car l’intervalle n’est que de quinze années.

On peut ajouter aussi ces informations :

  • La durée d’ensoleillement en 1999 était de 1771 heures, et 1785 heures en 2014. Ce qui signifie que la couverture nuageuse reste stable depuis 15 ans, il n’y a pas évolution de la durée de beau temps ou de durée du ciel couvert.
  • Les précipitations annuelles restent à peu près stables : 782 mm en 1999 et 711 mm en 2014.

 

 

 

John Philip C. Manson