Génodique, musicothérapie, quand la pseudoscience berne le public

J’étais tranquillement en train de lire un forum consacré à un jeu vidéo quand soudain je tombe sur un nouveau membre du forum qui fait publiquement sa présentation :

 

Certains passages de son texte où l’individu résume son parcours posent un problème dans le contexte de la science.

Par exemple :

  • recherche en génodique (la mélodie de gènes) c’est à dire qu’on étudie les relations entre les acides aminés et le son. Les fréquences activent ou inhibent l’activité et la genèse des acides aminés ce qui permet de soigner avec le son. Un sujet passionnant qui nécessite des connaissances en physique quantique, biologie, musique et cerise sur le gateau dans mon cas, cela entre directement dans le sujet de la médecine, du chamanisme et des spiritualités anciennes

Soyons clairs que l’activité des gènes est régulée par des enzymes. Mais pas par le son.

La physique quantique non plus n’a rien à voir avec la propagation des sons en physique acoustique… Là encore, il faut rappeler que la physique quantique, qui est une théorie scientifique de la physique, est appuyée par des faits, dont le fond concerne la dynamique des particules subatomiques, et qui n’a rien à voir avec le mysticisme, ni avec la spiritualité ou la médecine ou la religion ou la science-fiction (la physique quantique est dénaturée et récupérée par la secte New Age, une forme de propagande existe via Internet à travers certaines vidéos pseudoscientifiques et dans de nombreux forums partisans).

L’AFIS assimile la génodique et la musicothérapie à de la pseudoscience :  https://www.facebook.com/permalink.php?story_fbid=861542173894833&id=165001693548888

Pour entrer dans les détails, voici ce que l’on apprend d’intéressant :

  • Les bases scientifiques de la génodique sont faibles : aucun calcul sérieux n’a été fait pour montrer que c’était ne serait-ce que possible. Dans une telle situation, l’expérience seule peut trancher… mais aucune publication scientifique ne conclut à l’efficacité de la méthode de Sternheimer, l’inventeur du concept.

 

  • Pour convaincre un agriculteur que le pipeau est un procédé révolutionnaire, il y a l’argument d’autorité, à défaut de preuves scientifiques qui restent absentes. Sur les sites internet dédiés à la génodique, on retrouve toujours les mêmes arguments en boucle pour suggérer au lecteur que monsieur Sternheimer (inventeur de la génodique)  n’est pas n’importe qui. En voici quelques-uns ci-dessous :

 

  • (1) Sternheimer est présenté comme un professeur dans une université. C’EST FAUX. l’Université Européenne pour la Recherche n’est pas une université en tant qu’organisme public de l’enseignement supérieur, c’est en fait une association de « chercheurs indépendants ». A noter que Prigogine, l’un des membres de l’association, a fait également partie de l’UIP qui n’a d’université que le nom, ici aussi une association : https://fr.wikipedia.org/wiki/Universit%C3%A9_interdisciplinaire_de_Paris Et il est intéressant de rappeler que l’UIP est suspectée de véhiculer des thèses favorables au néocréationnisme et d’être proche de la mouvance américaine du dessein intelligent. L’UIP entretien des relations de proximité avec de nombreux créationnistes français et étranger, dont Harun Yahya, avec lesquels elle organise des conférences anti-darwiniennes.
  • (2) Sternheimer aurait publié des articles scientifiques sur la génodique dans les plus grandes revues scientifiques. C’EST FAUX. Il a publié un article en rapport avec la génodique dans les CRAS (comptes rendus de l’académie des sciences). Mais les CRAS ne constituent pas une revue scientifique (à comité de lecture), car les articles ne sont pas relus par des experts extérieurs comme dans les revues scientifiques usuelles. Il a également publié une lettre dans Nature qui est une des plus grandes revues mondiales de sciences… mais le papier ne porte pas sur la génodique, mais plutôt sur une réflexion éthique sur les sciences.
  • (3) Puisque Sternheimer a déposé un brevet, donc la génodique serait reconnue. C’EST FAUX. Il a bien déposé un brevet, mais le dépôt de brevet ne garantit qu’une chose : la nouveauté (autrement dit, qu’il n’a pas déjà été déposé), et ne prouve rien en ce qui concerne la qualité du procédé. Ce qui établit des preuves en science, ce sont des expériences rigoureuses. Or la génodique n’a pas de bases empiriques.

 

De plus, l’auteur dans le forum que j’ai lu ce matin, déclare également ceci :

P.S. : En bon joueur de Elite Dangerous vous êtes sûrement un peu intéressé par la cosmologie et accessoirement par les liens entre spiritualité et science (bien que ce ne soit pas explicite)

Prêche t-il pour convertir les esprits naïfs ? Cela n’a rien à faire dans un forum…

Si croire est un droit légitime (chamanisme, animisme ou toute autre croyance), l’amalgame entre science et religion est abusif. C’est même un non-sens à travers lequel la science et la foi ont des méthodes fondamentalement différentes. La foi proclame une Vérité immuable, éternelle et définitive ; une vérité fortement subjective qui échappe souvent à toute vérification objective, une vérité que l’on ne peut pas démontrer ni prouver, une « vérité » qui ne repose pas sur la raison ni l’observation mais seulement sur les émotions. Tandis que la science repose sur des incertitudes que l’on doit souvent accepter, sur des hypothèses réfutables, sur des faits empiriques ou observationnels que l’on doit accepter même s’ils contredisent les croyances.

 

John Philip C. Manson