Groupes sanguins, rhésus, et accidents transfusionnels

Avant de connaître l’existence des groupes sanguins, réaliser de façon aveugle une transfusion sanguise comportait un risque sérieux…

En France, voici la proportion des différents groupes sanguins et rhésus :

  • O+ : 37%
  • A+ : 39%
  • B+ : 7%
  • AB+ : 2%
  • O- : 6%
  • A- : 6%
  • B- : 2%
  • AB- : 1%

 

Il y a accident de transfusion dans les cas suivants :

  • Quand le donneur est rhésus positif et quand le receveur est rhésus négatif. C’est mauvais pour le receveur.
  • Quand le receveur de groupe O reçoit d’un donneur étant A ou B ou AB. C’est mauvais pour le receveur.
  • Quand le donneur de groupe A donne son sang à un receveur de groupe B. C’est mauvais pour le receveur.
  • Quand le donneur de groupe B donne son sang à une receveur de groupe A. C’est mauvais pour le receveur.

En revanche :

  • Le groupe O (surnommé donneur universel) peut donner son sang à tous les groupes. A condition d’être du même rhésus.
  • Le groupe A peut donner seulement à A ou à AB.
  • Le groupe B peut donner seulement à B ou à AB.
  • Le groupe AB peut donner seulement à AB.
  • Le groupe O peut recevoir seulement du groupe O.
  • Le rhésus négatif peut donner à un rhésus positif, mais pas l’inverse.

 

D’après mes propres recherches, la probabilité pour qu’un receveur soit victime d’un accident transfusionnel (quand on ignore les groupes sanguins et les rhésus du donneur et du receveur) est de 47,53%. Le risque est donc très important.

Cependant, il existe d’autres systèmes sanguins que le système ABO et le système rhésus : cela accroît davantage la probabilité de risque transfusionnel quand on ignore quels sont les groupes sanguins et aussi les autres systèmes d’antigènes du donneur et du receveur.

Réaliser une transfusion réussie, en réduisant les risques au maximum, ça implique de bien connaître les différents systèmes sanguins connus par la médecine moderne.

 

John Philip C. Manson