Un étudiant nigérian a t-il résolu une équation insoluble depuis 30 ans ?

Cela aurait pu être intéressant comme article, s’il y avait eu le détail le plus essentiel : le nom de l’équation, et l’équation elle-même. On ne sait même pas de quoi il s’agit, ni ce que cela implique. C’est vide ! Encore un buzz, un écran de fumée, du bruit pour rien… Décevant ! C’est comme pour l’affaire Shouryya Ray : un vacarme médiatique, l’entretien du mystère autour d’une équation soi-disant résolue, et aucune explication concrète…

La base du journalisme, c’est l’information basée sur des faits réels. Pas faire du buzz en remplissant les pages avec un vide lacunaire, en posant des titres accrocheurs et racoleurs comme appât pour attirer les lecteurs potentiels… Le buzz ce n’est pas du journalisme. Le vrai journalisme consiste à vendre de l’information, pas à vendre du vide en prenant les lecteurs pour des imbéciles.

Aucune explication là non plus : http://www.meltycampus.fr/insolite-un-etudiant-resout-une-equation-insoluble-depuis-30-ans-a420267.html

Ici non plus : http://www.digischool.fr/a-la-une/etudiant-reussit-ressoudre-equation-insoluble-depuis-30-ans-29087.php

Articles similaires, qui se répètent entre eux…

Concernant le jeune étudiant, sa médiatisation date d’il y a 3 mois ou plus, ce n’est pas récent, d’après ma recherche approfondie sur Google. Mais je n’ai rien trouvé à propos de cette mystérieuse équation…

En continuant à creuser, on s’aperçoit que le Twitter anglophone a contribué à diffuser cette affaire, en juin dernier :

student

Je laisse tomber les médias français, et je vais vérifier si les médias anglophones en racontent davantage sur l’équation…

D’après le journal « The Independent », http://www.independent.co.uk/news/world/africa/nigerian-student-ufot-ekong-solves-30yearold-maths-equation-and-breaks-academic-record-at-japanese-university-10303064.html   on constate que c’est un étudiant très brillant. Mais on n’en sait pas plus sur l’équation, ni dans quel contexte (recherche scientifique personnelle ? simple exercice dans un examen réussi ?)…

Ainsi, quelle référence scientifique existe -il sur cette équation ?

Il existe un grand flou autour de cet étudiant.

J’ai cependant remarqué un détail, mais pas celui que je recherchais : l’étudiant ne s’appelle pas Efot Ekong, mais Ufot Ekong. Il apparaît clairement que le Figaro et d’autres médias ait déformé le nom et l’ont relayé tel quel en conservant l’erreur. Une erreur, déjà, ça commence mal niveau crédibilité… Voir ici, avec l’orthographe Ufot Ekong :  http://www.thisdaylive.com/articles/nigerian-student-solves-30-year-old-mathematical-puzzle-in-japan/211789/

Concernant le nom erroné, et celui qui est correct, on relève 790 pages francophones dans Google avec la faute d’orthographe, mais 34 100 pages (en français et en anglais) contiennent le nom correct. Comme si les médias ayant la mauvaise graphie l’ont fait intentionnellement afin qu’on ne remonte pas jusqu’aux sources…

Ce n’est pas parce que je ne retrouve pas cette équation que cela signifie qu’elle n’existe pas. Mais je commence sérieusement à douter de son existence…

Et si l’équation était l’invention imaginaire du journaliste ayant été le premier à médiatiser cette affaire pour lancer le buzz ? Les titres qui parlent de jeunes génies qui résolvent des équations, ça attire les lecteurs.

En l’état, on a affaire à un étudiant brillant qui maîtrise plusieurs langues, et est diplômé en génie électrique (donc ingénieur), et lauréat de nombreux prix, et qui développe des brevets pour la conception de voitures électriques. C’est tout ce que nous avons. Sur l’équation : rien, absolument rien, il se peut que cela soit pure invention. Ce mystère reste un problème ouvert.

Certains font remarquer à raison que s’il n’y a absolument rien à propos de l’équation, la vie de l’étudiant est toutefois bizarrement très détaillée : http://perinet.blogspirit.com/archive/2015/06/15/ufot-ekong.html

 

  • Je m’adresse au docteur Goulu : je suppose que toi non plus tu n’as pas retrouvé cette équation ? Qu’en penses-tu ?

 

Info subsidiaire :

  • http://www.parismatch.com/Actu/International/Un-etudiant-nigerian-resout-une-enigme-vielle-de-30-ans-Ufot-Ekong-783054
  • Seul le journal Paris Match affirme que l’équation, impliquant des maths, portait sur le domaine électronique. Mais en cliquant sur le lien en rouge dans ce même article, au sujet d’une équation insoluble, ça dirige vers un problème compliqué de maths dans une classe du Viet Nam :  http://www.parismatch.com/Actu/Insolite/Un-probleme-de-maths-bouscule-le-web-745884 et cela n’a absolument rien à voir avec ce qu’on recherche… Si l’équation existe, je pense que cela aurait un rapport avec les équations différentielles. Mais ces équations-là, les ingénieurs en créent tous les jours, c’est une pratique courante pour eux. Bref, on ne sait toujours rien sur cette équation insoluble depuis 30 ans (soi-disant)…
  • Qu’est-ce qui est insoluble en maths ? Des problèmes ouverts (au nombre de 7) connus sous le nom de « problèmes du millénaire ». Le problème qui concerne les ingénieurs sont les équations de Navier-Stockes en mécanique des fluides. En électronique, je ne sais pas, aucun des 7 problèmes du millénaire n’y correspond. Je pense que l’équation soi-disant insoluble est une invention journalistique…

Réédition du mardi 8 septembre 2015 :

Le docteur Goulu m’a donné réponse via scoop.it :

« J’ai trouvé deux discussions où la nature de la fameuse équation est investiguée:

Certains ont l’air surpris qu’un étudiant nigérian soit bon en maths… »

 

Evidemment, l’aptitude aux mathématiques dépend seulement de l’effort personnel, d’un travail sur le long terme, de l’habitude. Cette aptitude est indépendante de l’origine socio-économique ou ethnique des individus. Il n’y a pas de raison de s’étonner de cela.

 

Je viens de faire la traduction des pages indiquées par le docteur Goulu :

 

« La headline est inexacte.

1) Il a résolu une équation mathématique irrésolu depuis 30 ans lors de son premier semestre.

Signification, l’équation a été résolu précédemment, mais c’était un problème difficile qu’il a résolu lors de son premier semestre.

2) Il a été «le premier nigérian pour atteindre cet exploit depuis 1965, ce qui signifie, en bref, que si il était pas nigérian, il aurait pas été remarquable. Il est juste que il est le premier nigérian à avoir obtenu un diplôme en haut de la classe à l’Université de Tokai depuis 1965.

Félicitations pour ce jeune homme, mais s’il vous plaît essayez d’être honnête avec la façon dont il est présenté. »

 

Comme pour le cas de Shouryya Ray, les médias ont abusivement présenté une résolution d’une soi-disante équation insoluble depuis des décennies. Depuis 30 ans pour Utof Ekong, et depuis Newton pour Shourrya Ray. Mais dans les deux cas, il s’agit d’une résolution classique et scolaire d’un problème mathématique difficile mais qui est cependant bien connu des spécialistes. Dans les deux cas, il ne s’agissait pas d’un problème inédit et ouvert.

Le scoop bien du fait que le jeune étudiant soit originaire d’un pays peu souvent représenté dans le domaine de la science. S’il avait été américain ou d’un autre pays assez récurrent, l’affaire n’aurait peut-être pas été médiatisée, mais il est clair que le contexte a encore été mal interprété par les journalistes qui ont confondu le fait que l’étudiant soit le premier de son pays à réussir au Japon et la difficulté d’une équation qui a été présentée erronément comme une énigme scientifique irrésolue depuis longtemps…

Tout ce que l’université japonaise (Tokaï, dans laquelle est l’étudiant) nous révèle, c’est une cérémonie pour féliciter les nouveaux étudiants méritants.

De plus, on apprend ici : http://www.quora.com/What-problem-did-Utof-Ekong-solve  que le prénom du nigérian est Utof, et non Ufot. Encore une erreur des journalistes. Le journal Figaro, lui, avait graphié Efot au lieu de Ufot, mais en fait c’est encore erroné puisque le nom est Utof… Moi je suis perdu, je ne sais pas quel est le bon nom parmi cette confusion…

Bref, dans le lien vers quora.com, les internautes spéculent sur ce que peut être la nature de l’équation… Moi, j’avais pensé que cela serait une équation différentielle. Un autre a pensé que ce serait une intégrale de Gauss. Mais un autre affirme que ce serait lié à la conjecture de Tijdeman-Zagier (ou conjecture de Beal). Tandis qu’un autre dit que c’est : Determination  of Instantaneous Frequencies of Low Plasma Waves in the Magnetosheath  Using Empirical Mode Decomposition (EMD) and Hilbert Transform (HT), en français : détermination des fréquences instantanées des ondes lentes d’un plasma dans la magnétogaine en utilisant le mode empirique de décomposition et la transformation de Hilbert. Et ça, bien que c’est compliqué, mais il s’agit d’une méthode empirique, pas d’une démonstration mathématique.

 

John Philip C. Manson