L’imposture des biais statistiques

Lisez bien cette soi-disant étude française qui conclut illico que l’impossibilité de réagir face à l’incertitude est peut-être le signe des premiers stades de la psychose…

Deux détails m’ont choqué, vous voyez lesquels ?

  • Je cite : « Dans le cadre de l’étude, 31 participants en bonne santé ont été recrutées. Âgés de 25 à 37 ans, ils étaient droitiers, les gauchers étant plus à risque de psychose. »

Quoi !? Seulement 31 participants. C’est insuffisant comme échantillon pour réaliser une analyse statistique sérieuse ! Pendant qu’on y est, un seul participant, voire même aucun, pour livrer des conclusions fallacieuses… Les étais de l’étude sont donc fragiles.

Ensuite, il n’existe pas de preuves solides que les gauchers soient plus à risque concernant les maladies mentales. On sait par exemple que les gauchers sont plus rapides au tennis et à l’escrime. Mais la gaucherie comme cause de pathologies mentales, je n’ai pas connaissance d’études sérieuses anciennes ou récentes à ce sujet.

Ceux qui ont réalisé l’étude ne se sont pas basés sur une répartition naturelle des psychoses, mais se sont basés sur une simulation d’altérations mentales par l’administration par intraveineuse de kétamine, un psychotrope. Il y a une différence entre les psychoses naturelles et les états délibérément provoqués par la chimie.

Est-ce qu’il s’agit d’une étude statistique sérieuse et fiable, ou d’une étude bâclée et biaisée ? A t-on pris en compte la p-value de 5% ou 1% afin de déterminer si un résultat est significatif ou non ?

L’étude sur les gauchers est publiée sur le site PourquoiDocteur.fr en octobre 2013. Une recherche sur Google ne donne que 22 résultats seulement (sites francophones) : https://www.google.fr/?gws_rd=ssl#q=%22Jadon+R.+Webb%22+gauchers&filter=0  Ne serait-ce qu’une rumeur infondée ? Généralement, de vraies études conduisent à une forte médiatisation, mais là ce n’est pas le cas.

Le web anglophone livre 247 résultats sur Google : https://www.google.fr/?gws_rd=ssl#q=%22Jadon+R.+Webb%22+left-handedness

Depuis des semaines, j’ai mis comme paramètre de notification de Google Alerts les mots-clés suivants : « Selon une étude » et « D’après une étude », afin d’être informé quasiment en temps réel des études publiées sur le web chaque jour. La quasi-totalité des résultats livrés par Google Alerts est dénuée du moindre intérêt (le plus souvent : bienfait/cancérogénicité des fruits/légumes à partir d’a prioris ou de formules marketing…).

Le web est vite devenu la vitrine d’études bidons marquées par un haut degré d’amateurisme.

Je viens à me demander qui est l’origine des études statistiques : les chercheurs ou les journalistes eux-mêmes ?…

 

John Philip C. Manson

 

 

 

Publicités