« Le saviez-vous ? » sur Twitter : des affirmations non étayées

sxviez

 

  • Si vous faites rire une femme, il y a 89% de chance qu’elle soit amoureuse de vous.

Si un humoriste fait rire 2000 spectateurs à l’Olympia (à Paris), et si l’on suppose qu’il y ait 1000 femmes dans le public, alors il y aurait 890 femmes soudain amoureuses parmi les spectateurs ? Cela ne tient pas la route, je n’y crois pas.

J’arrive à faire rire les lesbiennes, donc j’en déduis que moi, John, je suis une femme…

iconlol

 

  • Les scientifiques disent que certain sont « nés » pour être bons en math et d’autres pas.

Cela, je n’y crois pas non plus. L’aptitude aux maths n’est pas innée, rien n’est programmé d’avance. J’en sais quelque chose. Un travail régulier et de la volonté sont les seuls ingrédients pour développer des compétences en mathématiques. On ne naît pas matheux, on le devient. Peu importe les neurones que l’on a au départ, la volonté est la seule recette pour faire de notre cerveau un terreau fertile.

L’inaptitude en maths, c’est dû à un manque de motivation, c’est ne pas prendre de temps pour essayer de comprendre. Je sais pertinemment que les maths sont un outil difficile, mais avec la persévérence et la ténacité, on peut devenir habile.

Croire que tout est inné, c’est un peu comme croire aux miracles… Dès la naissance, le cerveau humain est vierge. Il n’est absolument pas rempli d’équations prêtes à l’emploi. Nous ne sommes pas des robots. Nous sommes obligés d’apprendre, aucune connaissance n’est programmée en nous, parce que la connaissance est le fruit de l’expérience, elle n’est pas le fruit de la naissance.

  • Les personnes les plus intelligentes ont tendance à penser plus vite, et par conséquent leur écriture est plus bâclée.

Pas du tout d’accord. Les individus les plus intelligents privilégient l’exactitude plutôt que la vitesse : ils prennent leur temps pour bien réfléchir, ils prennent leur temps pour bien lire et pour bien écrire. Être pressé ne signifie pas être intelligent, puisqu’une écriture bâclée selon moi est une preuve de paresse. Aller trop vite c’est prendre le risque de produire des erreurs (et parfois de grosses bourdes), et c’est prendre le risque de perdre sa crédibilité.

Les gens intelligents ne pensent pas forcément plus vite, mais ils pensent beaucoup, vraiment beaucoup, presque tout le temps, et s’intéressent à un large pannel de sujets riches et variés. Les autres individus, eux, ne pensent qu’à délirer ou s’extasier bêtement devant les émissions de télé-réalité ou à regarder des vidéos de propagande conspirationniste ou sectaire sur Youtube…

iconlol

  • Il y a au moins 6 personnes dans le monde qui vous ressemblent parfaitement. Vous avez moins de 9% de chance de les rencontrer.

Cela reste à démontrer…En gros, il y a une chance sur 1 milliard de tomber sur un des sosies si on tire au sort parmi la population mondiale. Je me demande d’où proviennent ces 9%. Une affirmation non sourcée, ça devient agaçant…J’estime qu’en moyenne, chaque sosie d’une personne donnée est distant l’un de l’autre d’environ 4700 km. Ainsi, pour un français, il est peu probable, en moyenne, qu’il rencontre un de ses sosies. Cela aurait été plus probable si la distance moyenne avait été inférieure à 1000 km (en restant en-deça des frontières de la France).

Mais allons plus loin. Application avec la même formule qui sert pour résoudre le paradoxe des anniversaires. Avec une probabilité R = 1 sur 1 milliard de rencontrer un des sosies dans le monde, et si l’on réunit un groupe de F = 65 millions de personnes (la population française), la probabilité tend vers 1 pour qu’il y ait 2 personnes (un individu quelconque et l’un de ses sosies) soient dans le même groupe (les français).

P = 1 – [(1/R)! / ((1/R) – F)! * (1/R)^F)]

Je n’en suis moi-même pas sûr, mais c’est mon résultat, pour l’instant…

 

  • Walter Summerford a été frappé par la foudre 3 fois dans sa vie. Après sa mort, sa tombe a également été frappée par la foudre.

Sujet déjà abordé dans ce blog. Mais j’ai des éléments quantitatifs pour évaluer les probabilités. D’après ce site : http://www.topito.com/top-causes-courantes-mort il y a une probabilité de 1 sur 83930 de périr foudroyé.

Être foudroyé 3 fois vivant, puis une fois sur la tombe, ça n’arrivera au hasard qu’avec une chance sur environ 50 milliards de milliards. Mais si l’histoire de Walter Summerford était vraie, ça ne peut pas être dû au hasard. Comme si j’allais délibérément au sommet de la Tour Eiffel pendant un orage violent, revêtu d’une cote de mailles afin d’attirer volontairement la foudre sur moi…

Il y a environ 4 fois moins de risque de périr foudroyé que périr dans un accident d’avion. Or on n’entend pas parler de cas où un mec aurait eu fortuitement 3 accidents d’avion et en serait sorti vivant, et qu’un nouvel accident d’avion s’écrase sur sa propre tombe. L’histoire (ou la fable) du mec foudroyé plusieurs fois est probablement une légende urbaine. Allez, dites moi la vérité, le coup de la foudre répétitive c’était à cause d’une chaise électrique ?

iconlol

 

Copyright 2015 John Philip C. Manson

 

Publicités