Vers 2050, 100% d’électricité d’origine renouvelable ? Réalisme ou utopie ?

Une fameuse étude de l’Ademe, évoque à horizon 2050 un scénario où 100% de l’électricité serait d’origine renouvelable. Une perspective difficilement imaginable – voire totalement utopique – encore aujourd’hui pour de très nombreux experts en France.

En Allemagne, avoir renoncé au nucléaire a entraîné un vif débat contre les centrales à charbon qui ne sont plus rentables : http://www.lesechos.fr/industrie-services/energie-environnement/02127481947-allemagne-vif-debat-autour-des-centrales-a-charbon-1113918.php

Pour rappel :

En France, la filière photovoltaïque jouit de 1500 à 2900 heures d’ensoleillement annuel, ce qui signifie que l’ensoleillement représente 17% à 33% du temps de l’année, et que par conséquent il n’y a pas de production électrique photovoltaïque à cause des intempéries ou par temps nuageux (ainsi qu’en période nocturne, évidemment) lors de 67% à 83% du temps sur une année.

En France, la vitesse moyenne du vent est de 3 m/s avec un écart-type de 3 m/s. En tenant compte de la vitesse minimale du vent en-dessous de laquelle les pales d’une éolienne ne peuvent pas tourner et en tenant compte de la vitesse maximale du vent à laquelle les pales de l’éolienne sont bloquées par sécurité : une éolienne ne fonctionne pas pour 50% du temps. Sur une année, les pales tournent pour une durée cumulée de 6 mois, et les 6 autres mois restants les pales ne sont pas en rotation.

Ainsi, sachant pertinemment que la filière photovoltaïque ne fonctionne pas (ou presque) pour 67% à 83% de l’année, et que la filière de l’éolien ne fonctionne pas la moitié de l’année, il y a un risque évident de panne électrique généralisée que l’on devra éviter grâce à des batteries électriques d’appoint ou des centrales à charbon d’appoint (si l’on a renoncé au nucléaire), ce qui n’est pas très écologique…

Produire de l’électricité, avec efficacité, et sans polluer, semble être une promesse utopique…

Cependant, en ce moment, nos amis britanniques ont l’intelligence de développer un projet intéressant de centrale marémotricehttp://www.lemonde.fr/planete/article/2015/03/07/une-centrale-maremotrice-geante-a-l-etude-au-royaume-uni_4589289_3244.html    Les marées, ça ne pollue pas  et ça ne tombe pas en panne. A moins que les éoliennes et les centrales marémotrices puissent ralentir la rotation de la Terre, mais un calcul indique que l’énergie cinétique de la rotation terrestre est d’environ 70 millions de milliards de TWh, alors que la production électrique mondiale actuelle est d’environ 2024 TWh par an.

 

Advertisements