Une voiture électrique doit rouler 100.000 km pour être écologique ?

Une voiture électrique doit rouler 100.000 km pour être écologique ?

Détail des calculs le 8 février 2015 :

  • 8 L d’octane pour 100 km équivaut à 5,624 kg d’octane pour 100 km soit 56,24 g d’octane par km.
  • 56,24 g d’octane produisent par combustion 58 g de CO2 par km, soit également 2,49 MJ/km ou 0.69 kWh thermiques par km.
  • Cela correspond donc à 0,16 kWh électrique par km en terme d’équivalence.
  • La production électrique française en 2013 a généré 29,3 millions de tonnes de CO2 pour 550,9 TWh, soit 53,2 g de CO2 par kWh électrique.
  • Comparaison : la voiture à essence émet 58 g de CO2 par km (8,7 tonnes pour 150000 km). Et la voiture électrique émet indirectement  8,5 g de CO2 par km. La baisse des émissions de CO2 atteint 85,3% si on remplace les voitures à essence par des voitures électriques. Mais les voitures électriques émettent toujours indirectement du CO2, et proportionnellement au kilométrage parcouru. Il est donc faux d’affirmer qu’une voiture électrique devient écologique après une certaine distance parcourue, bien que la polution devienne moindre en apparence… Ce n’est pas aussi « vert » que certains essaient de le suggérer. L’on devrait parler de ce que deviennent les batteries électriques après usage… Quel impact environnemental lors des phases de la construction des véhicules, et lorsque les véhicules sont bons pour la casse ?…

 

Texte antérieur :

Le terme « écologique » en France est utilisé abusivement à toutes les sauces… C’est devenu du marketing, j’ai les tympans qui explosent en entendant cette messe récitée dans les médias. Il n’existe pas d’énergie « propre » ou « verte ».

Les matières premières extraites pour fabriquer les batteries électriques ont un impact écologique néfaste dans les pays d’où elles sont extraites.

Mais pour entrer concrètement dans les détails comme je vais le faire ici, rouler en voiture électrique est-il écologique ? Le programme politique de l’écologisme européen vise à réduire de 30% les émissions en gaz à effet de serre. Programme irréaliste en ce qui concerne les voitures électriques. Pire encore, la France prévoyait de réduire de 50% la production électrique d’origine nucléaire, ce qui contredit les besoins futurs des rechargements des batteries des voitures électriques… Si le nucléaire à lui seul n’émet pas de CO2, le reste des autres moyens de production électrique en France utilise des combustibles classiques. En 2013, par exemple, sur 495 TWh électriques annuels nets produits, les énergies fossiles (charbon + gaz + fioul) représentent 51 TWh annuels en production électrique, soit 9,3% de la production électrique totale annuelle.

elecprod2013

J’ai ensuite réuni divers renseignements essentiels pour faire un calcul de vérification pour tenter de répondre à une question : combien de CO2 une voiture électrique émet-elle indirectement par rapport à une voiture à essence qui produit directement du CO2 ?

  • 1 kg d’octane (composant de l’essence) produit une chaleur de 44,307 MJ
  • La masse volumique de l’octane est de 0,703 kg par litre d’octane
  • 1 kg d’octane émet par sa combustion 3,09 kg de CO2
  • Les énergies fossiles et certaines énergies renouvelables (dont biomasse) ont émis en 2013 une masse de 29,3 millions de tonnes de CO2 pour une production de 51 TWh par ces types de moyens de production d’électricité. (ERRATUM : en fait à rapporter sur 550,9 TWh)
  • Je me suis basé sur une consommation de 8 litres d’essence pour 100 km

 

A titre de comparaison : si la vitesse limite des voitures à essence passait de 90 km/h à 80 km/h sur les routes départementales françaises, la diminution des émissions de CO2 atteint quand même 21% environ. Et 28,4% de diminution du CO2 émis par les voitures à essence si les autoroutes françaises passaient de 130 km/h à une limitation à 110 km/h. De plus, la réduction de la vitesse sur les routes diminuerait la gravité des accidents routiers.

Les voitures électriques, c’est un luxe que peu de gens peuvent s’offrir, en ces temps de crise.

 

 

Ecologie ? Non… Programme industriel et marketing, certainement…

© 2015 John Philip C. Manson

Publicités