La liberté d’expression en France

La liberté d’expression est la possibilité de communiquer une pensée, dont éventuellement des opinions, avec certaines limites légitimes ( la calomnie, la diffamation, l’incitation à la haine, les propos racistes, sexistes et discriminatoires, l’appel au meurtre, l’apologie des crimes contre l’humanité ou de toute autre transgression de la loi).

La censure est une limitation illégale de la liberté d’expression.

Article 19 de la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948 (résolution sans valeur contraignante) comme suit :

  • « Tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit. »

Jurisprudence (Cour européenne des droits de l’homme, 7 décembre 1976, no 5493/72, Handyside c/ Royaume-Uni) :

« La liberté d’expression vaut non seulement pour les « informations » ou « idées » accueillies avec faveur ou considérées comme inoffensives ou indifférentes, mais aussi pour celles qui heurtent, choquent ou inquiètent : ainsi le veulent le pluralisme, la tolérance et l’esprit d’ouverture sans lesquels, il n’est pas de « société démocratique ». »

 

 

  • « Si l’on est d’une tolérance absolue, même envers les intolérants, et qu’on ne défende pas la société tolérante contre leurs assauts, les tolérants seront anéantis, et avec eux la tolérance. » (Karl Popper – Le paradoxe de la tolérance)
Publicités