Sur Facebook (concernant l’électrosensibilité)

Ce matin du 9 novembre, je découvre qu’on m’avait écrit sur Facebook le 12 septembre dernier.

Voici le message reçu :

fb

Apparemment, c’est une personne élecrosensible qui m’a écrit.

Contradictions observées :

  • La personne électrosensible utilise internet pour m’écrire un message. Internet et ordinateur, c’est électrique… Cela devrait être perturbant, non ?
  • La WiFi c’est très peu énergétique comme onde radio (ça n’a qu’une portée de 50 mètres environ, en comparaison des antennes émettrices des stations de radio comme RTL qui diffuse sur des centaines de kilomètres)… Il serait plus logique de bannir les stations de radio plutôt que le WiFi, étant donné la différence de puissance du signal… Les stations de radio se comptent par centaines sur l’ensemble de la France métropolitaine. Sans oublier le CMBR (le rayonnement cosmologique fossile), qui est un rayonnement micro-onde permanent (c’est ce rayonnement qui fait les petits points blancs sur un écran de TV quand ce n’est pas réglé sur une chaîne).
  • Et contacter le fournisseur d’accès afin de bannir la WiFi ? Pourquoi ? Sur une box ADSL, il y a un interrupteur justement pour éteindre la WiFi… Mais quand on contacte le fournisseur d’accès, on utilise un téléphone, et dedans, dans le combiné du téléphone fixe, il y a un aimant. Cela devrait être perturbant, ça, non ? Sinon, un téléphone mobile, c’est pire, ça émet des ondes radio…
  • Le champ électrique et magnétique de la Terre, même naturel, ne se distingue pas par sa nature par rapport aux appareils électriques modernes. Les champs magnétiques sont partout, et il n’existe pas de filtres qui empêchent les champs magnétiques de traverser la matière.
  • Les électrosensibles qui vivent à proximité du CERN (qui est équipé d’un accélérateur de particules) ne ressentent-ils rien, apparemment ?
  • Y aurait-il des lobies pro-électricité comme il y aurait des lobbies pro-pétrole ? Argument plutôt léger… La théorie du complot n’est pas un argument.
  • Les plombages dentaires, basés sur des mélanges de métaux, engendrent un léger courant électrique en présence de salive jouant le rôle d’électrolyte : aucun électrosensible étant allé chez leur dentiste ne s’est jamais plaint des plombages ?
  • Et les éclairs, la foudre, des orages ? La souffrance des électrosensibles devrait être terrible dans ce cas ? Non ?
  • La paranoïa anti-électricité semble subjectivement sélective dans ce qui pourrait être dangereux ou pas…

Pourquoi ce sont systématiquement les appareils électriques modernes, notamment ceux qui servent pour la communication entre les gens, qui sont diabolisés, alors que les phénomènes naturels dont la nature est similaire à ce qui est artificiel ne sont pas négligeables non plus ? Et pourquoi des gros appareils comme celui du CERN, sont oubliés dans l’argumentaire anti-électricité ? Parque qu’ils n’y avaient pas pensé… Mais pas parce que le matériel de la Big Science n’a aucun effet (comme par hasard !), ni parce que la dénonciation anti-électricité reposerait sur des bases réelles…

La souffrance des « électro »-sensibles est réelle, mais l’explication donnée sur la cause qu’ils dénoncent n’est pas convaincante.

 

__

Ajout du 11 novembre 2014 :

J’ai étudié le cas de la foudre.

Un éclair lors d’un orage a une tension électrique d’environ 30 MV (30 millions de volts), une intensité électrique d’environ 20 kA (20 000 ampères), c’est-à-dire une puissance électrique de 600 GW (600 milliards de watts), et quand la décharge dure 0,1 ms (10⁻⁴ s) cela correspond à une énergie de 60 MJ (60 millions de joules, soient 16,7 kWh).

Compte tenu de l’ampérage (l’intensité électrique) et la durée de la décharge,on peut déclarer que la foudre a un champ électrique de 18 kV/m si on se trouve à 1 km de l’éclair ; et 4,5 kV/m à 2 km ; et 2 kV/m à 3 km.

Concrètement, si un électrosensible est à 1 km d’un éclair, il subit un champ électrique de 18 kV/m environ (18000 V/m), c’est-à-dire 60 000 fois la valeur du seuil de tolérance (0,3 V/m). Mais certains affirmeront peut-être que la foudre c’est 100% naturel, que c’est « bio », et que ça ne fera rien contre notre santé. Et pourtant, que l’électricité soit artificielle ou 100% naturelle, il n’existe absolument aucune différence : un éclair de foudre et une étincelle de bougie de voiture, c’est exactement la même chose.

Les jours (ou les nuits) d’orage, je trouve surprenant que l’on n’entende pas parler d’électrosensibles qui débarquent soudain nombreux dans les hôpitaux par le SAMU…

Faudrait me l’expliquer…

Ainsi, en théorie, un électrosensible se plaint habituellement à des niveaux assez bas de rayonnements électromagnétiques… Mais comment se comporte t-il pendant un orage, avec la foudre qui tombe même à plusieurs kilomètres ? Malaises ? Convulsions ? Crise de panique ? Personne n’en parle ?…

J’ai juste aperçu vite fait dans un forum sur l’électrosensibilité que, pour se protéger des orages, il fallait se mettre à la terre… Si on se branche à la terre, et si la foudre tombe tout près, et comme l’éclair se diffuse dans le sol, c’est justement jouer avec la mort et avoir trouvé un risque de mieux s’électrocuter… En effet, la foudre rayonne sur un très large périmètre (~500 mètres au sol), elle peut remonter par la terre, électrifier tout ce qu’elle rencontre (métaux divers, corps humains, etc). D’autres disent que prendre une douche équivaut à se mettre à la terre (pour s’isoler électriquement). N’importe quoi : l’eau rend le corps mieux conducteur… Mettre les deux doigts dans une prise de courant électrique, pendant que vous y êtes… Tsss… Pourquoi ne pas préférer plutôt l’efficacité d’une cage de Faraday ?

Maintenant, parlons de la WiFi. J’ai procédé à deux mesures expérimentales. En posant mon instrument de mesure sur la box ADSL à l’endroit du signal radio le plus puissant, j’ai constaté une valeur de -12 dBm, c’est-à-dire une puissance radio de 630 µW (630 millionièmes de watts, ou 0,000063 W). Et à 1 mètre de la box ADSL, je constate une valeur de -36 dBm, soit une valeur de 0,251 µW (ou 251 nW, donc 251 milliardièmes de watts : 0,000000251 W). Or il paraîtrait qu’il y aurait une norme électromagnétique de tolérance de 2 W/kg. Le WiFi, sur l’appui d’une preuve expérimentale, est très en-dessous de ce seuil !

Et d’ailleurs, si je me positionne à 28 cm de ma box ADSL, je reçois un flux radio équivalent à celui du fond diffus cosmologique (le rayonnement fossile du Big Bang). Ainsi, le CMBR a un flux du même ordre de grandeur que celui de la WiFi d’une box ADSL dans un bureau. C’est quand même marrant, ça, des hypersensibles se plaignent de la WiFi (sans omettre de diaboliser tous les autres appareils électriques), mais ne disent absolument rien sur le rayonnement fossile qui a la même nature (et la même intensité de flux) que la WiFi. Plus précisément, les longueurs d’onde et fréquence typiques du rayonnement sont respectivement 1,06 mm et 100 GHz.

En lisant cela, certains décideront peut-être d’avoir des malaises et des convulsions… (ou pas, car seuls les bidules artificiels sont diaboliques, malsains et impies, selon la subjectivité sélective de certains).

iconlol

Bref, l’hypersensibilité est vraisemblablement un trouble réel (reconnu par l’OMS), mais ni moi (ni les spécialistes de ce sujet) ne croient à l’origine électrique de cette affectation.

 

© 2014 John Philip C. Manson

 

Advertisements