L’esprit critique, utile partout, même pour les entreprises

L’esprit critique est utile partout. Surtout dans les sciences. Mais même aussi quand on est entrepreneur…

C’est l’occasion de montrer à travers le présent article que l’esprit critique est une nécessité.

Je reçois un courrier : un formulaire d’adhésion qui m’invite à payer plus de 430 euros (plus de 518 francs suisses). Les entrepreneurs naïfs se laisseront prendre au piège… Il n’y a absolument rien à payer quand on devient auto-entrepreneur, c’est l’Etat français lui-même qui le dit !

Souvent, le piège épistolaire est structuré sur la base d’une confusion : l’organisme qui demande le règlement du paiement se fait passer plus ou moins pour une institution publique, en prenant un nom prêtant à confusion.

Il suffit de lire en bas la présence de cette ligne : « Offre facultative commercialisée par (blablabla) ». Le paiement n’est pas obligatoire.

Comme tous les entrepreneurs français le savent, lorsqu’on démarre une activité professionnelle, on obtient (via l’INSEE) un numéro SIRET et SIREN, et aussi un code APE. Or, la confusion du courrier qui demande le paiement vient de là. Le code APE, du point de vue de l’administration française, signifie très clairement ceci : « Activité principale exercée« . Mais le nom de l’organisme demandant le paiement (en fait, une entreprise privée sans rapport avec les organismes publics), qui utilise le même acronyme, se décline selon cette appellation : « Annuaire pro des entreprises ». Ce qui n’a rien à voir avec le code APE administratif, d’après le nom complet du code APE, d’autant plus que les auto-entrepreneurs n’ont pas à s’inscrire puisqu’ils possèdent déjà un n° SIRET/SIREN et un code APE dès leur inscription auprès de l’URSSAF (www.lautoentrepreneur.fr).

Une arnaque ? Hmm, une forme de marketing, oui, mais ce n’est pas très fairplay pour les professionnels qui auront été piégés… Après tout, la technique est légale, hélas… Il suffit juste de faire attention au porte-monnaie et ne pas faire n’importe quoi quand on croit à n’importe quoi.

Ce genre de pratique marketing n’est pas un cas isolé, d’autres malins ont leur propre structure, certains se font passer plus ou moins pour le vrai RSI (Régime Social des Indépendants) tandis que leur nom signifie tout autre chose (Registre des….), qui est un service d’annuaire.

Il est évident que le recul critique est une nécessité, et pas seulement dans des contextes reliés aux sciences. Il faut toujours lire attentivement les documents administratifs (ou ce qui y ressemble).

Quand une entreprise est dans l’attente d’un paiement de la part d’un « client », le document doit comporter des informations obligatoires : le n° SIRET (présent dans le courrier que j’ai reçu), mais aussi l’adresse postale (présente aussi) et surtout le n° de téléphone (totalement absent, cependant, bizarre).

© 2014 John Philip C. Manson

Publicités