Les roux menacés d’extinction à cause du réchauffement climatique ?

Article mis à jour le 21 juillet 2014

 

On ne critiquera jamais assez l’impact des médias sur le public.

Je vais montrer comment on fait pour débusquer des infos bidons sur Google. Une des phrases introductrices les plus fréquentes dans le journalisme est la suivante : «Selon une étude» ou «D’après une étude». Car pour les journalistes, citer une étude soi-disant scientifique, ça fait toujours vachement plus sérieux à montrer aux lecteurs afin de mieux les hameçonner.

Dans Google, je tape la recherche suivante :  « (selon|d’après) une étude ».

J’explore les résultats de Google, et je tombe sur des pages ayant ce titre : «Les roux en voix d’extinction» ou «Les roux menacés par le réchauffement climatique». Voila un titre suspect. Je vous l’annonce dès maintenant : c’est de la désinformation. Les médias britanniques semblent promouvoir ce genre d’inepties, et le reste des médias répandent ces salades sans rien vérifier…

Nous savons un fait de base : le réchauffement climatique est une réalité. Mais certains médias peuvent néanmoins raconter des conneries sur ce thème.

Voici quelques articles sur le sujet :

La déontologie du journalisme met en exergue le devoir de vérité et le devoir de rectifier les infos quand elles sont inexactes. Le journalisme doit s’abstenir de sensationnalisme et de rester critique.

En quoi le danger d’extinction des personnes rousses est-il peu crédible ?

Dans la théorie de l’évolution des espèces, il y a transmission des gènes à une descendance quand un individu est parvenu à l’âge de procréer et d’avoir une descendance. Il n’y a pas de transmission de gène, donc aucune descendance, lorsque l’individu est mort prématurément avant d’avoir pu procréer.

La menace réelle à laquelle les roux s’exposent, c’est le rayonnement du soleil. Le rayonnement UV accroît les risques de cancer de la peau. Moi-même j’ai une peau très claire et je fais gaffe au soleil car j’ai eu autrefois des coups de soleil, et ça c’est vraiment mauvais…

Donc si les roux périssaient prématurément de cancers cutanés, ils n’assureraient plus leur descendance, et ne pourraient donc pas transmettre le gène de la rousseur.

La rousseur se manifeste chez les humains possédant deux exemplaires d’un gène récessif sur le chromosome 16, qui provoque une mutation de la protéine MC1R. La rousseur varie du bordeaux à l’orange vif, en passant par la couleur cuivrée. Elle est caractérisée par de fortes concentrations du pigment roux phéomélanine et des concentrations assez faibles du pigment sombre eumélanine. La rousseur est associée à une couleur pâle de la peau, une couleur des yeux plus claire (yeux gris, bleus, verts et bruns), des taches de rousseur, ainsi qu’une sensibilité aux rayonnements ultraviolets.

Mais voila ce qui cloche : le réchauffement climatique n’est pas une accélération soudaine de l’activité solaire, le réchauffement climatique est causé par les gaz à effet de serre qui retiennent la chaleur. Pour être clair, le réchauffement climatique ne va pas frapper exclusivement les roux pour les faire mourir et les empêcher d’avoir une descendance…

Depuis la fin de la dernière ère glaciaire il y a plusieurs millénaires, le réchauffement climatique naturel qui s’est ensuivi n’a pas provoqué la disparition des roux. Les roux représentent actuellement approximativement 1% à 2% de la population humaine, soit environ 70 à 140 millions d’individus roux.

L’idée selon laquelle les roux seraient menacés par le réchauffement climatique montre que l’auteur de cette idée ne connaît pas bien les mécanismes du réchauffement climatique. Il ne faut pas confondre en effet le RC, le rayonnement solaire et le trou dans l’ozone.

Et l’idée selon laquelle le gène des roux serait menacé montre une méconnaissance de la théorie de l’évolution…

Donc là on a vu le manque de crédibilité des allégations sur les roux. On va se renseigner maintenant sur l’origine de la diffusion de l’info… euh… de l’intox plutôt. Pour cela, on fait un petit tour sur le Wikipedia anglophone qui, fort souvent, est mieux documenté que le Wikipedia francophone qui reste un peu trop brouillon.

Voila ce que j’ai trouvé, c’est intéressant, je l’ai traduit depuis l’anglais :

L’auteur (A. Moffat) qui a initié l’info selon laquelle les roux sont menacés par le RC est le chef exécutif de la compagnie BritainsDNA, qui fait des analyses génétiques de l’ADN mitochondrial et de l’ADN chromosomique du chromosome Y de clients qui sont intéressés par leur ascendance. L’auteur a notamment déclaré des choses inexactes : eue la société ait découvert le « petit-fils » d’Ève, et que 97% des hommes nommés Cohen ont un marqueur génétique commun. Ces déclarations ont été par la suite rétractées par le scientifique en chef de BritainsDNA. Dans le même temps, deux généticiens de l’University College de Londres, David Balding, et Mark Thomas, ainsi que d’autres collègues d’UCL, se sont attaqués à ces deux déclarations et aux entreprises de génétique ancestrale générale. Thomas en particulier a suggéré que l’ensemble du champ d’interprétation de la phylogéographie, sur laquelle est fondé beaucoup de ces tests génétiques, n’a aucune base scientifique et est un peu plus que l’astrologie génétique. Cependant, Martin Richards, professeur d’archéogénétique à l’Université de Huddersfield, et Vincent Macaulay, lecteur de statistiques de l’Université de Glasgow, ont contesté ces allégations.

Peu de temps après l’interview sur le BBC Today Programme, Balding et Thomas ont écrit une série de courriels à Moffat et ses partenaires d’affaires. Le contenu des messages n’a jamais été publié et est contesté entre les différentes parties. Cependant, il est connu que Moffat a écrit au recteur de l’UCL à tenter d’obtenir Thomas et Balding se rétracter les observations faites dans ces communications et que Moffat a publié une menace de poursuivre en justice si elles ont été répétées. Balding et Thomas ont allégué que ces menaces ont été faites pour faire taire leurs critiques sous-jacentes de la science. Moffat et ses partenaires d’affaires affirment que Thomas et Balding font une série de commentaires très diffamatoires sans que cela ne nuisait à leur liberté académique.

 

Source : http://en.wikipedia.org/wiki/Alistair_Moffat

Autres constats intéressants :

  • Britains DNA est-il un organisme de recherche scientifique sur la génétique ? Non, c’est un groupe de sociétés commerciales qui fournissent des tests ADN d’ascendance.
  • L’auteur à l’origine de l’intox sur les roux menacés par le RC est-il généticien ? Je ne le sais pas. Mais ce que j’ai trouvé, c’est qu’il est écrivain, journaliste, et serait diplômé en Histoire médiévale à l’Université de St Andrews, université dans laquelle il est devenu recteur…
  • Les roux menacés par le RC, une découverte scientifique ? Non, c’est du marketing et de la pub…
  • «Ève» fait référence à la première femme biblique… Utiliser ce mythe est inapproprié en science.
  • En ce qui concerne l’ascendance Cohen, par exemple, il ne faut pas oublier que la pratique d’une religion est un fait culturel et social, et non un fait exclusivement génétique. Un croyant qui devient athée, par exemple, ce n’est pas dû à une mutation génétique, mais à un choix. La génétique n’explique pas tout, par exemple nous ignorons s’il existe un gène « gay » spécifiquement lié à l’orientation sexuelle.

 

Alors, pourquoi beaucoup de médias relaient l’intox selon laquelle le réchauffement climatique nuirait aux roux ? Ils n’évaluent pas les sources… Puis ça les arrange bien de vendre du vent.

Peu de journalistes émettent un point de vue critique, et parmi eux, le journal Le Point reprend le même titre, mais sous le mode négatif : http://www.lepoint.fr/environnement/non-les-roux-ne-vont-pas-disparaitre-a-cause-du-changement-climatique-09-07-2014-1844817_1927.php

En sous-titre dans l’article du Point : «Les généticiens ne savent pas s’ils doivent rire ou pleurer de cette hypothèse « scientifique » relayée par le journal britannique « The Independent« ».
On a déjà vu nombre d’âneries sur les conséquences possibles d’un réchauffement climatique, on a déjà atteint le summum de la bêtise. Certains journalistes déforment beaucoup ce que disent les spécialistes en climatologie, allant même jusqu’à inventer des « découvertes ». À force de prendre les lecteurs pour des crédules, cela finit plutôt par les rendre méfiants et agacés.

La disparition du gène roux ? Foutaises ! Les femmes rousses sont si jolies, la rousseur c’est ce que je préfère chez une femme. Les hommes ne se lasseront jamais de courtiser les rousses. Dans ce contexte de séduction et de fascination, le gène roux ne risque pas de disparaître…  😉

 

Attention, c’est assez cru ci-dessous. 😉

Au fait, saviez-vous qu’à force de croire trop de bêtises, le cerveau se liquéfiait peu à peu ? Chaque fois qu’on croit une ânerie, le cerveau se met à fondre de façon irréversible, ça dégouline par les narines, la bouche et les oreilles. Certains malades qui sont atteints de ce mal ont même pris la précaution de s’enfoncer un bouchon de champagne dans leur postérieur… Vous m’avez crû ? Ah ah ah. Attention, vous avez le nez qui coule… ou la queue qui pleure…

 

iconlol

Mise à jour du 21/07/2014 :

 

Vu dans un magazine TV :

1245

 

Une journaliste a parlé de cette pseudo-découverte qu’est la disparition des roux à cause du réchauffement climatique.

«Si l’on en croit des «chasseurs» écossais» ? Des chercheurs plutôt, non ? Puis leur institut n’est pas un organisme de recherche mais une société commerciale qui vend un service (analyse génétique).

Avant de relayer une info, mieux vaut évaluer sa véracité d’abord…

 

 

 

 

© 2014 John Philip C. Manson

Advertisements