Deux exoplanètes qui provoquèrent l’enthousiasme… n’existent pas.

Information sensationnelle : des exoplanètes qui avaient enthousiasmé les astronomes et excité l’imaginaire des journalistes…  n’existent pas !

Quand je disais qu’il fallait rester prudent et y aller avec des pincettes : https://jpcmanson.wordpress.com/2012/06/04/seti-et-la-vie-autour-de-gliese-581/

lol-029

Autre précision dans cet article :  http://www.franceinfo.fr/emission/du-cote-des-etoiles/2014-ete/drame-dans-le-cosmos-une-planete-habitee-disparait-07-05-2014-11-13 dont je cite un paragraphe qui résume le contexte : «L’important n’est d’ailleurs pas là, dans cette réfutation. La science fonctionne comme cela, de découvertes en découvertes, souvent infirmées. Ce qui est inadmissible, c’est la dérive dans le discours – qu’il soit initié par les chercheurs eux-mêmes, dans le cas de Vogt, ou par les services de communication des institutions de recherche, que la découverte d’une « planète sœur de la Terre » propulse quelques jours au top des connections internet. Divaguer, comme hélas c’est de plus en plus souvent le cas, sur le type d’habitabilité de telle ou telle planète, en fonction de sa distance à son étoile, de sa masse, de son diamètre – toutes valeurs le plus souvent inconnues, ou grossièrement approchées, entre parenthèses – en fonction de l’éventuelle composition chimique de son éventuelle atmosphère, de la température éventuelle de cette éventuelle atmosphère, et du taux éventuel de salinité de son éventuel océan, est parfaitement ridicule quand on sait, que l’on ne sait rien de ces astres, lorsqu’ils existent réellement.»  Suite à ce paragraphe de France Info est fait une critique du mode de communication scientifique des chercheurs.

 

Puis à propos de canular scientifique, j’ai lu cette page : http://fr.wikipedia.org/wiki/X/2006_B1 Il est en effet peu crédible de découvrir une comète à faible magnitude apparente selon le contexte qui a été narré par Wikipedia : mes vérifications montrent que la constellation d’Orion (vue depuis le département du Nord, en France) le 23 janvier 2006 à 22 heures était située au sud du point d’observation, à une altitude angulaire d’environ 30° au-dessus de l’horizon. Observer une comète peu visible est impossible à cause de la pollution lumineuse nocturne du lieu d’observation, notamment à cause de la lumière générée par la ville de Cambrai, située carrément dans la zone d’observation présumée. De même pour la ville de Sin le Noble, toute proche de Douai. De plus, la région est animée par un trafic aérien (via des aéroports) entre Lille, Amiens et Valenciennes.

 

© 2014 John Philip C. Manson

 

Publicités