QI et probabilités

À la base, le QI est un concept statistique qui sert à dépister les enfants en âge scolaire qui sont en retard scolaire par rapport à la moyenne. C’est-à-dire que pour un individu quelconque, l’on définit un âge mental de développement par rapport à l’âge physique. Bien qu’initialement intéressant en tant qu’outil psychométrique, le QI est un concept qui a dérivé ensuite dans la recherche de «petits génies», et qui a surtout été transposé pour l’usage à des personnes adultes où le concept de QI perd son sens. C’est-à-dire qu’il est peu crédible qu’un quinquagénaire par exemple soit encore en développement cérébral au même degré qu’un enfant et donc soit équivalent à un enfant en pleine croissance et en plein éveil.

 

La question à se poser est la suivante : le QI d’un humain est-il sans limite ou en a t-il une ? Tout est affaire de nombre de cas probables sur l’ensemble de la population humaine.

La loi normale dans le concept du QI se base sur un QI moyen de 100, avec un écart-type de 15.

Par exemple, il y aurait 2,3% des individus qui ont un QI supérieur ou égal à 130.

Considérons ensuite l’hypothèse d’un cas humain unique, le «génie» vivant ultime, qui existerait parmi 7 milliards d’humains. Comme nous connaissons par définition la probabilité d’un tel cas (1 individu sur 7 milliards), quel peut bien être son QI ?

L’intégrale de la fonction normale de Gauss dans l’intervalle [x; infini] où x est la grandeur du QI à évaluer devra donc être égale à 1 sur 7 milliards. La valeur x correspondante, en l’arrondissant à l’entier le plus proche, vaut 195.

Ainsi, un être humain contemporain et unique parmi la population aura un QI maximum de 195. Un QI supérieur à 195 implique une probabilité inférieure à 1 cas sur 7 milliards. Le QI maximum vaut 200 si l’on considère qu’il existe un humain unique sur les 75 milliards d’humains qui nous ont précédé et qui n’existent plus. C’est-à-dire un cas unique tous les 150 000 à 200 000 ans environ…

Par conséquent, il est logique de considérer qu’il est peu probable de rencontrer un individu dont le QI est supérieur à 200. Il est même quantitativement bien plus probable de gagner le gros pactole à des jeux de hasard, comme le Loto ou Euromillions que de rencontrer un… un extraterrestre… dont le QI est de 200. Sauf peut-être si on arrive à le recruter sur Internet (à condition que l’individu existe !).

iconlol

Un QI de 200 correspond à quoi ? Cela équivaut à un enfant âgé de 10 ans et qui a un diplôme de Bac +2 (âge mental de 20 ans). Cela équivaut aussi à un ado de 13 ans qui a obtenu un doctorat (âge mental de 26 ans).

Mais le QI des personnes devenus adultes ne signifient plus grand chose : les tests de QI pour adultes ça équivaut plutôt à jouer au Sudoku, un simple sport cérébral pour le fun et non une évaluation sérieuse. De plus, les tests de QI sont centrés sur la logique, la mémoire, quelques connaissances culturelles et l’aptitude visuo-spatiale, mais pas la créativité artistique (les artistes ne sont pas débiles mais les tests de QI s’en foutent) ni l’aptitude à l’esprit critique (un mec très instruit mais néanmoins crédule n’est pas vraiment intelligent mais les tests de QI s’en foutent…), ni même le comportement social. Bref, le concept de QI, non seulement inadapté quand il est appliqué aux adultes, ne considère pas la nature humaine dans la globalité de ses facultés.

Les tests de QI ? Ils mesurent l’égo. Tout est vanité…

iconlol

© 2014 John Philip C. Manson

 

Advertisements