La honte de l’Europe : la faute à la crise, aux politiciens ? Non, la faute à nous…

 

L’avènement de l’Union européenne nous laisse eurosceptiques et blasés, et avec l’agacement que les bureaucrates veulent nous forcer à accepter un élargissement de l’Union et l’adoption d’une Constitution européenne dont on ne veut pas, le renoncement à l’Union européenne passe malheureusement par la tentation du pire lors des récentes élections. À l’échelle nationale, les élus semblent ne rien pouvoir faire pour apporter des solutions contre la crise, le chômage et la délocalisation massive et la fermeture des usines, on dirait que seul Bruxelles décide… Je comprends le ras-le-bol des gens. Mais la politique ne consiste pourtant pas à élire un Messie qui sortira le peuple du merdier… On ne peut compter que sur nous-mêmes, pas sur les beaux discours et les belles promesses politiciennes. La politique consiste à séduire et à mentir, elle cherche à influencer, pas à résoudre.

Mais pourtant, à la vue des résultats des élections européennes, on est frappé d’inquiétude… Mieux vaut prévenir que guérir… On ne sait pas ce qui arrivera ensuite.

Quels scores électoraux aurions-nous obtenu si les abstentionnistes avaient voté ?… L’abstentionnisme est un droit, c’est même le premier parti de France, mais le vote en plus d’être un droit est aussi un devoir civique. De plus, près de 500 000 votes blancs en France ont marqué les récentes élections européennes.

Malgré un score alarmant en France à l’issue des élections européennes de 2014, il convient de se poser des questions sur l’Union européenne.

  • qu’est-ce que concrètement l’Union européenne nous a apporté de positif ?
  • que vaut une institution dont la commission se compose de membres non-élus ?

Intéressant :  http://blogs.mediapart.fr/blog/florian-couveinhes-matsumoto/260514/le-parlement-europeen-est-il-un-vrai-parlement

Un Parlement, tel le parlement français, est un organe politique composé de représentants élus et qui débattent de projets de lois. Toutefois, la similitude s’arrête en ce qui concerne le Parlement européen. Je cite un extrait : «le Parlement européen n’a le pouvoir juridique, ni de proposer des règlements ou des directives (les principales règles de l’Union), ni de les adopter seul. C’est la Commission – un organe non-élu, chargé d’imposer coûte que coûte des traités conclus antérieurement entre les seuls exécutifs des Etats membres – qui propose tous les textes, et leur adoption ne peut se faire, dans pratiquement tous les cas, qu’avec l’aval d’un Conseil composé des représentants des 28 Etats. Que peut alors faire le Parlement s’il ne peut ni proposer ni adopter lui-même les textes ? Bloquer leur adoption ? Dans la plupart des cas, même pas !»

C’est clair, il faut réformer l’Europe, il faut une autre Europe, une Europe plus démocratique, qui soit en phase avec le peuple européen.

L’Europe est un échec, mais en France les urnes nous livrent un remède pire que le mal…

De fausses solutions et de vrais problèmes.

 

 

08/06/2014 :   ayant lu mon présent article, le Dr Goulu attire mon attention sur la fin de son article http://www.drgoulu.com/2014/05/28/trop-plein-de-mai/, à propos de l’indice de lisibilité de certains textes, c’est très intéressant : on y découvre que les directives européennes semblent ne pas être conçues pour être comprises…

 

© 2014 John Philip C. Manson

 

 

Publicités