Vérification d’une citation

  • « Un sondage a montré que 65 % des Français croyaient que le réchauffement de la planète était dû aux centrales nucléaires : en fait la contribution du nucléaire au réchauffement de la planète compte tout simplement pour zéro. En d’autres termes, on peut prendre une population relativement évoluée et lui bourrer le crâne à un degré incroyable. Si on veut faire quelque chose, il faut donc s’occuper d’éducation. »

    • Les Limites de l’humain, Jean Pierre Dupuy, Michel Serres, Henri Atlan, Monique Canto-Sperber, Roland Omnès, Georges Charpak, éd. L’Âge d’homme, 2004, p. 81

 

Introduction

Cette citation de Georges Charpak est vérifiable par le calcul. Si les Français savaient compter, ils concluraient que le réchauffement de l’atmosphère terrestre n’est certainement pas dû aux centrales nucléaires. En effet, quelques multiplications et divisions parviennent à la conclusion, en moins de 10 opérations.

Données de base

L’énergie nucléaire a produit 2518 TWh d’électricité en 2011 dans le monde, soit 13,5% de la production mondiale d’électricité. (http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89nergie_nucl%C3%A9aire#Centrales_nucl.C3.A9airesPar définition, 1 TWh équivaut à 1000 GWh, ou à 1 million de MWh, ou à 1 milliard de kWh. Et 1 kWh équivaut à une énergie de 3 600 000 J. Et 1 W équivaut à 1 J par seconde.

Calculs

Ainsi, 2518 TWh correspondent à 9,06 × 10¹⁸ J (donc 9 milliards de milliards de joules) produits en une année. Cela correspond à 287,25 GW de puissance moyenne environ. Cette puissance moyenne, qui est aussi l’effet Joule, rapportée à la surface terrestre, équivaut à un forçage radiatif de 0,00056 W/m². Ce forçage radiatif dû à l’effet Joule causé uniquement par l’exploitation de l’énergie nucléaire mondiale correspond à une élévation de température moyenne de 0,0001°C environ. Ce qui est négligeable en comparaison avec un forçage radiatif moyen de 3,27 W/m² qui équivaut à une élévation thermique d’environ 0,6°C sur un siècle. Puis même en tenant compte de la chaleur de la vapeur qui actionne les turbines des réacteurs pour produire l’électricité, le résultat reste aussi négligeable.

C’est clair, les centrales nucléaires dans le monde ne sont pas la cause du réchauffement de l’atmosphère terrestre.

Mais les essais nucléaires aériens ? Et le trafic aérien quotidien intensif des avions de ligne ? C’est à vérifier.

© 2014 John Philip C. Manson

 

 

 

Publicités