Le déclin des abeilles

Une étude qui a coûté 3 millions d’euros montre un rapport faisant état de la surmortalité des abeilles, sans même en évoquer les causes, sans faire de comparaison entre la surmortalité et la proximité des champs traités aux pesticides. Pourquoi cette omission ?

En effet, aucune mesure de pesticides n’a été faite dans les ruches analysées. Un point qui suscite des critiques acerbes dans la communauté scientifique : « Cette étude est un peu étrange, ironise l’apidologue David Goulson, professeur à l’université du Sussex (Royaume-Uni). Ils dépensent plus de 3 millions d’euros pour étudier la santé de l’abeille et ne mentionnent même pas le mot “pesticide” ! »

Ce genre d’étude ne repose pas sur une méthode scientifique, mais une méthode politique. J’ai peur que l’espèce que sont les abeilles risque de s’éteindre avant même que les politiciens prennent enfin une décision.

C’est absolument scandaleux !

 

Au Canada, les abeilles meurent aussi, mais la réalité de la toxicité des pesticides est néanmoins évoquée :  http://www.vegactu.com/actualite/linsecticide-neonicotinoide-responsable-de-la-disparition-des-abeilles-14381/

 

bee

© 2014 John Philip C. Manson

 

 

Publicités