Le gobiez-vous ? (suite)

  • Ceci est la suite de l’analyse du thème «Le saviez-vous».

Ce matin, en ouvrant la page Facebook, je tombe sur ça :

rabbitearless

Les dangers de la radioactivité sont un fait. Cela dépend à quelle dose. Mais l’histoire de lapins sans oreilles, c’est à vérifier.

Des mutations génétiques à cause de la radioactivité, c’est possible, mais on doit avoir quand même la garantie que certaines rumeurs soient fondées, et les vérifier au cas par cas.

A t-on retrouvé réellement des lapins sans oreilles au Japon ? C’est ce que l’on va voir.

Affirmer sans preuves que des lapins sans oreilles sont nés au Japon et que leur particularité physique soit associée à la radioactivité de Fukushima,  ça fait vendre, mais c’est de la désinformation, c’est de la malhonnêteté.

De plus, l’image ci-dessus parle de lapins sans oreilles (lapins, au pluriel) alors que le buzz parle d’un seul lapin.

Loin de moi la volonté de nier quoi que ce soit à propos des dangers de la radioactivité. Il suffit de se renseigner sur la catastrophe de Tchernobyl (1986) et de constater des faits réels de malformations chez les enfants (comme le spina bifida, le tératome, la microcéphalie, la microphtalmie ainsi que des maladies de la thyroïde) dues à la radioactivité. Si le nucléaire est très rentable pour produire de l’électricité, le risque zéro n’existe pas, il y a un risque qu’une tragédie puisse arriver. Le nucléaire est une énergie temporaire, on ne pourra pas indéfiniment utiliser l’énergie nucléaire, du fait de la fission qui produit des radio-éléments dangereux à longue période, et l’on devra forcément réussir à domestiquer la fusion thermonucléaire de l’hydrogène (qui ne produit pas de déchets radioactifs).

Mais concernant les lapins sans oreilles (et seulement ce cas précis), ils peuvent exister par d’autres causes que ce qui est arrivé au Japon. Une vidéo diffusée sur Youtube ne prouvent rien (c’est là d’où commença le buzz, mais on ne connaît pas sa provenance). Puis ce n’est pas à la presse de «confirmer» ou démentir une info, mais aux scientifiques.

Le nucléaire c’est dangereux, comme on l’a vu à propos des maladies infantiles survenue après la catastrophe de Tchernobyl. Maladies établies à partir de faits. Mais fabriquer un faux lien de causalité entre Fukushima et un lapin sans oreilles (anomalie congénitale naturelle, ou oreilles mangées entre lapins, ou trucage Photoshop, ou a priori des oreilles coupées au cutter…), c’est un procédé malhonnête que l’on ne peut pas cautionner.  

Des lapins sans oreilles, on l’a vu, il y a un cas en Allemagne, un dans le Yorkshire, et un cas dans un lieu indéterminé. Il peut y avoir un cas au Japon selon les mêmes raisons que dans les autres pays. Ce qui peut établir le fait que la radioactivité de Fukushima soit la cause de la malformation, c’est la fréquence statistique par rapport à la moyenne qui fait la différence. En effet, supposons que dans le monde, il y ait un cas pour 10000 qu’un lapin naisse sans oreilles (taux servant d’exemple, on ne connaît pas le taux réel exact). Alors ce n’est pas parce qu’un lapin naisse sans oreilles au Japon que cela signifie directement que la radioactivité est en cause. Si la radioactivité est en cause, alors il faudrait statistiquement et significativement plus d’un cas de lapin sans oreilles pour 10000 lapins (par exemple 30 cas pour 10000, et à condition que ce taux soit en dehors de la marge d’incertitude !). Mais s’il n’existe pas d’écart statistique significatif, on ne prouve rien, et les journalistes comme le public prennent à tort les apparences pour des réalités. Actuellement, aucune comparaison statistique n’a été effectuée, et aussi longtemps que l’on n’étudiera pas les fréquences statistiques des naissances de lapins nés sans oreilles (entre un échantillon proche de Fukushima comparé à d’autres échantillons du reste du monde), on ne saura rien. Mais la rumeur continuera de se répandre…

Un lien de causalité ne s’établit pas au moyen d’au moins un cas observé. Un lien de causalité s’établit par la comparaison entre plusieurs fréquences statistiques, afin de vérifier si deux événements sont liés ou indépendants entre eux.

La science s’appuie sur des faits, pas sur des apparences. Douter n’est pas nier quoi que ce soit, douter c’est vérifier. Le journalisme contemporain ne fonctionne pas sur le critère du doute (et pourtant la charte déontologique du journalisme l’y incite), mais sur le potentiel de diffusion d’un buzz auprès d’un public qui tend à prendre pour vrai tout ce qu’il lit… N’est-ce pas, Cécilia ?  😉

En recherchant des indices plus détaillés sur la rumeur du lapin sans oreilles au Japon, j’ai découvert cet article : http://www.lefigaro.fr/lefigaromagazine/2011/06/18/01006-20110618ARTFIG00579-fukushima-un-lapin-sans-oreilles.php

Je cite : «Un lapin est né sans oreilles le 7 mai dernier dans la ville de Namie située à la lisière de la zone d’exclusion de 30 km autour de la centrale nucléaire de Fukushima. L’éleveur Yuko Sugimoto a dit qu’en dix ans d’activité, c’était la première fois qu’une telle naissance se produisait dans son exploitation. Namie est une des communes où les radiations produites par les réacteurs accidentés sont les plus élevées.»

En me renseignant sur Yuko Sugimoto, on apprend vite que c’est une femme japonaise, et celle-ci avait déjà été médiatisée par une image qui a fait le tour du monde : http://blog.miscellanees.net/public/62938247.jpg http://www.lexpress.fr/pictures/546/279651_la-photo-de-yuko-sugimoto-prise-le-13-mars-2011-a-ishinomaki-juste-apres-le-tsunami-et-qui-a-fait-le-tour-du-monde.jpg http://static2.stuff.co.nz/1330461376/085/6498085.jpg  «Une jeune femme enveloppée dans une couverture, le regard perdu au milieu des ruines de son quartier».

Bizarre comme coïncidence, non ?

© 2013 John Philip C. Manson

Advertisements