Analyse du synopsis d’une émission sur les OVNI

  • Ce présent article est l’épilogue du bêtisier scientifique de l’été.

Voici la photo d’une page d’un magazine TV :

DSC_0156

  • Le rédacteur du texte admet d’emblée l’existence de témoignages fantaisistes sur les OVNI…
  • … mais quand les témoins sont des personnages respectables, notables, experts, spécialistes, etc, ces témoignages deviennent par glissement sémantique des vérités irréfutables, des dogmes… Cette attitude étrange et malhonnête est typique de l’argument d’autorité. Ce procédé est une manipulation de l’opinion publique.

Ce n’est pas parce que des individus sont des spécialistes et des experts que le sujet étudié est forcément la vérité. Des scientifiques eux-mêmes (des « scientifiques » notoires, médiatiques et douteux, dont je ne divulguerai pas le nom) peuvent raconter des conneries énormes, personne ne fait exception. Même le célèbre astrophysicien Arthur Eddington, l’un des physiciens les plus importants du XXe siècle, spécialiste de la question des réactions thermonucléaires de l’hydrogène du soleil, a eu une période difficile dans sa vie à travers une crise mystique qui l’a conduit à écrire une forme de numérologie farfelue. Bref, il avait pété les plombs durant la dernière vingtaine d’années de sa vie, bien qu’auparavant ses travaux scientifiques aient beaucoup contribué à la science…

Ce qui crédibilise les connaissances scientifiques, ce sont les faits eux-mêmes, évalués avec rigueur et objectivité. Mais pas les experts eux-mêmes. Une astrologue célèbre, par exemple, ne rend pas l’astrologie plus vraie.

Suite à ce synopsis analysé, examinons l’avis mentionné : « des témoignages de qualité qui chamboulent les convictions des plus sceptiques »… La conviction est propre aux croyances. Les crédules sont convaincus de ce qu’ils croient. Les sceptiques, eux, n’ont aucune conviction, ils n’ont que des doutes. Les sceptiques demandent à observer des phénomènes et à examiner des preuves matérielles, sachant que les témoignages restent superficiels et ne constituent pas des preuves matérielles. Mais comment avoir une conviction s’il n’y a pas de preuves matérielles à examiner ? Des témoignages ne prouvent rien, même si les témoins sont des célébrités ou des spécialistes. Les faits seuls permettent d’établir l’existence d’un phénomène, pas des affirmations invérifiables.

Deuxième synopsis : « comment croire une personne qui affirme avoir vu des extraterrestres ». Le souci de «croire» revient souvent. Croire n’est pas une attitude rationnelle ni scientifique. De simples témoignages ne peuvent pas constituer des éléments de vérité. La méthode scientifique étudie des indices matériels (s’ils existent), en enquêtant sur le terrain. Des témoignages peuvent aider à orienter l’enquête, mais ils ne peuvent pas constituer l’unique maillon des recherches. Il faut nécessairement des preuves objectives indépendantes de la psychologie des individus. Plus clairement, les témoignages ont la nécessité de pouvoir être réfutables de façon à ce que l’on produise des hypothèses vérifiables auxquelles l’on puisse y répondre par des termes qualitatifs comme piste crédible ou hypothèse réfutée sur la base de données quantitatives objectives (ce que les témoignages ne sont pas). Si l’on ne se basait seulement que sur des témoignages sans prendre la peine de gratter le vernis en profondeur, ça ne servirait à rien, ce serait brasser de l’air et vendre du vent…

 

© 2013 John Philip C. Manson

 

Advertisements