Le bêtisier scientifique de l’été

  • J’ai peu publié dans mon blog ces deux derniers mois mais j’ai préparé ici plusieurs sujets en un seul article pour la rentrée de septembre.

Vu dans un magazine TV :
DSC_0649

La Voix Lactée se dénombre par plus de 200 milliards d’étoiles, mais pas 200 millions.
Ce n’est pas la première fois que je relève cette même erreur. L’émission est une rediffusion, ainsi le synopsis n’aura pas été relu et corrigé depuis trois ans.

De plus, l’âge de 12 milliards d’années est légèrement inexact. D’après un article de Science et Avenir publié en 2004, notre galaxie est âgée de 13,6 milliards d’années –avec une marge d’erreur de 800 millions d’années- d’après les dernières estimations obtenues par une équipe de l’European Southern Observatory (ESO). Le documentaire, lui, date de 2010.

Dernier détail, la nébuleuse d’Orion est à 1344 années-lumière de nous, mais on ne connaît les grandes distances que de façon assez approximative. Diverses sources indiquent une valeur entre 1300 à 1500 années-lumière.

—————————————-

Vu dans un magazine TV :

DSC_0673

« 65% des femmes ont un poids idéal, pourtant 50% d’entre elles essaient de perdre des kilos. »

Donc d’après ces statistiques, 32,5% des femmes en général essaient de maigrir malgré qu’elles aient un poids idéal.
Certains cherchent à minimiser le problème grave qu’est l’anorexie, ils cherchent à relativiser son importance par rapport au problème de l’obésité.

Je ne sais pas combien est exactement le taux d’obésité et de surpoids dans la population, il est peut-être d’une personne sur trois dans les pays industrialisés (à vérifier). Mais on voit que d’après le synopsis du documentaire, maigrir malgré un poids déjà normal concerne un tiers des françaises (soit environ 10 millions 600 mille françaises concernées).
Loin d’être négligeable, l’anorexie est un réel problème de santé publique de fréquence analogue à celui de l’obésité.
Évidemment, il existe plusieurs nuances d’anorexie, entre vouloir perdre quelques kilogrammes et perdre un maximum (dans les cas les plus extrêmes) alors que ce n’est pas justifié. L’incitation à l’anorexie à travers l’abondance de publicités et les codes des canons esthétiques c’est presque aussi grave que l’incitation au suicide…

—————————————–

Vu dans un magazine TV :

DSC_0008

Si le littoral français recule, les barrages peuvent en effet être impliqués. Néanmoins le synopsis du documentaire évoque aussi le changement climatique.
Sous nos latitudes, la dilatation thermique a un impact minime, car le phénomène touche surtout les régions tropicales et équatoriales, là où l’angle d’incidence des rayons du soleil par rapport à la verticale permet une plus grande concentration des rayons, d’où une plus forte chaleur sous les tropiques (en été, le soleil est au zénith à l’un des tropiques).
Si le réchauffement climatique était un des facteurs de recul du littoral français, il aurait dû provoquer l’élévation du niveau de la mer sur l’îlot de Fort Boyard par exemple (qui existe depuis environ 2 siècles), ainsi que toutes les autres îles françaises ayant une faible altitude.
Autre facteur de recul du littoral : l’urbanisation du littoral, et l’exploitation du sable pour les travaux des métiers du bâtiment.
Rappelons que le marnage dû aux marées quotidiennes (plusieurs mètres d’amplitude) est moins négligeable que l’élévation du niveau des mers par
dilatation thermique (3 millimètres par an, en moyenne).
Loin de nier le réchauffement climatique (puisqu’il est un fait), je souligne seulement que les régions tropicales sont surtout concernées par la dilatation thermique par rapport aux régions tempérées et polaires (mais cela n’empêche néanmoins pas les mouvements des masses océaniques chaudes).
Quant à la fonte des glaces, l’élévation du niveau des mers est due à l’eau des glaciers continentaux, tandis que la glace flottante n’élève pas le niveau de la mer en fondant (principe d’Archimède).

Il faut réunir des preuves de l’élévation du niveau de la mer sur le littoral français sur la période des deux derniers siècles. Je n’ai pas de conclusion certaine à ce sujet. Mieux vaut vérifier.

—————————————–

DSC_0064

Je cite : « La Grande Barrière de corail est le seul site visible depuis l’espace avec la Grande Muraille de Chine. »

La muraille de Chine a une largeur de 5 à 7 mètres, est-elle visible depuis l’espace (à plus de 300 km d’altitude) ?
Le pouvoir séparatoire de l’œil humain (sans instrument d’optique comme les jumelles et la lunette astronomique et le téléscope) est de 1 minute d’arc, soit un soixantième de degré, ou 0,000290888 radian. Ainsi, à 300 km d’altitude, il est possible de voir à l’œil nu des structures au sol qui sont larges d’environ 87,3 mètres. Donc on ne peut pas voir à l’œil nu depuis l’espace des murs larges de 5 à 7 mètres situés au sol. La muraille de Chine peut être vue à l’œil nu jusqu’à 17 à 24 km d’altitude maximum.
De plus, le calcul n’est vrai que pour une épaisseur atmosphérique parfaitement limpide, or dans la réalité l’épaisseur de l’atmosphère terrestre altère la lumière et donc l’image des objets situés au sol.

Mais le minimum séparable concerne l’acuité visuelle (sans correction optique, comme des lunettes, des jumelles ou un téléscope) de deux points séparés d’un angle de 1 minute d’arc. Tandis que le minimum visible (le contraste d’une ligne par rapport au paysage) désigne un angle de 0,5 seconde d’arc, ce qui remet en question le calcul précédent.

Avec un angle de 0,5 seconde d’arc, un objet peut être vu 120 fois plus loin qu’un objet vu sous un angle de 1 minute d’arc. Ainsi, la muraille de Chine peut être vue jusqu’à une altitude de 2040 km à 2880 km, ce qui correspond à une orbite relativement basse, et la muraille peut donc vraiment être vue depuis une zone limitée de l’espace à proximité de la Terre. Au-delà de cette altitude, la muraille n’est absolument plus visible, et certainement encore moins depuis la lune.

—————————————–

DSC_0030DSC_0007

enqextra

Retour du paranormal sur une chaîne de TV. On sent que la rentrée approche…

Image DSC_0030 : des phénomènes étranges et mystérieux qui n’en sont pas. Ce folklore est basé sur des témoignages seuls, sans preuves objectives donc sans méthodologie scientifique. On ne peut donc pas parler ici d’avancées scientifiques.
Ici les forces ou énergies telluriques sont une croyance qui est fait passée pour une réalité qui n’existe pas.
La géobiologie (dont le nom est abusivement construit à partir de deux mots savants : géologie et biologie) est une fumisterie n’ayant aucun
rapport avec les sciences et leur méthode.

Image DSC_0007 intitulée « Ils ont vu des OVNIs » : très peu de preuves matérielles (ou plutôt pas du tout) concernant l’existence de la vie extraterrestre
sur Terre, mais beaucoup de masturbation intellectuelle sur le thème récurrent des visiteurs extraterrestres depuis l’après-guerre et la guerre froide.

« Contacts avec des extraterrestres » : témoignages de CROYANCES, mais pas d’apport de preuves objectives vérifiables.

« Prémonition, télépathie, voyance » : un déni et un mépris total des lois des probabilités et des statistiques…
Ainsi, supposons que 15% des français regarde une émission sur les médiums, l’émission ayant une durée d’une heure par exemple. Ensuite,
supposons qu’un «médium» annonce pouvoir griller des ampoules électriques à distance et que durant l’heure dont dure l’émission TV il y ait
effectivement des gens qui appellent au standard téléphonique pour confirmer le phénomène. Or une ampoule électrique à incandescence a une
durée de vie moyenne de 1000 heures, et d’après les lois de probabilités, sur un laps de 1 heure il y aurait environ 9750 ampoules qui grilleront
effectivement parce qu’elles auront atteint leur fin de vie, mais cela n’est dû qu’au seul hasard. Pour qu’il y ait preuve d’un quelconque pouvoir
par télékinésie, il faudrait qu’un médium réalise un score significativement supérieur à celui du hasard. Un effet dû au hasard et abusivement associé
à un pouvoir paranormal fictif, ça s’appelle une fausse causalité, et c’est aussi une escroquerie intellectuelle.

La TV n’informe pas, elle ne fait que vendre du rêve…

Liens internes :

https://jpcmanson.wordpress.com/?s=feng+shui&submit=Recherche
https://jpcmanson.wordpress.com/?s=géobiologie&submit=Recherche
https://jpcmanson.wordpress.com/?s=tellurique&submit=Recherche
https://jpcmanson.wordpress.com/?s=extraterrestre&submit=Recherche

————————————————–

DSC_0077

L’accident, ou plutôt un tsunami qui est la catastrophe naturelle qui a entraîné la tragédie de Fukushima à travers laquelle le nucléaire n’est pas la cause mais la conséquence. Néanmoins, le nucléaire n’est jamais sans risques, il faudrait sortir du nucléaire mais pas sans courir à la faillite économique à travers le développement des énergies renouvelables.

L’avantage du nucléaire c’est sa capacité de production énergétique : pour produire 1 kWh, il ne faut que 3,3 milligrammes d’uranium, tandis qu’il faudra entre 65 et 110 grammes d’hydrocarbures pour produire autant d’énergie.
Malgré ce grand avantage, le nucléaire présente un grand inconvénient en cas de désastre. La sécurité absolue n’existe pas.

Mais peut-on remplacer complètement le nucléaire ?

————————————————–
DSC_0078

Information vraie sur ce nombre d’années mais cela concerne un cas particulier (une reine fourmi en captivité, de l’espèce « Lasius Niger »), et concernant un record de longévité plutôt que l’apparente durée de fécondité de « toutes » les reines fourmis. Renseignements ici : http://fr.wikipedia.org/wiki/Fourmi#Long.C3.A9vit.C3.A9 et voici la référence : Les fourmis: comportement, organisation sociale et évolution. Par Luc Passera, Serge Aron. NRC Research Press, 2005. ISBN 0-660-97021-X, 9780660970219, 480 pages

—————————————————
DSC_0079

D’ici à 2050 les turbulences en avion plus nombreuses ? Sur la base de quels indices et quels faits ?…

Entre 40% et 170% c’est un taux qui laisse une grande marge pour affirmer une prédiction ou son contraire…

© 2013 John Philip C. Manson

Advertisements