Prédire le QI à l’aide d’un test visuel ?

Cela paraît sérieux comme étude, mais il ne faut jamais se résigner à croire à l’infaillibilité des informations. Ne pas se fier aux apparences.

Le recul critique se fait par la recherche du moindre petit détail pouvant remettre l’étude en question.

  • D’une part, en lisant l’article, je remarque l’absence du nombre de volontaires testés. Ce paramètre est pourtant déterminant afin d’évaluer la crédibilité de l’étude. On ne sait pas si les volontaires sont nombreux (des milliers) ou s’ils sont en nombre restreint (quelques dizaines de personnes). Pour évaluation de l’étude, cette donnée est nécessaire. Son absence soulève des interrogations.
  • D’autre part, le concept de QI n’équivaut pas à des grandeurs physiques empiriques et objectives. Il n’existe pas vraiment de définition objective de l’intelligence. Le test de QI, à la base, est un outil statistique de dépistage des cas de retard scolaire par rapport à une moyenne.
  • Un phénomène sensoriel (test visuel) peut-il être lié au QI ? Une corrélation ne signifie pas systématiquement causalité. On devrait réaliser un test similaire avec (par exemple) la taille des individus (les nains, les moyens, les géants) pour voir s’il existe une pseudo-causalité avec le QI. N’importe quel autre paramètre pourrait conduire à des pseudo-découvertes.

Les tests de QI peuvent avoir de faux-positifs : https://jpcmanson.wordpress.com/2013/04/21/les-tests-de-qi-et-le-theoreme-de-bayes/

Sur un seul individu testé, une série de tests de QI peut présenter une marge d’erreur non négligeable : https://jpcmanson.wordpress.com/2012/05/24/experience-statistique-sur-9-tests-de-qi/ En effet, le résultat de 9 tests de QI montre que mon QI est de 126 plus ou moins 11 points de QI. Il existe une incertitude que l’on doit prendre en compte. De mon avis, le concept du QI n’est pas un outil fiable, sans réelle valeur. Au mieux, c’est un indicateur à prendre avec des pincettes (comme l’indice de masse corporelle, IMC, qui est lui-même inadapté aux personnes trapues, géantes, naines, amputées d’un membre ou sportif ayant une importante masse musculaire), et au pire c’est un produit marketing. Outil scientifique ? Je ne le crois pas… J’ai souvent émis un avis critique et acerbe sur le QI : https://jpcmanson.wordpress.com/?s=QI&submit=Rech.

 

  • Autre remarque : le taux de corrélation de plus de 71% (test visuel + QI) correspond justement à peu près au degré de fiabilité des tests de QI eux-mêmes. Ce qui suggèrerait un biais expérimental. De plus, peut-on prouver qu’un test de QI est faux pour un volontaire donné ? Le QI comme outil présente un défaut : il ne satisfait pas au critère de réfutabilité.
  • Dernière remarque : sachant que le QI individuel est défini par rapport à une moyenne statistique, le test visuel se base t-il sur des données quantitatives vérifiables ? En effet, des volontaires décrivent ce qu’ils ont vu lors du test visuel, mais il peut exister des volontaires qui peuvent mentir, mal voir ou répondre au hasard pour des raisons comme la mauvaise vue ou bien par farce.

 

 

Exemple de dérive idéologique et marketing du concept de QI (quand j’avais vu l’image je croyais que son auteur faisait de l’humour, mais en vérifiant il se prenait au sérieux…) :

dog-IQ

Quand je regarde un labrador blond dans les yeux, j’y lis de l’intelligence. Pas dans les yeux de certains idéologues…

Quel est le QI de l’égo d’un mouton ?

  • Et combien est-ce que ça a coûté ?
  • Bêêê !
  • Ah oui, quand même !

iconlol

beee

«Pour être intelligent, c’est facile ; il suffit de penser à une connerie et dire l’inverse.»  (Coluche)

 

© 2013 John Philip C. Manson

 

Publicités