Ce que l’on mange mal, ou quand on ne mange plus…

À travers le journalisme, si j’ai souvent souligné l’analyse critique des données quantitatives, il y a aussi un truc essentiel à prendre en compte : il faut deviner surtout ce que le journalisme s’abstient de raconter, pendant qu’il utilise des mots comme un écran de fumée pour nous empêcher d’aborder d’autres priorités.

Le titre de l’article analysé ici est «L’obésité est un mal mondial en hausse». Derrière ce titre, où est le problème ?

  • L’obésité entraîne des pathologies graves, comme les maladies cardiovasculaires et le risque de cancer. C’est vrai. Je ne le nie pas. C’est un fait.
  • L’anorexie aussi entraîne des pathologies, comme l’aménorrhée, les troubles de la fertilité, la bradycardie, le risque d’accident cardiaque, l’ostéoporose, les anomalies métaboliques, l’insuffisance rénale, la chute de tension artérielle, les malaises, la constipation, et même le décès… Mais ça on en parle moins, alors que le problème est tout aussi sérieux. Les gros sont souvent les cibles de moqueries stupides, ce sont des cibles trop faciles, et on n’entend parler que de l’obésité comme d’un problème général, c’est de l’acharnement.

Y a t-il plus urgent que l’obésité ou du même niveau d’urgence ? Oui.

On me dira que l’anorexie est minoritaire par rapport à l’obésité. C’est vrai. Mais l’anorexie concerne quand même des dizaines de milliers de victimes en France, voire 100 000 à 200 000 personnes dans le pays. C’est moins que l’obésité, mais ce n’est pas rien non plus !

Et j’ajoute que l’obésité est elle-même minoritaire par rapport à l’urgence humanitaire qu’est la famine et le besoin d’eau potable dans le monde.

Parler de l’obésité mondiale, c’est complètement cynique, quand on pense à la sous-nutrition et la famine en Afrique dont personne ne parle… On ne voit que l’obésité comme sujet de préoccupation, et ça devient de l’acharnement contre les personnes grosses qui sont souvent inhumainement traitées avec mépris ou moquerie… Mais concernant la lutte contre la famine dans le monde, où en est-on ? Il y a 2,8 millions d’obèses dans le monde, surtout dans les pays industrialisés. Mais combien de personnes souffrent de la famine dans le monde ? Des centaines de millions, voire 1 ou 2 voire 3 milliards d’humains… Il faut en parler de ça, non ??? Pourquoi donc ne pas en parler ?

Veuillez taper sur Google Images le mot-clé suivant : famine en Afrique. Attention, images choquantes pour les âmes sensibles. Ces images, c’est une réalité quotidienne cent fois ou mille fois plus fréquente que le problème de l’obésité mondiale !

L’acharnement contre l’obésité vire à l’obsession. Même l’actrice indienne Aishwaria Rai est victime du journalisme nauséabond.

Aishwaria, 39 ans, fut miss Monde en 1994. Elle est toujours aussi belle. Ses rondeurs suite à sa maternité ont épanoui sa beauté. Mais des mauvaises langues malveillantes trouvent qu’elle est devenue obèse… Pourtant, Aishwaria est normale là, et très belle, c’est avant qu’elle était un peu trop maigre (certains disent par euphémisme qu’elle était svelte). Elle n’a pas de kilos en trop en 2013, elle a pris en réalité les kilos (20 kg) qui lui manquaient !

Aish

La très belle Aishwaria Rai, en 2013.

Elle, obèse ? Mais ils ont de la merde dans les yeux ou quoi ? Enfin, mais allô quoi… Les méchants préfèrent peut-être personnellement s’amuser avec un squelette au lit, mais ça serait limite de la nécrophilie…

iconlol

Certains voit de la minceur « normale » quand c’est de l’extrême maigreur… Avoir des formes, c’est ça l’état naturel. Il n’y a plus de formes avec la maigreur. Voir les os saillants du bassin, c’est le signe d’une santé mise en danger.
Ne me faites pas croire que c’est sain de mesurer 1,70 m pour 40 ou 50 kg. Et 50 kg pour 1,70 m indice de masse corporelle de 17,3, c’est en-dessous du poids minimum recommandé.
Quand je dis «avoir des formes», je ne parle pas de l’obésité morbide. Les photos d’Aishwaria Rai montre une femme épanouie et belle, avec un poids normal.
C’est regrettable que les publicités aient tant influencé notre génération pour vanter la maigreur, en posant l’anorexie comme critère de « beauté ». Je trouve ça très malsain.

Un déficit de poids est dangereux pour la santé, et plus dangereux qu’un léger surpoids justement. La maigreur n’a rien de sain, et est encore moins esthétique qu’un poids normal. La maigreur c’est en-dessous d’un poids normal, la maigreur n’EST PAS un poids normal.

Aishwaria Rai a un poids normal, elle n’est pas obèse. Et un surpoids est plus harmonieux et plus sain qu’un manque de poids. La santé se maintient dans un équilibre, mais certains confondent la minceur et la maigreur. Voir « Indice de masse corporelle » sur Wikipedia, le tableau montre que 72 kg pour 1,70 m fait partie du poids idéal, je ne l’ai pas inventé. Et un surpoids est considéré en-dessous d’une faible obésité. En-dessous du poids idéal, il y a un danger.
Je parle de maigreur dans le contexte de la santé, on s’en fout de l’esthétique. Pourquoi inventez vos propres critères selon vos croyances, sans tenir compte des critères objectifs des nutritionnistes car c’est sur eux que je me base. Ouvrez les yeux…

L’esthétique a une limite qui est celle des risques pour la santé. Peut-être que les femmes maigres plaisent à certains, mais à maigrir comme elle le font, elles mettent leur santé en péril. C’est comme par exemple trouver qu’une femme qui fume ça fait plus cool, alors que le tabac tue… C’est pareil.
Le diktat de la maigreur ce n’est pas normal.
Puis à propos de Wikipedia, l’IMC n’a pas été inventé par les rédacteurs anonymes de Wikipedia. L’IMC est un indicateur assez répandu dans le milieu médical, il existe de nombreuses sources à ce sujet, bien que l’IMC ne soit pas une référence absolue. Pourquoi les femmes devraient plaire selon des goûts extrêmes (corps décharnés et cadavériques… o_O) ? , mais je ne fais que mettre la priorité à propos de la santé. Les critères esthétiques doivent rester conformes et compatibles avec le bien-être et la santé, sinon c’est quelque chose de malsain. Les privations alimentaires sont dangereuses. L’un des pires comportements que j’ai vu, ce sont des femmes enceintes qui entreprennent un régime : elle encourent un danger pour leur bébé et pour elles-mêmes !

Aishwaria assume ses formes, et elle est belle comme elle est, elle n’a pas à obéir à une norme dangereuse pour la santé, norme qui ressemble plutôt à une dérive idéologique. Aishwaria est belle comme Monica Bellucci, belle comme Renée Zellweger. Elles ont des formes, mais elles n’ont pas atteint le seuil de l’obésité, seuil auquel les risques apparaissent. Vous assimilez le surpoids normal à une obésité morbide, et vous semblez adhérer au diktat de la maigreur qui entraîne des risques réels comme ceux liés à l’obésité.

La beauté féminine, c’est d’abord la SANTÉ, en ayant un poids normal ou en surpoids (formes). Il y a danger en cas de maigreur et en cas d’obésité. La minceur est le poids le plus faible dans la marge d’un poids encore normal. En-dessous, c’est la maigreur en tant que pathologie, et c’est ce que les pubs et les défilés de mode montrent ! La beauté ne consiste pas à se rendre malade pour plaire. Les médias ont réussi à faire passer la maigreur pour une norme, les médias ont endoctriné toute une génération, et ça c’est grave.

Selon les résultats du Centre de contrôle des maladies d’Atlanta aux États-Unis, la mortalité est moindre en cas de surpoids (à ne pas confondre avec l’obésité) qu’en cas de maigreur ou de grande obésité. Le léger excès de graisse en cas de surpoids pourrait jouer un rôle important lors de phases aiguës de maladies, constituant ainsi des réserves que l’organisme peut utiliser. En cas de maigreur, il n’y a plus de réserve de graisse. Référence de l’étude : Katherine M Flegal et al.

En même temps, parler de l’obésité, c’est cynique et hypocrite, comparé à la sous-nutrition et la famine en Afrique dont personne ne parle… L’obésité tue. La famine tue encore plus de monde.

La norme acceptable, c’est avoir un poids équilibré avec une marge, sans aller dans les extrêmes (maigreur ou obésité).

 

Allez, ne t’en fais pas, Aishwaria. Les haineux qui t’embêtent, je les enc… euh, je les méprise.

iconlol

 

© 2013 John Philip C. Manson

Publicités