L’ère numérique et les statistiques

J’ai le temps d’écrire un article aujourd’hui. C’est sur l’informatique. Oui, je sais, c’est inhabituel.

Le sujet présentement concerne Internet et le multimédia. Qui ne s’est pas demandé si une photographie vue dans le web est truquée ou pas ? C’est ce que je vais décrire, et c’est assez intéressant.

Les images téléchargées depuis le web sont des fichiers binaires. Un éditeur hexadécimal peut permettre de visualiser le contenu binaire. Des fichiers binaires, comme les photos, peuvent contenir des métadonnées. Je me suis intéressé à certains mots-clés précis. En général, quand les petits malins truquent des photos, généralement pour enlever la « graisse » des guiboles des femmes ou pour effacer la cellulite (la cellulite n’est pourtant pas une maladie…) pour les rendre trop décharnées (ils sont bizarres les canons de la beauté au XXIe siècle…), ils le font au moyen d’un logiciel de traitement d’image. C’est le cas de Adobe Photoshop ® (sur un système Windows). C’est aussi le cas de GIMP (équivalent à Photoshop ®, mais pour GNU/Linux).

Ainsi, les fichiers images qui contiennent le mot Photoshop ® ou GIMP correspondent à des images qui ont été retraitées numériquement.

En réalisant une expérience d’administration système sous GNU/Linux avec une ligne de commande Bash, j’ai pu établir qu’il existe environ 11 à 13% de photos qui ont été retravaillées avec le logiciel Photoshop ®, et environ 0,76% de photos qui ont été retravaillées avec le logiciel GIMP. Les autres photos (environ 87% du total), sont majoritairement naturelles, mais il peut néanmoins exister d’autres logiciels éditeurs d’images mais ils sont probablement minoritaires.

Mais il arrive que les petits malins suppriment les métadonnées pour cacher le fait que leurs photos ont été truquées. On peut cependant détecter les anomalies d’une photo qui a l’air normale, et cette astuce ne coûte rien, nul besoin d’acheter un logiciel cher pour cela. Je révèle ce secret : je me suis aperçu que, en éditant une image avec GIMP (logiciel libre et gratuit), on peut voir si l’image a été retraitée numériquement, et pour cela, il faut activer la commande « Égaliser » via le menu « Couleurs » puis « Auto ». Ainsi j’ai découvert qu’une photo récente de la chanteuse Miley Cyrus, présentée comme la femme la plus sexy par un magazine, révélait une anomalie qui indiquait qu’il lui manquait environ 1,5 ou 2 cm de chair sur sa frêle anatomie truquée… L’apologie de l’anorexie en amaigrissant artificiellement les « people » avec Photoshop ou GIMP, c’est stupide… Amaigrir les models en vrai l’est encore plus… J’aime les vraies femmes, comme par exemple Jennie Runk (une nouvelle modèle aux belles formes épanouies) dont les photos ne sont pas truquées, elles. Cent pour cent naturelle. Hé hé hé…

na_gif

© 2013 John Philip C. Manson

Advertisements