L’Homme est-il intrinsèquement bon ?

Aujourd’hui, j’aborde une question philosophique. Cela change un peu de la science.

L’Homme est-il intrinsèquement bon ? Qu’est-ce que le bien et le mal ?
C’est à rapprocher du concept de la normalité.Le bien et le normal, c’est lié à un ensemble de normes sociales qui varient selon les cultures.La définition du bien et de la normalité est déterminée par des règles subjectives, pas par rapport à des faits humains.

La normalité, c’est soit un dogme de conformité à une norme morale (dans une société donnée), soit c’est ce qui est statistiquement fréquent. Une norme morale est fixée par la société, c’est un dogme, un préjugé, tandis que la fréquence statistique des comportements naturels est un fait. Voila la différence.  

Obéir à son état naturel, voila une norme naturelle. Être ce que l’on est, voila qui est normal. Les normes sociales sont des codes artificiels, comme le célibat forcé quand on entre en religion par exemple… Même le mariage est une invention humaine, aussi.

C’est notre propre nature qui est la norme. La vraie morale est celle de la nature, la morale a des fondements biologiques. Puisque la morale peut ne pas être religieuse, elle peut être laïque, mais elle peut aussi être naturelle.

L’Homme est ce qu’il est. C’est normal. C’est la nature qui est ainsi. La nature est impartiale, elle n’est ni bonne ni mauvaise.

Théologiquement, c’est l’invention de la morale qui est le péché originel, le fruit défendu. L’arbre de la connaissance du bien et du mal. C’est ça le péché originel. Le péché originel n’est pas basé sur un interdit lié à la sexualité, contrairement à ce que croient certains bigots hypocrites… Le bien et le mal n’est qu’un prétexte pour juger et avoir du pouvoir, pour fondre les gens dans un même moule et les éloigner de leur état naturel animal, pour créer une identité qui n’existe pas, comme si l’Homme était un être sans corps et distinct de l’animal. Mettre des gens dans un moule comme si nous devrions tous être pareils, c’est nier les différences. La norme naturelle, c’est la diversité.

Puis pourquoi se raser la barbe ? Par honte d’être masculin ? La barbe, c’est naturel, c’est bien et c’est normal puisque c’est la nature qui est ainsi, autant la garder…  😉

Bref, ça rejoint un peu les idées de Jean-Jacques Rousseau et l’état de nature.

« Je suis un homme, je suis un homme,
Quoi de plus naturel en somme ! » (chanson de Polnareff)
Mais l’âme et la conscience, données aussi par la nature, ne devraient-elles pas nous élever au dessus des instincts primaires de la nature ? L’Homme est en ce sens mauvais.
Mais élever la conscience au-dessus des instincts naturels, c’est subjectif. Puis l’Homme reste un loup pour l’Homme. Au lieu d’avoir bénéficié de plus de 6000 ans de sagesse, l’humanité retombe en enfance à chaque génération… Élever l’âme au-dessus des instincts est vain.
© 2013 John Philip C. Manson
Publicités