Scandale : un foetus humain pris pour un extraterrestre

Photo ici : https://jpcmanson.files.wordpress.com/2013/04/foetus.png

Un corps d’extraterrestre découvert au Chili ?

Non. Il n’est pas difficile de reconnaître que ce petit corps est celui d’un fœtus humain mort après 15 semaines de grossesse. Sa mère a fait une fausse couche ou a avorté…

La récupération de ce sort tragique par les médias est quelque chose de honteux. Le sensationnalisme n’est plus du journalisme.

«L’extraterrestre» est un fœtus qui a perdu sa chair et qui est réduit à l’état de squelette ou à l’état de momie. Son apparence n’est donc évidemment plus celle qu’il avait lors de la gestation… La moindre des choses pour les sceptiques, c’est de chercher des photos équivalentes à partir de l’hypothèse du fœtus humain. Des photos de squelettes de fœtus humains ? On trouve ce qu’il faut pour notre enquête : des documents à la BNF : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b21000641.planchecontact.f1 et voila des photos de squelettes fœtals au Musée de l’HOMME (je souligne le mot HOMME) : http://www.hominides.com/data/images/illus/musee-homme-paris/squelette-foetus.jpg et ça http://www.elosis.fr/albums/photos/blog/foetus.sized.jpg Convaincant, non ? Il suffisait de comparer avec le patrimoine scientifique réuni dans les musées !!!

L’humanoïde retrouvé dans le désert chilien est bien un fœtus humain de 15 semaines environ (~ 4 mois). En choisissant l’hypothèse la plus simple (le fœtus humain), on trouve plus rapidement la vérité plutôt qu’à croire longtemps à des foutaises cyniques et débiles sur les extraterrestres…

Le vrai journaliste a pour déontologie le respect de la vérité, de vérifier les sources, de rester constamment critique, de suivre l’obligation de rectifier toute information qui se révèle inexacte, et de traiter l’information sans rechercher le sensationnalisme. Il faut se souvenir que l’information, surtout les chiffres, sont faillibles et peuvent toujours contenir toutes sortes de fables, d’inexactitudes ou d’erreurs, et cela vaut la peine de tout analyser. Rien ne doit être épargné, pas même la vulgarisation scientifique qui, elle aussi, peut être sujette à caution à travers ses analogies, ses métaphores, ses faiblesses.

© 2013 John Philip C. Manson

Advertisements