Remarques à propos de quelques couvertures du magazine S et V

Quelques observations à propos de quelques titres aperçus sur des couvertures du magazine S&V. Ce ne sont pas des critiques, mais c’est une prise d’un certain recul par rapport à certains titres.

  • Couverture du n° d’octobre 2011 :  en couverture, le boson de Higgs est désigné sous le surnom de « particule de Dieu ». Le professeur Higgs lui-même en a marre de cette appellation antiscientifique : https://jpcmanson.wordpress.com/2013/02/26/le-boson-de-higgs-annoncerait-il-la-fin-de-lunivers/
  • Couverture du n° de novembre 2011 : l’image principale de la couverture représente des atomes selon un modèle planétaire, avec des électrons sphériques bien visibles, ce qui est en contradiction avec les réalités de la physique quantique. En effet, on ne parle pas d’électrons sphériques ni même ponctuels, mais de nuage électronique où les électrons ont une position et une vitesse probabilistes. Hey ! La physique a évolué depuis le modèle planétaire atomique de Rutherford ! Ensuite, un autre titre (le titre principal) dit ceci : «Nucléaire. Sans uranium c’est possible, plus sûr, plus propre et pourtant ignoré depuis 50 ans». S’il s’agit du MOX, c’est 93% d’uranium pour 7% de plutonium très radioactif. Affirmer que c’est « propre » et plus « sûr », c’est gonflé… À moins qu’il s’agisse de la filière du thorium, lequel a moins d’inconvénients que l’uranium.
  • Couverture du n° de décembre 2011 :  «Dinosaure, mammouth, Néandertal, Ils peuvent revivre, le génie génétique au bord de l’exploit». Non, il est impossible de ressusciter les dinosaures, et peut-être pas non plus les mammouths ni les Néandertaliens, c’est démenti par la période de demi-vie de la dégradation de l’ADN : https://jpcmanson.wordpress.com/2013/05/01/peut-on-ramener-les-dinosaures-a-la-vie-par-clonage/
  • Couverture du n° de février 2012 :  «Dépression, Schizophrénie, Alzheimer, Autisme, La faute aux microbes, les maladies du cerveau auraient une origine infectieuse»… Bien qu’il existe des maladies cérébrales infectieuses comme les méningites, ce titre fait le déni des facteurs dus à la génétique et à la pollution par une généralisation injustifiée…
  • Couverture du n° de mars 2012 :  «Avant le temps, en dehors de notre univers, les premiers signes de l’Au-Delà, les physiciens commencent à les décrypter». Titre racoleur ahurissant ! Le titre n’a rien à voir avec le contenu du dossier, il s’agit finalement de cosmologie, via la mission Planck. Cependant, parler «d’avant le temps» est erroné dans la mesure où le satellite Planck a capté le jeune univers âgé de 380 000 ans, donc bien après le Big Bang, pas pendant ni avant. Puis il y est aussi question d’univers parallèles : l’hypothèse est-elle épistémologiquement réfutable ? Et puis parler de «signes de l’Au-Delà», c’est un titre complètement inapproprié pour parler de cosmologie ! Et quand un physicien sort une phrase comme « Planck est notre meilleure chance d’accéder à des univers parallèles », je me demande comment on va s’y prendre pour tester l’hypothèse des univers parallèles. Ah oui, gros problème aussi : les blogs de médiums et d’adeptes du paranormal se servent de ce n° de S&V pour cautionner leurs croyances en l’Au-Delà, je me suis aperçu de ça en me renseignant sur le web à propos de ce n° de S&V. C’est ballot… À défaut de former les lecteurs à l’esprit critique, on les renforce dans leurs croyances…
  • Couverture du n° d’avril 2012 : «Les tests de QI le disent : l’intelligence humaine en panne.»… C’est l’esprit critique qui est vraisemblablement en panne. Le concept de QI est pseudo-scientifique, et il existe même des faux positifs. Scientifiquement, peut-on réfuter un test de QI si celui-ci est faux ? Puis l’intelligence n’est pas clairement définie, on ne sait pas vraiment ce que mesure le QI… Selon moi, ce qui discrédite aussi le QI, c’est l’absence de questions basées sur l’évaluation du discernement critique dans les tests de QI.
  • Couverture du n° de mai 2012 :  «Magnétisme, nous avons bien un sixième sens»… J’avais acheté ce numéro, et j’ai pu rédiger une critique complète dans le lien suivant : https://jpcmanson.wordpress.com/2012/04/27/analyse-de-sv-n1136-de-mai-2012/
  • Couverture du n° de juin 2012 : «Mégaséismes à répétitions, la Terre est-elle devenue folle ?»… Alarmisme infondé. Les séismes sont sans lien avec le réchauffement climatique. Il n’y a pas de raisons que l’activité sismique accélère. Les séismes sont des événements que l’on ne peut pas prédire. C’est a priori aléatoire. Il peut y avoir des périodes plus calmes comme il peut y avoir une fausse loi des séries. C’est comme en jouant à pile ou face, on peut avoir une série alternée de piles et de faces comme on peut avoir une série longue de piles (ou de faces). «Jeûne, ses bienfaits enfin prouvés»… Sauf en cas de maladie, où le risque de carences alimentaires peut être grave… Selon les nutritionnistes, il convient de manger équilibré, sans excès de graisse, de sucré ni de salé, et de faire du sport. Je cite : «La pratique du jeûne à des buts thérapeutiques est sujet à controverses. Certains spécialistes de la santé dénoncent un danger pour la santé ou en tout cas conseillent vivement de ne le pratiquer qu’avec l’assistance et la surveillance d’un médecin ou d’un nutritionniste. […] La privation de nourriture possède des limites réelles. L’organisme humain, jeune et en bonne santé, peut supporter un jeûne complet, mais n’excluant pas la prise de boisson […] Le jeûne n’est pas du tout conseillé aux personnes diabétiques traitées à l’insuline, en mauvais état mental, atteintes de maladies rénales, de tuberculose, cardiaques ou hépatiques ainsi qu’aux femmes enceintes et enfants.»  http://www.regimesmaigrir.com/regimes/jeune-avantages-inconvenients.php
  • Couverture du n° d’août 2012 : «Les scientifiques en sont convaincus, nous ne sommes pas seuls»… Je rétorque par une citation d’Isaac Newton : la conviction n’est le fruit que de la PREUVE. A t-on des preuves ? Non, aucune.
  • Couverture du n° de septembre 2012 : «Temps, matière et espace, les 150 choses à savoir» : dans la liste de 7 théories énumérées en bas à droite de la couverture, les deux dernières sont épistémologiquement discutables. En effet, la théorie des univers parallèles pourrait être invérifiable empiriquement, tandis que la théorie des cordes est, pour l’instant, un ensemble d’hypothèses à tester. En revanche, les autres théories scientifiques (Big Bang, boson de Higgs, physique quantique et relativité générale) sont étayées par des preuves expérimentales ou observationnelles.
  • Couverture du n° d’octobre 2012 : «Bientôt des prévisions météo à 10 ans »… Déjà qu’au-delà de 8 jours c’est à prendre avec des pincettes. Il y a un futurisme météorologique qui se complaît dans des certitudes qui contredisent la théorie du chaos. « Des neurones capables de modifier leur ADN »… Ça se discute… «Nitrates bons pour la santé»… Euh, je cite «Les nitrates peuvent être responsables de la méthémoglobinémie chez les nourrissons de moins de 6 mois. Cette maladie résulte de la réaction des nitrites avec l’hémoglobine du sang, empêchant celui-ci de transporter l’oxygène des poumons vers le reste du corps.» (http://www.unifa.fr/sante-a-alimentation/nitrates-a-sante.html) Ensuite, je cite «Les nitrates, comme les phosphates sont de puissants eutrophisants, et en tant que tels considérés comme des polluants de l’environnement au delà des doses normalement trouvées dans la nature, qui varient selon les types d’habitats naturels.». Mais aussi : «les nitrates font partie des perturbateurs endocriniens en tant que molécules « goitrogènes ». Les nitrates interagissent en effet avec la thyroïde en freinant la capacité de cette glande à capter l’iode qui lui est nécessaire, comme le font les thiocyanates et plus encore les perchlorates, molécules avec lesquelles les nitrates peuvent développer des effets cumulatifs ou synergiques». (http://fr.wikipedia.org/wiki/Nitrate). Bons pour la santé, vous dites ?…
  • Couverture du n° de novembre 2012 : «Matière, climat, conscience : la formule qui décrypte le monde, elle révolutionne toutes les sciences»… Après enquête, je découvre qu’il s’agit de la formule de Bayes. Coïncidence ou pas, je l’ai utilisé aujourd’hui même, dans un de mes articles précédents. C’est une formule qui s’applique aux phénomènes probabilistes et statistiques. D’ailleurs, on devrait appliquer le théorème de Bayes pour évaluer la crédibilité des prédictions météo. «S’appliquant à n’importe quel phénomène, elle produit des résultats, livre des découvertes, établit des vérités. Mieux : des neurologues y voient la clé de notre façon de penser», d’après S&V. Il ne faut pas exagérer. La science n’est pas une quête idéologique de vérités, mais une élimination patiente d’hypothèses fausses (voir mes deux articles « Sur le consensus scientifique »). Mais la formule de Bayes peut servir à démystifier efficacement nos intuitions qui nous induisaient en erreur, voila la vraie puissance des formules.
  • Couverture de décembre 2012 : «Le médicament qui protège de tout»… La panacée est une croyance, et c’est souvent donner de faux espoirs aux malades. Un tel titre optimiste est risqué. L’affaire du Mediator, ça a laissé un froid… «Le boson de Higgs annoncerait-il l’apocalypse ?»… Sous cette forme, ce titre est inepte et manque de neutralité, je n’aime pas cette méthode de vulgarisation, même si la phrase n’est pas sous forme affirmative, et même si c’est pour attirer les peureux pour les inciter à lire un texte finalement plus sceptique. C’est à cause de titres racoleurs en couverture que je ne lis plus ce magazine depuis 2 ou 3 ans (cela ne regarde que moi).
  • Couverture de janvier 2013 : «On sait recréer l’univers : trou noir, étoile, planète»… Affirmation bien prétentieuse. Ben voyons, si ma tante en avait, je l’appellerais mon oncle… En science, il reste pourtant des énigmes à résoudre. Tout savoir, voila une prétention contraire aux bases épistémologiques. La science consiste à éliminer les hypothèses superficielles, les théories sont faillibles. La science c’est semblable à une enquête policière : on vérifie les alibis, on élimine les innocents de la liste des suspects jusqu’à ce qu’on trouve le coupable présumé, on procède par élimination. Mais la science ne consiste pas à dire comme le ferait un policier : «je sais tout, absolument tout, les crimes n’ont plus de secrets !» La caractéristique de la science, c’est le doute, pas les savoirs. Les théories scientifiques sont faillibles, donc perfectibles. Les ériger en vérités, c’est les instituer en dogmes. La science n’est pas cela. Recréer l’univers, actuellement, se résume à reproduire les conditions APRÈS le Big Bang (la technologie est insuffisante pour reproduire l’instant de Planck) par des expériences de collisions de quelques particules dans un accélérateur (ce qui représente une infime fraction de l’univers observable). Recréer un trou noir ? Peut-être sur papier selon la théorie de la relativité générale, mais pas in vitro
  • Couverture de février 2013 :  «Noyau atomique, on sait à quoi il ressemble»… On ne peut pas voir un noyau atomique directement (à cause du principe d’incertitude de Heisenberg). On ne connaît la structure du noyau qu’à travers des collisions dans un accélérateur de particules. On peut ainsi décrire les propriétés du noyau, on peut décrire ce qu’il contient comme particules élémentaires (les quarks), mais voir avec nos yeux à quoi il ressemble, non, parce que c’est le flou quantique.
  • Couverture de mars 2013 : «Les plantes sont intelligentes»… Il faudra me l’expliquer, parce que les plantes sont dépourvues de système nerveux… Ça se discute…
  • Couverture d’avril 2013 :  «En route pour le XXIe siècle : le meilleur est à venir»… Le pire, surtout… Quand aux nouvelles découvertes scientifiques, on ne saura ce qu’elles sont qu’au moment où elles arriveront. On s’est jadis souvent trompé avec les spéculations futuristes, notamment avec le fantasme de l’an 2000.

La presse devrait présenter les thèmes scientifiques sous un angle plus critique, à la manière des publications à comité de lecture, ce serait très profitable à la vulgarisation scientifique, et ça créerait des vocations.

Quelques citations à méditer :

  • « The greatest enemy of knowledge is not ignorance ; it is the illusion of knowledge. » (Stephen Hawking, english physicist)
  • « On ne met pas au jour des vérités sans en offusquer d’autres. Toute découverte recouvre. » (Jean Rostand)
  • « La qualité d’une expérience se mesure au nombre de théories qu’elle fait tomber. » (d’après un professeur à Polytechnique et chercheur du CNRS)

  • «[…] La science n’est pas un domaine de vérité. La science n’est pas figée, elle ne vous dit pas : « c’est cela », « ce n’est pas cela ». Ça n’est pas une révélation, c’est une démarche souple qui se développe depuis plusieurs siècles […]. Sa robustesse lui vient du fait qu’elle n’est pas figée. Elle doit continuellement intégrer les nouvelles observations, et donc continuellement se remettre en question.»   (Hubert Reeves)
  • « Les intellectuels ne savent rien » dira Karl Popper à 83 ans dans sa conférence de Zurich La recherche de la paix (Toute vie est résolution de problème). Plus qu’une provocation, c’est un symbole de la relativité du savoir, et de la stérilité des conflits de doctrines.  http://fr.wikipedia.org/wiki/Karl_Popper
  • « Une théorie qui n’est réfutable par aucun événement qui se puisse concevoir est dépourvue de caractère scientifique. Pour les théories, l’irréfutabilité n’est pas (comme on l’imagine souvent) vertu mais défaut. »  (Conjectures et réfutations, Karl Popper (trad. M.-I. et M. B. de. Launay), éd. Payot, 1985, p. 64)
  • « La science ne cherche pas à énoncer des vérités éternelles ou de dogmes immuables ; loin de prétendre que chaque étape est définitive et qu’elle a dit son dernier mot, elle cherche à cerner la vérité par approximations successives. » (Bertrand Russell)

  • « Ce n’est pas le doute qui rend fou, mais la certitude. »   (Friedrich Nietzsche)

scientihumour

Les dessins appartiennent à leurs auteurs respectifs

© 2013 John Philip C. Manson

Publicités