Combien de crédules apprennent-ils à devenir sceptiques ?

Il est peut-être impossible de faire raisonner des croyants chroniques, ils sont irrécupérables.

Les études conduites par les sceptiques sont lues par les sceptiques. Les croyants, eux, sont trop occupés à croire et à rêver.

L’esprit critique devrait être enseigné en même temps que la lecture, l’écriture et le calcul.

Je pense que le problème dans l’échec de la rationalité vient d’une maladresse dans la communication : les sceptiques sont perçus à tort par les crédules comme des gens sans cœur, autoritaires et arbitraires alors qu’ils se basent de façon pertinente sur des faits objectifs pour construire des connaissances tout en admettant leur faillibilité, tandis que les sceptiques les moins patients comparent les crédules à des fumeurs de marijuana…

Je pense qu’il faut s’y prendre par une autre approche : il faut amener les crédules à raisonner par eux-mêmes, de la même façon que l’enseignement de Socrate quand il faisait accoucher les esprits. En fait, il faut jouer à faire l’ignorant, faire le simple d’esprit, et poser des questions en faisant le naïf auxquelles les crédules y répondent, jusqu’à les mener au bout de leur croyance en réfléchissant, jusqu’à les conduire à découvrir jusqu’où va l’absurdité de leurs croyances. Constater soi-même qu’on est dans l’absurde, c’est un déclic qui fait ouvrir les yeux. Mais un sceptique qui exprime lui-même son point de vue rationnel, à un crédule, sera perçu comme un agresseur ou un intolérant. Le crédule aura l’impression d’être jugé. Il faut donc amener les gens à réfléchir eux-mêmes jusqu’à ce qu’ils découvrent eux-mêmes l’absurdité de leur système de pensée. À moins qu’ils soient complètement fêlés…

C’est mieux que les gens se bottent le derrière eux-mêmes, car je n’ai pas que ça à faire. iconlol

 

 

  • «Connais toi toi-même.»   (Socrate)

 

© 2013 John Philip C. Manson

Advertisements